Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221250969
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 342
Format : 135 x 215 mm

Urgence sanitaire

Date de parution : 15/10/2020

« La gravité d’une épidémie, et le Covid n’y échappe pas, n’est pas seulement liée à la maladie mais à l’état de la société et des hommes. À ce titre, l’épidémie de Covid survient en France au mauvais moment, prenant tout le monde par surprise alors qu’elle avait débuté trois...

« La gravité d’une épidémie, et le Covid n’y échappe pas, n’est pas seulement liée à la maladie mais à l’état de la société et des hommes. À ce titre, l’épidémie de Covid survient en France au mauvais moment, prenant tout le monde par surprise alors qu’elle avait débuté trois mois auparavant à Wuhan, en Chine. Elle est le révélateur de l’état de paupérisation de notre système de santé, notamment en matière de prévention, et de l’aveuglement des hommes de pouvoir, gens de cour familiers des ors de la République. Elle s’inscrit dans l’ère de l’immédiateté véhiculée par certains médias, et est gérée par des politiques qui utiliseront des méthodes médiévales pour circonvenir une épidémie moderne. » E.C.

En première ligne dans la lutte contre le Covid-19, le professeur Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, ne se borne pas à livrer son propre témoignage sur le combat qu’il a mené avec ses équipes. En homme libre et sans langue de bois, il brosse un tableau édifiant de la situation sanitaire de notre pays, de ses urgences et de ses capacités réelles à faire face à un rebond ou à une persistance durable de l’épidémie comme à l’apparition d’une nouvelle pandémie.
Tirant les leçons de cette crise, il plaide pour un nouveau mode de développement, plus social, solidaire et écologique, la seule manière à ses yeux de nous tourner vers l’avenir sereinement.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221250969
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 342
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CVolland Posté le 30 Novembre 2020
    Chronique d'un désastre, ce livre retrace de manière très détaillée et minutieuse tous les éléments médiatico sanitaire importants de cet épisode DE covid 19 jusqu'en août 2020.Un style clair et concis, facile à lire. Et qui donne beaucoup d'informations pas forcément très relayées ou connues. Eric Caumes n'est assurément pas un rassuriste mais pas non plus un alarmiste fou. Cette position "centriste'' est assez agréable, encore qu'il n'hésite pas à cliver et qu'il semble ne pas porter dans son coeur le président du conseil scientifique...Dans cette crise sanitaire, le vulgum pecus a eu tout le loisir de constater à quel point les grands professeurs, les cadors de la discipline ont tous un avis différent et on aussi et surtout un égo surdimensionné, pas à la hauteur des résultats, du moins en France. Le professeur Caumes à ses opinions qu'ils exposent sans langue de bois, mais sans prendre de haut qui que ce soit et c'est tout à son honneur. Bien sûr, ce genre d'ouvrage se périme vite et certaines infos qu'il contient sont déjà caduc. à Lire vite donc 
  • PGilly Posté le 27 Octobre 2020
    Il a son franc-parler, une qualité que le président Macron l'encourage à garder au terme d'une réunion où il ronge son frein, le 5 mars 2020. le but est de dresser un état des lieux de la recherche, non d'enrayer l'épidémie, déjà considérée comme "inarrêtable et inexorable." Le professeur Éric Caumes a de l'expérience. Il dirige le service des maladies infectieuses de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, un des deux seuls établissements habilités à accueillir les malades adultes atteints d'une infection émergente hautement contagieuse. Depuis 1989, son service a vécu les épidémies successives des quatre dernières décennies, du sida à la grippe A/H1N1 en passant par les deux coronavirus précédents que sont le MERS et le SARS. L'homme est donc compétent, en plus d'appeler un chat un chat et de veiller à son indépendance vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques et du pouvoir politique. Il a délaissé les plateaux télé parce qu'il y perdait son temps alors qu'il a été le premier à avoir été sollicité dès janvier. Déjà, il prédisait le pire. Il ne croit pas du tout à la production d'un vaccin. J'ai lu une information claire sur le virus. Cet agent infectieux est redoutable parce qu'il se transmet avant l'apparition des... Il a son franc-parler, une qualité que le président Macron l'encourage à garder au terme d'une réunion où il ronge son frein, le 5 mars 2020. le but est de dresser un état des lieux de la recherche, non d'enrayer l'épidémie, déjà considérée comme "inarrêtable et inexorable." Le professeur Éric Caumes a de l'expérience. Il dirige le service des maladies infectieuses de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, un des deux seuls établissements habilités à accueillir les malades adultes atteints d'une infection émergente hautement contagieuse. Depuis 1989, son service a vécu les épidémies successives des quatre dernières décennies, du sida à la grippe A/H1N1 en passant par les deux coronavirus précédents que sont le MERS et le SARS. L'homme est donc compétent, en plus d'appeler un chat un chat et de veiller à son indépendance vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques et du pouvoir politique. Il a délaissé les plateaux télé parce qu'il y perdait son temps alors qu'il a été le premier à avoir été sollicité dès janvier. Déjà, il prédisait le pire. Il ne croit pas du tout à la production d'un vaccin. J'ai lu une information claire sur le virus. Cet agent infectieux est redoutable parce qu'il se transmet avant l'apparition des symptômes (souvent bénins) dans près de la moitié des cas. J'ai compris que le Covid court partout et que les autorités courent derrière, faute d'avoir tiré les leçons des épidémies précédentes, cantonnées, il est vrai, géographiquement. L'auteur regrette le manque de rapidité et de réactivité en France ; il salue le savoir-faire des Asiatiques, champions du dépistage, du traçage et de l'isolement. L'auto-isolement des cas, l'isolement de la maisonnée et le traçage des contacts réduisent l'épidémie de 64%. L'infectiologue recommande de tout axer sur la prévention, associant meures individuelles et collectives, ainsi que le triptyque tester-tracer-isoler pour les cas et les contacts. Cela implique évidemment de refinancer une politique de la santé digne de ce nom. L'auteur demeure vigilant après les 20 milliards promis au Ségur de la santé. Le spécialiste plaide aussi pour le monde des loisirs. Il raconte sa visite en Belgique à L'Intime festival de Namur et au Grand Prix F1 de Spa-Francorchamps, deux événements drainant des centaines de personnes au salon littéraire, voire deux mille personnes sur le circuit. Des événements rendus possibles grâce à un protocole sanitaire strict bien respecté. La vie doit reprendre, dit-il, vie religieuse, culturelle et sportive, en appliquant avec discernement la règle de limitation des spectateurs. le risque est moins dans les stades qu'au café ou au resto après le match. Un ouvrage limpide, instructif, critique et constructif. Parmi tous les écrits sur l'épidémie et ses à-côtés, je recommande vivement l'Urgence sanitaire, acquis après avoir vu et écouté Éric Caumes hier à l'excellente émission de France 5, C dans l'air.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.