Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823855807
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Comment tomber amoureuse d'un homme qui vit dans un buisson

Hélène Hervieu (traduit par)
Date de parution : 08/03/2018
« Choisir le chemin le moins emprunté, ou du moins l’homme le moins lavé. »
Vienne : ville admirée pour Mozart, la valse et les pâtisseries ; moins admirée par Julia, une jeune Suédoise abandonnée par un fiancé quelque peu versatile.
Julia passe ses journées à enseigner l’anglais aux Autrichiens au chômage et ses soirées à regarder Netflix en compagnie de son chat. Sa vie...
Vienne : ville admirée pour Mozart, la valse et les pâtisseries ; moins admirée par Julia, une jeune Suédoise abandonnée par un fiancé quelque peu versatile.
Julia passe ses journées à enseigner l’anglais aux Autrichiens au chômage et ses soirées à regarder Netflix en compagnie de son chat. Sa vie ne ressemble guère à un conte de fées mais, optimiste en toutes circonstances, Julia continue à penser que le meilleur reste à venir. Le meilleur, ce sera écrire un jour un chef-d’oeuvre littéraire et devenir copine avec le prix Nobel Elfriede Jelinek.
En attendant, elle cultive les amitiés précieuses et tente de trouver LE sujet original de son futur roman. Mais un jour, quelqu’un d’original s’assoit à côté de Julia sur un banc. Ben est grand, beau, ténébreux... et aussi incroyablement poilu, vivant pieds nus et sans domicile fixe. Même s’il est loin de ressembler au profil type du prince charmant, Julia lui ouvre son coeur.
Mais son amour ira-t-il jusqu’à oublier que Ben aurait vraiment besoin de prendre une douche ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823855807
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ils en parlent

« Les adeptes de fiction excentrique scandinave seront ravis du premier roman charmant et spirituel d’Emmy Abrahamson. » Harper Collins

« Emmy Abrahamson écrit des histoires humoristiques où les personnages centraux féminins n’ont pas peur d’être drôles. La vivacité et l’intelligence de ses récits lui confèrent une place unique dans le paysage littéraire suédois. » Skånska Dagbladet 

« Quand l’écrivain Emmy Abrahamson raconte que son histoire de Cendrillon inversée est authentique, les gens en tombent des nues. » Expressen 
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mylene76 Posté le 11 Janvier 2020
    Doux / touchant / simple. « Julia mène une vie tranquille entre ses cours d’anglais, son chat et ses soirées TV. Son rêve : écrire un chef d’œuvre littéraire. Mais le destin décide de lui envoyer Ben, un homme beau, grand et poilu qui vit sans chaussures dans un buisson. » A déguster sur un banc près d’un buisson
  • SagnesSy Posté le 24 Mars 2018
    « On n’utilise jamais le présent progressif pour le registre des sentiments, espèce de massacreurs de langue ! »* (* Elle est très très énervée contre Macdo et leur « I’m lovin it ». On doit dire I love it.) Julia est suédoise et vit à Vienne, en Autriche. Elle y a suivi son amoureux qui lui a menti pendant quatre ans, la laissant tourneboulée et contente de vivre seule. Enfin, seule avec son chat et Netflix, et des centaines d’heures de cours par semaine. Elle enseigne l’anglais chez Berlitz, trompe son ennui en passant des tests d’audition gratuits (et bientôt en vendant son plasma) et fréquente une copine qu’elle n’apprécie pas selon le principe qu’on ne se fait plus de nouveaux amis la trentaine venue. Elle aspire également à être écrivain, malheureusement toutes ses idées sont des réminiscences de romans bien connus (ce dont elle s’aperçoit toujours tardivement). Un jour, sur un banc, Ben l’aborde. Une sorte de géant barbu et échevelé, pieds nus, qui pue littéralement. Ce sera le début d’une grande histoire… Histoire vraie, en l’occurrence, hormis quelques petits arrangements fictionnels, et ça change forcément le regard qu’on porte sur ces lignes, leur offrant un crédit de sympathie préalable.... « On n’utilise jamais le présent progressif pour le registre des sentiments, espèce de massacreurs de langue ! »* (* Elle est très très énervée contre Macdo et leur « I’m lovin it ». On doit dire I love it.) Julia est suédoise et vit à Vienne, en Autriche. Elle y a suivi son amoureux qui lui a menti pendant quatre ans, la laissant tourneboulée et contente de vivre seule. Enfin, seule avec son chat et Netflix, et des centaines d’heures de cours par semaine. Elle enseigne l’anglais chez Berlitz, trompe son ennui en passant des tests d’audition gratuits (et bientôt en vendant son plasma) et fréquente une copine qu’elle n’apprécie pas selon le principe qu’on ne se fait plus de nouveaux amis la trentaine venue. Elle aspire également à être écrivain, malheureusement toutes ses idées sont des réminiscences de romans bien connus (ce dont elle s’aperçoit toujours tardivement). Un jour, sur un banc, Ben l’aborde. Une sorte de géant barbu et échevelé, pieds nus, qui pue littéralement. Ce sera le début d’une grande histoire… Histoire vraie, en l’occurrence, hormis quelques petits arrangements fictionnels, et ça change forcément le regard qu’on porte sur ces lignes, leur offrant un crédit de sympathie préalable. J’ai pensé à Katarina Mazetti pour le ton général, et si je regrette quelques cotés un peu abrupts et d’autres qui ne débouchent sur rien (comme ces fameuses idées de roman déjà écrits), je me suis plutôt amusée dans cette intrigue sympathique et cosmopolite. Distrayant !
    Lire la suite
    En lire moins
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !