Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262050931
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 154 x 240 mm

Wellington

Collection : Biographies
Date de parution : 28/05/2015
L’ennemi le plus acharné de Napoléon, le vainqueur de Waterloo.
 
Arthur Wellesley, premier duc de Wellington, né en Irlande la même année que Napoléon, s’illustre dès 1799 en Inde où il se montre aussi habile dans la négociation que dans le combat. A la tête de l’armée britannique au Portugal en 1808, il triomphe successivement, au long d’une guerre de... Arthur Wellesley, premier duc de Wellington, né en Irlande la même année que Napoléon, s’illustre dès 1799 en Inde où il se montre aussi habile dans la négociation que dans le combat. A la tête de l’armée britannique au Portugal en 1808, il triomphe successivement, au long d’une guerre de six ans dans la péninsule Ibérique, de tous les maréchaux de Napoléon qui lui sont opposés, contraignant les armées françaises à quitter l’Espagne.

Ambassadeur à Paris auprès de Louis XVIII, commandant en chef des armées alliées pendant les Cent-Jours, il écrase définitivement Napoléon à Waterloo. Lequel confiera à un tiers que Wellington l’égale en tout et le surpasse en une chose : la prudence. Ce dernier joue ensuite un rôle majeur dans la seconde restauration des Bourbons et empêche le démembrement de la France. Premier Ministre du roi George IV, puis ministre des Affaires étrangères, il perd un peu de sa popularité dans l’engagement politique, avant de la recouvrer et de devenir le héros de l’Angleterre victorienne.

L’auteur retrace avec justesse la carrière d’un grand seigneur de la guerre qui ne connut jamais la défaite et qui, tout en vainquant Napoléon et en contribuant à faire de l’Angleterre la première puissance du XIXe siècle, ménagea la France qu’il combattit sans haine ni mépris.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262050931
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 154 x 240 mm
Perrin
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • benleb Posté le 15 Octobre 2015
    Biographie du vainqueur de Napoléon à Waterloo, dont la personnalité et la carrière restent méconnues en France; on le comprend, il n'a jamais connu la défaite contre les Français. Il naquit dans une famille aristocrate anglo-irlandaise désargentée et fut toujours un homme du XVIIIème siècle. Arthur Wollesley commença réellement sa carrière militaire aux Indes, en suivant son frère aîné, gouverneur général. Sérieux, montrant de réelles aptitudes d'organisateur, il obtint le commandement des troupes anglaises, puis alliées, au Portugal et en Espagne, après leur invasion par les Français. Imposant une dure discipline à ses hommes, mais faisant tout pour leur assurer un ravitaillement correct, il se distingua par sa prudence et sa vision stratégique. La longue série de victoires qui le mena jusqu'à Toulouse dut beaucoup aux incompétences et aux divisions des maréchaux de Napoléon. Parfait gentleman, autant dans sa vie privé que dans sa carrière publique, il était d'une grande honnêteté et doté d'humour; il s'aliéna pourtant de nombreuses personnes par sa dureté, son incapacité à déléguer et à reconnaître les mérites de ses subalternes. La presse et certains politiques anglais le lui reprochèrent. Le grand moment est évidemment Waterloo, sa première et dernière confrontation avec Napoléon. Je pense que l'auteur a... Biographie du vainqueur de Napoléon à Waterloo, dont la personnalité et la carrière restent méconnues en France; on le comprend, il n'a jamais connu la défaite contre les Français. Il naquit dans une famille aristocrate anglo-irlandaise désargentée et fut toujours un homme du XVIIIème siècle. Arthur Wollesley commença réellement sa carrière militaire aux Indes, en suivant son frère aîné, gouverneur général. Sérieux, montrant de réelles aptitudes d'organisateur, il obtint le commandement des troupes anglaises, puis alliées, au Portugal et en Espagne, après leur invasion par les Français. Imposant une dure discipline à ses hommes, mais faisant tout pour leur assurer un ravitaillement correct, il se distingua par sa prudence et sa vision stratégique. La longue série de victoires qui le mena jusqu'à Toulouse dut beaucoup aux incompétences et aux divisions des maréchaux de Napoléon. Parfait gentleman, autant dans sa vie privé que dans sa carrière publique, il était d'une grande honnêteté et doté d'humour; il s'aliéna pourtant de nombreuses personnes par sa dureté, son incapacité à déléguer et à reconnaître les mérites de ses subalternes. La presse et certains politiques anglais le lui reprochèrent. Le grand moment est évidemment Waterloo, sa première et dernière confrontation avec Napoléon. Je pense que l'auteur a raison de ne pas s'attarder dessus. Il dirigea ensuite les troupes d'occupation alliées en France, jusqu'en 1819, avant d'entamer une carrière politique qui le conduisit jusqu'au poste de Premier ministre. Si tout le monde reconnaissait son honnêteté et son dévouement, son ultra-conservatisme l'empêcha d'être un grand "prime minister". Il fit passer l'acte d'émancipation des catholiques, mais son opposition à toute réforme électorale le rendit impopulaire. Et l'indépendance de la Grèce fut son grand échec en politique étrangère. Il connut un mariage malheureux, en grande partie par sa faute. Si il ne fut pas un homme à femmes, il apprécia toujours la compagnie de femmes spirituelles, d'où une rude amitié avec Madame de Staël, et correspondit avec de nombreuses admiratrices. A sa mort, il fut enterré, par toute la nation, comme le plus chef militaire anglais depuis Malborough.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…