Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092594810
Façonnage normé : INTEGRA
Nombre de pages : 64
Format : 145 x 191 mm

Dyscool - Chère Madame ma grand-mère - adapté aux enfants DYS ou dyslexiques - Dès 10 ans

,

Collection : Dyscool
Date de parution : 27/08/2020
Un classique en Dyscool !
L'histoire : Olivia a douze ans et demi. Elle habite seule avec sa mère et veut absolument en savoir plus sur sa naissance et sur son père, autour desquels règne le plus grand des secrets. Elle décide d’écrire à une Madame Barrois, dont elle a trouvé le nom dans les... L'histoire : Olivia a douze ans et demi. Elle habite seule avec sa mère et veut absolument en savoir plus sur sa naissance et sur son père, autour desquels règne le plus grand des secrets. Elle décide d’écrire à une Madame Barrois, dont elle a trouvé le nom dans les affaires de sa mère. Peut-être cette femme âgée, qui semble porter le même nom de famille que le père d'Olivia, en saura-t-elle un peu plus sur ses origines ?

Une version adaptée en lecture facilitée Avec Dyscool, lire devient facile et agréable !
Livre pour les enfants à partir de 10 ans.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782092594810
Façonnage normé : INTEGRA
Nombre de pages : 64
Format : 145 x 191 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Takalirsa Posté le 20 Décembre 2021
    C'est une belle histoire, dont la forme épistolaire accentue les émotions. Mme Barrois répond à Olivia de manière sèche voire cassante ("Toutes les vieilles dames ne sont pas des grands-mères-gâteau"), mais l'on devine derrière ses propos combien elle est chamboulée par cette petite(-)fille qui se dévoile à elle ("J'ai du mal à comprendre ce qui me pousse sans cesse à vous lire et à vous écrire"). Olivia, perspicace, en est consciente ("Je suis sûre que vous n'êtes pas vraiment méchante") et ne se démonte pas: "J'aimerais beaucoup que vous me disiez la vérité". Le fils de Mme Barrois est-il son père? Pourquoi n'at-t-il jamais donné de nouvelles, cherché à connaître Olivia? Pourquoi la vieille dame a-t-elle refusé de répondre, et même d'ouvrir la lettre envoyée par la mère de l'adolescente? Autant de réponses qu'Olivia a besoin de connaître pour bien grandir, elle qui est à l'aube de ses 13 ans, un âge palier dans la maturité. En réalité, chacune se sent seule de son côté (les grands-parents maternels d'Olivia sont décédés, sa famille se réduit donc à sa mère). Eléonore Barrois finit donc par céder, et se confier ("Vous m'offrez l'occasion de me libérer de mon fardeau de remords et de... C'est une belle histoire, dont la forme épistolaire accentue les émotions. Mme Barrois répond à Olivia de manière sèche voire cassante ("Toutes les vieilles dames ne sont pas des grands-mères-gâteau"), mais l'on devine derrière ses propos combien elle est chamboulée par cette petite(-)fille qui se dévoile à elle ("J'ai du mal à comprendre ce qui me pousse sans cesse à vous lire et à vous écrire"). Olivia, perspicace, en est consciente ("Je suis sûre que vous n'êtes pas vraiment méchante") et ne se démonte pas: "J'aimerais beaucoup que vous me disiez la vérité". Le fils de Mme Barrois est-il son père? Pourquoi n'at-t-il jamais donné de nouvelles, cherché à connaître Olivia? Pourquoi la vieille dame a-t-elle refusé de répondre, et même d'ouvrir la lettre envoyée par la mère de l'adolescente? Autant de réponses qu'Olivia a besoin de connaître pour bien grandir, elle qui est à l'aube de ses 13 ans, un âge palier dans la maturité. En réalité, chacune se sent seule de son côté (les grands-parents maternels d'Olivia sont décédés, sa famille se réduit donc à sa mère). Eléonore Barrois finit donc par céder, et se confier ("Vous m'offrez l'occasion de me libérer de mon fardeau de remords et de honte"). Au final, le franc-parler d'Olivia et sa ténacité auront permis de lever un gros malentendu et, sûrement, de renouer le lien entre sa mère et sa grand-mère. C'est un récit qui méritait vraiment d'être rendu accessible aux enfants dys!
    Lire la suite
    En lire moins
  • LudivineBon Posté le 4 Juillet 2021
    Découvrez vite ce roman épistolaire très touchant d’Elibeth Brami. Écrit avec toute la délicatesse nécessaire. Olivia échange des lettres avec une inconnue pour faire la lumière sur un secret de famille douloureux. Au fil de l’histoire, on comprend mieux ce qui les rapproche et Olivia va pouvoir apaiser les douleurs du passé et lever le voile sur le secret de ses origines. Je suis ressortie très émue de ce très court récit. Les illustrations de Carole Gourrat sont magnifiques, tout en douceur. Le texte a été adapté par des orthophonistes, ce qui constitue une vraie plus value. La collection Dyscool, parfaite pour les jeunes lecteurs dyslexiques, rend la lecture aisée et permet aux plus de 10 ans de trouver des textes pour eux. Celui-ci étant particulièrement sensible et réussi..
