En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Une balançoire pour deux

        Pocket jeunesse
        EAN : 9782266268974
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 225 mm
        Une balançoire pour deux

        Catherine NABOKOV (Traducteur)
        Collection : une balançoire pour deux
        Date de parution : 05/10/2017
        Une histoire d’amitié extraordinaire, entre Tom Sawyer et Wonder
        « Annie a besoin de liberté », a déclaré le psychologue. Fini le quotidien réglé à la seconde près par sa mère ; elle passera l’été de ses douze ans à la campagne. C’est là qu’elle rencontre California. Si Annie souffre de troubles alimentaires et de crises d’angoisse, sa nouvelle... « Annie a besoin de liberté », a déclaré le psychologue. Fini le quotidien réglé à la seconde près par sa mère ; elle passera l’été de ses douze ans à la campagne. C’est là qu’elle rencontre California. Si Annie souffre de troubles alimentaires et de crises d’angoisse, sa nouvelle amie n’a peur de rien, marche pieds nus dans l’herbe, grimpe aux arbres et parle aux animaux. Mais derrière cette joie de vivre se cache un lourd secret…
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266268974
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 225 mm
        Pocket jeunesse
        15.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • ManouB Posté le 14 Mai 2018
          Annabel (qui se fait appeler Annie dans le roman) souffre de troubles du comportement alimentaire. Elle ne mange rien... Elle a des crises d'angoisse fréquentes, et tout se bloque dans sa gorge, au moment de passer à table. Le psy qui la suit, a demandé à ses parents (mais surtout à sa mère) de lâcher du lest pendant l'été. En effet, sa mère est étouffante et Annabel, à douze ans, a besoin d'un peu plus de liberté. Fini les tableaux excell qui ornaient la porte du réfrigérateur les années précédentes avec l'emploi du temps des vacances, décidé par avance par sa mère, heure par heure ! Fini les remarques sur sa tenue vestimentaire, l'obligation de se rendre aux réunions avec les amis, la plage, le bateau...un peu de liberté devrait suffire à Annabel pour retrouver la forme et obliger sa mère à accepter de la voir enfin grandir et décider par elle-même. Lors de ses explorations dans la campagne environnante, Annabel va faire connaissance avec California (qui s'appelle en fait Catherine !). Elle passe des vacances chez son grand-père, M. McMurtry, gravement malade. Mais ce sont des vacances particulièrement difficiles car sa mère, Piper, est fâchée avec le grand-père depuis des années... Annabel (qui se fait appeler Annie dans le roman) souffre de troubles du comportement alimentaire. Elle ne mange rien... Elle a des crises d'angoisse fréquentes, et tout se bloque dans sa gorge, au moment de passer à table. Le psy qui la suit, a demandé à ses parents (mais surtout à sa mère) de lâcher du lest pendant l'été. En effet, sa mère est étouffante et Annabel, à douze ans, a besoin d'un peu plus de liberté. Fini les tableaux excell qui ornaient la porte du réfrigérateur les années précédentes avec l'emploi du temps des vacances, décidé par avance par sa mère, heure par heure ! Fini les remarques sur sa tenue vestimentaire, l'obligation de se rendre aux réunions avec les amis, la plage, le bateau...un peu de liberté devrait suffire à Annabel pour retrouver la forme et obliger sa mère à accepter de la voir enfin grandir et décider par elle-même. Lors de ses explorations dans la campagne environnante, Annabel va faire connaissance avec California (qui s'appelle en fait Catherine !). Elle passe des vacances chez son grand-père, M. McMurtry, gravement malade. Mais ce sont des vacances particulièrement difficiles car sa mère, Piper, est fâchée avec le grand-père depuis des années et ne veut plus remettre les pieds à la ferme. California ne sait plus quoi inventer pour tenter de les rabibocher... Pour Annabel, California est exactement ce qu'elle-même rêve d'être : elle marche pieds nus, grimpe aux arbres, se sent libre et sans attache, ne se coiffe pas et s'habille n'importe comment, aime l'aventure et n'a peur de rien, pas même des serpents, et en plus...elle est assez fantasque ! Les deux jeunes filles vont devenir très vite inséparables et complices... mais Annie doit mentir à ses parents car elle sait que tous deux n'apprécient pas du tout qu'elle se rende à la ferme. Or, elle y va tous les jours ! Elle découvre avec délice la liberté, le plaisir de ramasser des framboises, de courir dans les champs de maïs, de grimper aux arbres... Difficile pour elle de cacher ses jambes égratignées et ses vêtements tâchés en rentrant le soir ! Annie va suivre California jusqu'au bout de cet été magique et dramatique à la fois. Elle va la suivre partout et l'aider dans ses tentatives de réunir Piper et le grand-père. Les voilà parties toutes deux à la recherche des poneys que sa mère adorait quand elle était adolescente, ce qui, d'après California, serait le seul moyen de la faire revenir à la ferme et le seul espoir de la voir un jour prochain se réconcilier avec le grand-père. Mais peu à