Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262021146
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 516
Format : 154 x 240 mm

Syrie 1941

La guerre occultée, vichystes contre gaullistes

Date de parution : 14/09/2006

 La première synthèse sur le conflit de 1941 en Syrie, opposant l’armée de Vichy aux Forces françaises libres, sur les terres mêmes du mandat français du Levant.

Juin 1941. Au plus fort de la guerre mondiale, tandis que les Allemands sont occupés en URSS, une armée régulière française est attaquée par des forces franco-britanniques au Moyen-Orient. Pendant cinq semaines, les combattants alliés de la veille et du lendemain se battent durement entre eux ! L’initiative conjointe de...

Juin 1941. Au plus fort de la guerre mondiale, tandis que les Allemands sont occupés en URSS, une armée régulière française est attaquée par des forces franco-britanniques au Moyen-Orient. Pendant cinq semaines, les combattants alliés de la veille et du lendemain se battent durement entre eux ! L’initiative conjointe de Churchill et de De Gaulle aboutit à l’une des bavures les plus consternantes de cette époque tragique. En plein cœur de la Seconde Guerre mondiale, la cause alliée perd 10 000 hommes, 200 avions, plusieurs navires… En Angleterre comme en France, le souvenir de cet événement fut, autant que possible, masqué. L’heure était venue de relire le dossier. 

