En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Vices

        Fleuve éditions
        EAN : 9782265116412
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 408
        Format : 140 x 210 mm
        Vices

        Collection : Fleuve noir
        Date de parution : 09/11/2017
        « Fais tout de même attention. C’est quand on baisse la garde que les chiens attaquent. »
        Le temps où Marie se rêvait en justicière insoumise appartient au passé. Arrachée à sa campagne natale, condamnée aux artères viciées de la ville qui accueille la Brigade des jeunes victimes, où elle officie en tant que lieutenant, la jeune provinciale avale des couleuvres. Car sur le terrain, la justice... Le temps où Marie se rêvait en justicière insoumise appartient au passé. Arrachée à sa campagne natale, condamnée aux artères viciées de la ville qui accueille la Brigade des jeunes victimes, où elle officie en tant que lieutenant, la jeune provinciale avale des couleuvres. Car sur le terrain, la justice est un concept. Suicides, harcèlements, disparitions, viols… Et comme si la cruauté du monde ne suffisait pas, Marie doit au plus vite se faire une place au sein d’une équipe de flics à vif.
        Qui est l’homme dont Zolan crie le nom chaque nuit ? D’où vient cette fureur qui dévore Sophie ? Pourquoi, chaque premier jeudi du mois, le commandant reçoit-il toujours la même carte postale ? Voilà autant de secrets dissous dans les ténèbres urbaines au fond desquelles Marie espère enterrer le sien…
         
        Si le monde selon Gipsy Paladini se donne sous ses atours les plus noirs, ne vous fiez pas aux apparences : sa voix est lumineuse et perce avec rage l’obscurité.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782265116412
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 408
        Format : 140 x 210 mm
        Fleuve éditions
        19.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Melvie77 Posté le 26 Janvier 2018
          Tout d'abord, je fus surprise de voir que le roman n'était pas une histoire à part entière mais un début de série. Dans ce livre, nous avons deux enquêtes de la BJV (Brigade des Jeunes Victimes) dans une métropole inconnue. Deux enquêtes très sombres, glauques par moment, mais efficaces. Je ne vous parlerai pas de la substance de ces deux enquêtes, je vous laisse le soin de les découvrir, histoire de ne pas manquer le côté percutant des intrigues mais aussi de la plume de Gipsy Paladini. Les membres de la BJV sont des écorchés vifs pour la plupart... soit par la vie, soit par leur profession. Ils sont confrontés à des enquêtes très dures mêlant des enfants, souvent, privés de leur innocence, bien trop tôt dans des quartiers à risques... J'ai aimé la fluidité des enquêtes qui se suivent comme une série télé, les personnages forts, les enquêtes percutantes et glaçantes. La playlist est démente, je me suis fait plaisir à écouter les morceaux pendant ma lecture pour une immersion totale. J'ai dévoré le livre en moins d'une journée, autant vous dire que la plume de l'auteure est addictive... J'ai un petit bémol quand même mais qui devrait se régler dès que la... Tout d'abord, je fus surprise de voir que le roman n'était pas une histoire à part entière mais un début de série. Dans ce livre, nous avons deux enquêtes de la BJV (Brigade des Jeunes Victimes) dans une métropole inconnue. Deux enquêtes très sombres, glauques par moment, mais efficaces. Je ne vous parlerai pas de la substance de ces deux enquêtes, je vous laisse le soin de les découvrir, histoire de ne pas manquer le côté percutant des intrigues mais aussi de la plume de Gipsy Paladini. Les membres de la BJV sont des écorchés vifs pour la plupart... soit par la vie, soit par leur profession. Ils sont confrontés à des enquêtes très dures mêlant des enfants, souvent, privés de leur innocence, bien trop tôt dans des