Lisez! icon: Search engine
Écriture
EAN : 9782359053449
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Baudelaire et Jeanne, l'amour fou

Date de parution : 11/03/2021
L’histoire d’une passion aussi dévorante que mythique : celle qui unit le poète Charles Baudelaire et l’actrice Jeanne Duval. Une relation amoureuse qui inspira au célèbre écrivain certains de ses plus beaux poèmes.
Quand, en 1842, Charles Baudelaire rencontre Jeanne Duval, comédienne au Théâtre de la Porte-Saint-Antoine qui peine à se faire un nom, le jeune homme âgé de vingt et un ans entame tout juste la rédaction des poèmes qui constitueront Les Fleurs du Mal.

Si la relation passionnelle qui se noue lui...
Quand, en 1842, Charles Baudelaire rencontre Jeanne Duval, comédienne au Théâtre de la Porte-Saint-Antoine qui peine à se faire un nom, le jeune homme âgé de vingt et un ans entame tout juste la rédaction des poèmes qui constitueront Les Fleurs du Mal.

Si la relation passionnelle qui se noue lui inspire certains de ses plus beaux poèmes (« Le serpent qui danse », « Les Bijoux », « La Chevelure »...), elle est mal accueillie par ses contemporains. Jeanne est en effet une « mulâtresse ». La couleur de sa peau dérange autant que ses origines populaires, sa gouaille, son goût pour les faubourgs et les guinguettes.

S’ils sont jaloux, se disputent, se déchirent, se trompent, en viennent même aux mains... les amants demeurent indéfectiblement liés.

Cette biographie romanesque restitue les tumultes de cet amour, en s’appuyant notamment sur la riche correspon- dance de Baudelaire.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782359053449
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MELIANNE Posté le 13 Juillet 2021
    J'ai adoré les deux romans précédents de de Brigitte Kernel et me réjouissait de ces retrouvailles. L'amour fou entre Baudelaire et Jeanne, voilà de quoi éveiller ma curiosité ! Pourtant dès les premières pages, je suis intriguée : pourquoi préciser qu'une partie de l'histoire est romancée, mise en garde qui sera répétée au long du livre comme s'il fallait s'en excuser ? Et pourquoi dès les premières lignes décrire Jeanne comme "grossière dans sa manière de marcher et déglutir"? Et pourquoi n'y a t'il dans tout le livre aucun portrait de Jeanne (alors qu'il en existe plusieurs dont des croquis faits par Baudelaire) ? Une histoire d'amour s'écrit bien à deux ? Passé ces remarques, la lecture se révèle intéressante, très bien documentée. Brigitte Kernel a habilement associé le récit et les poèmes de Baudelaire pour nous décrire cette relation faite de passion et de destruction. De bonnes descriptions, les costumes, les plaisirs, Paris et sa vie artistique, ses célébrités, c'est réaliste ! L'auteur a su retracer intelligemment la psychologie de l'époque, à la fois cruelle envers tout ce qui dérange un certain ordre bourgeois, et à la recherche d'expériences nouvelles. J'ai beaucoup aimé les échanges imaginés entre Baudelaire et... J'ai adoré les deux romans précédents de de Brigitte Kernel et me réjouissait de ces retrouvailles. L'amour fou entre Baudelaire et Jeanne, voilà de quoi éveiller ma curiosité ! Pourtant dès les premières pages, je suis intriguée : pourquoi préciser qu'une partie de l'histoire est romancée, mise en garde qui sera répétée au long du livre comme s'il fallait s'en excuser ? Et pourquoi dès les premières lignes décrire Jeanne comme "grossière dans sa manière de marcher et déglutir"? Et pourquoi n'y a t'il dans tout le livre aucun portrait de Jeanne (alors qu'il en existe plusieurs dont des croquis faits par Baudelaire) ? Une histoire d'amour s'écrit bien à deux ? Passé ces remarques, la lecture se révèle intéressante, très bien documentée. Brigitte Kernel a habilement associé le récit et les poèmes de Baudelaire pour nous décrire cette relation faite de passion et de destruction. De bonnes descriptions, les costumes, les plaisirs, Paris et sa vie artistique, ses célébrités, c'est réaliste ! L'auteur a su retracer intelligemment la psychologie de l'époque, à la fois cruelle envers tout ce qui dérange un certain ordre bourgeois, et à la recherche d'expériences nouvelles. J'ai beaucoup aimé les échanges imaginés entre Baudelaire et Nadar, donnant une touche vivante au livre. Cette liberté prise par l'auteure, le récit devenant enfin roman, j'aurais voulu la retrouver pour Jeanne. Or les citations de ses contemporains la laissent prisonnière de la misogynie de l'époque (époque qui appartenait aux hommes et où les femmes ne pouvaient être intellectuelles). Même si l'auteur émet quelques réserves sur ces critiques négatives, elle paraît hésiter à s'en écarter et les qualificatifs de grossière (dès les premières lignes) et de peu intelligente interpellent. Comme les amants terribles tiraillés entre passion et répulsion, l'auteure paraît hésiter entre simple récit et vrai roman, nous ballottant entre un poète cultivé et artiste et une Jeanne fade et inconsistante voire perverse et cupide. Jeanne aurait pu être revue avec un regard neuf, celle d'une femme certes imparfaite, mais sans être grossière, avec des qualités suffisamment inspirantes pour être une muse et amie. Merci à Babelio et aux éditions "Ecriture" de m'avoir fait découvrir ce livre qui est une excellente introduction à la (re)lecture des "fleurs du mal".
    Lire la suite
    En lire moins
  • Soleildesmontagnes Posté le 4 Juillet 2021
    Une histoire d'amour fou en partie vraie , une autre partie imaginée par l'auteure. Le bémol : qu'est ce qui est vrai et ne l'est pas ? ... En tout cas, c'est une lecture que je recommande : c'est bien écrit et agréable à lire et certainement un incontournable pour tous les fans de Baudelaire s'ils sont intéressés par une partie de fiction ...
  • nanoucz Posté le 26 Mars 2021
    Face à une œuvre, je me pose souvent la question : où l’artiste a-t-il trouvé son inspiration ? Dans ce livre de Brigitte Kernel, j’ai trouvé une réponse en ce qui concerne une partie de l’œuvre de Charles Baudelaire, puisque l’ouvrage très documenté permet de découvrir les relations qui ont existé entre le poète et sa muse, Jeanne Duval, celle qui lui a inspiré de nombreux poèmes des Fleurs du Mal. Dans l’avertissement des premières pages, Brigitte Kernel présente son travail, un récit basé sur des faits réels et des passages romancés où elle tente de reconstituer la relation entre le poète et sa muse. Pour marquer la différence entre le réel et ce qui est sorti de son imagination, elle propose un code simple : nommer les protagonistes par leur patronyme quand les faits sont avérés et utiliser leurs prénoms quand l’imagination est à l’œuvre. Un récit qui se lit comme un roman, de nombreux extraits de poèmes viennent appuyer la narration, des extraits de lettres, d’articles illustrent le propos sans l’alourdir. J’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir cette biographie partielle de Baudelaire et surtout à relire des poèmes étudiés au lycée ou entendus ailleurs, dans des chansons par... Face à une œuvre, je me pose souvent la question : où l’artiste a-t-il trouvé son inspiration ? Dans ce livre de Brigitte Kernel, j’ai trouvé une réponse en ce qui concerne une partie de l’œuvre de Charles Baudelaire, puisque l’ouvrage très documenté permet de découvrir les relations qui ont existé entre le poète et sa muse, Jeanne Duval, celle qui lui a inspiré de nombreux poèmes des Fleurs du Mal. Dans l’avertissement des premières pages, Brigitte Kernel présente son travail, un récit basé sur des faits réels et des passages romancés où elle tente de reconstituer la relation entre le poète et sa muse. Pour marquer la différence entre le réel et ce qui est sorti de son imagination, elle propose un code simple : nommer les protagonistes par leur patronyme quand les faits sont avérés et utiliser leurs prénoms quand l’imagination est à l’œuvre. Un récit qui se lit comme un roman, de nombreux extraits de poèmes viennent appuyer la narration, des extraits de lettres, d’articles illustrent le propos sans l’alourdir. J’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir cette biographie partielle de Baudelaire et surtout à relire des poèmes étudiés au lycée ou entendus ailleurs, dans des chansons par exemple. Ainsi, les premiers vers du poème Les bijoux : La très-chère était nue et, connaissant mon cœur, Elle n’avait gardé que ses bijoux sonores, Dont le riche attirail lui donnait l’air vainqueur Qu’ont dans leurs jours heureux les esclaves des Maures. En fin d’ouvrage, les poèmes cités dans le corps du récit sont proposés dans leur intégralité et replacés dans l’œuvre de Baudelaire. Un beau moment de lecture que je dois à l’opération Masse critique de Babelio. Merci à eux et à l’éditeur, Écriture, pour l’envoi gracieux de ce livre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MSophieBC Posté le 11 Mars 2021
    C’est ma première grande émotion littéraire de l’année. Un sentiment de plénitude et d’avoir approché la beauté. Quelque chose qui s’inscrit durablement dans le corps et l’esprit, qui laissera son empreinte et embellit la vie. Parce qu’avec cette biographie romancée, Brigitte Kernel a réussi là où d’autres m’ont laissé dans les accotements. Une découverte de Baudelaire par la petite porte de sa vie, une ouverture qui met parfaitement en lumière et en compréhension ses textes, ses strophes, ses vers. Une découverte qui m’a bouleversée et sans doute pour longtemps
  • littera_priscilla Posté le 10 Mars 2021
    « Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne, Je respire l’odeur de ton sein chaleureux, Je vois se dérouler des rivages heureux Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone » Derrière ce quatrain extrait de « Parfum exotique », il y a deux personnes, deux personnalités : Charles Baudelaire évidemment, le poète, et Jeanne Duval, la muse. Et c’est leur histoire que nous raconte Brigitte Kernel dans Baudelaire et Jeanne L’amour fou aux éditions de l’Archipel. Brigitte Kernel romance les faits, mais ce n’est en rien gênant dans la mesure où elle explique les stratégies mises en place pour que nous puissions faire le tri entre la vérité pour laquelle il y a des preuves et la romance. J’ai toujours beaucoup aimé Baudelaire et Les Fleurs du Mal, mélange de fange et de sublime, est un recueil que je trouve fascinant. Cette biographie romancée m’a donc beaucoup plu. L’autrice, qui ouvre ma participation au challenge « Mars au féminin », est fort bien documentée. Au cours des pages se mêlent les plus beaux poèmes de Baudelaire, la correspondance intense qu’il entretient avec sa mère et les témoignages des amis du couple et des biographes du poète. L’image ainsi construite de Baudelaire est... « Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne, Je respire l’odeur de ton sein chaleureux, Je vois se dérouler des rivages heureux Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone » Derrière ce quatrain extrait de « Parfum exotique », il y a deux personnes, deux personnalités : Charles Baudelaire évidemment, le poète, et Jeanne Duval, la muse. Et c’est leur histoire que nous raconte Brigitte Kernel dans Baudelaire et Jeanne L’amour fou aux éditions de l’Archipel. Brigitte Kernel romance les faits, mais ce n’est en rien gênant dans la mesure où elle explique les stratégies mises en place pour que nous puissions faire le tri entre la vérité pour laquelle il y a des preuves et la romance. J’ai toujours beaucoup aimé Baudelaire et Les Fleurs du Mal, mélange de fange et de sublime, est un recueil que je trouve fascinant. Cette biographie romancée m’a donc beaucoup plu. L’autrice, qui ouvre ma participation au challenge « Mars au féminin », est fort bien documentée. Au cours des pages se mêlent les plus beaux poèmes de Baudelaire, la correspondance intense qu’il entretient avec sa mère et les témoignages des amis du couple et des biographes du poète. L’image ainsi construite de Baudelaire est très proche de ce que j’imaginais : dépressif, à la fois misanthrope et hyper sociable, peu sûr de lui et paradoxalement très hautain. J’ai aimé découvrir l’homme derrière « L’Invitation au voyage ». Jeanne Duval est une femme assez fascinante. Sincèrement amoureuse de Baudelaire, elle assume néanmoins ses autres relations, nécessaires pour qu’une actrice soit entretenue quand son unique amour est ruiné. Elle aime les hommes, les femmes, l’alcool, la liberté, les jolis objets, les sorties et l’argent. En cela, c’est une femme libre avant l’heure, une de celles qui refuseront toujours de se laisser enfermer par les préjugés et les lois socialo-morales qui imposent un certain type de vie à la gent féminine. Néanmoins, et c’est ce que je regrette un peu, je n’ai pas été touchée une seule par l’amour qui lie ces deux esprits atypiques. J’ai évidemment senti le lien indéfectible entre eux, l’amour qui les rappelle constamment l’un vers l’autre, en dépit des jalousies, des problèmes d’argent et des conséquences désastreuses de la maladie. Mais à aucun moment mon cœur n’a vibré pour les deux amants. Je les ai aimés séparément, je les ai compris ensemble, mais ils n’ont pas su me toucher. Toutefois, c’est une œuvre remarquable qui nous plonge de manière très immersive dans le Paris du XIXe siècle, celui des artistes bohèmes, qui ne sont pourtant pas dépourvus de préjugés racistes, celui des salons, des mécènes, des soirées pleines d’alcool, d’opium et de prostituées. On y sent extraordinairement bien la fange et la boue dans lesquelles Baudelaire a traîné pour faire naître les petits bijoux de son recueil, dont on apprend également la douloureuse fortune : sa sortie attendue, son procès retentissant… C’est donc un très bon récit qui nous apprend énormément de choses sans que le lecteur ne s’en rende compte, plongé qu’il est dans les sombres ruelles parisiennes et par petites touches dans les mots ensorcelants d’un des plus grands poètes de notre littérature.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés