Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258054851
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm

Une douce vengeance

Dominique WATTWILLER (Traducteur)
Collection : Sang d'Encre
Date de parution : 19/10/2000

Au cours d'un week-end en Cornouailles dans la propriété familiale, l'inspecteur Thomas Lynley et ses invités découvrent le cadavre atrocement mutilé d'un journaliste local.

Bien qu'il ne soit pas sur son terrain, Lynley est amené à collaborer avec ses collègues de province. Les hasards de l'enquête vont peu à peu dévoiler la personnalité profonde de Lynley : traumatisé par la lente agonie de son père et la " trahison " de sa mère, il n'a toujours pas pardonné...

EAN : 9782258054851
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Kio971 Posté le 26 Août 2019
    Si Une douce vengeance n'est pas le premier livre d'Elizabeth George paru dans la série des enquêtes de l'inspecteur Thomas Linley (il a été publié en 1991 et trois autres romans le précèdent), en revanche, il peut être considéré comme le premier en terme de chronologie de l'histoire personnelle des principaux protagonistes. En ce sens, on conseillera aux lecteurs qui ne connaîtraient pas encore la série, d'en commencer la découverte par ce volume. Située en grande partie en Cornouialle - mais avec également quelques chapitres à Londres - Une douce vengeance est une intrigue bien menée, où Elizabeth George nous promène de suspect potentiel en coupable possible, avant de révéler la solution de l'énigme et donner à son roman une fin complètement inattendue. Comme dans les autres volumes de la série Linley/Havers, se mêlent dans ce livre une intrigue policière et une étude psychologique des personnages, notamment ceux qui deviendront récurrents dans la série, en particulier Simon Saint James et Déborah, dont les portraits physiques et psychologiques sont bien campés. Ce qui fait le charme de ce roman, c'est le juste équilibre entre énigme policière et peinture psychologique des protagonistes. Cette dernière ayant - malheureusement à mon goût -... Si Une douce vengeance n'est pas le premier livre d'Elizabeth George paru dans la série des enquêtes de l'inspecteur Thomas Linley (il a été publié en 1991 et trois autres romans le précèdent), en revanche, il peut être considéré comme le premier en terme de chronologie de l'histoire personnelle des principaux protagonistes. En ce sens, on conseillera aux lecteurs qui ne connaîtraient pas encore la série, d'en commencer la découverte par ce volume. Située en grande partie en Cornouialle - mais avec également quelques chapitres à Londres - Une douce vengeance est une intrigue bien menée, où Elizabeth George nous promène de suspect potentiel en coupable possible, avant de révéler la solution de l'énigme et donner à son roman une fin complètement inattendue. Comme dans les autres volumes de la série Linley/Havers, se mêlent dans ce livre une intrigue policière et une étude psychologique des personnages, notamment ceux qui deviendront récurrents dans la série, en particulier Simon Saint James et Déborah, dont les portraits physiques et psychologiques sont bien campés. Ce qui fait le charme de ce roman, c'est le juste équilibre entre énigme policière et peinture psychologique des protagonistes. Cette dernière ayant - malheureusement à mon goût - tendance à prendre le pas sur la première dans les derniers romans écrits par Elizabeth George (depuis Mémoires infidèles, à mon avis, Juste une mauvaise action échappant cependant à ce travers). Si les intrigues policières sont généralement de bonne facture - Le lieu du crime, Le meurtre de la falaise et Pour solde de tout compte étant, selon moi, les meilleurs - l'étude psychologique des personnages tend à devenir pesante dans les derniers romans, prenant de plus en plus le pas sur l'énigme criminelle, occupant un nombre de pages de plus en plus conséquent, alourdissant la lecture, en allant chercher souvent loin dans le passé des personnages les raisons et les motivations de leurs comportements. Une douce vengeance n'a pas encore ce défaut et permet de faire connaissance avec Thomas Linley, ses amis Helen Clyde, Déborah et Simon Saint James, et bien sûr le sergent Barbara Havers (qui dans ce volume n'est pas encore la coéquipière de Linley mais celle d'un autre inspecteur de Scotland Yard).
    Lire la suite
    En lire moins
  • Eroblin Posté le 19 Avril 2019
    Ce roman est le quatrième tome où apparaît Thomas Linley mais l’histoire racontée se situe avant la première enquête menée conjointement par Linley/Havers. Dans cette intrigue, on ne voit Havers que fugitivement et Linley est fiancé à Deborah Cotter, une jeune photographe qui est revenue à Londres après trois ans passés aux USA. Pour annoncer son futur mariage, il s’est rendu dans son domaine familial en sa compagnie et celle de quelques amis dont Saint-James. Mais sur place, rien ne se passe comme prévu : un meurtre horrible a lieu, un journaliste est retrouvé assassiné et émasculé ! Et, à sa grande horreur, toutes les pistes semblent mener vers son propre frère, Peter que l’addiction à la cocaïne mène vers le pire. Pour ceux qui ne connaîtraient pas Elizabeth George, je ne leur recommanderais pas ce livre car ce n’est pas le meilleur de la série. L’enquête est longue à démarrer, tortueuse et paresseuse. On a du mal à s’intéresser aux raisons pour lesquels ce journaliste est mort et qui a pu faire le coup. J’ai eu la nette impression qu’Elizabeth George avait écrit ce roman pour d’autres raisons, à savoir suivre les tourments amoureux de ses personnages principaux. En... Ce roman est le quatrième tome où apparaît Thomas Linley mais l’histoire racontée se situe avant la