RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Un roman d'aventures (ou presque)

            Syros
            EAN : 9782748523461
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 256
            Format : 150 x 220 mm
            Un roman d'aventures (ou presque)

            Collection : Hors collection
            Date de parution : 07/09/2017
            Un écrivain inexpérimenté tente d'écrire coûte que coûte un roman d'aventures.
            Une petite leçon d'écriture décomplexée, à l'humour fou !  
            Bon, mon père m’a demandé d’écrire la quatrième de couverture de son livre. C’est son premier roman, j’ai tout lu au fur et à mesure, et sans moi j e ne sais pas s’il serait allé jusqu’au bout. Il faut dire qu’il partait de rien, avec une vague histoire de... Bon, mon père m’a demandé d’écrire la quatrième de couverture de son livre. C’est son premier roman, j’ai tout lu au fur et à mesure, et sans moi j e ne sais pas s’il serait allé jusqu’au bout. Il faut dire qu’il partait de rien, avec une vague histoire de parents disparus… Il cherchait même des conseils sur Internet ! Au début j’étais critique, mais honnêtement il s’en est bien sorti. En plus, il m’a mis dedans, avec mon vrai prénom ! Alors, si vous voulez lire un très bon roman avec du suspense, des scènes d’action, des personnages top, de l’amour* et de l’amitié, n’hésitez plus !

            * J’en profite pour préciser que je ne suis pas amoureux de Bella.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782748523461
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 256
            Format : 150 x 220 mm
            Syros
            16.95 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • LaPlumeHeureuse Posté le 11 Février 2018
              En voici un roman original, et ceci pour deux raisons. La première, c’est le fait que ce soit un livre dans un livre ou, comme je l’ai appris durant ma licence de Lettres Modernes, une « mise en abyme ». C’est rare de lire un roman qui parle de l’écriture d’un autre roman. La deuxième raison, c’est l’intervention, quasi à toutes les pages, de ce père, Nathan, qui écrit son premier roman d’aventures. "Il n’y avait personne dehors ; pas de voitures, ou presque ; pas un piéton ; pas même un chat ! (L’occasion est trop belle, puisqu’il vous y invite, de nous arrêter un bref instant sur l’usage du point-virgule ; de rendre hommage à ce mal-aimé de la ponctuation, son parent pauvre, ce vilain petit canard, en voie de disparition, qui confère pourtant à la phrase une subtilité indéniable. Tel un rempart fragile, le point-virgule s’interpose en douceur, en finesse, tout en promesse. Mais qui s’en soucie encore ? Décrété désuet, s’il figure encore sur les claviers tactiles de nos smartphones, ce n’est plus qu’en guise de clin d’oeil ; – ) réduit au sinistre état de smiley) " (page 52) Par contre, je remarque deux points négatifs dans ce... En voici un roman original, et ceci pour deux raisons. La première, c’est le fait que ce soit un livre dans un livre ou, comme je l’ai appris durant ma licence de Lettres Modernes, une « mise en abyme ». C’est rare de lire un roman qui parle de l’écriture d’un autre roman. La deuxième raison, c’est l’intervention, quasi à toutes les pages, de ce père, Nathan, qui écrit son premier roman d’aventures. "Il n’y avait personne dehors ; pas de voitures, ou presque ; pas un piéton ; pas même un chat ! (L’occasion est trop belle, puisqu’il vous y invite, de nous arrêter un bref instant sur l’usage du point-virgule ; de rendre hommage à ce mal-aimé de la ponctuation, son parent pauvre, ce vilain petit canard, en voie de disparition, qui confère pourtant à la phrase une subtilité indéniable. Tel un rempart fragile, le point-virgule s’interpose en douceur, en finesse, tout en promesse. Mais qui s’en soucie encore ? Décrété désuet, s’il figure encore sur les claviers tactiles de nos smartphones, ce n’est plus qu’en guise de clin d’oeil ; – ) réduit au sinistre état de smiley) " (page 52) Par contre, je remarque deux points négatifs dans ce roman. Le premier, c’est qu’il n’y a pas réellement d’intrigues dans les deux récits (celui qui tourne autour de Nathan, qui veut devenir écrivain, et justement son projet d’écriture). Dans les deux récits, le début est très prometteur (un cambriolage chez Nathan pour le premier récit et les parents des héros du roman qui disparaissent pour le second) mais plus on arrive à la fin, plus les récits s’essoufflent pour finalement avoir deux éléments de résolution (merci les cours sur le schéma narratif !) pas du tout à la hauteur de mes espérances. En fait, j’ai cette grande impression que ce roman n’existe juste pour son originalité : l’intervention de l’auteur dans quasi toutes les pages. Donc malgré le fait que j’ai beaucoup aimé l’originalité de ce roman, indéniablement les deux récits imbriqués ont manqué de « peps » ! Le second, c’est le niveau élevé d’écriture. En tant qu’adulte, cela ne ma pas gênée mais je ne suis pas certaine que des élèves de sixième (qui ont onze-douze ans) puissent comprendre tous les mots, et pourtant ce roman a pour public des enfants de cet âge.
