En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Une chanson pour Ada

        Presses de la cité
        EAN : 9782258098633
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 140 x 225 mm
        Une chanson pour Ada

        Françoise DU SORBIER (Traducteur)
        Date de parution : 02/05/2013

        Dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, le destin remarquable de deux femmes unies par une amitié défiant toutes les barrières culturelles, générationnelles et raciales.

        Ada naît dans les années 1930 à Cradock House, demeure de la famille Harrison. Fille illégitime de la domestique noire, elle grandit aux côtés des deux enfants du couple. Elle ne va pas à l’école, mais Cathleen Harrington, la maîtresse de maison, lui apprend à lire. Remarquant son intérêt pour...

        Ada naît dans les années 1930 à Cradock House, demeure de la famille Harrison. Fille illégitime de la domestique noire, elle grandit aux côtés des deux enfants du couple. Elle ne va pas à l’école, mais Cathleen Harrington, la maîtresse de maison, lui apprend à lire. Remarquant son intérêt pour la musique, cette dernière entreprend de lui enseigner le piano, en dépit des réserves de son entourage.
        Ada a beau s’avérer une élève assidue et une pianiste très douée, ses perspectives d’avenir semblent cependant bien limitées dans un pays où la situation entre Blancs et Noirs se durcit de plus en plus. L’année de ses dix-huit ans, alors que la politique de l’apartheid est mise en place sur l’ensemble du territoire, Ada est violée par Mr. Harrington. Enceinte, elle se réfugie chez l’une de ses tantes, dans un township. Son talent pour la musique et l’amitié qu’elle partage avec Mrs Harrington vont se révéler ses meilleurs alliés dans un monde où, mère d’une enfant métisse, elle n’a nulle part sa place.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258098633
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        21.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • PlumeMunia Posté le 13 Octobre 2017
          C'est avec une grande émotion, la gorge nouée et des larmes que j'achève ce livre d'une puissance phénoménale !! La vie de l'héroïne entre les années trente et quatre-vingt-dix, tous les êtres qui ont fait parti de son chemin de vie, avec l'apparition d' une période abominable et terrifiante: la politique de l'apartheid...La musique, brassant les cultures et se moquant des codes...les amitiés, l'amour défiant le danger et les graves menaces d'une loi absurde et inhumaine... pour une couleur de peau...Le courage, la résilience face à la perte de ceux qu'on aime, la loyauté infaillible, l'humilité comme époustouflante vertu, envers et contre toute injustice...un chef-d'œuvre !!!
        • LadyRomance Posté le 7 Juin 2017
          En lisant la 4° de couverture de Une chanson pour Ada, je ne m'attendais pas à la profondeur qu'allait prendre cette lecture. Ce fut très riche. Cela traite à la fois d'amour, d'amitié, de courage, de survie, des conséquences évidentes des actes des uns sur le vécu des autres et des conséquences plus subtiles que l'on ne devine qu'à la fin de sa vie, voire dont on ne se rend compte jamais pour certains... Cela parle aussi du racisme, de l'apartheid, de la place, au fond, que chacun occupe sur cette Terre, déterminée selon des critères incompréhensibles comme celui de la couleur de peau. Et lorsque l'on est métisse, cela devenait à l'époque encore bien plus compliqué, n'appartenant ni à un peuple ni à un autre. Bref, il y a tout cela dans ce roman et même plus... Car c'est aussi la destinée de deux femmes : Mrs Cathleen venue d'Irlande en 1919 pour épouser Edward Harrington et s'installer à Karoo, une région désertique de l'Afrique du Sud à Cradock House où elle se lie d'amitié avec sa domestique noire. Mais c'est surtout pour la fille de cette dernière, Ada, qui naîtra sans père en 1930, qu'elle va se