peu les deux jeunes filles vont découvrir que beaucoup de secrets les entourent et qu'il ne faut surtout jamais se fier aux apparences... Voilà un roman facile à lire, distrayant, mais dont la fin très douloureuse est un véritable coup de poing quand on comprend les raisons de l'urgence de vivre de la jeune California. Le début du roman est léger et le lecteur se laisse prendre : il partage avec plaisir avec les filles un morceau de tarte au citron, tout en grimpant en haut des arbres, et en s'égratignant dans les framboisiers au passage... Mais l'auteur sait nous surprendre. Le lecteur a tant de plaisir à voir Annie s'épanouir et profiter de son été à sa guise qu'il se range immédiatement de son côté quand sa mère, trop rigide, a du mal à rester à sa place... Peu à peu, il découvre à quel point le quotidien des filles est gâché par leur famille, beaucoup trop compliquée, puis par des secrets bien gardés qui les entourent...jusqu’à la compréhension finale d'une situation autrement plus grave. Le dernier quart du roman est si poignant et c'est une si belle leçon de courage qu'il ne pourra laisser personne indifférent. Annie va réaliser à quel point c'est important d'avoir des proches qui vous aiment... Elle va réfléchir aux relations qu'elle a avec ses parents, et va mieux comprendre que derrière leurs exigences, ils ne veulent finalement que son bonheur. C'est un roman parfait pour la préadolescence et le collège. Il est à la fois plaisant et poignant, proche de l'histoire vécue ce qui ne manquera pas de plaire aux ados. Les chapitres sont courts et il y a beaucoup de dialogues. C'est une belle histoire d'amitié, à la fois joyeuse, émouvante et terriblement triste... C'est de plus un livre qui aide à grandir et à penser davantage aux autres qu'à ses propres problèmes. A proposer donc dès 11-12 ans.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Virgule-Magazine Posté le 3 Avril 2018
          Annabel, douze ans, a des crises d’angoisse et souffre de troubles alimentaires. Fille unique, elle est surprotégée par sa mère, qui règle et contrôle son emploi du temps quotidien dans les moindres détails. Mais les choses vont changer, car le psychologue a dit qu’Annabel avait besoin de liberté. C’est donc un été de liberté qui s’annonce, pour Annabel, à la campagne, où elle passe ses vacances avec ses parents. Pour la première fois de sa vie, elle pourra décider elle-même comment occuper son temps, faire ce dont elle a envie. Dans son apprentissage de l’indépendance, Annabel va être guidée par California, l’intrépide petite-fille du fermier voisin. Et Annabel va surmonter ses peurs pour aider California, qui a un plan pour réconcilier son grand-père et sa mère, avant qu’il ne soit trop tard… L’avis de Blanche, 12 ans : J’ai vraiment adoré ce livre. L’histoire d’Annabel, jeune fille en quête de liberté, et de California, très bien écrite, est si émouvante que j’en ai pleuré. La fin est si inattendue et troublante qu’elle m’a laissée perplexe. Ce livre est pour moi un véritable coup de cœur…  L’avis de la rédaction : Ce roman très prenant et émouvant nous raconte une belle histoire d’amitié,... Annabel, douze ans, a des crises d’angoisse et souffre de troubles alimentaires. Fille unique, elle est surprotégée par sa mère, qui règle et contrôle son emploi du temps quotidien dans les moindres détails. Mais les choses vont changer, car le psychologue a dit qu’Annabel avait besoin de liberté. C’est donc un été de liberté qui s’annonce, pour Annabel, à la campagne, où elle passe ses vacances avec ses parents. Pour la première fois de sa vie, elle pourra décider elle-même comment occuper son temps, faire ce dont elle a envie. Dans son apprentissage de l’indépendance, Annabel va être guidée par California, l’intrépide petite-fille du fermier voisin. Et Annabel va surmonter ses peurs pour aider California, qui a un plan pour réconcilier son grand-père et sa mère, avant qu’il ne soit trop tard… L’avis de Blanche, 12 ans : J’ai vraiment adoré ce livre. L’histoire d’Annabel, jeune fille en quête de liberté, et de California, très bien écrite, est si émouvante que j’en ai pleuré. La fin est si inattendue et troublante qu’elle m’a laissée perplexe. Ce livre est pour moi un véritable coup de cœur…  L’avis de la rédaction : Ce roman très prenant et émouvant nous raconte une belle histoire d’amitié, le temps d’un été qui a le goût sucré des framboises sauvages et la couleur dorée des blés murs ; un été lumineux de liberté, de courses folles et d’aventures dans la nature, avec ses ombres aussi, qui se font de plus en plus menaçantes, au fur et à mesure que l’inquiétude s’insinue dans le récit d’Annabel…
          Lire la suite
          En lire moins
        • VoxPopuli Posté le 28 Novembre 2017
        • tokyosarou Posté le 11 Novembre 2017