              Lire la suite
              En lire moins
            • unpointcesttout Posté le 23 Décembre 2017
              Le résumé parait alléchant, intrigue et promet de l'originalité, et pour cause ! De l'originalité, le roman n'en manque pas ! Avec sa construction atypique et sa mise en abîme, le petit dernier de Yaël Hassan fait passer un bon moment de lecture. L'autrice met en avant le travail réalisé par les écrivains, grâce au personnage de Nathan, journaliste récemment licencié, qui se lance dans le projet un peu fou d'écrire un livre (d'aventure s'il vous plait !) pour enfants. Le lecteur suit ainsi deux récit imbriqués l'un dans l'autre : le processus d'écriture de Nathan d'un côté (il se demande comment construire son intrigue, ainsi que les éléments clés pour faire d'un livre un bon roman), et le contenu de son roman de l'autre. Dans les deux cas, les personnages mis en avant s'avèrent attachants, bien que parfois pas assez fouillés. Simon, le fils de l'auteur m'a particulièrement plu ! Très engagé dans le travail de son père, il lui sert de bêta-lecteur, l'inspire sans s'en rendre compte, et l'encourage quand il y en a besoin : une belle complicité qui fait chaud au cœur. Le rythme ne pose aucun soucis ici, le texte étant composé de chapitres relativement... Le résumé parait alléchant, intrigue et promet de l'originalité, et pour cause ! De l'originalité, le roman n'en manque pas ! Avec sa construction atypique et sa mise en abîme, le petit dernier de Yaël Hassan fait passer un bon moment de lecture. L'autrice met en avant le travail réalisé par les écrivains, grâce au personnage de Nathan, journaliste récemment licencié, qui se lance dans le projet un peu fou d'écrire un livre (d'aventure s'il vous plait !) pour enfants. Le lecteur suit ainsi deux récit imbriqués l'un dans l'autre : le processus d'écriture de Nathan d'un côté (il se demande comment construire son intrigue, ainsi que les éléments clés pour faire d'un livre un bon roman), et le contenu de son roman de l'autre. Dans les deux cas, les personnages mis en avant s'avèrent attachants, bien que parfois pas assez fouillés. Simon, le fils de l'auteur m'a particulièrement plu ! Très engagé dans le travail de son père, il lui sert de bêta-lecteur, l'inspire sans s'en rendre compte, et l'encourage quand il y en a besoin : une belle complicité qui fait chaud au cœur. Le rythme ne pose aucun soucis ici, le texte étant composé de chapitres relativement courts, et bien rythmés. En revanche, le contenu de l'histoire créée par Nathan m'a beaucoup moins séduite par rapport au processus créatif en lui même. Malgré tout, la démarche de Yaël Hassan est tout à fait intéressante, interroge sur ce qui fait d'un personnage un héros adapté, sur les différents genres de récits existants, ainsi que sur le travail d'auteur en lui-même (Nathan tâtonne, hésite, mais s'amuse de son histoire au final).
