Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092593981
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 210 mm
Nouveauté

Sur le vif - Elizabeth Acevedo - Roman ado - Dès 13 ans

Clémentine Beauvais (Traducteur)
Collection : Roman Grand format
Date de parution : 01/07/2021
Emoni osera-t-elle croire en ses rêves ?
Emoni a de l’or au bout des doigts. Entre ses mains, saveurs et épices composent des plats incomparables. Mais Emoni a aussi une petite fille de 2 ans, et elle jongle entre son rôle de jeune mère, les cours au lycée et le travail le soir pour aider sa grand-mère... Emoni a de l’or au bout des doigts. Entre ses mains, saveurs et épices composent des plats incomparables. Mais Emoni a aussi une petite fille de 2 ans, et elle jongle entre son rôle de jeune mère, les cours au lycée et le travail le soir pour aider sa grand-mère à payer les factures.
Emoni a 17 ans, et elle ne pense pas qu’elle pourra continuer ses études, ni devenir cheffe dans un restaurant. Dans sa vie faite de responsabilités, il n’y a pas de place pour rêver. L’ouverture dans son lycée d’un nouveau cours d’arts culinaires pourrait bien lui permettre de déployer son talent et de trouver la force en elle d’accomplir son rêve…

Un roman pour les adolescents dès 13 ans.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782092593981
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lyanea Posté le 14 Juillet 2021
    Avis : ÉPICÉ Comment décrire ce roman dont la couverture acidulé donne le ton ? Un melting pot de vies, de sensations, de leçons légères, d’apprentissages... En tout cas, c’est léger, pétillant, empreint de joie de vivre mais aussi profond par les ressorts qu’il faut trouver pour résister aux coups du sort. Je ferais une réserve sur le titre qui ne me paraît pas correspondre à l’histoire. Emoni et Baby girl, sa fille, vivent avec ‘Buela. Trois générations sous un même toit, cela n’a rien d’exceptionnel mais Emoni est maman alors qu’elle est encore au lycée. Travailler en classe, avoir un emploi de salarié et s’occuper d’un jeune enfant relève d’un challenge qu’elle s’acharne à gagner chaque jour. Sa passion de la cuisine l’accompagne en toutes circonstances et grâce à elle, sa vie d’adulte sera peut-être plus équilibrée que l’existence d’ado qu’elle a dû abandonner bien trop vite. Ce roman aurait pu sombrer dans la mièvrerie mais le dynamisme de l’héroïne de tous les jours, l’environnement psychologique disséqué, les difficultés d’une adolescence décryptées, font que nous avons un ersatz de chronique sociale bien menée de la société américaine, plus particulièrement de certains quartiers de Philadelphie, ici Fairhill. J’ai trouvé intéressant de voir ce... Avis : ÉPICÉ Comment décrire ce roman dont la couverture acidulé donne le ton ? Un melting pot de vies, de sensations, de leçons légères, d’apprentissages... En tout cas, c’est léger, pétillant, empreint de joie de vivre mais aussi profond par les ressorts qu’il faut trouver pour résister aux coups du sort. Je ferais une réserve sur le titre qui ne me paraît pas correspondre à l’histoire. Emoni et Baby girl, sa fille, vivent avec ‘Buela. Trois générations sous un même toit, cela n’a rien d’exceptionnel mais Emoni est maman alors qu’elle est encore au lycée. Travailler en classe, avoir un emploi de salarié et s’occuper d’un jeune enfant relève d’un challenge qu’elle s’acharne à gagner chaque jour. Sa passion de la cuisine l’accompagne en toutes circonstances et grâce à elle, sa vie d’adulte sera peut-être plus équilibrée que l’existence d’ado qu’elle a dû abandonner bien trop vite. Ce roman aurait pu sombrer dans la mièvrerie mais le dynamisme de l’héroïne de tous les jours, l’environnement psychologique disséqué, les difficultés d’une adolescence décryptées, font que nous avons un ersatz de chronique sociale bien menée de la