Lisez! icon: Search engine
Julliard
EAN : 9782260020035
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 130 x 205 mm

Une bonne raison de se tuer

Date de parution : 05/01/2012

À Los Angeles, tandis que l’Amérique s’apprête à élire un nouveau président, Laura, en proie à une résignation qui semble insurmontable, et Samuel, dévasté par la mort de son fils, vacillent au bord du précipice, insensibles à l’effervescence de leur pays. Ils ne se connaissent pas. Leurs destins vont se croiser. Pourront-ils se sauver l’un l’autre ?

L’action se déroule le 4 novembre 2008, date de l’élection de Barack Obama. A Los Angeles comme partout ailleurs, c’est une journée d’exaltation, d’espoir de renouveau et d’attente fiévreuse. Mais tandis que l’Amérique semble retenir son souffle, impatiente de connaître l’issue de ce jour historique, pour Laura et Samuel, cette...

L’action se déroule le 4 novembre 2008, date de l’élection de Barack Obama. A Los Angeles comme partout ailleurs, c’est une journée d’exaltation, d’espoir de renouveau et d’attente fiévreuse. Mais tandis que l’Amérique semble retenir son souffle, impatiente de connaître l’issue de ce jour historique, pour Laura et Samuel, cette journée sera la plus longue et la plus terrible de leur vie. Car aujourd’hui Samuel doit se rendre aux funérailles de Paul, son fils de dix-sept ans qui vient de se suicider. Laura, femme seule de quarante-cinq ans, serveuse dans une cafétéria, a décidé, quant à elle, de se donner la mort le soir venu.
Pour chacun d’eux, l’enjeu sera le même : comment échapper au déroulement implacable de cette journée ? Samuel pourra-t-il surmonter son chagrin, ne serait-ce que le temps de la cérémonie ? A-t-il même le droit de survivre à l’absence de celui qui n’aurait jamais dû partir avant lui ? Et quel sens donner au geste de son fils, un geste d’autant plus révoltant qu’il est inexpliqué ? Laura, elle, a mûrement réfléchi son choix. Personne ne la regrettera, ni son fils indifférent ni son ex-mari qui, lui, a su refaire sa vie. Cette dernière journée aura-t-elle un goût moins fade que toutes celles qu’elle vient de laisser derrière elle ? Un goût d’exceptionnel qui pourrait la faire changer d’avis ? Samuel et Laura ne se connaissent pas encore. Pourtant ils ont déjà beaucoup en commun. Ils vont d’ailleurs se rencontrer… au crépuscule.
Roman de la mélancolie moderne, Une bonne raison de se tuer explore le sentiment de vide dans lequel nous plonge la société contemporaine. Pour décrire cette solitude, ces liens de plus en plus distendus entre les individus, Philippe Besson porte une attention soutenue à ces gestes machinaux qui forment un quotidien insipide, souvent inepte. En s’attardant sur une même et unique journée, il amplifie chaque détail, comme grossi à la loupe, et placé sous une lumière crue. Car, au fond, le lent écoulement du temps est tout ce qui reste aux personnages bouleversants de ce roman. Hommage au film d’Ettore Scola, Une journée particulière, auquel il fait écho, ce livre évoque en toile de fond une Amérique malade, mais son constat est bien plus vaste encore : le désespoir est, de toutes les menaces, la plus redoutable.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260020035
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 130 x 205 mm
Julliard

Ils en parlent

"Philippe Besson explore la part intime des êtres et traque leur moindre secret. Il gagne encore son pari".

