Lisez! icon: Search engine
Super 8
EAN : 9782370560049
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 672
Format : 140 x 220 mm

The Rook, au service surnaturel de sa majesté

Charles BONNOT (Traducteur)
Date de parution : 15/05/2014
Vous êtes fan de X-Men, de Watchmen et de Fringe ?
Vous allez adorer The Rook.

 
Victime d’une agression, Myfanwy Thomas reprend conscience dans un parc de Londres. Autour d’elle, des hommes en costume portant des gants de latex. Tous sont morts. Situation peu réjouissante, certes, mais il y a pire : Myfanwy ne se souvient plus de rien. Le plus surprenant, c’est qu’elle semble avoir prévu... Victime d’une agression, Myfanwy Thomas reprend conscience dans un parc de Londres. Autour d’elle, des hommes en costume portant des gants de latex. Tous sont morts. Situation peu réjouissante, certes, mais il y a pire : Myfanwy ne se souvient plus de rien. Le plus surprenant, c’est qu’elle semble avoir prévu cette amnésie. Elle a sur elle une lettre écrite de sa main lui expliquant qui elle est et ce qu’elle doit faire pour découvrir qui veut l’éliminer.
C’est ainsi que Myfawny rejoint le siège de l’Échiquier, une organisation secrète chargée de combattre les forces surnaturelles qui menacent la Couronne. Au sein de cette version paranormale du MI5 anglais où elle occupe un poste élevé, entourée de surdoués aux pouvoirs plus que spéciaux, la jeune femme va rapidement se retrouver seule, cherchant son chemin dans un univers d’ombres et de menaces.
À présent, il va lui falloir lever le voile sur une conspiration aux proportions inimaginables.
 
À mi-chemin entre l’univers de J. J. Abrams et celui de Chris Carter, The Rook est un roman à l’inventivité délirante et aux rebondissements incessants, qui ne vous laissera pas reprendre votre souffle avant la dernière page.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782370560049
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 672
Format : 140 x 220 mm
Super 8

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Brize Posté le 18 Mai 2020
    Lorsqu’elle reprend conscience dans un parc de Londres, de nuit et sous la pluie, contusionnée et entourée d’hommes gisant inanimés, tous porteurs de gants en latex, elle ne sait absolument pas qui elle est. La lettre découverte dans sa poche est la première d’une longue série laissée par celle qui, avant elle, habita son corps : Myfanwy Thomas. Sa personnalité et ses souvenirs ont été effacés, mais ce désastre lui avait été annoncé et elle s’y était préparée en laissant à son futur moi toute une documentation la concernant. C’est ainsi que la nouvelle Myfanwy se décide à endosser le rôle de celle qui fut la Tour Thomas au sein d’une organisation dont les membres portent les titres des différents pièces d’un jeu d’échecs, chargée d’intervenir pour éradiquer toutes les menaces liées aux manifestations de créatures surnaturelles. La Tour Thomas était dotée de certains pouvoirs, dont Myfanwy a hérité, et il en va de même pour ses homologues. Parmi eux, Myfawny doit découvrir celui ou celle qui a provoqué son amnésie et le pourquoi de cette sinistre manœuvre … Deux fils narratifs se croisent dans le roman : celui de Myfanwy, en temps réel, et celui de la Tour Thomas, qui lui... Lorsqu’elle reprend conscience dans un parc de Londres, de nuit et sous la pluie, contusionnée et entourée d’hommes gisant inanimés, tous porteurs de gants en latex, elle ne sait absolument pas qui elle est. La lettre découverte dans sa poche est la première d’une longue série laissée par celle qui, avant elle, habita son corps : Myfanwy Thomas. Sa personnalité et ses souvenirs ont été effacés, mais ce désastre lui avait été annoncé et elle s’y était préparée en laissant à son futur moi toute une documentation la concernant. C’est ainsi que la nouvelle Myfanwy se décide à endosser le rôle de celle qui fut la Tour Thomas au sein d’une organisation dont les membres portent les titres des différents pièces d’un jeu d’échecs, chargée d’intervenir pour éradiquer toutes les menaces liées aux manifestations de créatures surnaturelles. La Tour Thomas était dotée de certains pouvoirs, dont Myfanwy a hérité, et il en va de même pour ses homologues. Parmi eux, Myfawny doit découvrir celui ou celle qui a provoqué son amnésie et le pourquoi de cette sinistre manœuvre … Deux fils narratifs se croisent dans le roman : celui de Myfanwy, en temps réel, et celui de la Tour Thomas, qui lui raconte au travers de ses lettres ce qu’elle a vécu dans le passé puis dans les semaines précédant son amnésie. Myfanwy nous apparaît rapidement comme une personnalité bien différente de ce que fut la Tour Thomas mais il n’est pas difficile, compte tenu de ce qu’on apprend sur l’enfance de celle-ci (à neuf ans, âge auquel ses étonnantes capacités ont été détectées, elle a été arrachée à ses parents pour rejoindre un centre d’éducation spécialisé, le Domaine), de comprendre comment la « nouvelle » Tour Thomas peut développer un tempérament beaucoup plus affirmé : elle n’a aucun souvenir, donc aucun traumatisme originel à surmonter et rien n’entrave l’émergence de son tempérament. C’est à la fois angoissant pour le lecteur de la voir affronter une situation particulièrement délicate (se pointer à un boulot dont elle ne connaît rien, armée seulement des connaissances délivrées par les écrits laissés par son moi antérieur, mais ses compétences techniques s’avèrent demeurer, ouf) et réjouissant de voir que la timidité notoire de son personnage d’administratrice efficace a disparu avec ses souvenirs : Myfanwy ne s’en laisse plus compter ! On appréhende en même temps qu’elle l’étendue de ses intéressants pouvoirs et ceux de ses collègues et des autres membres de l’organisation ne sont pas piqués des vers non plus. Bon, j’avoue que, à un moment, après mon engouement initial et une fois le cadre posé, j’ai saturé un peu pour ce qui concerne la ribambelle de créatures plus ou moins monstrueuses que Myfanwy doit affronter, souvent bien visqueuses et bien répugnantes et il n’aurait pas fallu que le roman soit plus long sous peine de me lasser (d’ailleurs je n’envisage pas de lire sa suite, j’ai eu ma dose). Mais j’ai beaucoup aimé la manière dont Myfanwy découvre son environnement (y compris les gens qu’elle est amenée à côtoyer) et aussi le passé de la Tour Thomas. Le mystère entourant son amnésie n’est pas facile à percer et il faudra passer par moult péripéties et rebondissements pour le résoudre. Un roman divertissant, dont la sympathique et intelligente héroïne ne manque ni de cran ni d’humour !
    Lire la suite
    En lire moins
  • DragoPourSesFils Posté le 12 Mai 2020
    Teintées d’humour anglais, des dingueries comme j’ai rarement lues. Je me suis régalé de ces aventures fantastico-délirantes avec des personnages attachants et une intrigue bien amenée. 007 peut se rhabiller, Kingsman prendre des leçons ! Et surtout, méfions-nous des belges (quelle trouvaille !!).
  • Tom_Left Posté le 9 Avril 2020
    À situation exceptionnelle, Brize a réagi de la meilleure manière qui soit : avec un challenge Pavévaion ! Comme toujours, je n'ai pas su y résister et en ai profité pour dévorer un des pavés que je gardais en réserve. "The Rook", premier tome de "Au service surnaturel de Sa Majesté" est un vrai coup de coeur. Daniel O'Malley a su mêler avec brio le genre de l'espionnage avec le surnaturel. Loin des carcans du style superhéros (comme X-Men), cette société secrète est peuplée d'êtres aux pouvoirs surnaturels à l'éthique discutable. Nous sommes constamment en zone grise, non manichéenne, où les personnages agissent pour le bien de la Grande-Bretagne, quel qu'en soit le prix. Le mystère nous tient en haleine du début à la fin. L'auteur alterne de manière astucieuse entre "récit flashback" et présent, permettant d'avancer dans l'histoire, au même rythme que Myfanwy, tout en nous donnant une abondance de renseignements sur l'organisation et ses membres. Un choix qui permet aux lecteurs de s'identifier facilement à Myfanwy et de ne pas faire une indigestion d'informations. Un livre excellent, teinté d'humour noir, aux personnages intrigants et dont l'enquête nous passionne. Une vraie évasion !