première enquête menée conjointement par Linley/Havers. Dans cette intrigue, on ne voit Havers que fugitivement et Linley est fiancé à Deborah Cotter, une jeune photographe qui est revenue à Londres après trois ans passés aux USA. Pour annoncer son futur mariage, il s’est rendu dans son domaine familial en sa compagnie et celle de quelques amis dont Saint-James. Mais sur place, rien ne se passe comme prévu : un meurtre horrible a lieu, un journaliste est retrouvé assassiné et émasculé ! Et, à sa grande horreur, toutes les pistes semblent mener vers son propre frère, Peter que l’addiction à la cocaïne mène vers le pire. Pour ceux qui ne connaîtraient pas Elizabeth George, je ne leur recommanderais pas ce livre car ce n’est pas le meilleur de la série. L’enquête est longue à démarrer, tortueuse et paresseuse. On a du mal à s’intéresser aux raisons pour lesquels ce journaliste est mort et qui a pu faire le coup. J’ai eu la nette impression qu’Elizabeth George avait écrit ce roman pour d’autres raisons, à savoir suivre les tourments amoureux de ses personnages principaux. En effet, elle passe plus de temps à nous raconter à quel point Deborah Cotter se sent partagée entre son amour pour Thomas et celui qu’elle éprouve pour Saint-James d’où de très nombreuses pages où chacun des protagonistes de ce trio involontaire s’interroge sur ses sentiments. D’où mon avis mitigé sur cette « Douce vengeance » qui s’avère plus un roman sur les tourments intérieurs qu’une enquête policière.
    Lire la suite
    En lire moins
  • anniethevenetfournel Posté le 21 Mai 2017
    A priori le premier des livres relatant les enquêtes de Linley. A lire absolument si l'on veut comprendre les liens qui unissent Thomas Déborah Lady Helen et Simon St James , voir même brièvement Barbara Havers . Intrigue enchevétrée, fondée sur les relations familiales, les deuils et les nondits, dans les magnifiques paysages de Cornouailles. Pour qui lira ensuite la succession des livres d'Elisabeth Georges c'est le livre de l'installation, celui ou se dévoilent les complexités psychologiques des personnages que l'on retrouvera . Superbe
  • mogador83 Posté le 21 Septembre 2016
    Une enquête en flash back qui nous permet de mieux comprendre les relations entre les héros Linley, St James, Deborah et lady Helen avec une intrigue qui se passe plusieurs années avant. L'ambiance des Cornouailles et de Londres est toujours bien décrite. On s'y croit a chaque fois! L'enquête est complexe a souhait et se dénoue progressivement jusqu'à un final tragique. On comprend mieux la part importante donnée par l'auteur a la vie personnelle de ses héros.
  • soleil Posté le 20 Septembre 2014
    Thomas Lynley s'apprête à se fiancer à Deborah Cotter, dans la maison familiale qui l'a vu grandir, sur les terres de Cornouailles. La famille est réunie autour du couple, ainsi que les amis de Thomas et Deborah. Simon, un ami de Thomas, qui fut d'ailleurs amoureux de Deborah est venu accompagné de sa soeur. Les frères et soeurs de chacun sont présents pour l'événement. Or, lorsqu'un journaliste local est retrouvé chez lui assassiné et émasculé, l'entourage de Thomas est aussi frappé par des disparitions ou des morts. Qu'est-ce-qui peut bien relier le journaliste, marié et père de famille, aux membres de la famille de Thomas ou Simon ? Le duo va mener son enquête afin de lever le voile sur ces crimes. --------------------------------------- Mon avis : J'avais lu un premier roman de l'auteur que j'avais moyennement aimé. Là, dès le début du roman, je ne fus pas loin de refermer le livre tant le nombre des personnages ne cessait de croître ; surtout, je ne comprenais pas vraiment les liens qui les unissaient les uns aux autres et passais mon temps à noter leurs noms et faire des flèches pour relier les fratries, les amoureux, les fiancés entre eux. Sans compter qu'en plus du... Thomas Lynley s'apprête à se fiancer à Deborah Cotter, dans la maison familiale qui l'a vu grandir, sur les terres de Cornouailles. La famille est réunie autour du couple, ainsi que les amis de Thomas et Deborah. Simon, un ami de Thomas, qui fut d'ailleurs amoureux de Deborah est venu accompagné de sa soeur. Les frères et soeurs de chacun sont présents pour l'événement. Or, lorsqu'un journaliste local est retrouvé chez lui assassiné et émasculé, l'entourage de Thomas est aussi frappé par des disparitions ou des morts. Qu'est-ce-qui peut bien relier le journaliste, marié et père de famille, aux membres de la famille de Thomas ou Simon ? Le duo va mener son enquête afin de lever le voile sur ces crimes. --------------------------------------- Mon avis : J'avais lu un premier roman de l'auteur que j'avais moyennement aimé. Là, dès le début du roman, je ne fus pas loin de refermer le livre tant le nombre des personnages ne cessait de croître ; surtout, je ne comprenais pas vraiment les liens qui les unissaient les uns aux autres et passais mon temps à noter leurs noms et faire des flèches pour relier les fratries, les amoureux, les fiancés entre eux. Sans compter qu'en plus du premier cadavre, s'ajoutaient l'épouse, son frère, son père qui gravitaient aussi autour de la famille de Thomas. Dès lors qu'il y eut d'autres morts/disparitions, le roman se mit en place et l'implication plausible de certains devint source de curiosité. Comme je ne fus pas capable d'ébaucher un scenario probable pour comprendre qui était coupable, je dus attendre que chaque tiroir s'ouvre afin de suivre la résolution progressive du crime avec Thomas et Simon. J'ai vraiment plus apprécié le dernier tiers du roman bien que les toutes dernières pages furent à mon avis, de trop.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.