Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265115606
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 552
Format : 140 x 210 mm

Un souffle, une ombre

Collection : Fleuve noir
Date de parution : 14/04/2016
« Un souffle, une ombre, un rien, tout lui donnait la fièvre. »
Il faisait particulièrement doux ce soir-là.
Nous étions en été, un samedi soir, la fête annuelle de la base nautique des Crozes avait battu son plein toute la journée.
Justine avait demandé à ses parents, également présents, de pouvoir passer la nuit avec sa cousine et deux copains de classe sur l’îlot...
Il faisait particulièrement doux ce soir-là.
Nous étions en été, un samedi soir, la fête annuelle de la base nautique des Crozes avait battu son plein toute la journée.
Justine avait demandé à ses parents, également présents, de pouvoir passer la nuit avec sa cousine et deux copains de classe sur l’îlot des Bois-Obscurs, au centre du lac. Un camping entre pré-adultes. Une récompense pour le bon travail fourni toute l’année. Promis, ils seraient de retour le lendemain, à 10 heures au plus tard.
Le dimanche matin, les adolescents se font attendre. L’un des parents, de rage, parcourt la distance à la nage. Sur l’îlot il découvre l’étendue du massacre : les corps meurtris, outragés, dénudés.
Les familles des victimes, des accusés, la région, tous vont connaître le chaos et le déclin.
Ma vie d’enfant a basculé ce jour-là. Quelqu’un – quelque chose –, au visage indéfini, malveillant, a pris possession de mon imaginaire, de mon âme.
Vingt ans après le drame, l’occasion de dépasser ce traumatisme collectif s’offre à moi.
Je vais enfin pouvoir donner un visage à mes peurs.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265115606
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 552
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pixie-Flore Posté le 17 Août 2020
    Le narrateur de ce roman policier n'est pas un enquêteur, ni un professionnel de la justice. C'est un historien, un enfant du pays marqué par un fait divers abominable qui a eu lieu une trentaine d'années auparavant. C'est une enquête assez particulière. Le narrateur décortique un fait divers jusqu'à l'obsession, laissant son imagination et sa logique déductive combler les trous et les non-dits. On suit avec lui les maigres indices. On s'aperçoit que la solitude, les conventions sociales, l'orgueil et le machisme peuvent faire beaucoup de dégâts. C'est magistralement mené, magistralement écrit. L'auteur réussit à nous dépeindre le décor et le contexte social comme si on y était. Les personnages prennent vie avec beaucoup de réalisme. On découvre ce qu'ils paraissaient être et ce qu'ils étaient vraiment. Leurs joies, leurs forces, leurs fêlures. Christian Carayon m'a époustouflée avec son histoire. Les pages ont défilé à une vitesse folle, m'entraînant dans les méandres angoissants de l'âme humaine.
  • Guillangers Posté le 16 Août 2020
    Marc-Edouard, professeur d’histoire a connu ses heures de gloire mais aujourd’hui il est plutôt le prof à éviter, à bannir suite une relation avec une étudiante et un second ouvrage fait à la va vite suite au succès du premier. Une chose le hante, lui fait peur depuis le massacre de Basse Misère, il y a 34 ans. Son psy, lui préconise de revenir sur ses peurs. Il décide donc d’écrire sur la Basse Misère. Il mène l’enquête à la façon d’un historien et non d’un enquêteur police. Il se replonge dans cette affaire qui a meurtri tout un village, une vallée. C’est également pour lui l’occasion de faire le point sur sa vie personnelle. Un livre prenant, une enquête qui avance au fil des rencontres des parents, des protagonistes de l’époque.
  • Elsaragon Posté le 1 Juillet 2020
    Me laissant tenter par la quatrième de couverture, je fonce ! Ce bond dans le passé, et l'envie de découvrir les véritables auteurs du meurtre, oui, OK ! Mais c'est un peu longuet, peu d'action réelle, pas le style que j'attendais. Vers la fin, un peu d'action, mais qui ne fait pas oublier le début. Et des fautes d'orthographe encore ! Relectrice, j'ai toujours difficile .... désolée !
