En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Jean-Philippe DOMECQ

        Biographie de Jean-Philippe DOMECQ

        Jean-Philippe DOMECQ

        Jean-Philippe Domecq est romancier et essayiste. D’abord connu pour son Robespierre, derniers temps (Pocket, 2002 ; Gallimard, 2011), où la littérature sert d’éclairage complémentaire aux travaux des historiens spécialistes de la période, il est aussi l’auteur des cycles romanesques des Ruses de la vie et de La Vis et le Sablier ; dans celui-ci il explore un nouveau genre romanesque, la « Métaphysique Fiction ». Les essais de Jean-Philippe Domecq, qui ont créé la polémique, constituent l’autre pan de son oeuvre. Son approche contestataire de ce qu’il a nommé « l’Art du Contemporain » a donné lieu à la rédaction d’une trilogie – Artistes sans art ?, Misère de l’art et Une nouvelle introduction à l’art du XXe siècle –, rassemblée dans Comédie de la critique, Trente ans d’art contemporain (Pocket, 2015). Dans ce dernier volume, Jean-Philippe Domecq en vient à faire la critique de la critique artistique, démarche déjà appliquée à la critique littéraire française dans Le Pari littéraire (Esprit, 1994) et reprise dans Qui a peur de la littérature ? (Mille et Une Nuits, 2002, prix International de la Critique du Pen-Club).
        Ces deux ensembles donnent une vue sur ce qu’il appellera La Situation des esprits – entretiens avec Éric Naulleau reparus en 2012 chez Pocket – dans la culture française contemporaine.
        Retrouvez toute l’actualité de l’auteur sur :
        leblogdedomecq.blogspot.com

        Le Livre des jouissances

        Jean-Philippe DOMECQ
        La condition humaine semble la plupart du temps passer à côté de la jouissance, qui, par excellence, nous déborde, nous retourne, nous perturbe. Et, puisqu’une volupté est toujours amplifiée d'être dite, il vaut le coup de trouver à chacune son langage bien particulier, tantôt strident comme un saxo, tantôt sirupeux comme une caresse à se tordre, ou violent comme la vengeance...
        Découvrir le livre
        Découvrir le livre