quartiers à risques... J'ai aimé la fluidité des enquêtes qui se suivent comme une série télé, les personnages forts, les enquêtes percutantes et glaçantes. La playlist est démente, je me suis fait plaisir à écouter les morceaux pendant ma lecture pour une immersion totale. J'ai dévoré le livre en moins d'une journée, autant vous dire que la plume de l'auteure est addictive... J'ai un petit bémol quand même mais qui devrait se régler dès que la suite sortira... J'ai eu l'impression de débarquer dans une série déjà commencée... Bon, je me suis dit que Marie, le personnage principal, débarquait dans la brigade et que c'était normal... Mais beaucoup de zones d'ombres sur elle aussi donc on ne peut pas vraiment lire le livre de son point de vue non plus... Certains éléments arrivent par bribes et s'imbriquent dans le puzzle final... Les questions du résumé ne trouvent qu'en partie leurs réponses dans ce livre et la fin laisse augurer une suite mais frustration quand tu nous tiens ...^^ Une très bonne lecture au niveau des enquêtes : rien à redire, c'est glaçant à souhait mais un flou au niveau des personnages qui perdure à la fin de la lecture et qui provoque, pour ma part, une frustration. Vivement la suite en tout cas car il ne faut pas me laisser comme ça, hein...^^
          Lire la suite
          En lire moins
        • natacharigal Posté le 22 Janvier 2018
          2 enquêtes rythmées, opposées mais 2 thèmes forts et 2 enquêtes dures par les scènes et les actes commis. On s'attache immédiatement aux personnages de Marie et de Zolan. On sent que l'auteure a travaillé ses sujets, elle nous déroule des scènes violentes et terriblement dures. Dans sa première enquête, abordant le thème de l'harcèlement scolaire, ces scènes sont très agréablement contrebalancées par des touches d'humour souvent crues mais très efficaces. Dans sa seconde enquête portant sur l'Afrique (je vise large, pour ne pas spoilé), elle s'attaque entre autre aux enfants soldats....Un chapitre vous laissera un gout de sang dans la bouche. Mais c'est écrit avec efficacité et avec beaucoup de tact. J'ai aimé l’éclectisme de son écriture. Bref, vous l'aurez compris : FONCEZ !!!!!!
        • Jazzynewyork Posté le 15 Janvier 2018
          " Tala a choisi sa spécialisation, instauré ses codes, organisé ses procédures, fondé ses unités, et six mois de méandres administratifs plus tard, la BJV - Brigade des jeunes victimes - avait pu être inauguré. "#8233;  #8233;Une nouvelle brigade est en place créée par Tala un ancien des Stups. Dans cette unité spéciale on gère les dossiers délaissés et pourtant primordiaux, tel que les suicides, le harcèlement, les viols, les disparitions.#8233;#8233; " (...) une majorité des criminels ne le seraient pas devenus si enfant, adolescent ou jeune adulte, victime ou incriminé, s'ils avaient été mieux traités. Chaque individu à un processus propre. C'est notre travail de le cerner pour mieux réorienter les blessés et les égarés (...) Soyons les médecins de la société future. Prévenons pour ne pas avoir à guérir. " #8233;Une équipe spéciale, un peu cramée, plus amène pour affronter les ténèbres urbaines.#8233;Néanmoins de bons flics qui vont œuvrer pour que justice soit faite.#8233;#8233;À travers deux enquêtes, nous allons faire connaissance avec eux, les apprivoiser, et très vite nous y attacher avec une forte envie de les retrouver pour de nouveaux sauvetages chez cette jeunesse malmenée par notre monde de plus en plus cruel. #8233;#8233;" Dans un monde peuplé de requins, les... " Tala a choisi sa spécialisation, instauré ses codes, organisé ses procédures, fondé ses unités, et six mois de méandres administratifs plus tard, la BJV - Brigade des jeunes victimes - avait pu être inauguré. "#8233;  #8233;Une nouvelle brigade est en place créée par Tala un ancien des Stups. Dans cette unité spéciale on gère les dossiers délaissés et pourtant primordiaux, tel que les suicides, le harcèlement, les viols, les disparitions.#8233;#8233; " (...) une majorité des criminels ne le seraient pas devenus si enfant, adolescent ou jeune adulte, victime ou incriminé, s'ils avaient été mieux traités. Chaque individu à un processus propre. C'est notre travail de le cerner pour mieux réorienter les blessés et les égarés (...) Soyons les médecins de la société future. Prévenons pour ne pas avoir à guérir. " #8233;Une équipe spéciale, un peu cramée, plus amène pour affronter les ténèbres urbaines.#8233;Néanmoins de bons flics qui vont œuvrer pour que justice soit faite.#8233;#8233;À travers deux enquêtes, nous allons faire connaissance avec eux, les apprivoiser, et très vite nous y attacher avec une forte envie de les retrouver pour de nouveaux sauvetages chez cette jeunesse malmenée par notre monde de plus en plus cruel. #8233;#8233;" Dans un monde peuplé de requins, les poissons rouges servent de festin."#8233; Je retrouve la plume de Gipsy Paladini découverte auparavent via Le bruit des ailes qui tombent, et une fois encore son style incisif a tout pour me plaire. #8233;Nouveau thriller, nouveaux flics, nouvel univers. Nouvelle équipe d'enquêteurs plutôt mystérieux qui se révéleront petit à petit, chacun a ses secrets, ses casseroles et ses blessures qui font d'eux des flics plus vrais. D'ailleurs ces deux histoires pleine de Vices sont extrêmement proches de la réalité qui nous entoure. L'écriture enragée de l'auteure nous plonge dans cette noirceur effrayante, avec sa propre signature et toujours avec un attachement féroce à ses personnages. Un concept de présentation original qui présage une suite. Après cette mise en bouche réussie, l'impatience se fait sentir et j'ai hâte de retrouver cette bande de flics prête à tout pour sauver la jeunesse en danger.#8233;#8233;Une arrivée en fanfare chez Fleuve, des retrouvailles à la hauteur de mes attentes, prête pour les prochains épisodes. #8233;#8233;À vos marque... Prêt... Lisez... Un peu de Vices ça peut pas vous faire de mal, bien au contraire. #8233;#8233;#8233;
          Lire la suite
          En lire moins
        • Loley Posté le 18 Décembre 2017
          J'ai eu la chance d'être la première blogueuse à chroniquer le précédent roman de Gipsy Paladini, la première à y croire et à le crier. Si je suis fière ? Oh oui je suis fière de cette auteure talentueuse et fière pour elle, de la voir intégrer une grande maison d'édition. Marie fait équipe avec Zolan, ils travaillent sur le suicide d'une jeune fille qui a subi un harcèlement scolaire intensif. Une fois dégrossi, ce qu'ils vont découvrir derrière cette vie en miettes va se révéler bien moche. Je suis horrifiée par le harcèlement scolaire dont a été victime la jeune suicidée. Tellement horrifiée par les descriptions et il n'est pas difficile de comprendre pourquoi. Tout simplement parce que je les imagine dans les cours d'école, c'est criant de vérité, cette violence psychologique est insupportable. Les monstres qui poussent leurs camarades à bout existent bel et bien, ça me laisse un goût acide dans la bouche. Le livre est scindé en deux par deux histoires distinctes, qui va garder l'équipe de flics et pousser plus loin leur histoire, leur vie. L'ambiance de la deuxième histoire est encore différente, d'actualité aussi, mais plus noire me semble-t-il. Suivre ce roman est passionnant, on a vraiment envie de savoir ce que cachent ces... J'ai eu la chance d'être la première blogueuse à chroniquer le précédent roman de Gipsy Paladini, la première à y croire et à le crier. Si je suis fière ? Oh oui je suis fière de cette auteure talentueuse et fière pour elle, de la voir intégrer une grande maison d'édition. Marie fait équipe avec Zolan, ils travaillent sur le suicide d'une jeune fille qui a subi un harcèlement scolaire intensif. Une fois dégrossi, ce qu'ils vont découvrir derrière cette vie en miettes va se révéler bien moche. Je suis horrifiée par le harcèlement scolaire dont a été victime la jeune suicidée. Tellement horrifiée par les descriptions et il n'est pas difficile de comprendre pourquoi. Tout simplement parce que je les imagine dans les cours d'école, c'est criant de vérité, cette violence psychologique est insupportable. Les monstres qui poussent leurs camarades à bout existent bel et bien, ça me laisse un goût acide dans la bouche. Le livre est scindé en deux par deux histoires distinctes, qui va garder l'équipe de flics et pousser plus loin leur histoire, leur vie. L'ambiance de la deuxième histoire est encore différente, d'actualité aussi, mais plus noire me semble-t-il. Suivre ce roman est passionnant, on a vraiment envie de savoir ce que cachent ces drames, car il est évident qu'ils sont plus complexes qu'il n'y parait. Tout ou presque est dans les sentiments, la psychologie, même si le meurtre de la deuxième partie est atroce, ma gorge s'est serrée sur le couple Marie/Zolan, amour, déception, amour, trahison, amour ou pas ... Pourquoi deux histoires, j'aurais pu continuer longtemps avec eux, je ne veux pas que ça s'arrête, on les retrouvera c'est obligé, je n'en sais rien mais ils sont forts, vrais, ils sont là et je veux croire qu'on les retrouvera. Cette sublime écriture a su me plaquer au mur une première fois déjà, je m'en suis délectée et je confirme encore cet immense talent. Whou l'auteure sait secouer son public, j'en étais convaincue mais je me suis fait avoir, encore.
          Lire la suite
          En lire moins
        • NicolasElie Posté le 14 Décembre 2017
          Tu connais mon aversion pour les romans qu’on appelle policiers. Tu la connais parce que je t’en cause souvent. Elle est réelle, parce qu’il me semble retrouver dans chacun de ces bouquins, la même chose, les mêmes personnages, les mêmes histoires, et donc les mêmes enquêtes. Un tueur, des flics, des indices, des pièges parfois, un twist si t’as de la chance, et tout finit bien en général, le contraire des histoires d’amour. C’est d’ailleurs vrai, maintenant que j’y pense. Je me souviens pas d’un roman policier qui finisse mal. J’ai dû oublier. Comme quoi, les empreintes laissées par nos lectures ne sont souvent qu’un pas ou deux dans le sable… Donc ici, on est à plusieurs vagues de ce genre de bouquin (Je fais de la polésie). Gipsy Paladini, je la connaissais pas. J’ai pas lu ses bouquins précédents, et là, mon regard a été attiré par la couv. C’est souvent mon regard qui décide de ce que je vais lire. Comme c’est mon regard, c’est aussi lui qui paye, donc après je peux dire ce que je veux. Mise au point pour ceux qui imaginent que faire des chroniques, c’est le moyen d’avoir des livres gratuits… Quand t’as acheté le roman, Gipsy... Tu connais mon aversion pour les romans qu’on appelle policiers. Tu la connais parce que je t’en cause souvent. Elle est réelle, parce qu’il me semble retrouver dans chacun de ces bouquins, la même chose, les mêmes personnages, les mêmes histoires, et donc les mêmes enquêtes. Un tueur, des flics, des indices, des pièges parfois, un twist si t’as de la chance, et tout finit bien en général, le contraire des histoires d’amour. C’est d’ailleurs vrai, maintenant que j’y pense. Je me souviens pas d’un roman policier qui finisse mal. J’ai dû oublier. Comme quoi, les empreintes laissées par nos lectures ne sont souvent qu’un pas ou deux dans le sable… Donc ici, on est à plusieurs vagues de ce genre de bouquin (Je fais de la polésie). Gipsy Paladini, je la connaissais pas. J’ai pas lu ses bouquins précédents, et là, mon regard a été attiré par la couv. C’est souvent mon regard qui décide de ce que je vais lire. Comme c’est mon regard, c’est aussi lui qui paye, donc après je peux dire ce que je veux. Mise au point pour