  • joffreysinet Posté le 27 Juin 2020
    J'ai beaucoup aimé cette histoire. Une quête pour découvrir la vérité après une sordide affaire. La plume de l'auteur est magnifique et l'intrigue l'est tout autant.
  • merryfantasy Posté le 25 Juin 2020
    Cette lecture a été particulière pour moi. Particulière, car j’attendais énormément de l’histoire, dont le résumé m’avait déjà embarquée. Particulière aussi car, en dépit de ses qualités, ce roman n’a finalement pas su me transporter comme je l’aurais souhaité. Je me suis ennuyée lors de ma lecture. J’ai eu l’impression de me retrouver à nouveau en thèse et de suivre les travaux de recherche d’un de mes collègues. La façon dont les choses sont présentées, loin de ressembler à une enquête policière, ressemblait en effet plus pour moi à un sujet de recherche. Le personnage principal décortiquait les informations à sa disposition, faisait ses hypothèses, les vérifiait, expérimentait, et recommençait jusqu’à ce que le résultat soit correct. En soi, cela était à la fois passionnant et soporifique. Le mot est peut-être trop fort : disons ennuyeux. En effet, il n’y a pas de reliefs dans ce qui était décrit. Tout est relaté de manière factuelle, et on ne ressent pas les émotions des personnages. Tout est trop terre-à-terre. Mais en même temps, c’était passionnant, car tellement bien fait et décortiqué. Chaque détail avait son importance, et si une scène était mise en place, c’est qu’elle avait une finalité. Trouver la vérité au... Cette lecture a été particulière pour moi. Particulière, car j’attendais énormément de l’histoire, dont le résumé m’avait déjà embarquée. Particulière aussi car, en dépit de ses qualités, ce roman n’a finalement pas su me transporter comme je l’aurais souhaité. Je me suis ennuyée lors de ma lecture. J’ai eu l’impression de me retrouver à nouveau en thèse et de suivre les travaux de recherche d’un de mes collègues. La façon dont les choses sont présentées, loin de ressembler à une enquête policière, ressemblait en effet plus pour moi à un sujet de recherche. Le personnage principal décortiquait les informations à sa disposition, faisait ses hypothèses, les vérifiait, expérimentait, et recommençait jusqu’à ce que le résultat soit correct. En soi, cela était à la fois passionnant et soporifique. Le mot est peut-être trop fort : disons ennuyeux. En effet, il n’y a pas de reliefs dans ce qui était décrit. Tout est relaté de manière factuelle, et on ne ressent pas les émotions des personnages. Tout est trop terre-à-terre. Mais en même temps, c’était passionnant, car tellement bien fait et décortiqué. Chaque détail avait son importance, et si une scène était mise en place, c’est qu’elle avait une finalité. Trouver la vérité au milieu de tout ça s’avérait une tâche ardue. Mais je déplore qu’il y ait eu, justement, trop de détails. Car le manque de reliefs a induit un manque de rythme, et les choses ne sont devenues intéressantes que lorsque les révélations ont commencé à tomber et quand les scènes qui nous importaient ont commencé à être rejouées. En gros, le dernier cinquième du livre. Quel dommage que tout l’intérêt, que toute l’action se soient concentrés sur la fin du roman. En règle générale, si je m’ennuie, je ne dépasse jamais le tiers, et là… j’ai failli passer à côté de cette fin ! Car elle vaut la peine, malgré un trop gros développement. Du coup, mon avis général est assez mitigé, car il y a du bon, des qualités, mais il y a eu aussi un ennui qui m’a fait étaler ma lecture sur une semaine entière. C’est très rare que je mette autant de temps à lire un roman, et qu’il ait fallu que je me force autant pour continuer. Peut-être qu’un peu plus de légèreté m’aurait fait du bien, mais ce n’est qu’un ressenti personnel.
    Lire la suite
    En lire moins
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.