Enseignant assistant à l’école militaire de Saint-Cyr-Coëtquidan, conférencier à l’Ecole d’état-major, Henri de Wailly s’est signalé par ses travaux d’histoire contemporaine. Mettant en perspective des éléments souvent ignorés et soulignant des aspects nouveaux, notamment l’impact de la communication militaire sur la mentalité collective, il a su élargir notre vision d’une époque cruciale pour la France. Il a déjà publié chez Perrin 1940, l’effondrement.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262021146
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 516
Format : 154 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bigmammy Posté le 3 Août 2021
    Un livre passionnant malgré le fait qu'il n'apparaît pas tout à fait impartial car l'auteur semble s'être donné pour objectif de réhabiliter les troupes placées sous la responsabilité du général Dentz - mais très documenté, ce livre sur la guerre civile meurtrière qui opposa en 1941 au Levant (Syrie et Liban, dont un mandat a été confié par la SDN à la France) les Français fidèles au Maréchal Pétain d'un côté aux Britanniques – surtout Australiens – et aux gaullistes des Forces Françaises Libres. Un conflit absurde, cruel, inutile qui laissera des traces morales jusqu'à la fin du XXème siècle et qui permet de comprendre la haine inextinguible de certains à l'égard du général De Gaulle encore perceptible aujourd'hui. La France a été écrasée et subit les conditions draconiennes de l'armistice de juin 1940. A Londres, De Gaulle et ses quelques partisans se battent pour que soit reconnue la légitimité du gouvernement en exil avec l'appui pas toujours sincère et les subsides de l'Angleterre. A Vichy, l'amiral Darlan, dauphin du maréchal, intrigue auprès des Allemands pour tenter d'obtenir des allègements aux conditions d'armistice : rapatriement de prisonniers, assouplissement des conditions de franchissement de la ligne de démarcation, moindre versement de l'indemnité d'occupation. Or... Un livre passionnant malgré le fait qu'il n'apparaît pas tout à fait impartial car l'auteur semble s'être donné pour objectif de réhabiliter les troupes placées sous la responsabilité du général Dentz - mais très documenté, ce livre sur la guerre civile meurtrière qui opposa en 1941 au Levant (Syrie et Liban, dont un mandat a été confié par la SDN à la France) les Français fidèles au Maréchal Pétain d'un côté aux Britanniques – surtout Australiens – et aux gaullistes des Forces Françaises Libres. Un conflit absurde, cruel, inutile qui laissera des traces morales jusqu'à la fin du XXème siècle et qui permet de comprendre la haine inextinguible de certains à l'égard du général De Gaulle encore perceptible aujourd'hui. La France a été écrasée et subit les conditions draconiennes de l'armistice de juin 1940. A Londres, De Gaulle et ses quelques partisans se battent pour que soit reconnue la légitimité du gouvernement en exil avec l'appui pas toujours sincère et les subsides de l'Angleterre. A Vichy, l'amiral Darlan, dauphin du maréchal, intrigue auprès des Allemands pour tenter d'obtenir des allègements aux conditions d'armistice : rapatriement de prisonniers, assouplissement des conditions de franchissement de la ligne de démarcation, moindre versement de l'indemnité d'occupation. Or il se trouve que les Allemands ont une demande : laisser leurs avions ravitailler dans les bases du Levant pour soutenir la révolte des irakiens de Rachid Ali contre les Anglais, leur envoyer des armes. Bien entendu, les Anglais ne peuvent tolérer cette incursion qui risque de couper leur approvisionnement en pétrole … Darlan se fait rouler dans la farine par Hitler, il n'obtiendra pratiquement rien en échange de son ordre de laisser transiter les avions … ce qui va offrir à Winston Churchill le prétexte, vivement encouragé par De Gaulle, pour envahir la Syrie et le Liban et y contrebattre l'influence française au Levant, vieux rêve britannique. Contre l'avis de ses chefs militaires, Churchill donne l'ordre au général Wavell d'intervenir depuis la Palestine, avec des troupes australiennes et indiennes et des FFL, afin d'éviter que la Syrie ne serve de base avancée de la maîtrise de l'air en Méditerranée orientale. Les Français libres (15% de l'effectif) sont regroupés au camp de Kastina en Judée. Parmi eux : Koenig, Amilakvari, Bollardière, Barberot, Sairigné, Messmer, Bokassa … Loin de n'être qu'un baroud d'honneur, la résistance des fidèles à Vichy sera acharnée. le conflit dure 34 jours, causera des milliers de morts et des blessures psychologiques extrêmement durables dans l'armée française, ouvrant entre les protagonistes un abîme d'incompréhension que le temps n'a jamais tout à fait comblé. Ce qui est déchirant, c'est l'absolue sincérité des protagonistes. Gaullistes, pétainistes, tous sont également persuadés de la justesse de leur cause. Discipline, bonne ou mauvaises raisons, ambiguïté de cette guerre inutile entre deux groupes de français prêts à s'entretuer. La suspension des combats intervient le 12 juillet face à des populations locales qui ne se sont jamais engagées, attendant surtout la totale indépendance. La cause alliée perd ainsi 10000 hommes, 200 avions, plusieurs navires … à la veille du déclenchement de l'opération Barbarossa. Et en fait, les Britanniques ne trouveront au Levant aucun allemand, aucun avion ni en Syrie ni au Liban … et personne ne reparlera plus de cette guerre civile dans la guerre contre les Allemands. Quant au général Dentz, loyal aux ordres de Vichy, rapatrié en France avec les honneurs des Anglais pour sa résistance héroïque, il sera arrêté en 1945, dégradé, condamné à mort, gracié par le général De Gaulle mais restant prisonnier à perpette, il mourra quelques mois après, dans des conditions de détention tout à fait ignobles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Birhacheim Posté le 22 Août 2009
    Un ouvrage d'historien comme je les aime... Avec cet ouvrage consacré à la campagne de Syrie durant l'été 1941, Henri de Wailly nous livre un travail historique exemplaire. Se plaçant sous 4 angles différents (Français de Vichy, Français Libres de De Gaulle, Anglais et Australiens), il va nous proposer une analyse fine de la géopolitique du Levant français, des enjeux provoqués par la défaite de la France et des événements diplomatiques et militaires de cette campagne. A la défaite, lourde, des armées françaises en 1940, la convention d'Armistice prévoit le maintien d'une armée française réduite, la préservation de la flotte française et le maintien de troupes en Afrique du Nord et au Levant (Syrie et Liban), ces dernières sous le contrôle plus ou moins strict de commissions de contrôle italo-allemandes. Au Levant, 35.000 hommes constitués, pour l'essentiel, de troupes locales et de régiments de l'Armée d'Afrique encadrés par des sous-officiers et officiers métropolitains. Le sort du Levant va être scellé par la géopolitique régionale: besoin des allemands de soutenir l'insurrection en Irak, besoin des français libres de lever des troupes et d'affirmer la légitimité du mouvement sur l'Empire français, besoin des anglais de protéger à la fois l'Irak et l'Egypte attaquée à l'ouest par l'Afrika... Un ouvrage d'historien comme je les aime... Avec cet ouvrage consacré à la campagne de Syrie durant l'été 1941, Henri de Wailly nous livre un travail historique exemplaire. Se plaçant sous 4 angles différents (Français de Vichy, Français Libres de De Gaulle, Anglais et Australiens), il va nous proposer une analyse fine de la géopolitique du Levant français, des enjeux provoqués par la défaite de la France et des événements diplomatiques et militaires de cette campagne. A la défaite, lourde, des armées françaises en 1940, la convention d'Armistice prévoit le maintien d'une armée française réduite, la préservation de la flotte française et le maintien de troupes en Afrique du Nord et au Levant (Syrie et Liban), ces dernières sous le contrôle plus ou moins strict de commissions de contrôle italo-allemandes. Au Levant, 35.000 hommes constitués, pour l'essentiel, de troupes locales et de régiments de l'Armée d'Afrique encadrés par des sous-officiers et officiers métropolitains. Le sort du Levant va être scellé par la géopolitique régionale: besoin des allemands de soutenir l'insurrection en Irak, besoin des français libres de lever des troupes et d'affirmer la légitimité du mouvement sur l'Empire français, besoin des anglais de protéger à la fois l'Irak et l'Egypte attaquée à l'ouest par l'Afrika Korps d'Erwin Rommel. Poussé par les gaullistes, Churchill va décidé de l'invasion du Levant au grand dam du commandement militaire en Égypte. Engagée avec de trop faibles moyens mais avec la 1ère division des Français Libres (1ère DFL), l'offensive va piétiner face à une armée française du Levant qui reste fidèle à Vichy. Il faudra des renforts importants des troupes du Commonwealth et l'invasion de la Russie par Hitler pour faire basculer définitivement le sort des armes dans le camp des Alliés. Si la victoire fut acquise aux alliés, les gaullistes perdirent l'un de leurs objectifs: la grande majorité des soldats de l'armée du Levant furent rapatriés en France. Il faudra attendre l'invasion de l'Afrique du Nord par les anglo-américains pour de nouveau accéder à des troupes françaises: celles de l'Armée d'Afrique. L'ouvrage de Henri Wailly est très bien écrit et servi de 40 pages de notes très utiles. L'ensemble des différentes thèses et angles de vue est présenté de manière équilibrée à mon sens. Cet ouvrage m'a été utile pour mieux comprendre le contexte difficile que connaitront les français libres dans les événements en Afrique du Nord en 1942. Seul point discutable: si le titre de l'ouvrage est bon - Syrie 1941, son sous-titre: la guerre occultée - vychistes contre gaullistes me semble erroné. Guerre occultée certes car anglais et français ne souhaitèrent pas s'étendre sur ce conflit entre anciens et futurs alliés. Par contre, la dimension franco-française est remise en cause par le poids des effectifs français engagés du côté allié: 15% des effectifs au début de la campagne - 8% dans la deuxième partie de l'offensive. Par contre, il est vrai que l'engagement des "Free French" a sûrement impacté la résistance des troupes de Vichy. Syrie 1941 par Henri de Wailly aux éditions Perrin (2006) avec un cahier photos en N/B, cartes dans le texte, notes nombreuses et une belle bibliographie.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…