Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782714480934
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 688
Format : 140 x 225 mm
Toutes blessent, la dernière tue (collector)
Date de parution : 08/11/2018
Éditeurs :
Belfond

Toutes blessent, la dernière tue (collector)

Date de parution : 08/11/2018
Le dernier roman de la reine du polar Karine Giebel dans une édition collector comprenant la nouvelle inédite Tristan
Je connais l’enfer dans ses moindres recoins.
Je pourrais le dessiner les yeux fermés.
Je pourrais en parler pendant des heures.
Si seulement j’avais quelqu’un à qui parler…
Tama est une esclave. Elle n’a...
Je connais l’enfer dans ses moindres recoins.
Je pourrais le dessiner les yeux fermés.
Je pourrais en parler pendant des heures.
Si seulement j’avais quelqu’un à qui parler…
Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre...
Je connais l’enfer dans ses moindres recoins.
Je pourrais le dessiner les yeux fermés.
Je pourrais en parler pendant des heures.
Si seulement j’avais quelqu’un à qui parler…
Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin…

Frapper, toujours plus fort.
Les détruire, les uns après les autres.
Les tuer tous, jusqu’au dernier.
Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.
Un homme dangereux.
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique.
Qui est-elle ? D’où vient-elle ?
 
Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite !
Parce que bientôt, tu seras morte.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714480934
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 688
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"C’est d’ailleurs sur ce point que nous avons été véritablement soufflés chez Lettres it be. D’une thématique sociale grave, bel et bien existante, Karine Giébel délivre une histoire complexe, sombre, qui ne s’éloigne jamais de la réalité. On ne sait sur quel pied danser, on ne sait quelle jambe entre celle de la fiction et celle de la réalité est de bois."
Rémy / Letttres it be