              Lire la suite
              En lire moins
            • Keikana Posté le 22 Décembre 2017
              Merci aux éditions Syros qui m’ont envoyé ce roman il y a quelques temps. J’ai enfin pu me poser un peu pour le dévorer et j’en suis très contente ! C’est un roman très surprenant, avec un scénario à tiroir, une mise en abîme de narrations : d’abord il y a l’histoire du narrateur, Nathan, puis il y a son roman d’aventures et les deux s’entremêlent constamment. Les dialogues de la première ressemblent à ceux d’une pièce de théâtre (avec didascalies) et le second est pétri d’interventions de son auteur (Nathan donc et non Yaël Hassan). Le tout est très divertissant et donne un bon rythme à la lecture. Le roman de Yaël Hassan est une sorte de mode d’emploi de l’écriture : on y retrouve plusieurs genre littéraires, plusieurs formes romanesques, des outils pratiques (les apartés de Nathan, bien qu’un peu paternalistes, sont plein de conseils sur l’écriture, il cite même des sources sur internet si on désire aller plus loin.). Et même si j’ai trouvé que les personnages (Nathan et ses proches mais aussi les personnages du roman de Nathan: Nino et Nina, Bella et les autres) n’étaient pas assez approfondis et un peu caricaturaux, on comprend qu’ils appartiennent aussi... Merci aux éditions Syros qui m’ont envoyé ce roman il y a quelques temps. J’ai enfin pu me poser un peu pour le dévorer et j’en suis très contente ! C’est un roman très surprenant, avec un scénario à tiroir, une mise en abîme de narrations : d’abord il y a l’histoire du narrateur, Nathan, puis il y a son roman d’aventures et les deux s’entremêlent constamment. Les dialogues de la première ressemblent à ceux d’une pièce de théâtre (avec didascalies) et le second est pétri d’interventions de son auteur (Nathan donc et non Yaël Hassan). Le tout est très divertissant et donne un bon rythme à la lecture. Le roman de Yaël Hassan est une sorte de mode d’emploi de l’écriture : on y retrouve plusieurs genre littéraires, plusieurs formes romanesques, des outils pratiques (les apartés de Nathan, bien qu’un peu paternalistes, sont plein de conseils sur l’écriture, il cite même des sources sur internet si on désire aller plus loin.). Et même si j’ai trouvé que les personnages (Nathan et ses proches mais aussi les personnages du roman de Nathan: Nino et Nina, Bella et les autres) n’étaient pas assez approfondis et un peu caricaturaux, on comprend qu’ils appartiennent aussi à ce guide pour répondre à la question « Comment créer un personnage de roman ? », et ça n’empêche pas de passer un bon moment. Ce que j’ai préféré, c’est que ce roman désacralise l’écriture en montrant un auteur (Nathan) qui doute, qui tâtonne, qui ne sait pas où il va mais qui s’amuse aussi et se laisse porter par son histoire et ses personnages. Fini les écrivains messagers divins tels que Victor Hugo : écrire un livre est à la portée de tous et c’est fun ! Un bel exemple à montrer au public visé par ce roman (onze ans et plus).
              Lire la suite
              En lire moins
            • sandrine57 Posté le 9 Décembre 2017
              Licencié par son journal, Nathan décide d'en profiter pour réaliser un vieux rêve : écrire un roman jeunesse. Soutenu par sa femme et par son fils Simon, il se lance dans l'aventure, non sans avoir écumé les sites de conseils pour écrivains en herbe sur internet. L'exercice est compliqué, il faut trouver un sujet, inventer des personnages, construire une intrigue, réussir à intéresser les potentiels lecteurs. Conseillé par Simon qui n'hésite pas à se montrer critique, Nathan avance progressivement quand il est appelé à se rendre dans la maison de feu son grand-père qui vient d'être cambriolée. Il en profite pour s'y installer afin de pouvoir écrire au calme. Débute alors l'histoire d'une bande d'enfants qui se réveillent le matin de Noël, seuls chez eux alors que leurs parents ont été appelé d'urgence à la centrale nucléaire pour laquelle ils travaillent. Il faut dire qu'une terrible tempête a sévi toute la nuit et que l'électricité est coupée dans toute la ville. Mais alors que Nathan tente de leur faire vivre de nombreuses péripéties et que Simon se montre très exigeant, il doit faire face à un autre problème : quelque chose dans la maison de son grand-père semble attirer la convoitise de certains.... Licencié par son journal, Nathan décide d'en profiter pour réaliser un vieux rêve : écrire un roman jeunesse. Soutenu par sa femme et par son fils Simon, il se lance dans l'aventure, non sans avoir écumé les sites de conseils pour écrivains en herbe sur internet. L'exercice est compliqué, il faut trouver un sujet, inventer des personnages, construire une intrigue, réussir à intéresser les potentiels lecteurs. Conseillé par Simon qui n'hésite pas à se montrer critique, Nathan avance progressivement quand il est appelé à se rendre dans la maison de feu son grand-père qui vient d'être cambriolée. Il en profite pour s'y installer afin de pouvoir écrire au calme. Débute alors l'histoire d'une bande d'enfants qui se réveillent le matin de Noël, seuls chez eux alors que