société américaine, plus particulièrement de certains quartiers de Philadelphie, ici Fairhill. J’ai trouvé intéressant de voir ce que peut être l’investissement d’un ado garçon devenu père trop vite, mais engagé dans la voie de la responsabilité. C’est crédible ; il ne faut pas en attendre plus qu’une jolie lecture pleine de peps. Si vous aimez les livres vous mettant l’eau à la bouche, celui-ci est écrit pour vous car nous baignons dans une cuisine faite surtout de différences, Emoni maniant les épices avec dextérité. Les quelques recettes de cuisine donnent envie de se mettre aux fourneaux aussitôt la dernière page lue. Nous avons donc une lecture facile, l’écriture sérieuse et de qualité d’Elisabeth Acevedo, une traduction fidèle de Clémentine Beauvais : de bons ingrédients pour être tentés. Ne résistez pas ! Bon moment assuré pour les jeunes lecteurs ou les plus âgés ayant gardé le goût du sucré. Je remercie les éditions Nathan et Babelio pour la découverte de ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Belykhalil Posté le 12 Juillet 2021
    Quel plaisir de retrouver Elizabeth Acevedo à travers un nouveau roman. J’avais adoré Signé Poéte X alors j’étais vraiment impatiente de lire Sur le vif. Elizabeth Acevedo choisit cette fois d’aborder un thème sensible : celui de la grossesse et de la maternité lorsqu’on est soi-même encore un peu un enfant. Son héroïne n’a que 14 ans lorsqu’elle découvre qu’elle est enceinte, il n’aura suffit que d’une seule fois pour changer complètement le cours de sa vie. Le lecteur la retrouve donc 3 ans plus tard, en dernière année de lycée, face à de nombreuses décisions. Emoni n’est pas du genre à se lamenter, quoique sa vie ne soit pas toujours des plus simples, elle assume totalement ses choix et surtout sa petite fille dont elle s’occupe autant que les cours et le travail le lui permettent. Ce roman est intéressant car il ne se concentre ni sur la grossesse ni sur la première année du bébé, mais sur les années qui suivent et qui sont souvent déterminantes et oubliées par la littérature. Choisir de garder un bébé quand on est adolescente, ce n’est pas seulement le regard des gens pendant la grossesse, ni encore le fait de rater les cours durant... Quel plaisir de retrouver Elizabeth Acevedo à travers un nouveau roman. J’avais adoré Signé Poéte X alors j’étais vraiment impatiente de lire Sur le vif. Elizabeth Acevedo choisit cette fois d’aborder un thème sensible : celui de la grossesse et de la maternité lorsqu’on est soi-même encore un peu un enfant. Son héroïne n’a que 14 ans lorsqu’elle découvre qu’elle est enceinte, il n’aura suffit que d’une seule fois pour changer complètement le cours de sa vie. Le lecteur la retrouve donc 3 ans plus tard, en dernière année de lycée, face à de nombreuses décisions. Emoni n’est pas du genre à se lamenter, quoique sa vie ne soit pas toujours des plus simples, elle assume totalement ses choix et surtout sa petite fille dont elle s’occupe autant que les cours et le travail le lui permettent. Ce roman est intéressant car il ne se concentre ni sur la grossesse ni sur la première année du bébé, mais sur les années qui suivent et qui sont souvent déterminantes et oubliées par la littérature. Choisir de garder un bébé quand on est adolescente, ce n’est pas seulement le regard des gens pendant la grossesse, ni encore le fait de rater les cours durant les premiers mois de vie du bébé. Choisir de garder un enfant, c’est accepter qu’il va falloir l’assumer pour de nombreuses années, et que cette petite vie va être décisive dans les choix à venir. Quoique l’héroïne soit déjà mère, elle bénéficiait jusque-là de son statut d’adolescente, mais voilà que sa vie d’adulte cogne définitivement à sa porte ; il est temps pour elle de décider quelle personne elle veut devenir et même si c’est très tentant, elle ne