  • Laird_Fumble Posté le 3 Avril 2020
  • AmeliaChatterton Posté le 1 Mars 2020
    Retour à Londres à notre époque, pour un roman mêlant espionnage, surnaturel et jeu d'échecs... Mon avis :  Un suspense haletant Dès le départ, le roman nous plonge dans une double enquête : qui veut tuer l'héroïne principale? et que lui est-il arrivé? On apprend des détails de l'ancienne vie de l'héroïne via ses lettres à elle-même (ou à une autre occupant son corps, on ne sait pas trop...) et en dehors des rouages de la société secrète, ce n'est pas très reluisant. L'ancienne occupante était une obsédée de travail, sans famille, n'osant utiliser ses pouvoirs et effrayée par ses pairs. Partant de là, la nouvelle Myfanwy va essayer de faire bonne figure au travail pour comprendre qui elle est et enquêter sur son agresseur. Mais le danger rôde à chaque chapitre et plus on essaie de chercher le coupable, plus on découvre des sacs de noeuds et d'autres secrets que l'Echiquier cherche à cacher. Des personnages avec des pouvoirs atypiques. Le point fort de cette organisation secrète réside en ses membres et sa hiérarchie qui reprend celle d'un jeu d'échec. Pour être admis comme membre à part entière de la plus haute hiérarchie, vous devez avoir des pouvoirs surnaturels et avoir réalisé des exploits. Il y a donc deux tours... Retour à Londres à notre époque, pour un roman mêlant espionnage, surnaturel et jeu d'échecs... Mon avis :  Un suspense haletant Dès le départ, le roman nous plonge dans une double enquête : qui veut tuer l'héroïne principale? et que lui est-il arrivé? On apprend des détails de l'ancienne vie de l'héroïne via ses lettres à elle-même (ou à une autre occupant son corps, on ne sait pas trop...) et en dehors des rouages de la société secrète, ce n'est pas très reluisant. L'ancienne occupante était une obsédée de travail, sans famille, n'osant utiliser ses pouvoirs et effrayée par ses pairs. Partant de là, la nouvelle Myfanwy va essayer de faire bonne figure au travail pour comprendre qui elle est et enquêter sur son agresseur. Mais le danger rôde à chaque chapitre et plus on essaie de chercher le coupable, plus on découvre des sacs de noeuds et d'autres secrets que l'Echiquier cherche à cacher. Des personnages avec des pouvoirs atypiques. Le point fort de cette organisation secrète réside en ses membres et sa hiérarchie qui reprend celle d'un jeu d'échec. Pour être admis comme membre à part entière de la plus haute hiérarchie, vous devez avoir des pouvoirs surnaturels et avoir réalisé des exploits. Il y a donc deux tours (dont Myfanwy) chargés de la logistique et de l'administration, deux fous chargés d'opérations commandos et de hautes finances, deux cavaliers, un roi et une reine. Le reste est composé de pions, des soldats pour la plupart,  et de serviteurs de l'organisation qui n'ont pas de pouvoirs et s'habillent en violet. L'échiquier a pour politique de repérer les enfants aux pouvoirs surnaturels dès leur naissance et de les enlever à leur famille par la force ou l'argent. Ces enfants sont ensuite entraînés dans des camps spéciaux et vivent entre eux jusqu'à leur majorité où on leur attribue un poste dans l'organisation plus ou moins grand selon leurs capacités. Il arrive également que certains membres développent sur le tard leurs pouvoirs comme le personnage du Fou GrantChester, capable de convaincre n'importe qui ou de l'empoisonner grâce aux effluves hormonales ou toxique qu'il dégage de son corps. Dans ce cas l'organisation les recrute via finance ou sentiment de patriotisme. D'autres sont recrutés suite à un arrangement contraint, comme le Fou Alrich. L'originalité de ce roman réside principalement dans cette organisation, qui rappelle un peu celle des XMen pour le côté pensionnat de surdoués. Mais c'est aussi dans les pouvoirs attribués aux personnages que Daniel O'Malley frappe fort. Myfanwy peut contrôler les gens en pénétrant leur organisme par la pensée ou en les touchant. Elle ressent chaque cellule, chaque pensée de celui qu'elle touche. Ce qui peut être perturbant quand cela n'est pas un être humain mais une créature. La Tour Gesalt possède quatre corps et un seul esprit. Ce qui est très dérangeant car on ne sait pas où se trouve son esprit. Sa particularité fait qu'il peut se trouver dans plusieurs endroits différents dans le monde et donc être au courant de plusieurs choses en même temps. Cela lui confère une longueur d'avance sur certains dans le domaine des secrets. Le docteur Crisp peut découvrir ce que les particularités des autres en lisant les lignes de leur main par contact et en forçant leurs barrières mentales. La Reine peut visiter les rêves de n'importe quelle personne sur terre pour le convaincre de réaliser certaines choses. D'autres personnages évoqués brièvement : une femme indestructible, un homme élastique, des devins... Et surtout l'organisation adverse, les Greffeurs, peuvent modifier les corps en y intégrant des éléments électroniques comme une caméra à la place des yeux, des micros aux niveau des oreilles... Une véritable transformation de l'héroïne. Tout le roman est un échange entre la Myfanwy passée et la nouvelle à travers les lettres que l'a première avait préparé à son intention. Intégrée à 7 ans dans le pensionnat sans qu'on lui ai vraiment expliqué pourquoi elle était là, elle n'a jamais vraiment accepté son pouvoir. Ce dernier l'empêchait d'avoir le moindre contact avec les autres. De ce fait, elle a très vite appris à vivre seule. N'ayant jamais réussi à revoir sa famille ou à se créer d'amis, elle s'est enfoncée dans le travail  de gestion et de logistique, seule chose pour laquelle elle était douée. Mais elle est toujours restée peu appréciée de ses collègues, et très craintive des autres et de son pouvoir. Pour lire la suite de ma chronique, rendez-vous sur :
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.