prendre d'affection. Ada... En lisant la 4° de couverture de Une chanson pour Ada, je ne m'attendais pas à la profondeur qu'allait prendre cette lecture. Ce fut très riche. Cela traite à la fois d'amour, d'amitié, de courage, de survie, des conséquences évidentes des actes des uns sur le vécu des autres et des conséquences plus subtiles que l'on ne devine qu'à la fin de sa vie, voire dont on ne se rend compte jamais pour certains... Cela parle aussi du racisme, de l'apartheid, de la place, au fond, que chacun occupe sur cette Terre, déterminée selon des critères incompréhensibles comme celui de la couleur de peau. Et lorsque l'on est métisse, cela devenait à l'époque encore bien plus compliqué, n'appartenant ni à un peuple ni à un autre. Bref, il y a tout cela dans ce roman et même plus... Car c'est aussi la destinée de deux femmes : Mrs Cathleen venue d'Irlande en 1919 pour épouser Edward Harrington et s'installer à Karoo, une région désertique de l'Afrique du Sud à Cradock House où elle se lie d'amitié avec sa domestique noire. Mais c'est surtout pour la fille de cette dernière, Ada, qui naîtra sans père en 1930, qu'elle va se prendre d'affection. Ada grandit plus ou moins agréablement auprès des enfants de ses maîtres consciente des différences dont les événements vont accentuer la teneur au fil du temps. Il y a Mr Phil, un garçon charmant et ouvert qui apprécie beaucoup la compagnie de Ada et miss Rosemary, tout le contraire de son frère, orgueilleuse, ingrate et raciste. Cathleen voit en Ada tout ce que sa fille n'est pas et devant les grandes capacités qu'elle perçoit chez elle décide de l'instruire. Elle s'avèrera particulièrement douée pour le piano, un instrument cher à Cathleen qui adore en jouer. Les choses commencent à se gâter quand Mr Phil doit partir à la guerre qui frappe l'Europe. Ensuite, nous plongeons dans l'histoire de toute la vie de ses deux femmes dans un pays qui va connaître l'horreur de la ségrégation entre deux peuples alors que ses deux femmes vivent la situation inverse. J'ai beaucoup aimé le ton du récit avec Ada qui en est la narratrice car sa simplicité et la compréhension de ce qui se passe de sa hauteur avec ses manques, sa désinformation mais portée par la bonté naturelle de son coeur, son ouverture et son intelligence prend une dimension très appréciable empreinte de réalisme. Le récit est entrecoupée de façon très opportune par la voix de Cathleen dont on connaît les pensées et sentiments grâce à un journal intime qu'elle tient. Il y a aussi ce grand rôle qui est donné à la musique avec le piano qui devient un instrument comme un ami aidant à surmonter toutes les épreuves rythmant le vécu. Pour toutes ces raisons et parce que je me suis sentie véritablement au coeur des événements à l'époque de l'apartheid en Afrique du Sud tout en étant dans la douceur apportée par l'amour et l'amitié interraciale, filiale aussi, dans la simplicité et la beauté du quotidien mêlées à l'inacceptable, ce roman est un coup de coeur. www.ladyromance.over-blog.com
          Lire la suite
          En lire moins
        • Krazie Posté le 8 Février 2017
          Un livre qui a suscité en moi toute une palette d'émotions. Nous sommes en 1930 dans une petite ville d'Afrique du Sud, et une enfant vient de naître. Elle n'a pas de père, et est la fille de la domestique. Quel avenir pour cette petite fille qui n'ira même pas à l'école? Et pourtant la bonté, la musique et l'amour vont lui permettre de surmonter bien des épreuves. La vie d'Ada est magnifiquement contée, c'est un personnage auquel on s'attache immédiatement, tout comme Mrs Cath. La maison et son jardin est un personnage à part entière, ce fameux abricotier dans lequel coule la sève d'Ada, et bien sûr le piano, ces mélodies qui lient les âmes, qui réparent et consolent. Vraiment une magnifique histoire, sur fond d'apartheid, qui vous accompagnera et qui comme une mélodie de Chopin vous restera dans la tête.
        • Colombedelesperance Posté le 2 Décembre 2016
          Bon, avant que je ne sois encore plus en retard dans mes chroniques, il est temps de me pencher sur une jolie découverte ! Une chanson pour Ada est l’histoire d’Ada (on s’en doutera), une enfant née à Cradock House, en Afrique du Sud. Avec sa mère, elles servent les maîtres de la maison, qui les considèrent pourtant en majorité comme des membres de la famille. Pour autant, la différence entre Noirs et Blancs est déjà là, et même si Ada veut croire de toutes ses forces que cela n’aura pas d’impact dans ses relations avec eux, elle se rendra compte au fil des années qu’il en est tout autrement… Mais l’amour, l’amitié et l’espoir sont permis. Alors que l’apartheid prend corps, c’est l’histoire d’une fillette, puis femme, qui aime intensément la musique et ses proches, que nous allons découvrir. Volontairement, mon résumé en dit beaucoup moins que la quatrième de couverture. La raison en est simple : je me suis spoilée toute seule l’histoire en relisant ces mots, alors que j’avais dépassé les 100 pages dans le roman. Un résumé qui en dit plus qu’après ce stade en dit trop pour moi, même si l’histoire d’Ada est en effet bien... Bon, avant que je ne sois encore plus en retard dans mes chroniques, il est temps de me pencher sur une jolie découverte ! Une chanson pour Ada est l’histoire d’Ada (on s’en doutera), une enfant née à Cradock House, en Afrique du Sud. Avec sa mère, elles servent les maîtres de la maison, qui les considèrent pourtant en majorité comme des membres de la famille. Pour autant, la différence entre Noirs et Blancs est déjà là, et même si Ada veut croire de toutes ses forces que cela n’aura pas d’impact dans ses relations avec eux, elle se rendra compte au fil des années qu’il en est tout autrement… Mais l’amour, l’amitié et l’espoir sont permis. Alors que l’apartheid prend corps, c’est l’histoire d’une fillette, puis femme, qui aime intensément la musique et ses proches, que nous allons découvrir. Volontairement, mon résumé en dit beaucoup moins que la quatrième de couverture. La raison en est simple : je me suis spoilée toute seule l’histoire en relisant ces mots, alors que j’avais dépassé les 100 pages dans le roman. Un résumé qui en dit plus qu’après ce stade en dit trop pour moi, même si l’histoire d’Ada est en effet bien plus complexe que cela. Bref. Le roman m’avait intriguée par sa belle couverture et par la promesse de la découverte d’un pays que je ne connais que très peu. L’Afrique du Sud est une contrée dont j’ai entendu parler un peu en cours, un peu grâce à Nelson Mandela, comme beaucoup d’entre nous. Sinon, c’est un peu le vide, et comme je suis curieuse, j’ai voulu essayer. Grand bien m’en a pris, parce que ce bouquin est une perle, avec une histoire peu évidente mais très entraînante à sa manière ! Lorsque le récit commence, Ada est toute jeune, et comme c’est elle la narratrice, les phrases sont simples, les incompréhensions parfois nombreuses, et cela évolue au fil des pages. On remarque toujours que cette enfant est un peu… inconsciente, quelque part, et c’est normal : c’est le manque d’éducation qui se fait sentir. Pour autant, Ada a une grande connaissance du cœur, et elle est très observatrice, très humble… c’est un personnage d’une grande richesse et d’une grande humanité que l’on apprécie beaucoup de suivre. On se lie vite avec tout l’entourage de notre héroïne : Madame Harrington, Mr Phil, la mère d’Ada, Lindiwe quand elle survient… beaucoup évoluent autour d’elle, en fonction de ses périodes de sa vie. Attention, tous n’attirent pas forcément notre sympathie, comme Monsieur Harrington, toujours distant, ou Miss Rose. J’ai eu du mal avec la tante d’Ada, aussi. La mosaïque des caractères présentée est très riche et très variée, exactement comme les fresques humaines que nous formons tous les jours, avec cependant des