peut se cacher ni derrière sa fille, ni derrière sa famille pour justifier ses choix. L’autrice met à nouveau en scène une héroïne au caractère bien trempé et attachée à ses origines. C’est toujours un plaisir de la lire : son écriture est fluide, simple et efficace avec une petite touche de poésie qui donne tout son charme au texte. On sent dans chaque décision, les histoires vraies sur lesquelles elle s’est appuyée pour baser et créer son récit et donner vie à ses personnages. C’est certainement la raison pour laquelle ses textes sont toujours touchants et justes. Il faut aussi saluer le travail fait sur la couverture qui colle au récit et qui a un petit côté punchy et acidulé qui correspond bien à l’héroïne. En bref, encore un récit qui atteint son but, à partager sans modération.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Leslecturesdemystic Posté le 11 Juillet 2021
    Coucou mes Mystigris 😉 J'ai lu Sur le vif d'Elisabeth Acevedo traduit par Clémentine Beauvais. Merci beaucoup aux éditions @nathan et à @babelio pour cette masse critique privilégiée. 🅲🅷🆁🅾🅽🅸🆀🆄🅴 Emoni est une jeune maman de 17 ans douée en cuisine, elle élabore des plats savoureux et originaux. Elle a une petite fille de 2 ans et ce n'est pas toujours facile de concilier le lycée, son rôle de maman et son boulot pour aider financièrement sa grand-mère. Emoni sait très bien qu'elle ne pourra plus réaliser son rêve de devenir cheffe de restaurant... À moins que l'ouverture d'un nouveau cours d'art culinaire à son lycée ne lui ouvre les portes et lui permette de montrer son talent. 🄼🄾🄽 🄰🅅🄸🅂 Tout d'abord j'ai adoré cette couverture pétillante ainsi que ces chapitres superbement illustrés. J'ai aimé ce thème de la nourriture, la cuisine d'Emoni m'a réchauffé le cœur et l'esprit. Et aussi le thème de la famille et de l'amitié qui sont très présents. Ce roman est une invitation aux saveurs, aux odeurs et aux traditions portoricaines. On en prend plein les papilles et notre cœur est en émoi. J'ai aimé les liens profonds entre Emoni et sa 'Buela ( grand-mère), une relation... Coucou mes Mystigris 😉 J'ai lu Sur le vif d'Elisabeth Acevedo traduit par Clémentine Beauvais. Merci beaucoup aux éditions @nathan et à @babelio pour cette masse critique privilégiée. 🅲🅷🆁🅾🅽🅸🆀🆄🅴 Emoni est une jeune maman de 17 ans douée en cuisine, elle élabore des plats savoureux et originaux. Elle a une petite fille de 2 ans et ce n'est pas toujours facile de concilier le lycée, son rôle de maman et son boulot pour aider financièrement sa grand-mère. Emoni sait très bien qu'elle ne pourra plus réaliser son rêve de devenir cheffe de restaurant... À moins que l'ouverture d'un nouveau cours d'art culinaire à son lycée ne lui ouvre les portes et lui permette de montrer son talent. 🄼🄾🄽 🄰🅅🄸🅂 Tout d'abord j'ai adoré cette couverture pétillante ainsi que ces chapitres superbement illustrés. J'ai aimé ce thème de la nourriture, la cuisine d'Emoni m'a réchauffé le cœur et l'esprit. Et aussi le thème de la famille et de l'amitié qui sont très présents. Ce roman est une invitation aux saveurs, aux odeurs et aux traditions portoricaines. On en prend plein les papilles et notre cœur est en émoi. J'ai aimé les liens profonds entre Emoni et sa 'Buela ( grand-mère), une relation très forte du fait qu'Emoni a été élevée par elle. Il y a aussi la non-amitié avec Malachi, vous comprendrez en lisant le livre. 🄲🄾🄽🄲🄻🅄🅂🄸🄾🄽 un roman feel good frais et délicieux, beaucoup d'émotions dans ces pages, des personnages attachants. J'ai été ravie de découvrir cette auteure.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Philisine Posté le 10 Juillet 2021
    Je dois cette lecture grâce à la proposition de Masse Critique privilégiée du site Babelio. Je n'attendais rien de cette lecture, à part le pitch annonciateur : le quotidien d'une lycéenne, cuisinière talentueuse et mère d'une fillette de deux ans. Je ne fus absolument pas déçue. Sur le vif nous narre la vie d'Emoni, ado courageuse qui gère le rôle de mère de famille, les études au lycée et un petit boulot dans un fast food pour vivre tout simplement. La maternité précoce de cette bosseuse acharnée la rend plus hermétique au charme masculin (sa "première fois" lui a laissé un bébé-fille chéri Emma dite Babygirl mais pas prévu aussi tôt), plus mature que le reste de ses amis moins sujets aux tracas financiers à la gestion du quotidien. Emoni n'a qu'une envie : quitter assez vite le lycée avec le diplôme en poche et travailler. En cette période de dossiers de candidature aux grandes écoles, elle a bien du mal à se projeter sur un futur universitaire, n'étant pas une férue des études longues et intellectuelles. Mais du nouveau s'annonce au lycée : un cours d'arts culinaires et un nouvel élève fort charmant. Sur le vif se lit vraiment facilement,... Je dois cette lecture grâce à la proposition de Masse Critique privilégiée du site Babelio. Je n'attendais rien de cette lecture, à part le pitch annonciateur : le quotidien d'une lycéenne, cuisinière talentueuse et mère d'une fillette de deux ans. Je ne fus absolument pas déçue. Sur le vif nous narre la vie d'Emoni, ado courageuse qui gère le rôle de mère de famille, les études au lycée et un petit boulot dans un fast food pour vivre tout simplement. La maternité précoce de cette bosseuse acharnée la rend plus hermétique au charme masculin (sa "première fois" lui a laissé un bébé-fille chéri Emma dite Babygirl mais pas prévu aussi tôt), plus mature que le reste de ses amis moins sujets aux tracas financiers à la gestion du quotidien. Emoni n'a qu'une envie : quitter assez vite le lycée avec le diplôme en poche et travailler. En cette période de dossiers de candidature aux grandes écoles, elle a bien du mal à se projeter sur un futur universitaire, n'étant pas une férue des études longues et intellectuelles. Mais du nouveau s'annonce au lycée : un cours d'arts culinaires et un nouvel élève fort charmant. Sur le vif se lit vraiment facilement, déroule une histoire intéressante et bien rythmée. Les personnages sont clairement identifiés. Leur évolution est cohérente. On voit notre héroïne se mobiliser pour des projets qui lui tiennent à cœur, se distinguer aussi dans le bon comme dans le moins bon. Ce qui ressort de Sur le vif est la bienveillance dont est entourée Emoni : un entourage très proche et protecteur (familial avec la grand-même et amical) et parfois lointain (le père, la tante maternelle). Sur le vif aborde la maternité adolescente et là encore on voit que ni Emoni ni le père de Babygirl ne renoncent à leurs devoirs vis-à-dis de leur fille, avec plus ou moins de réussite. On sent la pression aussi sur la jeune fille à avoir un comportement amoureux irréprochable, pression dont ne souffre pas le père d'Emma. On voyage aussi. Le côté très lisse de l'histoire et des sentiments m'a laissée un peu de côté. À la fin de la lecture, il m'a manqué l'émotion et j'ai eu le goût d'inachevé, d'abandon d'intrigues ou de personnages secondaires sans porte de sortie, un peu comme si on jetait quelqu'un en pâture... une sorte de "tout cela pour cela". J'attendais peut-être un peu plus de traitement des autres thèmes abordés : le multiculturalisme, la place des femmes, les relatons familiales, l'exil. C'est dommage parce que Elizabeth Acevedo sait installer et construire les ambiances et les dialogues, les scènes et les relations aussi, parce que son histoire m'a bien accrochée, parce que l'héroïne est d'une classe absolue. Sur le vif est une lecture agréable qui se prête à tout moment de l'année, l'été en particulier. Je remercie la maison d'édition et le site Babelio pour ce partenariat.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nikouette Posté le 5 Juillet 2021