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sarahatrassi 13/07/2022
    UN LIVRE ADDICTIF que vous ne pouvez pas lâcher jusqu'à la dernière page. C'est ma première fois que je pleure en lisant certains passages tellement la souffrance est déchirante aussi bien que l'histoire des personnages est captivante. C'est du vrai HARD sur certains chapitres mais Milles merci à Karine GIEBEL pour cet incroyable roman. Je ne sais pas si le fait que je sois originaire du Maroc comme Tama qui m'a captivé le plus, mais j'ai trop ressenti sa souffrance à travers la plume de l'auteur. Malheureusement, on ne peut jamais savoir combien de Tama et de Tayri existent encore, subissant la cruauté extreme de l'imagination humaine. Prière à toutes et à tous.
  • jero67 07/07/2022
    Comme le premier livre que j’avais lu d’elle,celui ci m’a marquée. m’a fait mal. que de violence de haine et de souffrance! Et pourtant que d’amour aussi. je dois avouer que j’ai lu quelques scènes de violence en diagonale. J’espère de tout cœur que la fiction dépasse la réalité. Je crois que seule Karine Gebel sait frapper aussi loin dans notre sensibilité.
  • laetice 19/06/2022
    Résumé : Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin… Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures. Un homme dangereux. Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite ! Parce que bientôt, tu seras morte. Le thème de l'esclavage des petites filles enlevées de leur pays et soi disant pour aller à l'école en France. Tout compte fait pour devenir esclave de famille française , c'est boulversant. Très dur à lire ,avec toutes ses tortures qui lui sont infligées . Mais toutefois un livre très poignant et on s'attache à tama .
  • zette62 19/06/2022
    J'ai connu Karine Giebel dans un groupe de lecture. Les critiques étaient unanimes à dire que ses romans étaient addictifs, durs certes mais que l'auteure nous entraîne très vire dans son univers et dans l'histoire. Alors je me suis dit, quand-même ils doivent un peu en rajouter comme le font les fans. J'ai donc acheté toutes blessent, la dernière tue, bouquin de presque 800 pages, sans vraiment m'intéresser au sujet du livre. Je me suis dit, on verra bien. Eh bien quelle magistrale claque j'ai prise en pleine figure !! J'ai dévoré les 800 pages en moins d'1 semaine, ce qui ne m'est pas arrivé depuis au moins 10 ans !! Je confirme, le sujet est difficile, sensible et nous renvoie aux pires que l'être humain est capable de faire à son prochain. Mais Madame Giebel écrit avec tellement de justesse, qu'elle nous embarque dès les premières pages dans l'histoire de tama, 8 ans enlevée de ses parents et réduite en esclavage moderne par la plus abjecte des personnes. C'était sans compter sur son incroyable force, son courage et sa capacité de résilience. Je n'en dirai pas plus, pour vous permettre de prendre une claque littéraire comme celle que j'ai prise avec beaucoup de... J'ai connu Karine Giebel dans un groupe de lecture. Les critiques étaient unanimes à dire que ses romans étaient addictifs, durs certes mais que l'auteure nous entraîne très vire dans son univers et dans l'histoire. Alors je me suis dit, quand-même ils doivent un peu en rajouter comme le font les fans. J'ai donc acheté toutes blessent, la dernière tue, bouquin de presque 800 pages, sans vraiment m'intéresser au sujet du livre. Je me suis dit, on verra bien. Eh bien quelle magistrale claque j'ai prise en pleine figure !! J'ai dévoré les 800 pages en moins d'1 semaine, ce qui ne m'est pas arrivé depuis au moins 10 ans !! Je confirme, le sujet est difficile, sensible et nous renvoie aux pires que l'être humain est capable de faire à son prochain. Mais Madame Giebel écrit avec tellement de justesse, qu'elle nous embarque dès les premières pages dans l'histoire de tama, 8 ans enlevée de ses parents et réduite en esclavage moderne par la plus abjecte des personnes. C'était sans compter sur son incroyable force, son courage et sa capacité de résilience. Je n'en dirai pas plus, pour vous permettre de prendre une claque littéraire comme celle que j'ai prise avec beaucoup de surprise. Ce qui est certain c'est que ce ne sera pas mon dernier livre de l'auteure !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Aurelire 15/06/2022
    Alors, avant d'écrire mon retour, j'ai dû laisser un peu décanter les choses car ce roman m'a a la fois complètement embarquée et en même temps perturbée. J'ai eu du mal à faire la part des choses pour pouvoir faire un retour clair sur mon ressenti à la lecture de ce livre. Ce n'est pas mon premier Giebel, je savais donc à quoi m'attendre en terme de noirceur ! On découvre ici l'histoire de Tama, enlevée très jeune à sa famille au Maroc pour devenir l'esclave d'une famille française. Sa vie en France va être un vrai supplice avec pourtant parfois une lumière au bout du tunnel qui lui permettra de faire face à toutes les horreurs qu'elle va vivre. J'avais été complément happée par "Meurtres pour rédemption" et cette Marianne tellement imparfaite mais aussi tellement passionnante, courageuse, combative, et avec une telle résilience... Une nouvelle fois, on retrouve une petite fille puis adolescente et jeune adulte qui va vivre le pire mais vaincre toutes ces horreurs grâce à l'amour. Les histoires de Marianne et de Tama se recoupent un peu sur ce point, même si l'une est dès le départ plus perturbée que l'autre. Ceci étant, on touche ici un sujet qui... Alors, avant d'écrire mon retour, j'ai dû laisser un peu décanter les choses car ce roman m'a a la fois complètement embarquée et en même temps perturbée. J'ai eu du mal à faire la part des choses pour pouvoir faire un retour clair sur mon ressenti à la lecture de ce livre. Ce n'est pas mon premier Giebel, je savais donc à quoi m'attendre en terme de noirceur ! On découvre ici l'histoire de Tama, enlevée très jeune à sa famille au Maroc pour devenir l'esclave d'une famille française. Sa vie en France va être un vrai supplice avec pourtant parfois une lumière au bout du tunnel qui lui permettra de faire face à toutes les horreurs qu'elle va vivre. J'avais été complément happée par "Meurtres pour rédemption" et cette Marianne tellement imparfaite mais aussi tellement passionnante, courageuse, combative, et avec une telle résilience... Une nouvelle fois, on retrouve une petite fille puis adolescente et jeune adulte qui va vivre le pire mais vaincre toutes ces horreurs grâce à l'amour. Les histoires de Marianne et de Tama se recoupent un peu sur ce point, même si l'une est dès le départ plus perturbée que l'autre. Ceci étant, on touche ici un sujet qui m'atteint toujours beaucoup plus, les maltraitances physiques et/ou sexuelles sur des enfants ou adolescentes, ce qui m'avait déjà un peu bloquée dans ma lecture du "Purgatoire des innocents". Tama n'a que 8 ans au début de l'histoire, donc 1 an de plus que mon fils, et les horreurs qu'elle subit m'ont pétrifiée. Si le fond est basé sur une réalité (l'esclavagisme moderne), c'est un sujet qui me retourne pour le coup un peu trop les tripes et j'atteins là la limite que je peux personnellement supporter dans une lecture. Comme dans chaque livre de Giebel, l'héroïne ne vit pas "juste" une mauvaise rencontre mais elle enchaîne les horreurs subies, jusqu'à l'apothéose que j'attendais noire (je ne vous dirais pas si elle l'est ou non #x1f609). Alors oui, c'est ce qui fait la patte de l'autrice et c'est ce qui m'avait embarquée dans ses précédents romans. Mais cette fois-ci, c'était un peu trop pour moi. En revanche, je lui reconnais un véritable talent d'écriture qui, une nouvelle fois, m'a tellement happée que j'ai avalé ces plus de 700 pages en à peine quelques jours. C'est ce qui me donne ce sentiment mi-figue mi-raisin : j'ai le sentiment d'avoir d'un côté adoré ce livre et de l'autre, il m'a profondément perturbée. J'ajouterais qu'une chose m'a particulièrement bloquée dans ce livre, c'est la "passion" entre Tama et l'homme qu'elle aime. Il la frappe et pourtant, elle lui pardonne, tout à son amour pour lui, du haut de ses 14 ans. Dans le contexte actuel, où l'on prend enfin conscience que les féminicides sont une réalité et ne sont nullement des actes d'amour, j'ai trouvé gênant que l'autrice nous présente un tel amour comme quelque chose de beau et de fort. En l'occurrence, il s'agit d'un viol (puisqu'elle est mineure de moins de 15 ans et lui adulte) et d'une vraie relation d'emprise puisque Tama n'a pas d'autre repère dans la vie que l'homme qu'elle aime. Certes, ce n'est "que" un roman mais ça participe à me laisser un sentiment mitigé une fois ce livre fermé.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Belfond

    25 livres à offrir pour Noël

    Ça y est, Noël approche… Des cadeaux à offrir, des idées à avoir, bref, le début de la catastrophe ! Alors pour vous faciliter la vie, on vous a concocté une liste de cadeaux aux petits oignons, histoire de voyager en littérature…

    Lire l'article