RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Un hiver à Madrid

            Belfond
            EAN : 9782714442277
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 516
            Format : 154 x 240 mm
            Un hiver à Madrid

            Françoise ROSE (Traducteur)
            Date de parution : 16/10/2008

            À la fois roman d'espionnage, histoire d'amour tragique et somptueux tableau du Madrid exsangue de l'hiver 1940, une œuvre magistrale, sombre et ambitieuse, entre Graham Greene et le Hemingway de Pour qui sonne le glas.

            Dans le chaos qui suit la guerre civile espagnole, Harry Brett, interprète à l'ambassade britannique, peine à reconnaître le Madrid de sa jeunesse. La ville n'est plus qu'un champ de ruines.
            Chargé par les services secrets anglais d'espionner un ancien camarade de collège lié à la faction extrémiste des nationalistes...

            Dans le chaos qui suit la guerre civile espagnole, Harry Brett, interprète à l'ambassade britannique, peine à reconnaître le Madrid de sa jeunesse. La ville n'est plus qu'un champ de ruines.
            Chargé par les services secrets anglais d'espionner un ancien camarade de collège lié à la faction extrémiste des nationalistes espagnols, Harry espère secrètement retrouver Bernie, son meilleur ami, fervent communiste porté disparu lors de la guerre civile. Aidé par Barbara, l'ancienne maîtresse de Bernie, et surtout par Sofia, une jeune étudiante en médecine dont il va tomber passionnément amoureux, Harry ignore encore qu'il n'est qu'un pion manipulé par des politiciens sans scrupules…

            Entre dilemmes, compromissions et ambiguïtés morales douteuses, dans une partie d'échecs où tous les coups sont permis, chacun des joueurs de ce quintet amoureux perdra quelque chose : ses illusions, ses certitudes, ses espoirs, voire la vie, tandis que l'Europe gronde du bruit de l'avancée nazie…

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714442277
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 516
            Format : 154 x 240 mm

            Ils en parlent

            « Amour, espions et trahisons. Vif comme Alexandre Dumas. Avec un nuage d'élégance british. C'est le genre de roman que vous vous engagez à rembourser à vos amis s'ils ne l'aiment pas. »
            Gilles Martin-Chauffier / Paris Match

