Lisez! icon: Search engine
Le Robert
EAN : 9782321007487
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 14 x 21 mm

Vivre & parler au XVIIIe siècle : Paris au siècle des Lumières

Broché

Date de parution : 18/05/2017
L’historienne Arlette Farge nous invite à un passionnant voyage à la rencontre des Parisiens du XVIIIe siècle et de leur quotidien, à travers une riche iconographie et des extraits d’archives.
Paris comme vous ne l’avez jamais vu ! 
Comment vivaient les Parisiens au XVIIIe siècle ? Comment se logeaient-ils, s'habillaient-ils, se nourrissaient-ils, se divertissaient-ils, loin des fastes de la vie de cour ? Et quel français, au juste, parlaient-ils ? 

Grâce à cette nouvelle façon d'écrire l'histoire, dans un style baigné des odeurs, des bruits et des couleurs de la vie...
Comment vivaient les Parisiens au XVIIIe siècle ? Comment se logeaient-ils, s'habillaient-ils, se nourrissaient-ils, se divertissaient-ils, loin des fastes de la vie de cour ? Et quel français, au juste, parlaient-ils ? 

Grâce à cette nouvelle façon d'écrire l'histoire, dans un style baigné des odeurs, des bruits et des couleurs de la vie populaire de l'époque, Arlette Farge nous transporte dans un Paris méconnu. Ici, une lavandière des bords de Seine frappe son linge avec un battoir, là un cabaretier propose une chopine de vin pour trois sols. 

Nous projetant dans notre réalité d'aujourd'hui, l'auteur décrit les lieux de sociabilité nés sur le pavé du XVIIIe siècle : les cafés, les restaurants, et raconte les émotions et les concepts qui ont façonné notre monde moderne : l'intimité, la séduction, l'opinion...

Ce livre est une plongée vertigineuse dans le dédale des rues de la capitale, ses lieux de vie bruyants, encombrés et envahis par les animaux, entrecoupés de majestueuses promenades : le Palais-Royal, les Tuileries, les Champs-Élysées, où se croisent alors toutes les classes sociales. C'est un envers du décor, qui nous livre une vision intime et humaine du XVIIIe siècle, à l'ombre des Lumières
 
 

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782321007487
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 14 x 21 mm
Le Robert