ceux qui imaginent que faire des chroniques, c’est le moyen d’avoir des livres gratuits… Quand t’as acheté le roman, Gipsy te prévient (je l’appelle Gipsy, maintenant que je la connais) et elle te dit que c’est le début d’une série littéraire. Ça, je crains un peu. Les séries, je suis pas super fan, mais bon. Elle te dit aussi qu’elle a tout inventé, y compris la ville, et la Brigade des Jeunes Victimes. Ça n’existe pas cette BJV. Ils ont pas encore pensé que c’était nécessaire dans les couloirs des gouvernements qui nous gouvernent. Et en plus, elle te conseille la musique. Le clip de Five Finger Death Punch, je te raconte pas, tu écouteras. Ça s’appelle « Coming Down ». Bon, j’ai assez déblatéré. Dans ce bouquin, donc, tu as deux épisodes. Dans les deux, tu retrouves les personnages qui vont donc être les héros récurrents (je suppose) de la série. J’ai bien dit les héros. Pas de super flics dans ce bouquin. Pas de super enquêteurs qui reniflent les pistes comme des chiens policiers, juste des gens, qui pourraient être toi ou moi. Je déconne. Toi, peut-être, mais pas moi. C’est pour ça que je vais pas t’en parler. Si tu veux connaître l’histoire, t’as qu’à aller sur le ouaibe, il y les spécialistes de la chronique, les pros du « J’te raconte, comme ça t’as plus besoin d’acheter le bouquin », tu sais ceux qui fabriquent le succès d’un livre ou d’un auteur. Enfin, c’est ce qu’ils croient. Je vais te causer du style de la dame. Des mots qu’elle t’envoie en travers de la mâchoire sans que t’aies pensé à mettre ton protège-dents. C’est con, parce qu’elle va t’en péter une ou deux. Sûr. Tu vas suivre Marie et Zoltan, et les autres aussi, et tu vas les suivre parce que toi aussi t’as envie d’aider ces mômes que tu vas croiser, et toi aussi, parfois, tu vas avoir envie de leur foutre des baffes (je sais, c’est pas bien), avant de percuter que s’ils sont comme ça, c’est parce qu’on les a fabriqués comme ça. Que c’est les mêmes que tu croises dans la cité à côté de chez toi, celle où t’essayes de pas trop aller. Ces adolescents que tu ne comprends plus, parce que toi, quand t’étais ado, c’était pas comme ça. C’était plus simple, moins dangereux de se balader dans les rues. Puis tu vas te rendre compte aussi que derrière ces provocs, ces phrases toutes faites, presque apprises par cœur, il y a la peur d’être différent. De ne pas faire partie du groupe. Tu vas te rendre compte qu’ils habitent dans un monde différent du tien, à deux rues de chez toi. Elle t’a averti, Gipsy Paladini, elle t’a dit qu’elle allait te montrer des choses pour de vrai et qu’elle est persuadée que « les mots prévalent ». À aucun moment elle te fait la morale, genre « t’as vu, c’est à cause nous » que ça se passe. À aucun moment elle ne sort de la réalité, celle qu’elle connaît, visiblement, et qu’elle est allé chercher au milieu des poubelles, pour « romancer » le truc. C’est du brut, et pas de chez Fabergé (Ça te rappelle un truc ?). Tu vas rien pouvoir changer, toi non plus, tu vas juste suivre ces mecs et ces nanas qui font de leur mieux pour vivre au milieu des décombres de cette société qui nous casse parfois la gueule. Alors bien sûr, le passé qu’ils portent dans leur sac à dos, lourd parfois. Alors bien sûr des secrets inavoués parce que quand tu dis, tu te dévoiles un peu, et que tu deviens vulnérable. C’est foutrement bien écrit. C’est tranchant, comme une lame de rasoir quand les mêmes se scarifient. C’est visuel, comme ces trucs qu’ils te montrent pas sur les chaines d’infos. C’est parfois poétique, comme Villon quand il t’explique les pendus, à qui les corbeaux « nous ont les yeux cavés ». C’est une réussite. C’est du noir. Du noir du bout de la rue. De ta rue.
          Lire la suite
          En lire moins
        Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
        Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.