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • steph5977 Posté le 1 Juillet 2019
              une première partie un peu longue à mon goût, javoue avoir eu du mal à me retrouver dans toutes les factions politiques de l'époque et n'étant pas fan d'espionnage je me suis ennuyée au début, mais j'ai eu un vrai coup de coeur pour le personnage de bernie, dommage qu'il ne soit pas plus présent
            • steph5977 Posté le 1 Juillet 2019
              une première partie un peu longue à mon goût, javoue avoir eu du mal à me retrouver dans toutes les factions politiques de l'époque et n'étant pas fan d'espionnage je me suis ennuyée au début, mais j'ai eu un vrai coup de coeur pour le personnage de bernie, dommage qu'il ne soit pas plus présent
            • GeorgesSmiley Posté le 19 Mars 2019
              Un bon roman bien épais, avec tout ce qu’il faut de romances, d’aventures et de suspens, construit sur un socle très solide de connaissances et de documentations. La mise en place est longue et pourrait sembler ennuyeuse ? Ce n’est pas mon avis. Le décor et les problématiques de cette fin d’année 1940 en Espagne, en Grande-Bretagne et dans toute l’Europe à feu et à sang méritent bien ces chapitres tout comme la cohérence et l’épaisseur des personnages, anciens des public schools anglaises, brigadistes de 1936, infirmière de la Croix Rouge, affairiste sans foi ni loi, militaires phalangistes ou monarchistes, madrilènes rescapés de la guerre civile ou orphelins maltraités. Cette partie se lit très agréablement parce que les personnages principaux ont du caractère, un passé et une histoire ayant forgé des convictions. Les personnages secondaires, quant à eux, illustrent bien les problématiques anglo-britanniques de cette année 1940 : L’hésitation de Franco à entrer dans la guerre, la pression allemande pour l’y entraîner et les efforts anglais pour l’en dissuader. Et aussi les rivalités entre phalangistes et monarchistes, la misère noire du petit peuple madrilène, la rancœur des vaincus de la guerre civile envers les vainqueurs et réciproquement. Ou les dissensions... Un bon roman bien épais, avec tout ce qu’il faut de romances, d’aventures et de suspens, construit sur un socle très solide de connaissances et de documentations. La mise en place est longue et pourrait sembler ennuyeuse ? Ce n’est pas mon avis. Le décor et les problématiques de cette fin d’année 1940 en Espagne, en Grande-Bretagne et dans toute l’Europe à feu et à sang méritent bien ces chapitres tout comme la cohérence et l’épaisseur des personnages, anciens des public schools anglaises, brigadistes de 1936, infirmière de la Croix Rouge, affairiste sans foi ni loi, militaires phalangistes ou monarchistes, madrilènes rescapés de la guerre civile ou orphelins maltraités. Cette partie se lit très agréablement parce que les personnages principaux ont du caractère, un passé et une histoire ayant forgé des convictions. Les personnages secondaires, quant à eux, illustrent bien les problématiques anglo-britanniques de cette année 1940 : L’hésitation de Franco à entrer dans la guerre, la pression allemande pour l’y entraîner et les efforts anglais pour l’en dissuader. Et aussi les rivalités entre phalangistes et monarchistes, la misère noire du petit peuple madrilène, la rancœur des vaincus de la guerre civile envers les vainqueurs et réciproquement. Ou les dissensions toujours vivaces entre socialistes et communistes, masquant derrière les grands idéaux et la solidarité affichée entre « camarades », les petites bassesses et antipathies communes à l’ensemble du genre humain. Le rôle de l’Eglise, persécutée par les Républicains puis soutien du nouveau régime, est lui-aussi finement illustré au-travers de ses hésitations face au sort des vaincus. Ce dialogue, dans un camp de prisonniers républicains, en est un exemple : « Il ne s’agit pas d’une joute intellectuelle. Nous sommes dans un endroit où l’on empêche les malades de recevoir des soins et où l’on fait travailler des hommes jusqu’à ce qu’ils en meurent, sur ordre du gouvernement que votre Eglise soutient. _ Vous n’êtes pas espagnol, Piper, répondit le prêtre en soupirant. Comment pouvez-vous comprendre ce qu’a été la guerre civile ? J’ai eu des amis, des prêtres, qui ont été faits prisonniers en zone républicaine. Ils ont été fusillés, jetés du haut des falaises, torturés… _ Et c’est la raison pour laquelle vous vous vengez sur nous. Je croyais que les chrétiens étaient censés se conduire mieux que les autres hommes, dit Bernie avec un rire amer. » Tout ceci est fort bien décrit, se lit agréablement et nourrit une intrigue complexe qui se développe jusqu’à un dernier rebondissement assez inattendu qui permet à ce très bon roman d’habilement mêler aventure passionnante et vraisemblance historique. Et puis, « last but not least »… « Dans le lointain, là où la Tierra Muerta s’estompait sur l’horizon brumeux, Bernie aperçut soudain une chose extraordinaire. Au-dessus d’une couche de brouillard blanc se dressait une falaise sur le bord de laquelle étaient perchées des maisons dont les fenêtres miroitaient sous le soleil. Elles paraissaient incroyablement proches et avaient l’air de flotter sur la brume. « Regarde, amigo, ce spectacle ne vaut-il pas la peine de rester en vie ? Ce n’est pas si souvent qu’on a la chance de voir ça. » Ca, c’est Cuenca (à mi-chemin entre Madrid et Valence), dont le site est classé au Patrimoine mondial de l’Humanité. Ca donne envie d’y aller voir et de lire les autres romans de C.J Sansom.
              Lire la suite
              En lire moins
            • GeorgesSmiley Posté le 19 Mars 2019
              Un bon roman bien épais, avec tout ce qu’il faut de romances, d’aventures et de suspens, construit sur un socle très solide de connaissances et de documentations. La mise en place est longue et pourrait sembler ennuyeuse ? Ce n’est pas mon avis. Le décor et les problématiques de cette fin d’année 1940 en Espagne, en Grande-Bretagne et dans toute l’Europe à feu et à sang méritent bien ces chapitres tout comme la cohérence et l’épaisseur des personnages, anciens des public schools anglaises, brigadistes de 1936, infirmière de la Croix Rouge, affairiste sans foi ni loi, militaires phalangistes ou monarchistes, madrilènes rescapés de la guerre civile ou orphelins maltraités. Cette partie se lit très agréablement parce que les personnages principaux ont du caractère, un passé et une histoire ayant forgé des convictions. Les personnages secondaires, quant à eux, illustrent bien les problématiques anglo-britanniques de cette année 1940 : L’hésitation de Franco à entrer dans la guerre, la pression allemande pour l’y entraîner et les efforts anglais pour l’en dissuader. Et aussi les rivalités entre phalangistes et monarchistes, la misère noire du petit peuple madrilène, la rancœur des vaincus de la guerre civile envers les vainqueurs et réciproquement. Ou les dissensions... Un bon roman bien épais, avec tout ce qu’il faut de romances, d’aventures et de suspens, construit sur un socle très solide de connaissances et de documentations. La mise en place est longue et pourrait sembler ennuyeuse ? Ce n’est pas mon avis. Le décor et les problématiques de cette fin d’année 1940 en Espagne, en Grande-Bretagne et dans toute l’Europe à feu et à sang méritent bien ces chapitres tout comme la cohérence et l’épaisseur des personnages, anciens des public schools anglaises, brigadistes de 1936, infirmière de la Croix Rouge, affairiste sans foi ni loi, militaires phalangistes ou monarchistes, madrilènes rescapés de la guerre civile ou orphelins maltraités. Cette partie se lit très agréablement parce que les personnages principaux ont du caractère, un passé et une histoire ayant forgé des convictions. Les personnages secondaires, quant à eux, illustrent bien les problématiques anglo-britanniques de cette année 1940 : L’hésitation de Franco à entrer dans la guerre, la pression allemande pour l’y entraîner et les efforts anglais pour l’en dissuader. Et aussi les rivalités entre phalangistes et monarchistes, la misère noire du petit peuple madrilène, la rancœur des vaincus de la guerre civile envers les vainqueurs et réciproquement. Ou les dissensions toujours vivaces entre socialistes et communistes, masquant derrière les grands idéaux et la solidarité affichée entre « camarades », les petites bassesses et antipathies communes à l’ensemble du genre humain. Le rôle de l’Eglise, persécutée par les Républicains puis soutien du nouveau régime, est lui-aussi finement illustré au-travers de ses hésitations face au sort des vaincus. Ce dialogue, dans un camp de prisonniers républicains, en est un exemple : « Il ne s’agit pas d’une joute intellectuelle. Nous sommes dans un endroit où l’on empêche les malades de recevoir des soins et où l’on fait travailler des hommes jusqu’à ce qu’ils en meurent, sur ordre du gouvernement que votre Eglise soutient. _ Vous n’êtes pas espagnol, Piper, répondit le prêtre en soupirant. Comment pouvez-vous comprendre ce qu’a été la guerre civile ? J’ai eu des amis, des prêtres, qui ont été faits prisonniers en zone républicaine. Ils ont été fusillés, jetés du haut des falaises, torturés… _ Et c’est la raison pour laquelle vous vous vengez sur nous. Je croyais que les chrétiens étaient censés se conduire mieux que les autres hommes, dit Bernie avec un rire amer. » Tout ceci est fort bien décrit, se lit agréablement et nourrit une intrigue complexe qui se développe jusqu’à un dernier rebondissement assez inattendu qui permet à ce très bon roman d’habilement mêler aventure passionnante et vraisemblance historique. Et puis, « last but not least »… « Dans le lointain, là où la Tierra Muerta s’estompait sur l’horizon brumeux, Bernie aperçut soudain une chose extraordinaire. Au-dessus d’une couche de brouillard blanc se dressait une falaise sur le bord de laquelle étaient perchées des maisons dont les fenêtres miroitaient sous le soleil. Elles paraissaient incroyablement proches et avaient l’air de flotter sur la brume. « Regarde, amigo, ce spectacle ne vaut-il pas la peine de rester en vie ? Ce n’est pas si souvent qu’on a la chance de voir ça. » Ca, c’est Cuenca (à mi-chemin entre Madrid et Valence), dont le site est classé au Patrimoine mondial de l’Humanité. Ca donne envie d’y aller voir et de lire les autres romans de C.J Sansom.
              Lire la suite
              En lire moins
            • jmb33320 Posté le 25 Mai 2018
              Il s'agit là d'un vaste roman d'espionnage (presque 900 pages), qui se passe presque entièrement en Espagne, pendant et après la guerre civile. L'arrière-plan politique ce sont les relations diplomatiques ambigües entre Churchill et Franco pour éviter que ce dernier entre en guerre contre le Royaume-Uni. Trois anciens condisciples d'une "public school" vont s'affronter sur ce terrain. le premier, Bernie, communiste, s'est engagé dans les brigades internationales. Officiellement déclaré mort, Il est en réalité détenu dans un camp de travail. Le second, Harry, blessé à Dunkerque, est finalement recruté par l'intelligence service pour, sous couvert d'un poste de traducteur à l'ambassade reprendre contact avec le troisième, Sandy, en vue de lui soutirer des renseignements sur de mystérieuses mines d'or, qui permettraient au régime de Franco d'aider les nazis. L'atmosphère est trouble. L'ancienne amante de Bernie, Barbara, vit désormais avec Sandy. Elles est informée que Bernie n'est pas mort. Elle fera tout pour le faire évader. Le happy-end attendu n'est pas au rendez-vous mais ce roman a bien du souffle et je l'ai lu avec plaisir.
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.