Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259277280
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 560
Format : 154 x 240 mm

Wartburg 1210

Date de parution : 18/04/2019
Une nouvelle enquête du célèbre héros du Moyen-Âge, Guilhem d'Ussel, chevalier troubadour. 
1209. L’armée des croisés vient de prendre Béziers et d’y massacrer tous ses habitants, hérétiques ou non. Terreur, pillage et violences vont désormais régner dans le Toulousain. C’est ce que redoute le chevalier Guilhem d’Ussel, dont le château a déjà été ravagé par ses ennemis. Il décide donc d’abandonner son... 1209. L’armée des croisés vient de prendre Béziers et d’y massacrer tous ses habitants, hérétiques ou non. Terreur, pillage et violences vont désormais régner dans le Toulousain. C’est ce que redoute le chevalier Guilhem d’Ussel, dont le château a déjà été ravagé par ses ennemis. Il décide donc d’abandonner son fief et de traverser le royaume de France avec ses gens afin de les mettre à l’abri, un voyage qu’il sait périlleux à cause des brigands, des seigneurs rapaces et des bandes de croisés qui gagnent le midi. Parmi ces derniers, il n’imaginait pas reconnaître des chevaliers allemands qu’il a vaincus quelque quinze ans plus tôt et qui veulent leur revanche.
 
Quand il partira pour le château de Warburg en Thuringe afin de revoir son ami, le minnesinger Wolfram, d’Eschenbach, ses ennemis se lanceront à ses trousses. Mais il découvrira que ses pires adversaires ne sont pas ces chevaliers qui complotent pour l’empereur Othon, ni la neige et les bandes de loups affamés, mais les sorcières de Goslar qui se rassemblent pour la nuit de Walpurgis et dont la plus redoutable a sacrifié sa belle-fille Blancheflor à cause de sa beauté.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259277280
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 560
Format : 154 x 240 mm
Plon

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • jfponge Posté le 8 Décembre 2019
    Avec sa verve habituelle et son sens aigu de la vérité historique, Jean d’Aillon nous emmène à la suite d’un personnage imaginaire, Guilhem d’Ussel, chevalier-troubadour, protecteur des cathares et ami du roi de France Philippe Auguste. Dans ce énième opus des aventures de ce preux chevalier, celui-ci quitte son fief de Lamaguère, dans une Occitanie ravagée par la croisade contre les albigeois, pour se rendre au chevet de son roi. Las, bien des mésaventures vont contrecarrer son projet, dans un périple qui va le mener à Paris mais aussi à Rouen puis dans les lointaines contrées germaniques, dans une Europe en ébullition où la religion sert de prétexte bien commode pour assouvir des desseins tout ce qu’il y a de plus personnels. Les épées s’entrechoquent dans une pluie d’étincelles, les carreaux d’arbalète percent les armures et le sang coule à flot. Pourtant l’on ressent, au fil de la lecture, un attachement profond pour cette époque cruelle et ces personnages d’une vaillance hors du commun qui, pour survivre et accomplir les desseins les plus nobles, ne doivent pas hésiter à tuer et mettre leur propre vie en danger. Une vision très personnelle, haute en couleurs comme ses enluminures, d’un Moyen Âge... Avec sa verve habituelle et son sens aigu de la vérité historique, Jean d’Aillon nous emmène à la suite d’un personnage imaginaire, Guilhem d’Ussel, chevalier-troubadour, protecteur des cathares et ami du roi de France Philippe Auguste. Dans ce énième opus des aventures de ce preux chevalier, celui-ci quitte son fief de Lamaguère, dans une Occitanie ravagée par la croisade contre les albigeois, pour se rendre au chevet de son roi. Las, bien des mésaventures vont contrecarrer son projet, dans un périple qui va le mener à Paris mais aussi à Rouen puis dans les lointaines contrées germaniques, dans une Europe en ébullition où la religion sert de prétexte bien commode pour assouvir des desseins tout ce qu’il y a de plus personnels. Les épées s’entrechoquent dans une pluie d’étincelles, les carreaux d’arbalète percent les armures et le sang coule à flot. Pourtant l’on ressent, au fil de la lecture, un attachement profond pour cette époque cruelle et ces personnages d’une vaillance hors du commun qui, pour survivre et accomplir les desseins les plus nobles, ne doivent pas hésiter à tuer et mettre leur propre vie en danger. Une vision très personnelle, haute en couleurs comme ses enluminures, d’un Moyen Âge dont on ignore encore beaucoup de choses. Le travail de Jean d’Aillon est remarquable, tant au niveau de l’écriture que du contexte historique, et son imagination fertile maintient jusqu’au bout l’attention du lecteur. Il n’hésite d’ailleurs pas, dès lors que son héros atteint dans sa geste les contrées de l’est, à introduire dans son récit un merveilleux directement inspiré des vieilles légendes germaniques. Une réussite…
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

Lisez maintenant, tout de suite !