contextes radicalement différents. L’histoire d’Ada est compliquée : elle mêle un désir d’appartenance fort avec des gens qui n’ont pas la même couleur de peau, mais qui parfois partagent ses sentiments et essaient de faire d’elle un membre à part entière de leur cercle. Ada va néanmoins vivre des évènements particulièrement difficiles, tout en assumant la charge que cela impose. On ne peut que l’admirer et rester rivé au bouquin, alors qu’au fond de nous, l’empathie est là, et qu’on ne peut rester indifférent à ce qui se produit pour elle. Avec ce roman, le dépaysement est total. Les impressions par rapport au climat, aux conditions de vie, aux échos historiques dans d’autres parties du monde… c’est vraiment comme si le lecteur était en Afrique du Sud et observait avec Ada ce monde si étrange qui change d’un seul coup, prend une direction inattendue. Avec nos repères européens, on apprend à lire tout ceci avec un autre recul, à voir les choses autrement, et j’apprécie beaucoup le changement de perspective. Sans compter que les descriptions des lieux m’ont donné l’impression d’y être ! On sent réellement un travail de recherche et de composition de la part de l’auteur : elle le précise d’ailleurs à la fin de son roman, dans les remerciements. Chaque détail semble pensé, peaufiné, pour assurer un voyage en douceur mais avec de solides bases au lecteur. Sans parler de la musique ! Soyons clairs, je déteste le classique, mais j’aime le piano et voir toutes ces références aux morceaux de divers compositeurs m’a beaucoup plu. Cela offrait aussi une autre dimension riche et originale à ce bouquin déjà bien dense. Au niveau de la plume, Barbara Mutch a su offrir à son lectorat une plume évolutive. Elle a fait d’Ada sa narratrice, depuis sa plus tendre enfance jusqu’à la fin de sa vie. À chaque page, le style reste le même, en s’imprégnant des leçons apprises. Les phrases deviennent plus affirmées, les doutes ou les certitudes s’installent… cette plume est assez impressionnante, en fait. Très douce et envoûtante, je suis assez charmée ! Quant aux valeurs, je pense qu’on peut en dire beaucoup. La première est cette notion de différences entre Noirs et Blancs, qui nous paraît incongrue, violente et contre laquelle nous avons envie de nous soulever. La notion de justice apparaît clairement, d’égalité, de fraternité et surtout d’humanité. Ada est souvent obligée de choisir son camp, et c’est celui de l’amour qu’elle prend. L’amour de sa fille, de ses proches, notamment. On apprend le pouvoir des idées, le pouvoir de la musique, en bref, le pouvoir de chacun. L’amour est présent, l’espoir aussi, et c’est ce qui fait de ce roman un beau rayon de soleil malgré les épreuves auxquelles nous assistons. En conclusion, Une chanson pour Ada est un superbe roman qui m’aura transportée en Afrique du Sud, auprès d’une femme qui aura vécu une vie parfois difficile, mais qui a aimé et espéré toute sa vie. Le contexte culturel et géographique est fascinant, Ada est une héroïne forte et pourtant avec des défauts, humaine, en somme, que beaucoup devraient apprécier. Elle m’a en tout cas beaucoup touchée, et j’ai passé un excellent moment de lecture en sa compagnie ! Les valeurs véhiculées sont belles… Enfin bref, je vous le conseille largement et ce sera un 18/20 pour moi !
          Lire la suite
          En lire moins
        • deuxternaute Posté le 13 Octobre 2016
          Un grand moment de lecture, avec ce qu'il faut d'émotion. pour un premier roman qi aide à comprendre l'aparteid, ici vu et vécu de l'intérieur, quel talent. C'est un écrivain que je suivrai

        Ils en parlent

        "Une saga magnifique avec juste ce qu'il faut d'émotion, d'indignation et de vérité historique. Un grand moment de lecture!"

        Le Dauphiné Libéré

         

        Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
        Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.