En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Histoire du monde

        Perrin
        EAN : 9782262072803
        Façonnage normé : AUTRES
        Nombre de pages : 1500
        Format : 154 x 240 mm
        Histoire du monde

        JACQUES BERSANI (Traducteur), Antoine BOURGUILLEAU (Traducteur), Martine DEVILLERS-ARGOUARC'H (Traducteur)
        Date de parution : 02/11/2017
        Après l'immense succès de l'édition en 3 tomes de l’Histoire du Monde, voici une édition de prestige rassemblant les 3 volumes en un, pour une offre unique de fin d'année.
         
        Raconter et donner à comprendre l’histoire des civilisations, de la préhistoire à l’an 2000 et sur toute la surface de la planète, tel est le pari de ce livre sans équivalent. Dès sa première édition, en 1976, il rencontre un immense succès critique et public. L’édition traduite ici est la... Raconter et donner à comprendre l’histoire des civilisations, de la préhistoire à l’an 2000 et sur toute la surface de la planète, tel est le pari de ce livre sans équivalent. Dès sa première édition, en 1976, il rencontre un immense succès critique et public. L’édition traduite ici est la sixième, dernière en date de 2013.
        C’est à une formidable narration de l’histoire humaine que nous convient les auteurs, des débuts de la civilisation, avec la naissance de l’agriculture dans le Croissant fertile, jusqu’à la montée en puissance de l’espace asiatique, emmené par la Chine. Au-delà des immenses qualités d’écriture et de synthèse des auteurs, qui rendent la lecture particulièrement stimulante, la force du propos tient dans sa capacité à lier les civilisations et les espaces entre eux. A l’heure où les enjeux culturels, économiques, démographiques et environnementaux se structurent à l’échelle mondiale, ce livre, par sa hauteur et sa vivacité, permet de réfléchir de manière apaisée à la passionnante histoire de l’humanité.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782262072803
        Façonnage normé : AUTRES
        Nombre de pages : 1500
        Format : 154 x 240 mm
        Perrin
        49.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • barjabulette Posté le 17 Septembre 2016
          Les ages anciens de l'histoire du monde : ... vaste programme. Et de fait, le contenu est complet. Sur le contenu, justement, je ne m'étendrai pas. Je pense que l'auteur original connait mieux le sujet que moi et que son bouquin est largement documenté. Sur la façon dont est agencée ce bouquin : ça c'est un peu déconcertant puisqu'on ne voyage pas d'années en années mais de régions en régions. Du coup, j'étais souvent perdue car je m'attendais à une histoire chronologique. Je n'ai donc pas su, tout le temps, faire les liens qui m'auraient permis une compréhension complète du livre. Certains éléments, certains enjeux des uns et des autres me sont totalement passés au dessus de la tete car les époques étaient, pour moi, trop alambiquées. Sur le style de cette version, je sais que c'est un livre traduit. Je pense que la traduction est bien faite car le livre est tout de meme passionnant à lire. Il est fastidieux parfois mais sur l'ensemble des pages il reste captivant. Ce n'est pas un livre à découvrir en vacances au soleil sur la plage. C'est plutot un ouvrage qui demande une certaine concentration et réflexion.
        • PierFre Posté le 3 Septembre 2016
          La série Histoire du monde a l'ambition de traiter toute l'histoire des civilisations en trois volumes. Il faut trouver le juste équilibre entre le choix de conserver l'information essentielle et le choix de faire l'impasse sur l'histoire plus anecdotique. C'est le principal reproche que je peux faire sur le premier volume. L'histoire des royaumes d'Afriques, que nous ne connaissons pas, la civilisation Bantou par exemple, n'est pas abordée. Les auteurs ont sans doute jugé bon de ne pas en apporter la description puisqu'elle n'aide pas à la compréhension globale du monde d'aujourd'hui, mais cela aurait toutefois renforcé la diversité des civilisations abordées. Peut être un peu moins de grec et plus d'Afrique et de Mesoamérique...En outre, la première partie sur l'histoire des Homininés est très sujette à l'interprétation personnelle, et pas assez factuelle à mon sens. Globalement la lecture est agréable, surtout le chapitre moyen-orient, et permet de recadrer ses idées sur le socle civilisationnel sur lequel repose le monde d'aujourd'hui.
        • danaella Posté le 21 Juillet 2016
          Un souffle continu de l'HISTOIRE qui déferle comme un vrai tsunami de savoir. Oubliez ce que vous pensiez connaître, et plongez-vous dans cette grande épopée humaine. Nous commençons par la préhistoire telle que l'on ne vous l'a jamais décrite, avec une chronologie prudente qui prend son temps (des milliers d'années) où l'homme pas à pas franchit une marche de l'évolution après l'autre. Il y a un moment perdu dans le temps où les hommes prennent conscience de ce qui les entoure, et comment juguler la peur vers la nature qui les domine, une idée se forme, quelque force invisible à qui on adresse sa requête de protection, et puis l'avènement de l'agriculture va favoriser la sédentarité des hommes. Le point de départ de l'histoire des civilisations commence au IV millénaire avant J.-C. avec la Mésopotamie, puis l'Egypte et puis celle qui nait en Méditerranée (minoenne). Ce qui frappe c'est l'interaction déjà présente entre ces civilisations, les flux migratoires qui ne cesseront de modeler les mondes antiques. Aujourd'hui, nous sommes stupéfaits de ces migrations qui nous touchent, mais en lisant cette oeuvre, on ne peut que comprendre que l'histoire continue, ce qui a été, les Grandes civilisations, ne sont plus et... Un souffle continu de l'HISTOIRE qui déferle comme un vrai tsunami de savoir. Oubliez ce que vous pensiez connaître, et plongez-vous dans cette grande épopée humaine. Nous commençons par la préhistoire telle que l'on ne vous l'a jamais décrite, avec une chronologie prudente qui prend son temps (des milliers d'années) où l'homme pas à pas franchit une marche de l'évolution après l'autre. Il y a un moment perdu dans le temps où les hommes prennent conscience de ce qui les entoure, et comment juguler la peur vers la nature qui les domine, une idée se forme, quelque force invisible à qui on adresse sa requête de protection, et puis l'avènement de l'agriculture va favoriser la sédentarité des hommes. Le point de départ de l'histoire des civilisations commence au IV millénaire avant J.-C. avec la Mésopotamie, puis l'Egypte et puis celle qui nait en Méditerranée (minoenne). Ce qui frappe c'est l'interaction déjà présente entre ces civilisations, les flux migratoires qui ne cesseront de modeler les mondes antiques. Aujourd'hui, nous sommes stupéfaits de ces migrations qui nous touchent, mais en lisant cette oeuvre, on ne peut que comprendre que l'histoire continue, ce qui a été, les Grandes civilisations, ne sont plus et nous devons en prendre acte également pour la notre.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Marie987654321 Posté le 16 Mai 2016
          Raconter l'histoire du monde est peut être une ambition démesurée d'historien mégalomane mais ce genre d'ambition est tout le sel de cette belle activité humaine qu'est la science historique : non pas la description par le menu des détails de la vie des hommes en tel temps et en tel lieu (description bien évidemment nécessaire, parfois également passionnante, parfois ennuyeuse d'érudition stérile), mais la mise en mouvement sous nos yeux des hommes du passé pour mieux comprendre non seulement les raisons et les causes qui les ont poussés à agir ainsi qu'ils l'ont fait et surtout ce que nous leur devons et ce en quoi ils ont forgé notre monde, nos vies et nos idées... Dans ces "seulement" 450 pages consacrées à l'apparition des humains et à la naissance des premières civilisations jusqu'au VI ème siècle, les auteurs tentent de comprendre pourquoi et comment sont apparues les premières grandes civilisations ; celles qui ont laissé des traces matérielles, mais surtout des traces majeures dans les sociétés contemporaines. L'un et l'autre étant probablement liés d'ailleurs. Peut être d'autres sociétés de ces temps anciens (évoquées... Raconter l'histoire du monde est peut être une ambition démesurée d'historien mégalomane mais ce genre d'ambition est tout le sel de cette belle activité humaine qu'est la science historique : non pas la description par le menu des détails de la vie des hommes en tel temps et en tel lieu (description bien évidemment nécessaire, parfois également passionnante, parfois ennuyeuse d'érudition stérile), mais la mise en mouvement sous nos yeux des hommes du passé pour mieux comprendre non seulement les raisons et les causes qui les ont poussés à agir ainsi qu'ils l'ont fait et surtout ce que nous leur devons et ce en quoi ils ont forgé notre monde, nos vies et nos idées... Dans ces "seulement" 450 pages consacrées à l'apparition des humains et à la naissance des premières civilisations jusqu'au VI ème siècle, les auteurs tentent de comprendre pourquoi et comment sont apparues les premières grandes civilisations ; celles qui ont laissé des traces matérielles, mais surtout des traces majeures dans les sociétés contemporaines. L'un et l'autre étant probablement liés d'ailleurs. Peut être d'autres sociétés de ces temps anciens (évoquées en marge et dont l'existence est avérée principalement par leurs contact avec ces civilisations) ont su développer des cultures riches et complexes mais fautes de traces nous n'avons hérité de rien. Ou nous n'en savons rien. Les auteurs se centrent sur trois aires géographiques principales où sont nées les premières civilisations : la Mésopotamie et puis plus largement le pourtour méditerranéen, l'Inde et la Chine. Dans ces univers, la néolithisation et l'apparition de l’agriculture ont débouché sur des sociétés complexes, organisées, disposant d'États puissants, des sociétés qui ont inventé l'écriture, développé des techniques sophistiquées, des religions élaborées et parfois très abstraites. Ils s'attachent à montrer les liens, les rapports entre ces civilisations à la fois dans le temps et dans l'espace. Des contacts ont probablement existé dès les temps anciens entre le monde indien et le monde mésopotamien. La multiplication et l'élargissement des contacts est certainement la cause de l'accélération des évolutions à partir de foyers de civilisation distincts au départ. Dans le même temps ces foyers se sont construits sur des fondements très différents dont les principes et les valeurs sont restées toujours présents aujourd'hui dans une continuité millénaire. Les auteurs présentent une vision de très longue durée des civilisations indienne et chinoise. La présentation n'est pas tout à fait la même pour notre aire culturelle qui occupe plus de pages et dont nous maitrisons mieux les étapes (un peu d'ethnocentrisme?). Mais les ruptures et les changements y paraissent plus marqués. Et les autres me direz vous ? l’Amérique, l'Afrique et l'Europe, voire l’Océanie. De cette dernière, rien n'est dit. l’Amérique est bien plus récemment humanisée (l'auteur évoque un peuplement humain il y a 20 000 ans seulement ) et un essor de l’agriculture bien plus récent ; environ 2700 avant JC. Les civilisations précolombiennes ne sont que brièvement évoquées ici. L’Afrique reste à part : berceau de l’humanité, lieu de développement d'une très brillante civilisation égyptienne (dont l'auteur souligne qu'elle a laissé peu de postérité, est morte d'épuisement et d'incapacité à s'adapter et a eu peu d'influence culturelle sur le reste du monde), le reste de son territoire est resté pour l'essentiel aux marges des grands courants jusqu'à une époque récente. L'Europe est également à cette époque un territoire isolé où agriculture se développe ainsi que des techniques de travail de la pierre et la métallurgie mais sans donner lieu à une civilisation comparable aux empires de Mésopotamie ou de la Chine ancienne à la même époque. L'auteur émet une hypothèse : la civilisation est née là où les conditions matérielles favorisaient l'agriculture (vallée du Nil, de l'Indus, Croissant fertile, Fleuve Jaune et Yangzi ) mais nécessitaient que les hommes collaborent pour maitriser les forces de la nature. "Dans les grandes vallées fluviales il fallait, si l'on voulait survivre, travailler collectivement pour contrôler l'irrigation et exploiter la terre, alors que, dans la plus grande partie de l'Europe, une famille pouvait grappiller seule de quoi subsister. Il n'est pas besoin de disserter à perdre haleine sur les origines de l'individualisme occidental pour reconnaitre là un véritable trait distinctif d'une grande importance pour l'avenir" (page 217).
          Lire la suite
          En lire moins
        • _BNFA Posté le 25 Avril 2016
          Depuis ces temps où ceux qui nous ont précédé sur la planète terre, ont déterminé notre forme de vie animale dans la direction du développement de la vie symbolique, avons-nous beaucoup évolué ? Dans cette histoire de notre passé lointain, John M Roberts et Odd Arne Westad, racontent les mouvements migratoires et les réalisations des âges anciens. C'est époustouflant ! Soudain, ce passé est si proche et si loin. Une claque à nos représentations "spatio-centrée" et "culturo-centrée". Mais aussi la confirmation de ce que nous savions déjà : pillages, guerres, massacres et génocides jalonnent la marche de notre espèce. Et si, malgré tout, c'est un bonheur de lire l’épopée du jaillissement de notre forme de vie, il est aussi stupéfiant de découvrir le grand silence des morts, le grand silence des vaincus, de ceux dont les traces ont disparu. Au fil du récit, les auteurs pointent les limites de l'historiographie ancienne et l'on se prend à concevoir qu’il y eut bien des formes d’organisations sociales dont nous n’avons aucunes mémoires. Et, mystère des mystères, , des cultures qui, du jour au lendemain, se sont évaporées sans que la terre ne nous délivre plus aucunes traces de leur vitalité. Bref, vous l’aurez compris,... Depuis ces temps où ceux qui nous ont précédé sur la planète terre, ont déterminé notre forme de vie animale dans la direction du développement de la vie symbolique, avons-nous beaucoup évolué ? Dans cette histoire de notre passé lointain, John M Roberts et Odd Arne Westad, racontent les mouvements migratoires et les réalisations des âges anciens. C'est époustouflant ! Soudain, ce passé est si proche et si loin. Une claque à nos représentations "spatio-centrée" et "culturo-centrée". Mais aussi la confirmation de ce que nous savions déjà : pillages, guerres, massacres et génocides jalonnent la marche de notre espèce. Et si, malgré tout, c'est un bonheur de lire l’épopée du jaillissement de notre forme de vie, il est aussi stupéfiant de découvrir le grand silence des morts, le grand silence des vaincus, de ceux dont les traces ont disparu. Au fil du récit, les auteurs pointent les limites de l'historiographie ancienne et l'on se prend à concevoir qu’il y eut bien des formes d’organisations sociales dont nous n’avons aucunes mémoires. Et, mystère des mystères, , des cultures qui, du jour au lendemain, se sont évaporées sans que la terre ne nous délivre plus aucunes traces de leur vitalité. Bref, vous l’aurez compris, c'est un livre stimulant qui apporte des éléments à notre réflexion sur la réalité complexe que nous nommons « humanité ». Une humanité si jeune et si fragile… (Pierre)
          Lire la suite
          En lire moins
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
        Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.