  • argali Posté le 27 Janvier 2021
    Publié en 2008, ce roman a été republié en 2020 par les éditions Nathan, dans la collection Dyscool. Cette version adaptée du best seller d’Elisabeth Brami est conçue par une équipe d’orthophonistes pour permettre aux élèves en difficulté de jouir de la lecture comme les autres. Olivia, 12 ans, habite seule avec sa mère. Elle ne sait pas grand-chose de sa naissance et de son père et ce secret de famille lui pèse. Elle décide d’entamer une correspondance avec Madame barrois, dont elle a trouvé le nom en fouillant dans les affaires de sa mère. Peut-être en sait-elle plus sur son père ? Ce récit de 90 pages, écrit en grands caractères et avec un interligne double, permet vraiment de déchiffrer facilement les phrases et de comprendre leur sens. Des sons complexes ou pouvant être confondus sont écrits en bleu et non en noir et le vocabulaire moins courant est expliqué en bas de page. Tout concoure à faciliter la lecture et la compréhension. J’ai bien aimé cette histoire sensible et touchante. Elisabeth Brami a trouvé les mots justes pour transmettre les émotions qui naissent de cet échange épistolaire. On perçoit la souffrance d’Olivia à la suite des zones d’ombre de son... Publié en 2008, ce roman a été republié en 2020 par les éditions Nathan, dans la collection Dyscool. Cette version adaptée du best seller d’Elisabeth Brami est conçue par une équipe d’orthophonistes pour permettre aux élèves en difficulté de jouir de la lecture comme les autres. Olivia, 12 ans, habite seule avec sa mère. Elle ne sait pas grand-chose de sa naissance et de son père et ce secret de famille lui pèse. Elle décide d’entamer une correspondance avec Madame barrois, dont elle a trouvé le nom en fouillant dans les affaires de sa mère. Peut-être en sait-elle plus sur son père ? Ce récit de 90 pages, écrit en grands caractères et avec un interligne double, permet vraiment de déchiffrer facilement les phrases et de comprendre leur sens. Des sons complexes ou pouvant être confondus sont écrits en bleu et non en noir et le vocabulaire moins courant est expliqué en bas de page. Tout concoure à faciliter la lecture et la compréhension. J’ai bien aimé cette histoire sensible et touchante. Elisabeth Brami a trouvé les mots justes pour transmettre les émotions qui naissent de cet échange épistolaire. On perçoit la souffrance d’Olivia à la suite des zones d’ombre de son histoire personnelle et l’agacement de l’adulte qui lui répond de mauvaise grâce. En peu de pages, ce roman épistolaire aborde les secrets de famille, la recherche de ses origines et les relations intergénérationnelles. Agrémenté d’illustrations noir et blanc de Carole Gourrat, le texte est mis en valeur par ces dessins qui complètent parfaitement les émotions ressenties par les deux protagonistes Ce court récit permet donc des exploitations diverses en classe : thèmes, genre, analyse du rapport texte-dessins, évolution de l’attitude des personnages… et même d’imaginer d’autres lettres, une suite ou une fin à ce récit. Un sympathique récit à lire dès 10 ans.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesDemoisellesdeChatillon Posté le 27 Octobre 2020
    Ce titre, recommandé par l’Éducation Nationale, est adapté pour les enfants dyslexiques et ceux ayant des difficultés de lecture en général. Police d’écriture adaptée, texte aéré, mots difficiles expliqués en bas de page, syllabes des mots complexes en couleur et lettres muettes en gris... Quelques illustrations également. Le livre est beaucoup plus agréable à lire pour le petit lecteur. Chère Madame ma grand-mère de Elisabeth Brami a été une très belle découverte pour moi. Petit roman épistolaire (genre assez rare en jeunesse). Une petite fille entame une correspondance avec une vieille dame car elle a découvert une lettre retournée à son expéditeur, la maman d’Olivia qui l’élève seule. Secrets de famille qui rongent... Avec le titre on devine assez vite l’identité de la vieille dame et la teneur du grand secret mais il y a beaucoup plus dans ce roman très sensible. Le roman est intéressant pour tout ce qu’il ne dit pas, pour les sentiments tus par pudeur, idéal pour travailler les émotions, les ressentis et l’empathie. Est-ce que j'ai versé ma larme ? Oui... Une superbe découverte ! Dès 10 ans.
  • melajeh Posté le 22 Juillet 2020
    Un très joli roman épistolaire jeunesse. Il aborde avec sensibilité le thème du secret de famille, de la recherche de ses origines et du poids des non-dits et des malentendus. L'écriture est simple et va droit au cœur.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés