RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Toinou

            Plon
            EAN : 9782259001670
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 397
            Format : 132 x 201 mm
            Toinou
            Le cri d'un enfant auvergnat

            Collection : Terre humaine
            Date de parution : 11/06/1993

            C'est la fin du XIXème siècle, "la belle époque". Toinou va naître parmi les plus pauvres de la campagne puis grandir dans le "prolétariat insolvable " de la ville.

            «En ce temps-là, la France était le plus riche pays de la terre. Elle produisait trop de vin, trop de blé. Par milliards, les banques "pompaient" un excédent de ressources qu'elles dispersaient dans toute l'Europe et par-delà les océans.»

            En ce temps-là, quelque part dans le Livradois, en Auvergne, le Jean,...

            «En ce temps-là, la France était le plus riche pays de la terre. Elle produisait trop de vin, trop de blé. Par milliards, les banques "pompaient" un excédent de ressources qu'elles dispersaient dans toute l'Europe et par-delà les océans.»

            En ce temps-là, quelque part dans le Livradois, en Auvergne, le Jean, métayer, et la Marie, nourrice à Lyon, lièrent une existence "que la nécessité d'acheter le pain et de se vêtir tant bien que mal empoisonna jusqu'à la mort".

            C'est la fin du XIXème siècle, "la belle époque". Toinou va naître parmi les plus pauvres de la campagne puis grandir dans le "prolétariat insolvable " de la ville.

            Les yeux du petit garçon d'une lucidité sans appel, vont tout découvrir, tout retenir de ce monde implacable et sans joie. Le sein de la vie familiale, d'abord, qui "n'admet pas d'effusion", puis la petite école, sous la férule des soeurs, où les élèves sont rassemblés pour apprendre "à charbonner d'honorables majuscules", roués de coups dans une "atmosphère de terreur qui ne les lâche pas". La grande école des Frères, ensuite, avec sa cohorte d'injustices et d'aberrations, "qui fournit à la bourgeoisie locale une ample provision d'ouvriers et de métayers sans exigence, silencieux, soumis, craintifs", et surtout... le pitoyable cortège de tous ces misérables, dont une société de classes, lointaine et inflexible, fait des esclaves, des malheureux aux vies ratées - tels les parents de Toinou.

            C'est dans la tendresse d'un grand-père, qui lui donne le goût de savoir pour savoir, dans la fraternité chaleureuse et complice de l'enfance, qui a son code de l'honneur et ses héros, que Toinou trouvera la force de refuser les lois de cette société qui l'enserre de toutes parts.

            Ce cri d'enfant, très rare, sinon exceptionnel dans l'histoire rurale française, et dont l'écho se poursuit jusqu'au coeur de la Légion, est digne des plus grands : Hugo, Zola. Il en a la force de conviction et l'émouvante pudeur.

            Un livre que chacun doit lire et devrait méditer.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259001670
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 397
            Format : 132 x 201 mm
            Plon
            24.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • La31 Posté le 15 Mars 2019
              une enfance auvergnate dans la superbe collection terre humaine.
            • Pixie-Flore Posté le 20 Juillet 2016
              Le temps m'a d'abord paru long mais, au fil des pages, j'ai été happée par l'histoire d'Antoine Sylvère. Toujours avec humilité et réalisme, il raconte la misère et ceux qui la subissent. Loin des clichés, il nous montre la multiplicité des caractères humains et des coups du sort. Il parle de ceux qui se résignent et de ceux qui se battent ; de l'espoir qui se renforce en grandissant, ou qui s'envole. C'est un témoignage captivant et très touchant. Je suis admirative de cet homme qui, malgré les coups, la misère et l'endoctrinement a su se cramponner à la vie pour faire valoir son droit à la dignité humaine. Avec ce témoignage, Antoine Sylvère nous prouve que la "Belle époque" n'est qu'une expression toute faite qui ne satisfait que les populations riches de cette période. Lui, il rêvait d'une justice sociale qui était encore une utopie lointaine.
            • Duluoz Posté le 13 Juin 2014
              Une autobiographie qui tient du roman social le plus noir; on n'est pas comme avec Pierre-Jakez Hélias dans l'hymne ethnologique, mais dans une sociologie à la Bourdieu façon "misère du monde". Un témoignage poignant qui n'atteint cependant pas la poésie "souvenir d'un pas grand chose" de Bukowsky; Antoine Sylvere à fait dans le sobre.
            • Rubinowy Posté le 19 Janvier 2014
              Antoine Silvère entreprend le récit de sa terrible jeunesse, né en 1888 dans une famille paysanne d'une très grande pauvreté, très tôt il comprend et dénonce l'injustice de la société, le pouvoir de l’église et de la bourgeoisie à l'encontre des petites gens. Un livre éclairant, et très vrai sur les conditions de vie des paysans, sur la grande désolation des enfants sans joie, battus, exploités, enrôlés à l'usine à 13 ans à raison de plus de dix heures par jours. Mais Antoine Sylvère refuse sa condition et à force de ténacité réussit à entreprendre des études par sa seule force de son désir, et la conviction de sa réussite ..... Un livre remarquable d'une grande puissance, une leçon de vie selon moi .
            • Epictete Posté le 1 Janvier 2014
              Chaque fois que je vois une couverture "Terre humaine / Pocket" j'y vais sans hésiter. On est toujours face à des témoignages de grande qualité. Et là encore je n'ai pas été déçu : Un tableau réaliste digne des écrits de Zola, vécu de l'intérieur. C'est très bien écrit, dans un style très début de siècle, pur et classique. J'ai aimé bien sûr.
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…