En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Tu es le mal

        Presses de la cité
        EAN : 9782258092839
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 576
        Format : 140 x 225 mm
        Tu es le mal

        ANAIS BOKOBZA (Traducteur)
        Collection : Sang d'Encre
        Date de parution : 06/09/2012

        L’Italie en noir : une enquête parmi des politiciens cyniques, des cardinaux pratiquant l’omerta, des assassins cruels, de belles femmes insondables.

        Rome, juillet 1982. Alors que l’Italie remporte la Coupe du monde de football, la très belle Elisa Sordi, employée du cardinal Alessandrini, disparaît. Elle est retrouvée sur les berges du Tibre, le corps mutilé. Balistreri, le jeune et fringant policier chargé de l’enquête, n’élucidera pas le meurtre.
        Rome, juillet 2006....

        Rome, juillet 1982. Alors que l’Italie remporte la Coupe du monde de football, la très belle Elisa Sordi, employée du cardinal Alessandrini, disparaît. Elle est retrouvée sur les berges du Tibre, le corps mutilé. Balistreri, le jeune et fringant policier chargé de l’enquête, n’élucidera pas le meurtre.
        Rome, juillet 2006. La mère d’Elisa se suicide pendant la finale du Mondial qui consacre une nouvelle fois la « Squadra Azzura ». Alcoolique, cardiaque et dépressif, Balistreri n’est plus que l’ombre de lui-même. Incorruptible en dépit de sa dérive personnelle, il décide de rouvrir le dossier qui le hante depuis plus de vingt ans...
        « Le thriller parfait de Roberto Costantini, Tu es le mal, supporte la comparaison avec Stieg Larsson et révèle un maître du genre. »
        Giovanni Pacchiano - Il sole 24 Ore