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • stefart0 Posté le 2 Juin 2018
    Etant passionnée par le XVIIIi ème siècle, ce livre ne pouvait que retenir mon attention. Et je ne fut pas déçue car pour une fois, un livre nous décrit le siècle des Lumières vu par les Parisiens ne faisant partie ni de l’aristocratie ni de la cour. Le livre se découpe en quatre chapitres : Paris comme décor, Le quotidien des Parisiens, La vie en société et Parler et se parler, le tout agrémenter de nombreux dessins et tableaux. Un livre très instructif et très bien documenté.
  • __Troubles__ Posté le 8 Mars 2018
    Ce que peu de gens savent, c'est que je suis une grande passionnée d'Histoire et que j'ai même voulu faire mes études universitaires dans ce domaine, depuis l'enfance la période du XVIIIème siècle me fascine et je lis tout ce que je trouve sur cette période. Tout d'abord, ce livre est construit de façon très intelligente, en une succession de petits chapitres, illustrés de façon charmante. Il y a quatre grandes parties, elles-mêmes divisées en petits chapitres. Cela facilite grandement la lecture, le propos se voulant empirique pourra décourager quelques lecteurs au passage. LE style de l'auteure est bien adapté au propos et nous fait découvrir la capitale au siècle des Lumières de façon assez ludique. J'ai appris des choses, notamment sur l'organisation de la ville et sur la façon dont été rendu la justice. Les exemples cités sont toujours très concrets et le lecteur peu se projeter à cette époque quasiment les yeux fermés. Le passage sur la langue était particulièrement intéressant car on ne mentionne pas souvent qu'il était si difficile de se comprendre à cause de l'utilisation des différents patois. Cet ouvrage permet de s'ouvrir aux mœurs d'un autre temps et j'ai trouvé cela passionnant. Certes, il s'agit d'un ouvrage court, 192... Ce que peu de gens savent, c'est que je suis une grande passionnée d'Histoire et que j'ai même voulu faire mes études universitaires dans ce domaine, depuis l'enfance la période du XVIIIème siècle me fascine et je lis tout ce que je trouve sur cette période. Tout d'abord, ce livre est construit de façon très intelligente, en une succession de petits chapitres, illustrés de façon charmante. Il y a quatre grandes parties, elles-mêmes divisées en petits chapitres. Cela facilite grandement la lecture, le propos se voulant empirique pourra décourager quelques lecteurs au passage. LE style de l'auteure est bien adapté au propos et nous fait découvrir la capitale au siècle des Lumières de façon assez ludique. J'ai appris des choses, notamment sur l'organisation de la ville et sur la façon dont été rendu la justice. Les exemples cités sont toujours très concrets et le lecteur peu se projeter à cette époque quasiment les yeux fermés. Le passage sur la langue était particulièrement intéressant car on ne mentionne pas souvent qu'il était si difficile de se comprendre à cause de l'utilisation des différents patois. Cet ouvrage permet de s'ouvrir aux mœurs d'un autre temps et j'ai trouvé cela passionnant. Certes, il s'agit d'un ouvrage court, 192 pages avec de nombreuses pages illustrées, mais je pense que c'est une bonne introduction et ceux qui désireront en savoir davantage, pourront creuser plus avant dans des ouvrages spécialisés. Moi qui avais pris Paris en grippe depuis que je l'ai quitté il y a quelques années, j'ai retrouvé un peu de ce que je trouvais si remarquable dans la ville des Lumières.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Brize Posté le 3 Novembre 2017
    Je ne sais pas pour vous, mais moi j’aimerais bien disposer d’une machine à voyager dans le temps et hop, un petit saut à telle ou telle époque, je débarque et j’hume l’air du temps (pas forcément une odeur agréable), j’écoute les bruits de la rue, je déambule et je découvre. Comme ladite machine, à ma connaissance, n’est pas encore sur le marché, j’ai opté pour le petit ouvrage de l’historienne Arlette Farge afin d’aller faire une incursion dans « Paris au siècle des Lumières ». L’auteur s’est plongée dans les archives de la police, une mine d’informations concernant la vie de tout le petit peuple parisien. Au fil de chapitres thématiques composés de diverses petites notes, elle brosse un tableau détaillé de la capitale, couvrant aussi bien la géographie des lieux que les mœurs de la population. Se dessinent ainsi les contours d’un Paris bruyant et odorant, où la Seine joue un rôle majeur, on a peine à imaginer la densité du trafic sur ses eaux. On y équarrit sur ses berges, on s’y prostitue dans les fourrés adjacents car la nature reste partout présente, les animaux aussi (y compris les chats, pas encore domestiques et qui ont fort à... Je ne sais pas pour vous, mais moi j’aimerais bien disposer d’une machine à voyager dans le temps et hop, un petit saut à telle ou telle époque, je débarque et j’hume l’air du temps (pas forcément une odeur agréable), j’écoute les bruits de la rue, je déambule et je découvre. Comme ladite machine, à ma connaissance, n’est pas encore sur le marché, j’ai opté pour le petit ouvrage de l’historienne Arlette Farge afin d’aller faire une incursion dans « Paris au siècle des Lumières ». L’auteur s’est plongée dans les archives de la police, une mine d’informations concernant la vie de tout le petit peuple parisien. Au fil de chapitres thématiques composés de diverses petites notes, elle brosse un tableau détaillé de la capitale, couvrant aussi bien la géographie des lieux que les mœurs de la population. Se dessinent ainsi les contours d’un Paris bruyant et odorant, où la Seine joue un rôle majeur, on a peine à imaginer la densité du trafic sur ses eaux. On y équarrit sur ses berges, on s’y prostitue dans les fourrés adjacents car la nature reste partout présente, les animaux aussi (y compris les chats, pas encore domestiques et qui ont fort à faire avec les milliers de rats). Pour travailler, nombreux sont ceux, hommes et femmes, qui arpentent la ville le jour durant, allant d’un petit métier à un autre et ils sont heureux d’avoir trouvé de quoi subsister, quand 20% de la population n’y parvient pas. Tout le monde n’a pas la chance d’occuper un emploi dans ces boutiques ou ateliers qui, sans vitrines, s’ouvrent directement sur la rue. Les apprentis, que leurs parents placent très jeunes, n’y sont pas toujours bien lotis, maltraités par les maîtres et leurs épouses, qui les jugent corvéables à merci. Pour ce qui concerne les divertissements, les Parisiens raffolent des spectacles et sont des joueurs invétérés. Quant aux multiples cafés et tavernes qu’ils peuvent fréquenter, les esprits sont prompts à s’y échauffer, pendant qu’on discute plus raisonnablement dans les salons des hôtels particuliers. « Paris au siècle des Lumières » est un petit ouvrage richement documenté et très agréablement mis en page (nombreuses illustrations) que j’ai lu in extenso (ce n’était pas gagné, me connaissant, car c’est le genre de livre que j’achète et suis susceptible de laisser traîner ensuite longtemps sur mes étagères). Bon, comme je suis une incorrigible amatrice d’histoires (davantage que d’Histoire), il m’a donné envie de lire à nouveau, un de ces jours, un roman se déroulant à cette époque pour retrouver cette ambiance en grandeur réelle, ou presque.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LecturesGourmandes Posté le 28 Juin 2017
    Saviez-vous qu’en cas d’accident dans la Seine, les bateliers ne repêchaient les noyés qu’une fois morts puisque, dans ce cas, ils recevaient une récompense ? Ou encore qu’il existait au temps des Lumières des « regrattiers », personnes dont le métier était de revendre les restes de nourriture, mais aussi des « gazetins de police », des mouchards envoyés dans les cabarets et autres places pour écouter ce qu’il s’y disait du Roi ? Tant d’informations que l’on découvre au fil de cet ouvrage dans lequel le lecteur se retrouve plongé. Immergé dans une période qu’il connaît bien (celle des Lumières) tout en étant captivé par la multitude de nouvelles informations qu’il y découvre ! En effet, nous connaissons à peu près tous ce siècle de contestation politique qui prônait la raison, mais qu’en savons-nous vraiment ? A travers quatre grands thèmes que sont « Paris comme décor », « Le quotidien des parisiens », « La vie en société » et « Parler et se parler », Arlette Farge nous transmet un tourbillon d’informations et d’anecdotes, ceci en nous immergeant au cœur d’une époque où l’intimité n’existait pas, et en nous délivrant tous les visages de ce Paris,... Saviez-vous qu’en cas d’accident dans la Seine, les bateliers ne repêchaient les noyés qu’une fois morts puisque, dans ce cas, ils recevaient une récompense ? Ou encore qu’il existait au temps des Lumières des « regrattiers », personnes dont le métier était de revendre les restes de nourriture, mais aussi des « gazetins de police », des mouchards envoyés dans les cabarets et autres places pour écouter ce qu’il s’y disait du Roi ? Tant d’informations que l’on découvre au fil de cet ouvrage dans lequel le lecteur se retrouve plongé. Immergé dans une période qu’il connaît bien (celle des Lumières) tout en étant captivé par la multitude de nouvelles informations qu’il y découvre ! En effet, nous connaissons à peu près tous ce siècle de contestation politique qui prônait la raison, mais qu’en savons-nous vraiment ? A travers quatre grands thèmes que sont « Paris comme décor », « Le quotidien des parisiens », « La vie en société » et « Parler et se parler », Arlette Farge nous transmet un tourbillon d’informations et d’anecdotes, ceci en nous immergeant au cœur d’une époque où l’intimité n’existait pas, et en nous délivrant tous les visages de ce Paris, entre promiscuité et porosité. Le lecteur apprend alors l’existence d’une émeute (en 1750) lors de laquelle des enfants sont enlevés et d’autres arrêtés, mais aussi les conditions de vie et le manque d’hygiène au sein de la Salpêtrière, un hôpital qui se voyait être réservé aux femmes… Tout en découvrant les définitions et historiques de certains mots comme « intimité », « restaurant », « séduction »… Une richesse de savoirs et une mise en contexte plus qu’enrichissantes !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kurel Posté le 27 Juin 2017
    Les bâtiments racontent l'Histoire avec un grand H, mais ils ne racontent pas toujours les mœurs des personnes qui ont vécus dans leurs murs. J'étais donc très curieuse à propos de ce livre. Merci à Babelio et les éditions Le Robert pour ce partenariat. J'ai découvert un livre très intéressant à parcourir ! Arlette Farge a réussi à nous faire sentir la vie, les relations et les us et coutumes des gens du XVIIIème siècle. Le livre en lui même est très beau et attire l’œil. Les illustrations ... illustrent très bien les propos. La mise en couleur des titres et de certains passages est superbe. Ce livre est très instructif. Chaque aspect (la ville de Paris, quotidien des parisiens, vie en société, le parler de l'époque), est minutieusement documenté, ce qui est souvent le cas quand une historienne reconnue s'attaque à un sujet. Les procès verbaux sont une source très intéressante à laquelle je n'aurais pas pensé. En revanche, j'aurais aimé que les sujets soient davantage développés. On survole pour la plupart. Les paragraphes sont courts. De même j'aurai aimé quelques phrases représentatives du parler patois d'alors. En résumé, c'est un livre très sympathique et agréable à lire. C'est une très... Les bâtiments racontent l'Histoire avec un grand H, mais ils ne racontent pas toujours les mœurs des personnes qui ont vécus dans leurs murs. J'étais donc très curieuse à propos de ce livre. Merci à Babelio et les éditions Le Robert pour ce partenariat. J'ai découvert un livre très intéressant à parcourir ! Arlette Farge a réussi à nous faire sentir la vie, les relations et les us et coutumes des gens du XVIIIème siècle. Le livre en lui même est très beau et attire l’œil. Les illustrations ... illustrent très bien les propos. La mise en couleur des titres et de certains passages est superbe. Ce livre est très instructif. Chaque aspect (la ville de Paris, quotidien des parisiens, vie en société, le parler de l'époque), est minutieusement documenté, ce qui est souvent le cas quand une historienne reconnue s'attaque à un sujet. Les procès verbaux sont une source très intéressante à laquelle je n'aurais pas pensé. En revanche, j'aurais aimé que les sujets soient davantage développés. On survole pour la plupart. Les paragraphes sont courts. De même j'aurai aimé quelques phrases représentatives du parler patois d'alors. En résumé, c'est un livre très sympathique et agréable à lire. C'est une très bonne entrée en matière pour tous les petits curieux du siècle des Lumières !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.