    Je remercie Babelio et Nathan de m’avoir permis de lire ce roman. J’avais entendu beaucoup de bien de Signé poète X, mais je n’avais pas pris le temps de le lire alors quand on m’a proposé ce service presse j’ai sauté sur l’occasion de me rattraper et de découvrir la plume de l’autrice. De plus, traduit par Clémentine Beauvais, le livre était d’autant plus alléchant. Le personnage principal de cette histoire, Emoni, est passionnée de cuisine depuis toute petite et aime expérimenter. Ses recettes sont non seulement originales et délicieuses, mais elles touchent ceux qui les goûtent au point de parfois les faire pleurer d’émotion. Il est souvent question de la magie liée à sa cuisine, que ce soit pour sa capacité à faire remonter souvenirs et émotions, mais aussi parce qu’elle a une intuition quasi magique des quelles herbes et épices utiliser pour réussir son plat. Autre particularité de la jeune fille, tombée accidentellement enceinte à 14 ans, elle est maman d’une petite fille de 2 ans, qu’elle élève avec sa grand-mère qui l’a elle-même élevée. Elle cumule donc lycée, maternité et petit boulot afin d’aider sa « Buela » à subvenir à leurs besoins car la pension de cette dernière est... Je remercie Babelio et Nathan de m’avoir permis de lire ce roman. J’avais entendu beaucoup de bien de Signé poète X, mais je n’avais pas pris le temps de le lire alors quand on m’a proposé ce service presse j’ai sauté sur l’occasion de me rattraper et de découvrir la plume de l’autrice. De plus, traduit par Clémentine Beauvais, le livre était d’autant plus alléchant. Le personnage principal de cette histoire, Emoni, est passionnée de cuisine depuis toute petite et aime expérimenter. Ses recettes sont non seulement originales et délicieuses, mais elles touchent ceux qui les goûtent au point de parfois les faire pleurer d’émotion. Il est souvent question de la magie liée à sa cuisine, que ce soit pour sa capacité à faire remonter souvenirs et émotions, mais aussi parce qu’elle a une intuition quasi magique des quelles herbes et épices utiliser pour réussir son plat. Autre particularité de la jeune fille, tombée accidentellement enceinte à 14 ans, elle est maman d’une petite fille de 2 ans, qu’elle élève avec sa grand-mère qui l’a elle-même élevée. Elle cumule donc lycée, maternité et petit boulot afin d’aider sa « Buela » à subvenir à leurs besoins car la pension de cette dernière est plutôt maigre. Séparée du papa, celui-ci a gardé des liens avec sa fille et depuis peu il la prend même chez ses parents un week-end sur deux. On partage la vie d’Emoni, notamment sa vie de famille entre filles, et sa vie au lycée entre sa meilleure amie, le petit nouveau au sourire craquant qui essaie de se rapprocher d’elle depuis la rentrée et sa nouvelle option « arts culinaires ». Les chapitres sont assez courts, ce qui fait qu’on dévore le roman sans même s’en rendre compte. Emoni est une jeune fille très mature, il faut dire que la vie l’a forcé à grandir bien vite et a rapidement avoir des responsabilités importantes. Elle a des réflexions intéressantes sur des sujets très variés, que ce soit sur sa vie intime ou des choses un peu plus politiques. Notamment il est beaucoup question de son identité portoricaine, que ce soit à travers les traditions culinaires ou le racisme qu’elle subit parfois à ce titre. En tous cas elle est extrêmement attachante. Elle a une belle relation avec sa grand-mère et aussi avec sa fille. On passe vraiment un bon moment de lecture avec ce roman, même si à la moitié j’ai commencé à y trouver quelques longueurs, mais peut-être aussi la faute à une lecture plus décousue de ma part ou à fond de romance plus présent. Enfin, ce qui ne gâche rien je trouve la couverture réussie, très colorée et bien vue.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés