Lisez! icon: Search engine
Nil
EAN : 9782841115273
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 168
Format : 130 x 205 mm

Wam

Date de parution : 18/08/2011

Les aventures, sur une nuit, d’un jeune de cité venu goûter au miel de « Paname ».
Un premier roman à se tordre de rire.

 

Le miel n’est pas en banlieue. Il est au centre. Un soir, assommé d’ennui et ivre d’envies, Wam embarque pour une virée sur « Paname ». Pas d’argent, pas de plan, mais un sens aigu de la vanne et du défi : il ne lui en faudra pas plus pour... Le miel n’est pas en banlieue. Il est au centre. Un soir, assommé d’ennui et ivre d’envies, Wam embarque pour une virée sur « Paname ». Pas d’argent, pas de plan, mais un sens aigu de la vanne et du défi : il ne lui en faudra pas plus pour vivre, en quelques heures, ce que beaucoup n’ont pas vécu en une vie.

Sur le modèle d’After Hours, de Martin Scorsese – une nuit, une grande ville, une succession d’aventures –, ce roman enchaîne blagues et rebondissements à un rythme trépidant, et nous fait découvrir un Paris inédit : voici la Ville Lumière telle qu’elle brille dans les yeux d’un enfant des cités. Voici la rencontre de deux mondes. Si proches, et si éloignés.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782841115273
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 168
Format : 130 x 205 mm

Ils en parlent

"Slimane est aussi "cash" et marrant que son roman."

Eric Bureau / Le Parisien

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • 59170 Posté le 28 Novembre 2016
    A pleurer de rire. Excellent. Je vous le recommande.
  • ASICS_95 Posté le 1 Janvier 2012
    Suis tombé sur ce livre par hasard, et j'ai tout simplement adoré :) Ce type écrit sur Paris et la banlieue, et ça marche, on y est! D'ailleurs j'y suis et ce que j'ai lu colle avec où je suis!
  • agathe10000 Posté le 11 Novembre 2011
    J'ai adoré ce roman!! Wam est un jeune de banlieue. Il ne se sépare que rarement, voire jamais, de ses amis. "L'autre jour je m'imaginais squatter le hall sans eux... J'arrivais pas : le hall vide! la putain d'hallu'! Comment je ferais pour exister dans un hall vide???" Il y a Kader, l'intellectuel en fauteuil roulant, Mouloud, qui a beaucoup d'argent grâce aux "partouzes" auxquelles il participe, et Rachid, le maître-chien qui travaille à Carrefour. Un soir, ils décident de faire une virée sur Paris. Rachid a un rencard, Mouloud une soirée, alors Wam décide de faire partie du voyage pour se balader dans Paris. Et là, il va passer une soirée assez extra-ordinaire, seul, sans ses amis, entre rencontres improbables et situations loufoques! J'ai vraiment passé un très bon moment de lecture avec ce petit roman. En grande fan de L-F Céline, je n'ai pas du tout été gênée par la ponctuation ou le vocabulaire. La lecture est agréable et l'histoire se passe sans aucun temps mort. Nous découvrons un Wam naïf et très sensible, malgré l'image qu'il veut donner de lui dans la cité. Un livre que je recommande vivement!
  • Dahlia_ Posté le 29 Octobre 2011
    Déjà, quand j'ai ouvert le livre, j'ai été "choqué" par l'abondance de points de suspention, il n'y a que ça ! Ca m'a un peu dérangé au début, mais après je m'y suis habituée. Un autre point qui m'a dérangé: la langue. Alors bon, Wam est un banlieusard, il parle comme un balieusard, et tout est retranscrit de façon parlée. J'ai beau être jeune et habiter dans un quartier avec pleins de "racailles", il y a des tas d'expressions que je ne connaissais pas ! Souvent, je devais interrompre ma lecture pour déchiffrer une phrase que je ne comprenais pas ! Passons aux choses positives maintenant, parce que malgré tout, j'ai vraiment aimé ce livre. J'ai trouvé Wam très touchant par moment, on sent qu'il aimerait changer, et pourquoi pas devenir un vrai artiste. On voit aussi qu'il tient énormément à ses amis, et la scène finale m'a beaucoup ému ! Ce livre nous montre que les banlieusards cherchent pour la plupart à faire quelque chose de leur vie, sauf qu'ils n'osent pas en parler à leurs amis, de peur de casser leur réputation de "gros dur", c'est dommage. Certains utilisent des moyens classiques pour y parvenir (Mcdo...), et d'autres des... Déjà, quand j'ai ouvert le livre, j'ai été "choqué" par l'abondance de points de suspention, il n'y a que ça ! Ca m'a un peu dérangé au début, mais après je m'y suis habituée. Un autre point qui m'a dérangé: la langue. Alors bon, Wam est un banlieusard, il parle comme un balieusard, et tout est retranscrit de façon parlée. J'ai beau être jeune et habiter dans un quartier avec pleins de "racailles", il y a des tas d'expressions que je ne connaissais pas ! Souvent, je devais interrompre ma lecture pour déchiffrer une phrase que je ne comprenais pas ! Passons aux choses positives maintenant, parce que malgré tout, j'ai vraiment aimé ce livre. J'ai trouvé Wam très touchant par moment, on sent qu'il aimerait changer, et pourquoi pas devenir un vrai artiste. On voit aussi qu'il tient énormément à ses amis, et la scène finale m'a beaucoup ému ! Ce livre nous montre que les banlieusards cherchent pour la plupart à faire quelque chose de leur vie, sauf qu'ils n'osent pas en parler à leurs amis, de peur de casser leur réputation de "gros dur", c'est dommage. Certains utilisent des moyens classiques pour y parvenir (Mcdo...), et d'autres des moyens beaucoup plus douteux, mais on va dire que c'est l'intention qui compte ^^. Les situations dans lesquelles se retrouvent Wam sont dans l'ensemble assez vraisemblables, à part quelques unes vraiments bizarres, mais ce sont ces dernières qui m'ont le plus amusées. Pour finir, je n'ai pas trouvé ce roman hilarant, contrairement à ce qu'il en était annoncé dans le résumé, mais j'ai quand même rigolé plusieurs fois, et surtout, j'ai été touché par Wam et sa sincérité. J'ai terminé ce livre le sourire aux lèvres ! Et le petit mot de la fin façon Wam: Lisez ce livre, vous allez kiffer votre race, la vérité !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Madamedub Posté le 13 Octobre 2011
    Voici les tribulations d’un jeune de banlieue en virée pour « une night sur Paname ». Wam (moi, en verlan, pour les « bourges »), est un glandeur de 23 ans, abonné au RSA, artiste amateur, mais surtout squatteur professionnel du hall BC du bâtiment d’une cité très « réputée », la « Téci des Artistes ». Alors qu’un soir il défile et occupe comme à son habitude son territoire – « Quelqu’un doit être dans le hall pour faire acte de présence, quoi !… Parce qu’un hall vide, ça fait mauvais genre… » – l’idée d’un trip vers la Ville Lumière germe dans son esprit. C’est le début du récit improbable d’une nuit d’anthologie à Paris. Largué à l’Hôtel de Ville à 20h30, Wam n’a qu’une idée en tête, « faire souffler son esprit sur la ville ». Et, pour une nuit, tout devient possible, même seul et sans une thune. C’est à coups de débrouille et d’embrouilles que Wam parvient à l’improbable : se faire médiateur conjugal, dîner au restaurant sans le sou, se mêler aux people d’une soirée « white » en hommage à Eddy Barclay, se faire habiller en kador par un caïd de la cité, écouter Michel... Voici les tribulations d’un jeune de banlieue en virée pour « une night sur Paname ». Wam (moi, en verlan, pour les « bourges »), est un glandeur de 23 ans, abonné au RSA, artiste amateur, mais surtout squatteur professionnel du hall BC du bâtiment d’une cité très « réputée », la « Téci des Artistes ». Alors qu’un soir il défile et occupe comme à son habitude son territoire – « Quelqu’un doit être dans le hall pour faire acte de présence, quoi !… Parce qu’un hall vide, ça fait mauvais genre… » – l’idée d’un trip vers la Ville Lumière germe dans son esprit. C’est le début du récit improbable d’une nuit d’anthologie à Paris. Largué à l’Hôtel de Ville à 20h30, Wam n’a qu’une idée en tête, « faire souffler son esprit sur la ville ». Et, pour une nuit, tout devient possible, même seul et sans une thune. C’est à coups de débrouille et d’embrouilles que Wam parvient à l’improbable : se faire médiateur conjugal, dîner au restaurant sans le sou, se mêler aux people d’une soirée « white » en hommage à Eddy Barclay, se faire habiller en kador par un caïd de la cité, écouter Michel Fugain en sirotant une tisane dans un loft (« Niveau torture mentale, je suis sûr qu’ils doivent programmer la même chose dans les cellules de Guantanamo. »), se faire conduire en « taxi-poubelle », et, « amande sur le tajine », se taper des plans galère… Maladroit mais avide de reconnaissance, Wam nous livre à travers ses péripéties le regard d’un jeune loser sur la capitale : la bastille brille « comme un tupperware au fond du congélo », un repas à l’œil a la même odeur « qu’un scooter volé à travers le barrage de la BAC », les femmes ont la « Claire Chazal Attitude », et les retraités ressemblent à « Papy Brossard ». Bref, Paris « scintille comme un trésor au fond des abysses… C’est la Ville Lumière et comme un lampion, elle attire les coléoptères… ». Parfois grinçant mais véritablement hilarant, ce premier roman de Slimane Kader ne peut laisser indifférent. Un style qui mêle argot, verlan, anglicismes, métaphores et images de manière abondante… Un mélange à mes yeux réussi, pétillant et surréaliste. Ce roman nous embarque dans un univers à la fois amer et plein d’espoir d’un jeune qui rêve, au fond, de quitter sa banlieue.
    Lire la suite
    En lire moins
Aventurez-vous sur les rives du NiL
Petite maison généraliste à forte personnalité, NiL a toujours défendu avec passion les regards d'auteurs originaux sans se poser la question des genres. Embarquez dès à présent pour recevoir toutes les actualités de NiL !