Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782355847394
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 220 mm
Une confession
Laurence Romance (traduit par)
Date de parution : 14/03/2019
Éditeurs :
Sonatine

Une confession

Laurence Romance (traduit par)
Date de parution : 14/03/2019
« Un roman inoubliable. » Georges Simenon
Le chef d’œuvre inconnu de l’auteur de Garde à vue.
 
À cinquante ans, John Duxbury est secrètement déçu par son existence. Son travail est devenu une routine, son mariage sombre dans la grisaille, il ne sait plus comment être heureux.
Bientôt,...
À cinquante ans, John Duxbury est secrètement déçu par son existence. Son travail est devenu une routine, son mariage sombre dans la grisaille, il ne sait plus comment être heureux.
Bientôt, c’est un drame qui s’abat sur lui. Alors qu’il est en vacances avec sa femme, Maude, celle-ci fait une chute...
À cinquante ans, John Duxbury est secrètement déçu par son existence. Son travail est devenu une routine, son mariage sombre dans la grisaille, il ne sait plus comment être heureux.
Bientôt, c’est un drame qui s’abat sur lui. Alors qu’il est en vacances avec sa femme, Maude, celle-ci fait une chute mortelle. Quelques temps plus tard, un homme se présente au commissariat. Il a été témoin des faits et prétend que c’est John qui a poussé sa femme dans le vide. L’inspecteur Harker, chargé de l’enquête, s’engage à corps perdu dans la recherche de la vérité, jusqu’à l’ultime face-à-face.
 
Pourquoi ce formidable roman publié en 1984, n’a-t-il jamais été traduit en français ? C’est incompréhensible. Ce qu’on comprend aisément, en revanche, c’est la raison pour laquelle il a émerveillé Simenon. On ne peut en effet s’empêcher à la lecture de penser aux grands chefs-d’œuvre du maître.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847394
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

« Il faut reconnaître à John Wainwright un formidable brio romanesque, qui, outre Simenon, peut aussi l’apparenter à la grande Patricia Highsmith.»
Olivier Mony / Livres Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Clak66 29/12/2021
    Une lecture addictive et très spéciale ! La construction du livre est très bien faite, qui alterne le journal intime de John Duxbury et les réflexions des différents enquêteurs pour que le lecteur change de point de vue au gré des chapitres, alternant entre coupable et innocent 😊. L'ambiance est oppressante, le nombre de personnages plutôt restreint, et chaque fois que l'on croît s'approcher de la vérité, on s'en éloigne un peu plus... super polar !
  • ProfesseurDan 22/05/2021
    Un très bon polar, si l'on excepte la toute première partie à laquelle on pourrait attribuer une petite lourdeur, due certainement à un nombre de pages relativement important qui semblent, de prime abord, se perdre dans des détails insignifiants. Il faut vraiment persévérer dans cette lecture, car la suite vaut vraiment le coup. Un polar au style qui sort de l'ordinaire par rapport au polar classique et qui donne envie au lecteur de poursuivre et poursuivre encore jusqu'à cette fin aussi convenue qu'inattendue. Un bon moment de lecture, même pour ceux qui, comme moi, ne sont pas forcément amateurs du genre policier.
  • diablotin0 20/03/2021
    Le rythme et la façon dont est menée l'intrigue m'a fait penser à la littérature asiatique et particulièrement aux romans de Keigo Higashino. Les informations sont distillées tout au long du roman et au bon moment. Pas de précipitation, pas d'actions, de rebondissements qui s'enchaînent mais je rassure le futur lecteur, on ne s'ennuie pas un seul instant ! John Duxbury se confie à son journal tous les soirs. Il y confie les difficultés qu'il rencontre dans son couplé. Ils décident de prendre quelques jours de vacances. Lors d'une promenade, sa femme fait une chute mortelle. Est-ce un accident comme il le prétend ? Ce roman est plus qu'une enquête, il met en exergue la complexité de chacun et la difficulté d'être au grand jour ce que l'on est vraiment. Ce roman m'incite fortement à lire maintenant " les aveux".
  • Nadouch 26/02/2021
    John Duxbury a-t-il tué sa femme en la poussant de la falaise ? Oui, selon un témoin, unique et peu crédible. Non, selon l'idée générale de respectabilité que l'on se fait de cet entrepreneur pourtant très déçu par la vie. Un roman assez déroutant mais très plaisant pour qui, comme moi, aime Simenon, ses ambiances, ses portraits des petitesses faciles... Agréable découverte !
  • Little_stranger 29/12/2020
    Honte à moi, je n'ai découvert John Wainwright que maintenant et pourtant quel auteur de romans policiers tout en finesse et psychologie. Les deux premiers que j'ai lu ont un point commun : le face-à-face entre l'enquêteur et le présumé innocent/coupable. John Duxbury tient un journal et il y note ... ses pensées, son quotidien, un journal qui n'a pas vocation d'être lu, bien sûr quoi que ... John s'ennuie dans sa vie (propriétaire d'une imprimerie qui fonctionne très bien), dans son couple avec Maude. Ils ont un fils, Harry, qui va se marier avec une jeune femme, Benedicta, dite Ben. Maude et John dorment dans des lits différents, puis dans des pièces différentes : leur vie sexuelle ressemble à un électro=-cardiogramme plat (Maude estime qu'à 50 ans, c'est normal !), mais voilà, dans leur milieu, on ne divorce pas dans le secteur de Beechwood Brook. Harry est un bon fils, il travaille avec son père et voyant le couple à la dérive, leur suggère un week-end dans un bel hôtel au bord de la mer. Bingo ! sauf que patatras, Maude fait une chute sur un sentier côtier et se tue. John est bouleversé, effondré, jusqu'au jour où un témoin... Honte à moi, je n'ai découvert John Wainwright que maintenant et pourtant quel auteur de romans policiers tout en finesse et psychologie. Les deux premiers que j'ai lu ont un point commun : le face-à-face entre l'enquêteur et le présumé innocent/coupable. John Duxbury tient un journal et il y note ... ses pensées, son quotidien, un journal qui n'a pas vocation d'être lu, bien sûr quoi que ... John s'ennuie dans sa vie (propriétaire d'une imprimerie qui fonctionne très bien), dans son couple avec Maude. Ils ont un fils, Harry, qui va se marier avec une jeune femme, Benedicta, dite Ben. Maude et John dorment dans des lits différents, puis dans des pièces différentes : leur vie sexuelle ressemble à un électro=-cardiogramme plat (Maude estime qu'à 50 ans, c'est normal !), mais voilà, dans leur milieu, on ne divorce pas dans le secteur de Beechwood Brook. Harry est un bon fils, il travaille avec son père et voyant le couple à la dérive, leur suggère un week-end dans un bel hôtel au bord de la mer. Bingo ! sauf que patatras, Maude fait une chute sur un sentier côtier et se tue. John est bouleversé, effondré, jusqu'au jour où un témoin vient voir la Police pour leur dire que Maude n'a pas chuté : on l'a poussé et celui qui l'a poussé, c'est John. Horreur, malheur : ce n'est pas possible ! L'enquête est difficile car le témoin est un homme, Raymond Foster, prof de physique dans un lycée dont la crédibilité est entachée un une sensibilité particulière difficilement compatible avec son métier d'enseignant. Son épouse, Martha, le comprend et le soutient toujours dans ses démarches, mais comment être crédible quand on est si peu sûr de soi face à un homme, connu, respecté comme John Duxbury ? C'est l'enquêteur Harry Harker, qui va s'atteler à l'enquête, minutieusement, collectant des informations sur l'un, l'autre, les recroisant pour arriver à la vérité. Et en plus de cette enquête, c'est contre sa hiérarchie que se bagarre Harker : frileuse, incapable d'assumer ... Cest par le biais de l'autre Harry, le fils de John, que la vérité va arriver de manière imprévue, car Harry ne percevait pas ses parents comme amoureux, voir même conventionnels : il se demandait comment ils arrivaient encore à vivre ensemble avec tant de haine entre eux ... J'ai apprécié le rythme de ce roman intercalant les chapitres entre le journal de John, l'enquête de Harry Harker (il a le même nom que le héros de Dracula : Johnathan Harker) même si John Duxbury n'est pas un vampire, il a un drôle d'oiseau.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions