Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749104546
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 228
Format : 140 x 220 mm

Souvenirs de mon père mort devant la télé

Bernard HOEPFFNER (Traducteur)
Collection : Lot 49
Date de parution : 06/10/2005

En Amérique, et ce depuis les années cinquante, la télévision est une machine infernale autour de laquelle la famille se rassemble et se déchire, s'annihile ou se désagrège.

Tandis que le père du narrateur se change en convive de pierre devant l'écran bleuté, les enfants, à l'arrière-plan, laissent leur imagination aller...

En Amérique, et ce depuis les années cinquante, la télévision est une machine infernale autour de laquelle la famille se rassemble et se déchire, s'annihile ou se désagrège.

Tandis que le père du narrateur se change en convive de pierre devant l'écran bleuté, les enfants, à l'arrière-plan, laissent leur imagination aller et venir entre les émissions hertziennes et les conflits domestiques.

Dans Souvenirs de mon père mort devant la télé, les séries télé prennent vie, crèvent l'écran, aspirent les protagonistes, reformatent la vie privée américaine. Bonanza et Hawaï Police d'État ont remplacé Œdipe. Vidé de sa substance, la figure du père rejoint l'ahurissant casting des westerns, films de guerre et autres paradis perdus de l'inconscient patriotique.

Curtis White tient la télécommande avec un humour féroce, zappe d'une émotion à l'autre, rehausse les contrastes, déforme les sons.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749104546
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 228
Format : 140 x 220 mm
Cherche midi

Ils en parlent

« Curtis White est un homme–orchestre, un derviche tourneur, un démon qui parle toutes les langues, un maître des sortilèges et de la parodie. »
Paul Auster

« Une palette d’inventions, de styles et de registres, suffisamment souple pour venir à bout des récits les plus déconcertants. L’esprit de Curtis White paraît aussi étrange que les territoires bouleversants qu’il arpente. »
Richard Powers

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • jfponge Posté le 5 Juillet 2015
    Un "roman" décapant, qui dévide tous les fils secrets qui nous relient à ces attracteurs étranges que sont nos écrans télé. Des séries américaines des années 50 aux films cultes comme "Le troisième homme", la fascination de l'image est découpée au scalpel, avec beaucoup d'humour et un (gros) brin de psychanalyse. L'image du père est omniprésente, personnage peu communicatif, ignorant tout de ses propres enfants (auxquels appartient le narrateur), "scotché" qu'il est à son verre de bourbon devant le sacro-saint écran de télévision. Un enterrement de première classe pour une époque révolue où la technique était censée faire le bonheur de l'humanité. Ne cherchez pas la thèse et l'antithèse dans ce pamphlet, qui n'est pas, mais pas du tout une "dissert" de terminale. Écrit à la va-comme-je-te-pousse, ce bricolage littéraire complètement déjanté, truffé de références et de clins d'œil, est plus proche de la "Nadja" d'André Breton que d'un essai de Pierre Bourdieu.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !