Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823817423
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Défaillance

Carine Bruy (traduit par)
Date de parution : 16/09/2015
Sa mémoire, c’était son assurance-vie. Devenu amnésique, il est la cible de ses anciennes proies. Quand Jason Bourne rencontre Homeland !
Victime d’un AVC au volant de sa voiture, David Sarac, agent spécial de la police de Stockholm chargé de recruter et de former des indics pour la section criminelle, se retrouve amnésique. Il n’a aucun souvenir de son travail des deux dernières années, ni surtout de l’identité de son indic... Victime d’un AVC au volant de sa voiture, David Sarac, agent spécial de la police de Stockholm chargé de recruter et de former des indics pour la section criminelle, se retrouve amnésique. Il n’a aucun souvenir de son travail des deux dernières années, ni surtout de l’identité de son indic principal, le mystérieux Janus. Chacun le presse de questions au sujet de cet homme redoutable, qui s’est apparemment fait plus d’un ennemi. D’abord Pete Molnar, collègue et mentor de David, qui dit vouloir le protéger, mais semble bien plus intéressé par le fameux Janus. Le nouveau ministre de la justice ensuite, Jesper Stenberg qui, tenu par une dette envers le crime organisé, envoie une taupe auprès de David. La pègre suédoise entière semble s’être lancée aux trousses de Janus. Mais à chaque pas de David, ses certitudes s’effondrent et les pistes se brouillent : était-il lui-même un flic corrompu ? ou veut-on le faire taire à tout prix ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823817423
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Lousine Posté le 26 Octobre 2017
    Au cœur de la police suédoise Avant le chapitre 1, on peut lire la mise en place de l’intrigue où chaque partie est précédée de la date des événements qui s’y déroulent. On observe ainsi une alternance entre des flash-back et des retours dans le présent entre les mois d’octobre et de novembre (mi-octobre et fin novembre). Le protagoniste se nomme David Sarac et est policier à la criminelle pour laquelle il gère les indic’. L’histoire présente tour à tour différents personnages : David Sarac, Atif-un policier suédo-irakien et ancien malfrat dont le frère Adnan a été assassiné-, Jesper Stenberg-récent ministre de la justice- et d’autres personnages qui gravitent autour du mystérieux Janus, un indic’ que David cherche à retrouver mais dont il ne se souvient pas à cause d’un accident de la route. Le suspens très prenant nous incite à poursuivre la lecture toujours plus loin. On assiste ainsi à de nombreux rebondissements et péripéties inattendus qui nous amènent à une fin haletante, nous empêchant de lâcher le livre avant d’être arrivé au bout.
  • cannibalector Posté le 10 Janvier 2017
    Après avoir composé une trilogie " thriller techno" très agréable à lire et plutôt légère, Anders de la Motte revient en changeant complétement de style avec ce polar/thriller sombre. Un flic, responsable des infiltrations à la police de Stockolm est victime d'un grave accident de la route et devient partiellement amnésique: il ne se souvient plus de ses indics et surtout du fameux "Janus" qui, à lui tout seul, avait grandement pertubé le grand banditisme suédois. Ce flic va devoir reconstitué son passé, savoir réellement qui il est pour neutraliser les mafieux, les politiques et même ses collègues, et surtout trouver qui est ce fameux " Janus" L'intrigue est complexe même parfois confuse et les errements du héros sont, par moment ennuyeux. Mais le thème central du livre est intéressant: ce n'est qu'en sachant réellement qui on est que l'on pourra reconnaitre ses amis de ses ennemis. De plus la Suède dépeinte dans ce roman est aux antipodes de celle louéé par nos politiques français. La parfaite démocratie suédoise est içi mise à mal. Un bon polar, sans plus, mais qui vaut la peine dêtre lu pour la qualité d'écriture de l'auteur et sa vision de son pays natal. Mais ce n'est que mon humble... Après avoir composé une trilogie " thriller techno" très agréable à lire et plutôt légère, Anders de la Motte revient en changeant complétement de style avec ce polar/thriller sombre. Un flic, responsable des infiltrations à la police de Stockolm est victime d'un grave accident de la route et devient partiellement amnésique: il ne se souvient plus de ses indics et surtout du fameux "Janus" qui, à lui tout seul, avait grandement pertubé le grand banditisme suédois. Ce flic va devoir reconstitué son passé, savoir réellement qui il est pour neutraliser les mafieux, les politiques et même ses collègues, et surtout trouver qui est ce fameux " Janus" L'intrigue est complexe même parfois confuse et les errements du héros sont, par moment ennuyeux. Mais le thème central du livre est intéressant: ce n'est qu'en sachant réellement qui on est que l'on pourra reconnaitre ses amis de ses ennemis. De plus la Suède dépeinte dans ce roman est aux antipodes de celle louéé par nos politiques français. La parfaite démocratie suédoise est içi mise à mal. Un bon polar, sans plus, mais qui vaut la peine dêtre lu pour la qualité d'écriture de l'auteur et sa vision de son pays natal. Mais ce n'est que mon humble avis
    Lire la suite
    En lire moins
  • SZRAMOWO Posté le 23 Décembre 2016
    « Une voiture. Il se trouve sur le siège conducteur d’une voiture et traverse un long tunnel. La douleur le rattrape. Il garde un vague souvenir de sa présence avant sa perte de connaissance. Un flash aveuglant d’un bleu acier à travers le côté gauche de son crâne, transformant ses pensées en un brouillard épais. » AVC en pleine conduite, ça ne pardonne pas ! Et après ? « Tu t’appelles David Sarac et… » « Il s’appelle David Sarac. Il est policier. Et… ? » Mais qui sont Jesper Sternberg, Sophie Thorning, l’Irakien Atif Mohammed Kassab et son frère Adnan ? Qu’est-ce qui les relie entre eux ? Qu’est-ce qui les relie à David Sarac ? « — En savons-nous davantage au sujet de… Janus ? Janus. » Entre le 23 novembre, date de son accident et le 12 décembre, date à laquelle est sorti du coma artificiel dans lequel les médecins l’ont plongé, David Sarac est dans le potage, il se rappelle de certaines choses de son passé immédiat, mais pas de toutes. Le début du roman nous met dans la même situation que David, des personnages défilent, on ne sait pas qui ils sont, on sait qu’il faut retenir leur nom, mais... « Une voiture. Il se trouve sur le siège conducteur d’une voiture et traverse un long tunnel. La douleur le rattrape. Il garde un vague souvenir de sa présence avant sa perte de connaissance. Un flash aveuglant d’un bleu acier à travers le côté gauche de son crâne, transformant ses pensées en un brouillard épais. » AVC en pleine conduite, ça ne pardonne pas ! Et après ? « Tu t’appelles David Sarac et… » « Il s’appelle David Sarac. Il est policier. Et… ? » Mais qui sont Jesper Sternberg, Sophie Thorning, l’Irakien Atif Mohammed Kassab et son frère Adnan ? Qu’est-ce qui les relie entre eux ? Qu’est-ce qui les relie à David Sarac ? « — En savons-nous davantage au sujet de… Janus ? Janus. » Entre le 23 novembre, date de son accident et le 12 décembre, date à laquelle est sorti du coma artificiel dans lequel les médecins l’ont plongé, David Sarac est dans le potage, il se rappelle de certaines choses de son passé immédiat, mais pas de toutes. Le début du roman nous met dans la même situation que David, des personnages défilent, on ne sait pas qui ils sont, on sait qu’il faut retenir leur nom, mais c’est tout, à quoi les rattacher, réapparaitront-ils, sont-ils pour certains à l’origine de l’accident de David. Comme David, le lecteur doit s’accrocher pour ne pas sombrer. L’enquête classique commence alors. Le chef de Sarac, Kjell Bergh vient le voir : « Janus. C’était manifestement le nom de code d’un informateur et pas n’importe lequel, à en juger par les questions de Bergh et son comportement. » Sarac joue avec le présent qu’il doit maîtriser, faire comme s’il comprenait ce qu’on lui demande tout en cherchant à comprendre ce que ses chefs lui demandent. Aurait-il commis l’irréparable ? « Aucun d’entre nous ne tient à voir Dreyer et les bœuf-carottes débarquer à nouveau dans le service. (Bergh s’humecta les lèvres.) Kollander est au bord de la crise de nerfs. Il commence à parler d’une taupe dans le service. » Roman à l’écriture maîtrisée où l'auteur nous fait passer par toutes les phases du « réveil » de Sarac. Brouillard. Sortie du coma. Peur d’avoir oublié. Incompréhension face à ses collègues qui semblent savoir. Peur de se tromper. Peur de déclencher l’indicible. Et toujours cette exigence lancinante : « — Il faut que tu me balances son identité, David, souffla Bergh. Je peux le protéger, ainsi que toi et tout le service. Mais il faut que tu me donnes Janus. » Sarac est soumis à une véritable torture, même si ces « bourreaux » n’en sont pas et n’imaginent pas ce qu’ils font subir à leur collègue. « Soudain, un éclair déchira le cerveau de Sarac, un bref aperçu d’une voiture en stationnement. Laque noire, une BMW ou une Mercedes peut-être ? » Roman du théâtre des ombres, Anders de la Motte propose avec Défaillance une vision pessimiste de notre société dans laquelle la maitrise du jeu politique apparaît comme le jeu ultime justifiant tous les excès, tous les reniements, en un mot le plus grand cynisme, dont le héros David Sarac finira par faire les frais. Découverte étonnante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • chevalierortega33 Posté le 11 Décembre 2016
    Un roman Suédois, atypique, mais qui ravira les adeptes de polars nordiques. Une intrigue, très complexe mais bien structurée, nous emmène à la suite de David, victime d’un AVC ou d’une tentative de meurtre ? Les gangs, le ministère de la justice, le frère d’une victime, les divers corps de la police, tous ne se posent qu’une question : qui est Janus ? Toutes les hypothèses sont évoquées : indic, balance, meurtrier, flic, infiltré, protégé ? David n’est pas une copie de Jason Bourne, il le dit lui-même. Rien à voir non plus avec le Janus de Laurent Scalese, sauf le double visage du personnage. La mémoire en miettes de David est-elle un alibi ou un handicap ? Il sait qu’il a franchi les limites autorisées par l’éthique et les procédures. Les souvenirs lui reviennent progressivement au cours de ce roman mené tambour battant et éclairent le lecteur. Pour se faire un jugement « définitif » il lui faudra cependant attendre le dernier chapitre. Une découverte pour ma part qui ne connaissait pas cet auteur dont c’est le quatrième roman, j’ai aimé !
  • Linou26 Posté le 11 Décembre 2016
    Quel plaisir de lire un roman avec du suspens, une intrigue et des rebondissements qui se tiennent ! Bien que n'étant pas un coup de cœur, je ressors très enthousiaste de cette lecture. Anders de la Motte nous offre un thriller à l'intrigue complexe pour une bonne dose de suspens. David Sarac, policier au service des renseignements, est victime d'un AVC. Lorsqu'il se réveille à l’hôpital, sa mémoire est atteinte et il ne se souvient plus qui est Janus : son meilleur indic ! Pourtant, quelque soit le motif, tout le monde est à la recherche de Janus : criminels pour l'éliminer, policiers pour se protéger, politiciens, infiltrés, indics, flix ripoux... Sarac va devoir se lancer à la poursuite de cet homme mystère et pour y parvenir devra réapprendre à se connaitre lui-même : pour le meilleur et pour le pire. Défaillance nous plonge au cœur d'un système mafia-police-politique où rien n'est simple et rien n'est ni tout blanc, ni tout noir. Vengeance, carrière professionnelle, relation indic-flic ou encore trahison sont autant de thèmes abordés dans ce thriller haletant. Seul regret, ces scènes d'action en cascade parfois peu crédibles et qui fragilisent la cohérence de l'ensemble. Suspens et intrigue bien structurée font de ce livre... Quel plaisir de lire un roman avec du suspens, une intrigue et des rebondissements qui se tiennent ! Bien que n'étant pas un coup de cœur, je ressors très enthousiaste de cette lecture. Anders de la Motte nous offre un thriller à l'intrigue complexe pour une bonne dose de suspens. David Sarac, policier au service des renseignements, est victime d'un AVC. Lorsqu'il se réveille à l’hôpital, sa mémoire est atteinte et il ne se souvient plus qui est Janus : son meilleur indic ! Pourtant, quelque soit le motif, tout le monde est à la recherche de Janus : criminels pour l'éliminer, policiers pour se protéger, politiciens, infiltrés, indics, flix ripoux... Sarac va devoir se lancer à la poursuite de cet homme mystère et pour y parvenir devra réapprendre à se connaitre lui-même : pour le meilleur et pour le pire. Défaillance nous plonge au cœur d'un système mafia-police-politique où rien n'est simple et rien n'est ni tout blanc, ni tout noir. Vengeance, carrière professionnelle, relation indic-flic ou encore trahison sont autant de thèmes abordés dans ce thriller haletant. Seul regret, ces scènes d'action en cascade parfois peu crédibles et qui fragilisent la cohérence de l'ensemble. Suspens et intrigue bien structurée font de ce livre un bon moment de lecture...
    Lire la suite
    En lire moins
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !