Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266297851
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 225 mm

When We Were Lost

Guillaume François (traduit par)
Date de parution : 03/09/2020
Un avion rempli de lycéens s’écrase dans la jungle.
Qui survivra ? Qui mourra ? Qui deviendra un assassin ?
Tom, jeune homme solitaire, ne voulait pas participer à ce voyage scolaire au Costa Rica. Tout bien réfléchi, il aurait dû le refuser tout net, car l’avion qui transportait sa classe s’écrase en pleine jungle ! Par miracle, la queue de l’appareil se détache, et dix-neuf adolescents survivent au crash.... Tom, jeune homme solitaire, ne voulait pas participer à ce voyage scolaire au Costa Rica. Tout bien réfléchi, il aurait dû le refuser tout net, car l’avion qui transportait sa classe s’écrase en pleine jungle ! Par miracle, la queue de l’appareil se détache, et dix-neuf adolescents survivent au crash. Perdu au cœur de la forêt tropicale, le petit groupe traumatisé tente de s’organiser. Comment survivre dans cet environnement hostile, entre bêtes sauvages et trafiquants de drogue ? Les circonstances vont transformer profondément chacun des rescapés.
Qui s’improvisera leader et organisera la recherche des secours ?
Qui saura chaque jour donner espoir à tous ?
Qui se transformera en assassin ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266297851
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Maroh4 Posté le 30 Octobre 2021
    je ne m’attendais pas à ça ! je n’étais pas très fan de l’idée de survie dans le livre… mais ce n’est clairement pas le sujet principal du livre ! je me suis surprise à beaucoup l’aimer et à ressentir plein d’émotions durant ! a énormément détesté des personnages et à en adorer d’autres !
  • MathildeLitteraire Posté le 18 Septembre 2021
    Je l'ai eu en service presse à la librairie l’Arbre à Lettre (Paris 12e), j’en avais jamais entendu parler car il n’a pas eu beaucoup de presse sur les réseaux sociaux. Dans ce one-shot, on suit Tom, un adolescent solitaire ; il part en voyage humanitaire avec sa classe au Costa Rica. Malheureusement, l’avion se crash en pleine jungle ! Seules 19 personnes s’en sortent dont Tom… Durant les 288 pages, on va suivre Tom et les 18 autres survivants ; notamment un petit groupe qui va tout mettre en place pour s’en sortir et mener le groupe. Qui s'improvisera leader et organisera la recherche des secours ? Qui saura chaque jour donner espoir à tous ? Qui se transformera en assassin ? Le résumé me tentait bien, un roman young-adult contemporain apocalyptique, un résumé alléchant et une belle couverture ! Et dans l’ensemble, j’ai apprécié ma lecture, je l’ai lu en quelques heures de lecture, c’est pour dire à quel point ce livre peut être addictif ! Tous les points énoncés dans le résumé sont cochés, on ne peut pas être déçu de ce côté-là. Néanmoins, ce livre est trop simple, outre le crash horrible du début, il n’y s’y passe... Je l'ai eu en service presse à la librairie l’Arbre à Lettre (Paris 12e), j’en avais jamais entendu parler car il n’a pas eu beaucoup de presse sur les réseaux sociaux. Dans ce one-shot, on suit Tom, un adolescent solitaire ; il part en voyage humanitaire avec sa classe au Costa Rica. Malheureusement, l’avion se crash en pleine jungle ! Seules 19 personnes s’en sortent dont Tom… Durant les 288 pages, on va suivre Tom et les 18 autres survivants ; notamment un petit groupe qui va tout mettre en place pour s’en sortir et mener le groupe. Qui s'improvisera leader et organisera la recherche des secours ? Qui saura chaque jour donner espoir à tous ? Qui se transformera en assassin ? Le résumé me tentait bien, un roman young-adult contemporain apocalyptique, un résumé alléchant et une belle couverture ! Et dans l’ensemble, j’ai apprécié ma lecture, je l’ai lu en quelques heures de lecture, c’est pour dire à quel point ce livre peut être addictif ! Tous les points énoncés dans le résumé sont cochés, on ne peut pas être déçu de ce côté-là. Néanmoins, ce livre est trop simple, outre le crash horrible du début, il n’y s’y passe pas grand chose … les rebondissements sont trop simples et réglés trop facilement (notamment, une certaine scène au milieu du roman). Les personnages sont d’un cliché … On y retrouve les personnages américains clichés tels que le geek, le sportif, les populaires, le solitaire, la pompom girl avec un futur chirurgien, une spécialiste de la faune et la flore amazonienne. Des gamins de 16-17 ans d’apparence pas du tout formés pour survivre à un crash d’avion mais tout se passe comme si c’était rien, ils affrontent les pires éléments en un claquement de doigts. Non, désolé, ce n'est pas du tout crédible ... Bref, un livre bien, sans prise de tête mais qui manque de crédibilité et de profondeur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • domi_troizarsouilles Posté le 7 Septembre 2021
    Voici un nouveau livre qui était conseillé dans le « Je bouquine » (je ne sais plus lequel, par contre) de mon fils aîné (14 ans), magazine que je considère comme une référence depuis ma propre adolescence, si bien que je n'ai pas trop hésité à l'acheter, un peu plus à le lire – mais ce n'est pas par manque d'intérêt soudain après l'achat, c'est juste qu'il a rejoint une PAL déjà énorme ! La couverture est mystérieuse, on nous annonce du thriller, et en plus le titre me vaudra quelques bons points dans l'un ou l'autre challenge ! ;) Le synopsis en dit déjà beaucoup, mais pas l'essentiel : on a effectivement le crash d'un avion en pleine jungle, et seuls quelques lycéens y survivent presque par miracle. Reste alors à s'organiser, pour survivre, et attendre les secours (improbables) ou s'aventurer dans cette jungle à la recherche d'une solution (tout aussi improbable). Mais bien plus qu'un roman de survie en milieu hostile, ce livre est l'exposé des tensions et des ententes qui naissent dans le groupe, son organisation, ses rivalités, les prises de décision toujours délicates entre le besoin de se mettre en avant de l'un des protagonistes, et... Voici un nouveau livre qui était conseillé dans le « Je bouquine » (je ne sais plus lequel, par contre) de mon fils aîné (14 ans), magazine que je considère comme une référence depuis ma propre adolescence, si bien que je n'ai pas trop hésité à l'acheter, un peu plus à le lire – mais ce n'est pas par manque d'intérêt soudain après l'achat, c'est juste qu'il a rejoint une PAL déjà énorme ! La couverture est mystérieuse, on nous annonce du thriller, et en plus le titre me vaudra quelques bons points dans l'un ou l'autre challenge ! ;) Le synopsis en dit déjà beaucoup, mais pas l'essentiel : on a effectivement le crash d'un avion en pleine jungle, et seuls quelques lycéens y survivent presque par miracle. Reste alors à s'organiser, pour survivre, et attendre les secours (improbables) ou s'aventurer dans cette jungle à la recherche d'une solution (tout aussi improbable). Mais bien plus qu'un roman de survie en milieu hostile, ce livre est l'exposé des tensions et des ententes qui naissent dans le groupe, son organisation, ses rivalités, les prises de décision toujours délicates entre le besoin de se mettre en avant de l'un des protagonistes, et le refus de la confrontation, peut-être bien un peu de lâcheté de la part de l'autre. Oh ! quelques scènes pénibles ne nous sont pas épargnées ! On n'est pas dans un roman à sensation, l'écriture est même assez froide et sèche ai-je trouvé. le s19 adolescents sont les seuls rescapés de ce crash, et la carcasse du reste de l'avion (qu'une partie d'entre eux vont rejoindre pour inspection) prouve qu'il n'y a plus aucun espoir pour ceux-là, y compris plusieurs de leurs camarades (car le groupe de départ comptait plus du double de lycéens !). Ce sont des amis qui sont morts, mais on ne voit pas les larmes des survivants, on ne partage pas vraiment leur angoisse ou leur tristesse ; on serait plutôt comme des scientifiques, observateurs géants d'une petite colonie de lycéens-fourmis en plein désarroi, lequel est trop lointain, trop peu exploité pour nous toucher vraiment. En revanche, on repère très vite les deux personnages principaux : Tom, orphelin depuis l'accident de ses parents quand il avait 9 ans, solitaire et sans amis car il ne comprend même pas à quoi ça pourrait lui servir, mais apparemment heureux dans sa solitude et dans ses livres. En face de lui, Joel, dont on ne sait presque rien, s'impose comme chef des survivants, car selon lui il fallait bien que quelqu'un prenne les choses en mains… et vu comme certains autres du groupe lui obéissent sans sourciller, presque avec reconnaissance parfois même, il avait peut-être raison ? Sauf que ledit Joel ne prend jamais les bonnes décisions, plus occupé à assoir son autorité qu'à chercher de réelles solutions pour la survie du groupe – certes, on pourrait reprocher à l'auteur une telle vision caricaturale très manichéenne d'une microsociété, mais à la réflexion : est-celle vraiment si peu réaliste ?... À côté de Tom, on a toute une série de personnages secondaires importants : Kate la débrouillarde, Barney le geek pragmatique, Shen le futur médecin, ou Alice… En face d'eux, c'est-à-dire parmi ceux qui suivent Joel sans trop réfléchir, aucun des personnages n'est vraiment exploité avec le même intérêt, ils sont à peine effleurés, restant quant à eux secondaires-secondaires, ce qui accentue sans doute le côté manichéen indéniable de ce roman. Ainsi, les « bons » sont très vite reconnaissables et organisés, sans avoir besoin de chef, même si Tom le devient bien malgré lui, sans jamais revendiquer le titre toutefois. Lui qui a toujours vécu en solitaire, se contente de prendre les décisions qui lui semblent bonnes - et évidemment le sont tout au long du livre -, mais jamais il ne s'impose, tandis qu'il fait un réel travail d'introspection sur lui-même et se rend compte que c'est peut-être ce que les autres attendent de lui, qu'il soit le « chef » sans en avoir le titre, et surtout sans le besoin de paraître d'un Joel… Pour le reste, les questions en sous-titre sur la couverture sont de la poudre aux yeux, une astuce éditoriale qui me dérange bien un peu. Qui survivra / qui mourra ? Ben oui il va y avoir quelques morts, mais une fois encore : l'écriture trop sobre ne permet pas qu'on s'attache à eux, même dans un passage qui aurait pu être mélodramatique, mais qui est juste disséqué de façon analytique sans permettre de réelles émotions – pourtant, ceux qui me suivent, savent que j'ai la larme facile ! Qui deviendra un assassin ? Bon sang ! je ne vais pas divulgâcher (merci à nos amis québécois pour cette expression tellement parlante, et tellement plus jolie que le franglais « spoiler » ! je l'ai apprise aujourd'hui même), mais clairement il n'y a pas d'assassin au sens strict du terme ! J'ai même vérifié par acquit de conscience, et voici ce que me dit Le Robert (consulté en lige ce 7 septembre) : « 1. Personne qui commet un meurtre avec préméditation ou guet-apens. 2. Personne qui est cause de la mort (de qqn). » Or, ce n'est en aucun cas le 1, et pas tout à fait le 2… c'est vraiment dommage de présenter les choses ainsi, de façon presque racoleuse, alors qu'il s'agit de tout autre chose, peut-être même le vrai drame du livre ! mais à nouveau : en dire plus serait divulgâcher (oui, j'insiste !), alors lisez ce livre pas tout à fait extraordinaire, mais sans aucun doute percutant. En un mot : c'est un microcosme de lycéens, mais on croirait tellement voir notre propre société en période électorale, entre les politicards qui se veulent meneurs en criant leur slogans et agitant mille promesses galvanisantes, faux engagements qui ne sont souvent que de fausses solutions aux problèmes des gens, tandis que ceux qui ont de bonnes idées restent à leur niveau « à la base », timorés, se cachant derrière timidité, refus d'engagement public ou toute autre forme de refus de se mettre en avant. Cela donne un résultat indéniablement manichéen qui peut déranger ; pour ma part, je le trouve juste un peu caricatural peut-être, mais tellement réaliste aussi, et représentatif de notre société et de ses (pseudo-)leaders, qui dépasse largement l'histoire imaginaire d'un petit groupe de lycéens perdus !
    Lire la suite
    En lire moins
  • candou42 Posté le 18 Juin 2021
    Un groupe de lycéens part en voyage scolaire au Costa Rica. Mais leur avion s'écrase. Dix-neuf d'entre eux survivent au crash...mais survivront-ils à la jungle ? Je préviens de suite que je ne me prononcerai pas sur la crédibilité de certains événements en lien avec la "survie" car je n'en ai pas les compétences. Ainsi, j'ai mis de côté mon esprit "titilleur" et je n'ai pas cherché à relever les incohérences du récit. Honnêtement, si j'avais voulu du 100% vrai et crédible, je me serais tournée vers un documentaire. De plus, ici, les ficelles n'étaient pas assez grosses pour entacher mon plaisir de lecture. Ceci annoncé, je ne peux que dire que ce récit d'aventure est extrêmement palpitant et sans aucun temps mort. Parce que la tension est toujours là. Même quand on sent que les choses se calment, on sait qu'il peut se passer soudainement un événement qui viendra interrompre brutalement cette impression. Je suis allé vers ce roman pour ça, pour le côté aventure, et je ne suis donc pas du tout déçue. J'ai aimé le fait que l'auteur n'édulcore pas certaines scènes ni certaines conséquences dues aux choix faits par les personnages, là où la décision que vous prenez... Un groupe de lycéens part en voyage scolaire au Costa Rica. Mais leur avion s'écrase. Dix-neuf d'entre eux survivent au crash...mais survivront-ils à la jungle ? Je préviens de suite que je ne me prononcerai pas sur la crédibilité de certains événements en lien avec la "survie" car je n'en ai pas les compétences. Ainsi, j'ai mis de côté mon esprit "titilleur" et je n'ai pas cherché à relever les incohérences du récit. Honnêtement, si j'avais voulu du 100% vrai et crédible, je me serais tournée vers un documentaire. De plus, ici, les ficelles n'étaient pas assez grosses pour entacher mon plaisir de lecture. Ceci annoncé, je ne peux que dire que ce récit d'aventure est extrêmement palpitant et sans aucun temps mort. Parce que la tension est toujours là. Même quand on sent que les choses se calment, on sait qu'il peut se passer soudainement un événement qui viendra interrompre brutalement cette impression. Je suis allé vers ce roman pour ça, pour le côté aventure, et je ne suis donc pas du tout déçue. J'ai aimé le fait que l'auteur n'édulcore pas certaines scènes ni certaines conséquences dues aux choix faits par les personnages, là où la décision que vous prenez peut vous sauver ou vous mener à votre perte. De plus, ces tensions autour des décisions à prendre permettent d'aborder la sempiternelle question relative au comportement d'autrui en cas de catastrophe. On ne peut donc s'empêcher de s'interroger sur ce que l'on aurait fait à la place des personnages. Et le fait d'avoir eu ces interrogations me pousse à dire que l'auteur a réussi son pari. Ainsi, même si l'on peut avoir du mal à s'identifier aux personnages présentés dans le roman-qui sont a priori un peu trop cliché- on pourra toujours mettre en parallèle leur comportement ou leurs choix avec le nôtre. Du moins avec celui qu'on penserait prendre en cas de situation similaire (que je ne souhaite à personne!). Et surtout, surtout, j'ai aimé que l'auteur ne passe pas sous silence les causes du crash. Car j'ai l'impression que c'est un peu la mode dans les récits catastrophe de ne pas se pencher en profondeur sur les causes de ces drames, l'auteur nous servant implicitement le dogme du "ce n'est pas le "pourquoi" le plus intéressant mais la dimension humaine du récit et la manière dont la société et l'individualité réagissent face à une catastrophe". Moi ça ne me suffit pas, mon côté cartésien veut qu'on lui explique les détails de l'origine du drame. Je salue donc l'auteur de ce roman d'avoir fait le choix d'expliciter ce drame, cela apportant une plus-value au récit grâce à la réflexion menée autour des événements qui semblent anodins pris individuellement mais qui constituent en fait un enchaînement qui mènera au malheur. Vous l'aurez compris, j'ai été conquise par cette histoire, par son rythme qui fait que le roman est difficile à lâcher. J'ai cependant conscience que certains lui trouveront des défauts, notamment le fait que le groupe ait beaucoup de chance d'avoir des ados doués en survie parmi les survivants, mais de mon côté, j'ai relégué ces aspects au second plan tout en ayant conscience qu'ils constituaient les points faibles de ce récit. Dès lors, si comme moi, cela ne vous dérange pas de ne pas avoir un récit réaliste à 100%, plongez-vous dans cette histoire que j'ai trouvé de bonne facture. A condition, bien sûr, que vous n'ayez pas prévu de prendre l'avion cet été.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Hollischenbooks Posté le 9 Mai 2021
    Et si un battement d’ailes de papillon pouvait avoir des conséquences dramatiques ? J’étais impatiente de découvrir cette histoire, déjà parce que j’adore les histoires de survie et aussi parce que j’aime bien quand les personnages sont des ados un peu comme les Goonies. (Bien qu’ici on est loin de Choco et Sinock) Alors qu’ils partent en voyage scolaire au Costa Rica, leur avion s’écrase en pleine jungle. 19 survive au crash. 19 Adolescents dont la vie bascule... Malgré que la fin m’ait un peu déçue, j’ai vraiment beaucoup aimé ma lecture. Ici nous allons suivre Tom, jeune lycéen un peu en marge de ses camarades, il faut dire que son histoire de vie est bouleversante, est prêt à tout pour survivre et rentrer chez lui. Ecrit a la première personne, je me suis de suite attachée à cet ado pas comme les autres. Je l’ai accompagné tout au long des épreuves qu’il traverse dans cet environnement hostile. Ce que j’ai aimé avec Tom c’est cette dimension particulière que l’auteur a réussi à lui donner, une force de caractère, un courage et une détermination sans faille malgré la peur. Et surtout cette maturité, cette sagesse qui vont le guider tout au long... Et si un battement d’ailes de papillon pouvait avoir des conséquences dramatiques ? J’étais impatiente de découvrir cette histoire, déjà parce que j’adore les histoires de survie et aussi parce que j’aime bien quand les personnages sont des ados un peu comme les Goonies. (Bien qu’ici on est loin de Choco et Sinock) Alors qu’ils partent en voyage scolaire au Costa Rica, leur avion s’écrase en pleine jungle. 19 survive au crash. 19 Adolescents dont la vie bascule... Malgré que la fin m’ait un peu déçue, j’ai vraiment beaucoup aimé ma lecture. Ici nous allons suivre Tom, jeune lycéen un peu en marge de ses camarades, il faut dire que son histoire de vie est bouleversante, est prêt à tout pour survivre et rentrer chez lui. Ecrit a la première personne, je me suis de suite attachée à cet ado pas comme les autres. Je l’ai accompagné tout au long des épreuves qu’il traverse dans cet environnement hostile. Ce que j’ai aimé avec Tom c’est cette dimension particulière que l’auteur a réussi à lui donner, une force de caractère, un courage et une détermination sans faille malgré la peur. Et surtout cette maturité, cette sagesse qui vont le guider tout au long des chapitres. J’ai aimé le voir sortir de sa coquille, se lier d’amitié avec d’autres survivants, des amitiés belles et puissantes. Bien sûr, cette histoire d’abords pas que cela, le lecteur va voir les difficultés que vont rencontrer ces ados, le rationnement, l’espoir de voir des secours arriver puis la résignation, les conflits et la menace constante que la jungle représente. Si il y a énormément de personnages, on n’en connaît que très peu au final, ce qui est d’ailleurs, pas pour me déplaire. J’ai énormément aimé les personnages secondaires, comme Alice, Shen, Barney et Kate. Il y a Joël le leader autoproclamé, qui par moment est une véritable tête à claque, mais je crois que ce qui m’a le plus énervé se sont ceux qui le suivent sans poser de questions alors que certaines de ses idées sont à la limite du stupide. J’ai aussi beaucoup aimé l’atmosphère dépeinte par l’auteur, angoissante par moment, effrayante par d’autre. La jungle est aussi présente que si elle était un personnage à part entière. Le phénomène de l’effet papillon ouvre et clos se récit et structure toute l’histoire, l’auteur n’a rien laisser au hasard. Et si je n’ai pas été spécialement emballée par le dénouement, que j’ai trouvé pour le coup trop facile, je ne peut que saluer l’imagination de l’auteur, qui m’a accompagné tout au long de ma lecture. D’ailleurs, j’ai vraiment apprécié sa plume que j’ai trouvé fluide et déliée. Par moment mégère, en d’autre plus grave. Ses mots créent une atmosphère particulière que j’ai adoré. Pour conclure, j’ai passé un très bon moment de lecture, et je serais heureuse de découvrir d’autre histoire de Kevin Wignall.
    Lire la suite
    En lire moins
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.