Lisez! icon: Search engine
Toute ma vie Tome 3
journal intégral : 1946-1950
Date de parution : 16/09/2021
Éditeurs :
Bouquins

Toute ma vie Tome 3

journal intégral : 1946-1950

, , , ,

Date de parution : 16/09/2021
Julien Green (1900-1998) a tenu son journal de 1919 à sa mort. Le texte paru en 19 volumes de 1938 à 2006 n'est pas le texte intégral, comme Julien Green l'a indiqué dans les préfaces aux éditions successives, mais un choix opéré parmi des notes journalières prises tout au long d'une vie dont les dates se confondent avec celles du XXe siècle dans sa presque totalité.
Œuvre monumentale qui couvre soixante-dix ans de la vie de l’écrivain, le Journal de Julien Green n’avait pourtant jamais été publié dans sa version intégrale et définitive. L’auteur en avait... Œuvre monumentale qui couvre soixante-dix ans de la vie de l’écrivain, le Journal de Julien Green n’avait pourtant jamais été publié dans sa version intégrale et définitive. L’auteur en avait délibérément écarté les pages les plus intimes, jugeant impubliable de son vivant cette « confession qui rétablissait la vérité ».... Œuvre monumentale qui couvre soixante-dix ans de la vie de l’écrivain, le Journal de Julien Green n’avait pourtant jamais été publié dans sa version intégrale et définitive. L’auteur en avait délibérément écarté les pages les plus intimes, jugeant impubliable de son vivant cette « confession qui rétablissait la vérité ». Mais il se déclarait favorable à ce qu’elle fût exhumée le moment venu. C’est chose faite aujourd’hui grâce à cette édition conçue et présentée par Guillaume Fau, Carole Auroy, Alexandre de Vitry et Tristan de Lafond.

Ce troisième volume couvre la période 1946-1950, celle de la réinstallation Green à Paris, au retour des années d’exil passées aux États-Unis. L’écrivain reprend pied dans la vie intellectuelle, artistique et mondaine, aux côtés de son compagnon de vie, Robert de Saint Jean, et d’Anne Green, sa sœur. Il retrouve les écrivains dont il fut l’ami et le con dent durant l’entre-deux-guerres, André Gide, François Mauriac, Jean Cocteau, Jacques Maritain, surtout. Mais il est aussi confronté à une génération nouvelle d’auteurs qui, de Jean-Paul Sartre et Albert Camus à Jean Genet, bouleverse quelque peu son univers littéraire. Auprès de lui se renforcent dans le même temps le rôle et l’influence de religieux qui vont devenir ses interlocuteurs quasi quotidiens et les témoins de son évolution intérieure. Au début des années 1950, on voit s’ouvrir pour l’auteur de nouveaux horizons : celui du théâtre, d’abord, forme d’expression pour lui inédite ; celui, aussi, d’un infléchissement de sa vie personnelle avec la rencontre d’Éric Jourdan, son futur fils adoptif.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221203095
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1056
Format : 132 x 198 mm
EAN : 9782221203095
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1056
Format : 132 x 198 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Valnoise 06/09/2022
    JULIEN GREEN GREFFIER DE SON EXISTENCE En ouverture de ce volume de 1032 pages (sans index) qui couvre la période 1946-1950, la préface lève le voile sur la relation nouée en 1950 entre Julien Green et un garçon de trente ans son cadet, peut-être rencontré dans la rue pour ne pas dire sur le trottoir, et qui en 1980 deviendra son fils adoptif, l'écrivain Éric Jourdan*. Après la période de la guerre, vécue en Amérique en compagnie de son ami Robert de Saint Jean, J. Green retrouve la vie parisienne, sort dans le monde. Il voit André Gide, fréquente des personnalités des arts et du spectacle (Jean Cocteau, Leonor Fini, Georges Auric, etc.), et demeure à distance de la modernité littéraire, en auteur déjà un peu passé de mode. Sur le plan religieux, il est devenu depuis quelque temps un fidèle très pieux, qui se confesse scrupuleusement, communie trois fois par semaine, récite le bréviaire, mais doublé d'un curieux paroissien qu'excitent les cuisses des scouts, et qui reste obsédé par le sexe. Entouré de frocards, il cultive l'amitié du philosophe thomiste Jacques Maritain, proche du Vatican, et parfois se lâche avec les garçons. La tension devient folle entre ce qu'il croit et ce... JULIEN GREEN GREFFIER DE SON EXISTENCE En ouverture de ce volume de 1032 pages (sans index) qui couvre la période 1946-1950, la préface lève le voile sur la relation nouée en 1950 entre Julien Green et un garçon de trente ans son cadet, peut-être rencontré dans la rue pour ne pas dire sur le trottoir, et qui en 1980 deviendra son fils adoptif, l'écrivain Éric Jourdan*. Après la période de la guerre, vécue en Amérique en compagnie de son ami Robert de Saint Jean, J. Green retrouve la vie parisienne, sort dans le monde. Il voit André Gide, fréquente des personnalités des arts et du spectacle (Jean Cocteau, Leonor Fini, Georges Auric, etc.), et demeure à distance de la modernité littéraire, en auteur déjà un peu passé de mode. Sur le plan religieux, il est devenu depuis quelque temps un fidèle très pieux, qui se confesse scrupuleusement, communie trois fois par semaine, récite le bréviaire, mais doublé d'un curieux paroissien qu'excitent les cuisses des scouts, et qui reste obsédé par le sexe. Entouré de frocards, il cultive l'amitié du philosophe thomiste Jacques Maritain, proche du Vatican, et parfois se lâche avec les garçons. La tension devient folle entre ce qu'il croit et ce qu'il fait, contradiction démente, entre tentations et désir d'être un saint. En juillet 1948, après plus d'un an de chasteté absolue, retour en force du plaisir. Quand la peur de l'enfer ne le paralyse pas, ni la crainte de la police, le romancier court au bain Duret (un temps refuge de Sachs), où les prestations tarifées d'un certain Mario le ravissent. Son homosexualité de nouveau assumée, et de la façon la plus commune, il reprend goût à la vie. le 20 septembre 1948 il écrit : « En travaillant ce matin, j'ai senti avec une joie indescriptible que le don de créer m'était rendu. » le roman Moïra paraîtra en mars 1950. Féru d'érudition religieuse, élitiste en diable, et franchement misogyne, mais peintre aussi, artiste, Green en aura tenté l'audacieuse entreprise, verser à son journal la vérité de sa vie. *Voir aussi Rencontres avec Éric Jourdan (2015), de Serge Kandrashov. Jean-Éric Green (Jean-Roger Gaytérou) était né le 29 mai 1930 et non en 1937 ainsi qu'il le prétendait.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.