Jean-Claude Perrier / Livres Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • blandine5674 Posté le 6 Juillet 2019
    Histoire très triste de deux personnages en Californie. Une femme vit son dernier jour avant son suicide tandis qu’un père doit assister aux funérailles de son fils qui s’est pendu. Le tout sur fond de l’élection d’Obama et de l’océan. La belle plume de Philippe Besson nous plonge dans le tréfonds de l’être humain. Les doutes, les échecs, la perte des rêves, le quotidien, le couple, les non-dits surtout avec ses enfants, les attentes dans une vie ordinaire, entre l’image à renvoyer et l’intime. Poignant et réaliste. Coup de cœur de Ladybirdy qui m’a dirigée vers ce roman et je l’en remercie.
  • Marylou26 Posté le 15 Juin 2019
    4 novembre 2008. Barack Obama va bientôt être élu quarante-quatrième président des États-Unis d’Amérique. Alors que le pays et le monde se passionne pour le résultat cette journée électorale, Samuel et Laura n’en ont que faire, pris dans leurs drames personnels. Le roman alterne entre leurs deux histoires. Vont-ils se rencontrer, dans leurs détresses qui somme toute se ressemblent ? J’avais commencé L’arrière-saison, qui m’est littéralement tombé des mains. J’ai bien aimé celui-ci, dans lequel j’ai trouvé de belles phrases sur l’expérience de la perte et du suicide.
  • Jmolo Posté le 27 Septembre 2018
    Bon... ce n'est ni gai... ni gay ! Mais c'est du Besson... et du bon Besson ! L'histoire n'est pas gaie, mais c'est le genre d'histoire qui, contre toute attente, (me) donne la pêche ! Fait apprécier d'aimer la vie, lors que d'autres pensent à la quitter... Si le sujet est grave, je ne trouve pas qu'il soit traité de façon morbide ou larmoyante. L'apparente froideur de l'auteur vis à vis de ses personnages évite de verser dans la mièvrerie des sentiments. L'hitoire n'est pas gay, juste quelques touches inévitables, qui rappellent la signature de l'auteur. Même si les livres "non-gay" de Besson ne sont pas mes préférés, celui-ci fait exception. L'auteur s'investit délicieusement dans les deux personnages, tour à tour masculin et féminin, sans pour autant les faire parler à la première personne. Et puis il y a le style de Philippe Besson, émouvant, concis, incomparable, qui en fait le digne successeur du regretté Yves Navarre.
  • ZeroJanvier79 Posté le 1 Septembre 2018
    Une fois de plus, Philippe Besson nous entraine dans la vie de personnages tourmentés et marqués par l'absence, le manque, la mort. Nous suivons alternativement les récits de Laura et de Samuel, chacun s'exprimant pendant un ou deux chapitres avant de redonner la parole à l'autre. Le récit tient sur une seule journée, celle de l'élection de Barack Obama, et tandis que l'Amérique vit un jour historique, il ne se passe finalement pas grand chose dans le roman. Bien sûr, Samuel assiste aux funérailles de son fils et Laura a choisi ce jour pour se donner la mort, mais les événements s'enchainent sans bruit, sans passion. Il y a comme une routine inéluctable tout au long du roman. C'est d'autant plus vrai pour le récit de Laura qui vit une journée presque ordinaire. C'est sûrement pour cela que j'ai été plus emporté par celui de Samuel, ce père meurtri par la mort de son fils de dix-sept ans. Les routes de Laura et Samuel finissent par se croiser à deux reprises pendant le roman, une première fois de façon assez anecdotique au milieu du récit et une seconde fois, plus importante, à la fin. Cette rencontre parait elle aussi inéluctable, presque... Une fois de plus, Philippe Besson nous entraine dans la vie de personnages tourmentés et marqués par l'absence, le manque, la mort. Nous suivons alternativement les récits de Laura et de Samuel, chacun s'exprimant pendant un ou deux chapitres avant de redonner la parole à l'autre. Le récit tient sur une seule journée, celle de l'élection de Barack Obama, et tandis que l'Amérique vit un jour historique, il ne se passe finalement pas grand chose dans le roman. Bien sûr, Samuel assiste aux funérailles de son fils et Laura a choisi ce jour pour se donner la mort, mais les événements s'enchainent sans bruit, sans passion. Il y a comme une routine inéluctable tout au long du roman. C'est d'autant plus vrai pour le récit de Laura qui vit une journée presque ordinaire. C'est sûrement pour cela que j'ai été plus emporté par celui de Samuel, ce père meurtri par la mort de son fils de dix-sept ans. Les routes de Laura et Samuel finissent par se croiser à deux reprises pendant le roman, une première fois de façon assez anecdotique au milieu du récit et une seconde fois, plus importante, à la fin. Cette rencontre parait elle aussi inéluctable, presque artificiellement construite. C'est sans doute le principal reproche que je ferais à ce roman. J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire, mais j'ai tout de même regretté qu'il soit si prévisible, comme un exercice de style que l'auteur se serait imposé. On ne peut d'ailleurs s'empêcher de reconnaitre Philippe Besson sous les traits de cet écrivain français qui fréquente le café où travaille Laura, et d'imaginer que ce roman a vu le jour dans l'esprit de l'auteur lors de son séjour aux Etats-Unis où il aurait croisé une "Laura " et un "Samuel" et aurait alors imaginé leur vie et cette journée particulière. Malgré ce défaut, le roman reste plaisant à lire. Philippe Besson a toujours le don de mettre des mots sur les émotions et de parler toujours aussi justement du manque, de l'absence, du deuil. C'est assez étonnant de le voir en parler dans chacun de ses romans en trouvant des situations originales et des mots différents. J'ai noté trois ou quatre passages dans celui-ci qui m'ont interpelé et m'ont fait me dire "oui, c'est exactement ça". Sans atteindre l'émotion suscitée chez moi par En l'absence des hommes ou Un homme accidentel, ce roman trouve une nouvelle fois les mots justes. Pour cette raison au moins, ce nouveau roman complète parfaitement l'oeuvre déjà bien riche de Philippe Besson.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Blandine2 Posté le 29 Août 2018
    Pour 2 livres achetés celui-ci m'était offert !!! La bonne pioche ! et quelle chance que ce fut celui-ci. Bien écrit, intéressant, tellement humain et vrai. Je ne pense pas qu'il existe de plus grande douleur que celle de perdre un enfant, par suicide de surcroit, et je ne pense pas, non plus, qu'il y est plus grand désespoir que de vouloir se suicider . Besson nous fait partager ces 2 cheminements parallèles, sans pathos, sans voyeurisme, mais avec un ton et une douceur merveilleuse. Les descriptions de Los Angels sont également très justes. C'est un très bon Besson. Un superbe livre, à ne pas mettre entre toutes les mains, néanmoins.

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.