leurs parents ont été appelé d'urgence à la centrale nucléaire pour laquelle ils travaillent. Il faut dire qu'une terrible tempête a sévi toute la nuit et que l'électricité est coupée dans toute la ville. Mais alors que Nathan tente de leur faire vivre de nombreuses péripéties et que Simon se montre très exigeant, il doit faire face à un autre problème : quelque chose dans la maison de son grand-père semble attirer la convoitise de certains. Le mystère rôde... Yaël Hassan nous convie à assister à l'écriture d'un roman en direct. Dans la peau de l'écrivain, dans sa tête aussi, on suit la progression du récit, de sa genèse à la lettre de l'éditeur acceptant de le publier. Avec beaucoup d'humour, Nathan raconte ses désirs, ses difficultés, ses doutes, ses éclairs de génie, sa satisfaction, ses revers. Car outre le roman qui prend vit sous nos yeux, Nathan intervient pour expliquer, questionner, s'inquiéter, savourer, bref nous faire vivre le cheminement de ses idées et jour après jour l'avancement de son travail d'écriture. Mais Yaël Hassan fait plus fort encore ! Non contente d'inventer un roman d'aventures pour la jeunesse, elle insère un autre roman dans son récit, un roman à énigmes où Nathan cherche à découvrir les secrets de son grand-père décédé; un deuxième roman d'aventures en quelque sorte avec un personnage inquiétant, un trésor caché et une mort mystérieuse. Une belle mise en abîme juste et drôle qui nous fait découvrir le travail de l'écrivain, une expérience habituellement solitaire qui ici partagée avec le lecteur. Original et rafraîchissant. Un grand merci à Babelio et aux éditions Syros.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Shan_Ze Posté le 2 Décembre 2017
              Ancien journaliste, le narrateur récemment licencié, en profite pour réaliser son rêve d’écrire un livre. Mais pour cela, il faut des idées qui tiennent la route, un cadre intéressant, un scénario qui accroche… Un roman d’aventures (ou presque !) est un roman à tiroirs, une histoire dans l’histoire. L’histoire d’enfants se retrouvant soudainement seuls le jour de Noël et celle du narrateur écrivant son roman avec, en fond, un mystère se mettant en place. En italique, incrustée dans l’histoire, les remarques du narrateur sur ses interrogations, les erreurs fréquentes, ses frayeurs… Quand j’ai vu la couverture jaune avec un homme souriant entourée d’objets divers et le résumé assez mystérieux, je me suis dit pourquoi pas ? Je ne m’attendais pas à ça mais je ne regrette pas, c’est une lecture très originale, avec des intrigues imbriquées, vraiment drôles. Une sorte d’atelier d’écriture en direct, avec des conseils pour ceux qui voudraient se lancer dans l’écriture d’un roman. En fait, l’histoire du mystère dans le village du narrateur et celle des enfants cherchant leurs parents ne sont pas vraiment extraordinaires. On peut même dire qu’elles sont tout ce qu’il y a de plus banales. Yaël Hassan a la bonne façon de... Ancien journaliste, le narrateur récemment licencié, en profite pour réaliser son rêve d’écrire un livre. Mais pour cela, il faut des idées qui tiennent la route, un cadre intéressant, un scénario qui accroche… Un roman d’aventures (ou presque !) est un roman à tiroirs, une histoire dans l’histoire. L’histoire d’enfants se retrouvant soudainement seuls le jour de Noël et celle du narrateur écrivant son roman avec, en fond, un mystère se mettant en place. En italique, incrustée dans l’histoire, les remarques du narrateur sur ses interrogations, les erreurs fréquentes, ses frayeurs… Quand j’ai vu la couverture jaune avec un homme souriant entourée d’objets divers et le résumé assez mystérieux, je me suis dit pourquoi pas ? Je ne m’attendais pas à ça mais je ne regrette pas, c’est une lecture très originale, avec des intrigues imbriquées, vraiment drôles. Une sorte d’atelier d’écriture en direct, avec des conseils pour ceux qui voudraient se lancer dans l’écriture d’un roman. En fait, l’histoire du mystère dans le village du narrateur et celle des enfants cherchant leurs parents ne sont pas vraiment extraordinaires. On peut même dire qu’elles sont tout ce qu’il y a de plus banales. Yaël Hassan a la bonne façon de conseiller, d’orienter le jeune sur les clés essentiels à l’écriture d’un bon roman. L’auteur renvoie même le jeune lecteur à d’autres livres, à des sites internet qui peuvent aider à l’écriture d’un roman (http://www.enviedecrire.com ). Les annexes sur les lettres d’éditeur à la fin m’ont bien fait rire, une belle façon de se moquer des lettres bateau de refus… Ce n’est pas le premier livre de l’auteur sur le sujet, elle avait déjà écrit Comment on écrit des histoires ? avec Roland Fuentès que je note d’ailleurs par curiosité. En tout cas, j’ai aimé ce roman qui parle d’écriture (avec le thème du nucléaire pour faire réfléchir, mine de rien). Merci à Masse Critique et aux éditions Syros pour ce roman atypique !
              Lire la suite
              En lire moins
            SYROS, LA NEWSLETTER ALTERNATIVE !
            Créatives, engagées… Recevez chaque mois de nouvelles idées de lecture jeunesse, dans votre boîte mail !