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258092839
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 576
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        23.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • michfred Posté le 24 Juin 2016
          Un sombre polar italien,et même italianissime. Rome en est le théâtre, et quel théâtre: entre les rives populeuses et branchées du Trastevere, les jardins ombragés et secrets des belles villas vaticanes, les places connues -Navona, Popolo, Quatro fiumini- où l'on se donne rendez-vous autour d'un cappuccino, avec les coupoles dorées des églises baroques et de la basilique Saint Pierre scintillant dans les vapeurs torrides du soleil et avec les plages d'Ostia, toute proche, pour la fraîcheur d'un bain ou d'une escapade en voilier... Sans oublier, en plein centre de Rome, le Casilino 900, ce camp de réfugiés roms, comme une plaie infecte et honteuse au flanc de la Ville éternelle... Rome, terre de contrastes... On ne pouvait inscrire cette ville immémoriale dans le temps, toujours urgent et pressé, d'un polar: Roberto Costantini a donc choisi la durée: 26 ans, de 1982 à 2006, très exactement entre deux victoires italiennes à la coupe du monde de football.. "Panem et circenses!" - du pain et des jeux!- réclamait le populus romanus à ses édiles...on en est toujours là... Sauf qu'ici ce serait plutôt "sanguinem et circenses!" Entre ces deux dates, un fou sanguinaire opère dans la ville : un crime unique, d'abord, atroce, puis 26 ans plus... Un sombre polar italien,et même italianissime. Rome en est le théâtre, et quel théâtre: entre les rives populeuses et branchées du Trastevere, les jardins ombragés et secrets des belles villas vaticanes, les places connues -Navona, Popolo, Quatro fiumini- où l'on se donne rendez-vous autour d'un cappuccino, avec les coupoles dorées des églises baroques et de la basilique Saint Pierre scintillant dans les vapeurs torrides du soleil et avec les plages d'Ostia, toute proche, pour la fraîcheur d'un bain ou d'une escapade en voilier... Sans oublier, en plein centre de Rome, le Casilino 900, ce camp de réfugiés roms, comme une plaie infecte et honteuse au flanc de la Ville éternelle... Rome, terre de contrastes... On ne pouvait inscrire cette ville immémoriale dans le temps, toujours urgent et pressé, d'un polar: Roberto Costantini a donc choisi la durée: 26 ans, de 1982 à 2006, très exactement entre deux victoires italiennes à la coupe du monde de football.. "Panem et circenses!" - du pain et des jeux!- réclamait le populus romanus à ses édiles...on en est toujours là... Sauf qu'ici ce serait plutôt "sanguinem et circenses!" Entre ces deux dates, un fou sanguinaire opère dans la ville : un crime unique, d'abord, atroce, puis 26 ans plus tard, une rafale de meurtres qui semblent porter la même signature... Un vrai bon polar doit avoir des lieux incarnés, il doit prendre son temps pour faire mijoter notre effroi et surtout il doit avoir des personnages étoffés, profonds, complexes, aussi incarnés que ceux du roman classique, sous peine d'être aussitôt oublié quelque temps après sa lecture.. Inoubliable Michele Balistreri, ancien facho et vrai macho, tombeur et consommateur impénitent de cigarettes, whisky et p'tites pépées...C'est notre flic en chef, un vrai cliché ambulant d'abord..Puis le temps passe, et comme le Lagavullin hors d'âge, il prend de la bouteille, du coffre, de la profondeur, de la complexité en même temps qu'il prend des gnons- ce qu'il perd en flamboyance il le gagne en humanité, ses blessures et ses secrets font sa force et sa sagacité. Autour de lui des "seconds" formidables, presque aussi attachants que l'équipe d'Adamsberg chez Vargas, c'est dire! Un Sarde amoureux, une "bi" risque-tout et tête brûlée, un Nain..si grand qu'il en meurt, un bellâtre redoutable enquêteur, tous affublés de sobriquets cinématographiques (Mastroianni, Coppola...) tirés du cinéma italien, "evidentemente"! Quant au Mal, du titre, il est partout: dans les silences du Vatican, dans les magouilles politiciennes, dans les compagnies fiduciaires planquées aux Emirats, dans la folie des fêtes footballistiques, dans les blessures narcissiques aux conséquences incalculables, dans la morgue des aristocrates, dans les mensonges de chacun, dans les trahisons, les vendettas, les manipulations odieuses des faiblesses et des misères humaines, et même dans le sombre passé de Balistreri... Mais les "méchants" ont tous une fêlure, une blessure qui les rend moins démoniaques, qui leur ôte cette monstruosité - qui rassure parce qu'on croit pouvoir s'en distinguer... Rien de tel chez Costantini: tout le monde, à un degré ou à un autre, peut être le mal, l'a été ou le sera, même les plus angéliques... Des femmes, surtout, en payent le prix, victimes expiatoires de ce sombre poison qui semble gangrener la ville et sa population depuis tant d'années... Magnifique polar, sombre et envoûtant, qui plonge dans les abysses, mais sait aussi dispenser une sorte de grâce, de pardon, inattendu et bouleversant. J'ajoute qu'il est très bien écrit...qu'on lui donne la place qu'il mérite serait mon voeu le plus cher !!!
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lapkast Posté le 21 Septembre 2013
          Réussite magistrale, un polar époustouflant d'une rare intensité. À découvrir absolument ! Enorme coup de coeur, voici une pépite noire qui m'a été conseillée par un ami libraire alors que je ne l'avais pas repéré à sa sortie, je l'ai littéralement dévoré et j'ai été littéralement immergé dans cette sombre histoire en même temps que ses protagonistes. Et quel plaisir de lecture !! Roberto Costantini a vraiment bâti ici une intrigue vertigineuse et ambitieuse, et celle-ci est d'autant plus crédible que l'un de ses gros points forts, c'est d'avoir réussi à bâtir une formidable galerie de personnages aussi fascinants qu'intrigants, et plus vrais que nature. Tous sont troubles et ambigus et participent à cette incroyable atmosphère de secrets enfouis, de drames mystérieux passés sous silence à travers la vingtaine d'années qui sépare le début de l'intrigue jusqu'à ses répercussions sanglantes et sa résolution. Un tel talent pour dresser toute une série de portraits aussi réussis est assez rare mais, comme pour la progression de son enquête et de cette ambiance bien particulière qui semble plomber cette Rome de plus en plus crépusculaire, à la fois sombre, tendue et mystérieuse qui plane tout au long du récit, l'auteur y va par petites... Réussite magistrale, un polar époustouflant d'une rare intensité. À découvrir absolument ! Enorme coup de coeur, voici une pépite noire qui m'a été conseillée par un ami libraire alors que je ne l'avais pas repéré à sa sortie, je l'ai littéralement dévoré et j'ai été littéralement immergé dans cette sombre histoire en même temps que ses protagonistes. Et quel plaisir de lecture !! Roberto Costantini a vraiment bâti ici une intrigue vertigineuse et ambitieuse, et celle-ci est d'autant plus crédible que l'un de ses gros points forts, c'est d'avoir réussi à bâtir une formidable galerie de personnages aussi fascinants qu'intrigants, et plus vrais que nature. Tous sont troubles et ambigus et participent à cette incroyable atmosphère de secrets enfouis, de drames mystérieux passés sous silence à travers la vingtaine d'années qui sépare le début de l'intrigue jusqu'à ses répercussions sanglantes et sa résolution. Un tel talent pour dresser toute une série de portraits aussi réussis est assez rare mais, comme pour la progression de son enquête et de cette ambiance bien particulière qui semble plomber cette Rome de plus en plus crépusculaire, à la fois sombre, tendue et mystérieuse qui plane tout au long du récit, l'auteur y va par petites touches successives, sans jamais s'appesantir. Ici, on est loin des thrillers formatés avec pseudo-rebondisements capillotractés à chaque fin de chapitres de deux pages (si vous voyez ce que je veux dire...). Au contraire, l'auteur donne de la chair à ses personnages comme à son récit, distillant le doute, la suspicion chez son lecteur, l'air de rien. Et puis j'ai été en totale empathie avec ce commissaire Balistreri, formidable personnage hanté par le passé et ses erreurs, miné par un amour impossible comme par les profondes blessures liées à son passé et à son adolescence. Un être en souffrance, bien que cela ne l'empêche pas de s'user au maximum pour la résolution de son enquête et pour découvrir la sombre vérité, jusqu'à devoir se sacrifier s'il le faut. Et c'est peu dire que l'enquête est mouvementée : entre fausses pistes, indices impossibles (apparemment) à relier, rebondissements inattendus, tout cela au sein des arcanes du pouvoir italien, à travers les politiciens et le Vatican omniprésent, et sans même parler de l'ombre des services secrets qui semblent planer quelque part, le lecteur vit totalement ce drame et cette traque du (ou des) tueur(s). Jusqu'à la dernière page et l'ultime révélation d'un dénouement à double détente, en forme de coup de poing, on ressort du livre lessivé, marqué et... heureux ! Heureux d'avoir lu un roman aussi formidable, mais aussi avec la furieuse envie de se jeter immédiatement sur une autre enquête de cette trilogie Balistreri ! Ce roman est unique et totalement addictif et, franchement, je le recommande vivement à tous, car il en surprendra plus d'un, tellement il est à la fois différent et plus profond que ce que l'on peut s'imaginer de prime abord. Roberto Costantini est vraiment un auteur talentueux, qui dans ce premier roman en forme de coup de maître se hisse d'emblée au panthéons des grands auteurs de polars, car justement il propose un univers unique et envoûtant, une vision de l'Italie en noir aussi fascinante que pertinente. Ne manquez surtout pas ce magnifique polar, et surtout... vivement la suite de cette trilogie !!!
          Lire la suite
          En lire moins
        • argali Posté le 29 Juillet 2013
          « La limite entre un assassin et un justicier est le motif pour lequel il tue. » C’est ce que j’ai voulu montrer dans mon livre affirme Roberto Constantini. Ce roman pose en effet la question de la limite entre le bien et le mal, entre le défendable et l’indéfendable. Est-on différent si on tue pour sauver une vie ? Si on ment pour sauver une vie ? Si on laisse faire en espérant sauver une vie ? Toutes ces questions se posent à un moment ou à un autre dans ce roman noir qui nous plonge dans une Italie gangrénée par la corruption, les petits arrangements entre amis, les magouilles, les accointances entre politique, économie, monde des affaires, mafia et même Vatican… L’intrigue est dense, fouillée et les personnages nombreux. Mais Constantini prend le temps de les installer, de leur donner une consistance et par là même, de nous faire entrer en douceur dans les arcanes de son récit. Michele Balistreri, jeune policier sûr de lui et tombeur, est au cœur de l’histoire. Marqué par une affaire non résolue de son début de carrière, il va glisser peu à peu dans la dépression en raison du remord qui l’assaille.... « La limite entre un assassin et un justicier est le motif pour lequel il tue. » C’est ce que j’ai voulu montrer dans mon livre affirme Roberto Constantini. Ce roman pose en effet la question de la limite entre le bien et le mal, entre le défendable et l’indéfendable. Est-on différent si on tue pour sauver une vie ? Si on ment pour sauver une vie ? Si on laisse faire en espérant sauver une vie ? Toutes ces questions se posent à un moment ou à un autre dans ce roman noir qui nous plonge dans une Italie gangrénée par la corruption, les petits arrangements entre amis, les magouilles, les accointances entre politique, économie, monde des affaires, mafia et même Vatican… L’intrigue est dense, fouillée et les personnages nombreux. Mais Constantini prend le temps de les installer, de leur donner une consistance et par là même, de nous faire entrer en douceur dans les arcanes de son récit. Michele Balistreri, jeune policier sûr de lui et tombeur, est au cœur de l’histoire. Marqué par une affaire non résolue de son début de carrière, il va glisser peu à peu dans la dépression en raison du remord qui l’assaille. Seules son intégrité et sa volonté de faire la lumière sur une série de meurtres atroces, quoi qu’il remue, vont lui donner la force d’aller jusqu’au bout et de rouvrir ce dossier qui le hante. Rome joue également un grand rôle. Son ambiance, son cadre tantôt enchanteur tantôt misérable, ses habitants, son sens de la fête et de la démesure… concourent à l’atmosphère légère ou oppressante de l’histoire. Ainsi, la chaleur, la moiteur, la grève des éboueurs, les odeurs nauséabondes qui imprègnent les rues… rien ne nous sera épargné lors des passages noirs. La force de ce roman est aussi sa plongée au cœur de la réalité d’un pays et d’un peuple que l’auteur connaît bien et dont il parle sans ambages. Les situations politiques ou sociales évoquées rappelleront des faits précis, des personnages connus… C’est voulu… Pour un premier roman, premier volet d’une trilogie, ce policier nous offre une intrigue structurée et maîtrisée qui nous emmène dans un labyrinthe de possibles. La vérité se fait jour lentement mais l’on reste surpris jusqu’au bout. Je vous le conseille vivement.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Noir sans être violent, ce premier roman sans concessions est un coup de maître."

        Point de Vue

        "Premier roman surprenant, Tu es le mal entraîne le lecteur dans l'Italie des années 80 jusqu'à celle d'aujourd'hui, sur fond de foot, Le Vatican, les Roms, la police, les coulisses de la politique. Vous ne verrez plus Rome comme avant."

        ALIBI

        "L'intrigue de Roberto Costantini, dont c'est le premier roman, est riche et bien menée."

        Paris Normandie

        Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
        Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.