          Quel titre poétique et champêtre, vous ne trouvez pas ? Avec ce petit roman jeunesse et contemporain, mon seul souhait était de me perdre en campagne en visualisant la beauté de la nature tout en profitant d’une liberté infinie. Évidemment, la réalité nous rattrape toujours à un moment donné alors profitons de l’instant présent ! Tout d’abord, le travail éditorial est en fait à l’image de ce que l’on attend de chaque ouvrage jeunesse. La couverture est simple, colorée, entrainante et d’entrée, celle-ci nous délivre un message. À l’intérieur, l’écriture est grande, le texte est aéré et pour ne rien gâcher, les en-têtes de chapitres et les pieds de page sont illustrés par un petit dessin significatif. Maintenant, faisons connaissance avec nos petites héroïnes, Annie et California, deux très jeunes adolescentes que l’on dirait tout droit sorties de la petite maison dans la prairie. Elles sont pourtant à première vue très différentes, mais elles ont chacune quelque chose à offrir à l’autre. Pour Annie, c’est tout vu, on connaît ses angoisses et troubles alimentaires, sa mère aussi autoritaire qu’un gendarme et son besoin de liberté flagrant. Par contre, pour California, le malaise est bien caché, son sourire et son côté hardie sont... Quel titre poétique et champêtre, vous ne trouvez pas ? Avec ce petit roman jeunesse et contemporain, mon seul souhait était de me perdre en campagne en visualisant la beauté de la nature tout en profitant d’une liberté infinie. Évidemment, la réalité nous rattrape toujours à un moment donné alors profitons de l’instant présent ! Tout d’abord, le travail éditorial est en fait à l’image de ce que l’on attend de chaque ouvrage jeunesse. La couverture est simple, colorée, entrainante et d’entrée, celle-ci nous délivre un message. À l’intérieur, l’écriture est grande, le texte est aéré et pour ne rien gâcher, les en-têtes de chapitres et les pieds de page sont illustrés par un petit dessin significatif. Maintenant, faisons connaissance avec nos petites héroïnes, Annie et California, deux très jeunes adolescentes que l’on dirait tout droit sorties de la petite maison dans la prairie. Elles sont pourtant à première vue très différentes, mais elles ont chacune quelque chose à offrir à l’autre. Pour Annie, c’est tout vu, on connaît ses angoisses et troubles alimentaires, sa mère aussi autoritaire qu’un gendarme et son besoin de liberté flagrant. Par contre, pour California, le malaise est bien caché, son sourire et son côté hardie sont omniprésents (un genre de Fifi Brindacier), son grand-père est mystérieux, tout autant qu’elle d’ailleurs et Annie est tout de suite fascinée par la jeune fille. Le mensonge et les histoires sont parfois le refuge des enfants afin de ne pas avoir à affronter des choses trop dures ou une réalité qui les oppresse et j’ai ressenti que cette réalité était bien décrite dans leur rencontre amicale. Par contre, je ne comprends pas le choix de l’autrice de nous donner un indice tellement gros après seulement 80 pages qui nous délivre directement de gros gros soupçons sur le fin mot de cette histoire ! J’étais dégoutée de devoir poursuivre ma lecture en ayant cette information cruciale en tête. Pour moi, elle a vraiment manqué de finesse sur ce point. C’est donc le seul et l’unique point négatif que j’ai retenu. La complexité des thèmes qui font très adulte et qui font partie ici de la vie de deux jeunes filles ne pourront pas vous laisser insensible. La relation qui lie les deux amies est également compliquée et parfois c’est même une relation de chien et chat et j’ai trouvé cette originalité très plaisante même si l’on pourrait reprocher la soumission de l’une et l’extrême autorité de l’autre, ça dépendra de votre ressenti. Il y a également des secrets familiaux qui font partie de leur aventure et cet aspect plutôt énigmatique et prenant m’a beaucoup surprise dans le bon sens, évidemment ! Au final, c’est une histoire d’amitié, de liberté, de souffrances cachées et c’est une histoire qui aide à grandir et à réaliser que nos problèmes ne sont peut-être pas si handicapants ou si graves que ce que l’on peut croire. Et que parfois il suffit d’une rencontre pour en prendre pleinement conscience. https://aliceneverland.com/2017/10/27/une-balancoire-pour-deux-nanci-turner-steveson/
          Lire la suite
          En lire moins
        • Claforiane Posté le 19 Octobre 2017
          Annabel vit difficilement sa jeunesse, avec une mère qui gère tout, qui gère trop, qui l’en a rendue anorexique. Suite au conseil du psychologue qui la suit, la famille part passer l’été à la campagne, où la jeune fille doit pouvoir devenir autonome. Sa rencontre avec une voisine, California, en vacances chez son grand père, lui redonne petit à petit confiance en elle. Une grande amitié nait entre elles. De son coté, California n’a qu’un rêve : que sa mère et son grand père se réconcilie. Les deux jeunes filles vont se mettre en quête de retrouver les poneys que Pipper, la mère de California, possédait dans sa jeunesse. Mais California cache, elle aussi, un secret, qu’Annabel ne découvrira que très tardivement. Ce roman est une belle histoire d’amitié, d’amour parental, d’entraide, de joies, de pleurs. La situation finale ne laisse pas indifférent, je vous laisse le soin de la découvrir lors de votre lecture.
        Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
        À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com