Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823861631
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Et le mal viendra

,

Date de parution : 07/03/2019
« On vous a alertés sur la valeur inestimable de l’eau, vous n’avez pas voulu voir. Alors on vous a assoiffés, et vous vous êtes entretués. Va-t-il falloir que l’on entasse six mille cadavres d’enfants devant vos portes pour que vous réagissiez enfin ? »
EAN : 9782823861631
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
12-21

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bdelhausse Posté le 27 Août 2020
    Lors des événements du Bataclan, le flic Julian Stark a empêché Morgan Scali d'aller rechercher son épouse, agonisant au milieu des victimes. Pris de remords, Stark intercède auprès de son épouse, médecin humanitaire, pour permettre à Scali de réaliser un vieux rêve et d'aller en Afrique, avec ses deux enfants. Voilà le point de départ d'une épopée qui va conduire les deux hommes à se livrer au jeu du chat et de la souris. Stark va outrepasser les règles pour vivre à fond son désir de vengeance. Scali va trouver dans la violence du monde une légitimité à une autre violence. Jusqu'où iront les protagonistes des deux camps pour justifier leurs actes et réaliser leur destin? Très loin. Car une fois que l'on a renié ses principes, on n'a plus le choix, il faut aller de l'avant. Et aller de l'avant, cela signifie souvent tomber de plus en plus bas dans l'ignominie, ou s'éloigner de plus en plus de l'humanité, nous disent les auteurs. Qui se souvient de victimes noires, jaunes, pauvres...? Personne. L'argument avait été largement développé au moment de Je suis Paris... ou même déjà pour le World Trade Center. On se souvient du 11 septembre mais pas de Bhopal.... Lors des événements du Bataclan, le flic Julian Stark a empêché Morgan Scali d'aller rechercher son épouse, agonisant au milieu des victimes. Pris de remords, Stark intercède auprès de son épouse, médecin humanitaire, pour permettre à Scali de réaliser un vieux rêve et d'aller en Afrique, avec ses deux enfants. Voilà le point de départ d'une épopée qui va conduire les deux hommes à se livrer au jeu du chat et de la souris. Stark va outrepasser les règles pour vivre à fond son désir de vengeance. Scali va trouver dans la violence du monde une légitimité à une autre violence. Jusqu'où iront les protagonistes des deux camps pour justifier leurs actes et réaliser leur destin? Très loin. Car une fois que l'on a renié ses principes, on n'a plus le choix, il faut aller de l'avant. Et aller de l'avant, cela signifie souvent tomber de plus en plus bas dans l'ignominie, ou s'éloigner de plus en plus de l'humanité, nous disent les auteurs. Qui se souvient de victimes noires, jaunes, pauvres...? Personne. L'argument avait été largement développé au moment de Je suis Paris... ou même déjà pour le World Trade Center. On se souvient du 11 septembre mais pas de Bhopal. C'est le fil rouge du roman. On est cependant loin d'un roman complaisant envers les alter-mondialistes. Ou qui justifie les dérives des Etats aux prises avec les terroristes. Comme on l'avait "justifié" pour Abu Ghraib ou Guantanamo... torturer est-il justifiable? Un état de droit peut-il tourner le dos aux droits humains et rester un état de droit? Les auteurs abordent donc la question des principes, des déviances, de la légitimité de son action. Que l'on soit flic ou alter-mondialiste. Que l'on soit citoyen ou zadiste. Trahison, assassinats, violence aveugle, le tout piloté par des humains qui ont cédé leur libre-arbitre à une Intelligence Artificielle... c'est assez bien vu. Vu que l'action se déroule aussi dans un futur proche, les auteurs ont dû se projeter. Ils rendent relativement bien les dérives étatiques, les effets des changements climatiques et le progrès domotique via l'introduction d'une IA qui contrôle et commande les mouvements de l'Armée des 12-10 (12 octobre) qui regroupe les alter-mondialistes les plus déterminés. C'est dérangeant très souvent. Cela se lit à toute vitesse, et cela bouscule sans doute pas mal de certitudes. Alors que j'écris cette critique, des enfants meurent partout. Les rues s'enflamment aux USA, un candidat président n'en fait même pas mention. Mais les gens préfèrent s'indigner sur le changement d'un titre de roman... 10 petits quoi? Camut et Hug nous disent qu'ils ne sont pas 10 mais 6000 à mourir d'eau contaminée tous les jours. Couple à la vie comme à la plume, Camut et Hug ont construit une constellation autour de Stark, Scali, et les autres. Plusieurs romans reprennent des parties d'événements, des tranches de la vie des protagonistes. Ici, ils opposent le présent (2028) où les choses se clôturent, et l'ensemble des événements à partir de 2015 (Bataclan) qui -tel un rouleau compresseur- mènent les êtres humains à se renier. Car personne ne sort indemne, même pas le flic Julian Stark qui pense rester fidèle à ses principes sans voir que le prix à payer est incommensurable... Que chacun choisisse son camp. Il y a une bonne et une mauvaise nouvelle... La bonne nouvelle? le mal arrive. La mauvaise nouvelle? Il est dans les deux camps.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sylviedoc Posté le 24 Août 2020
    Voilà deux jours que j'ai terminé ce livre, et j'ai énormément de mal à en rédiger une critique, je suis même incapable de décider si j'ai aimé ou non. Et cependant tout à l'heure je vais me précipiter à la bibliothèque pour récupérer "Islanova", le volet complémentaire de cette saga (mais pas la suite, attention !). C'est une intrigue foisonnante, qui se déroule sur deux époques ; la première partant de l'attentat du Bataclan en novembre 2015, où les deux personnages principaux se croiseront pour la première fois dans des circonstances dramatiques : Morgan Scali tente de rechercher sa femme Gaëlle dans la salle de concert, et Julian Stark, policier dépêché sur les lieux l'en empêche. Morgan voue une haine tenace à Julian, le tenant pour responsable de la mort de Gaëlle. La deuxième période court de mars à mai 2028, et relate une traque effrénée de Morgan Scali, devenu ennemi public numéro un, et éco-terroriste prêt à tout pour que le monde reconnaisse l'urgence de se mobiliser face à la pénurie d'eau potable en Afrique. 6000 enfants noirs y meurent chaque jour pour cette raison, et Morgan compte tuer 6000 enfants blancs par jour pour enfin réveiller les consciences. Et... Voilà deux jours que j'ai terminé ce livre, et j'ai énormément de mal à en rédiger une critique, je suis même incapable de décider si j'ai aimé ou non. Et cependant tout à l'heure je vais me précipiter à la bibliothèque pour récupérer "Islanova", le volet complémentaire de cette saga (mais pas la suite, attention !). C'est une intrigue foisonnante, qui se déroule sur deux époques ; la première partant de l'attentat du Bataclan en novembre 2015, où les deux personnages principaux se croiseront pour la première fois dans des circonstances dramatiques : Morgan Scali tente de rechercher sa femme Gaëlle dans la salle de concert, et Julian Stark, policier dépêché sur les lieux l'en empêche. Morgan voue une haine tenace à Julian, le tenant pour responsable de la mort de Gaëlle. La deuxième période court de mars à mai 2028, et relate une traque effrénée de Morgan Scali, devenu ennemi public numéro un, et éco-terroriste prêt à tout pour que le monde reconnaisse l'urgence de se mobiliser face à la pénurie d'eau potable en Afrique. 6000 enfants noirs y meurent chaque jour pour cette raison, et Morgan compte tuer 6000 enfants blancs par jour pour enfin réveiller les consciences. Et comme la propre fille de Julian, Charlie, est devenue une des plus actives exécutrices de cette "mission", Julian n'a plus que deux buts dans la vie : la retrouver et mettre fin à cette croisade meurtrière. Ce qui m'a séduit dans l'histoire, c'est que l'évolution de Morgan est racontée de façon très plausible et convaincante. Comment cet homme, à priori animé des meilleures intentions, désireux de sauver les gorilles du Virunga pour donner vie aux projets de son épouse perdue, va peu à peu prendre conscience des enjeux financiers qui orchestrent les guérillas entres factions rebelles en RDC (Congo) et alentour, comment de grands consortiums alimentent les conflits pour servir leurs intérêts, et comprendre pourquoi tous ses généreux projets pour amener l'eau potable à ceux qui en manquent vont être réduits à néant l'un après l'autre. En l'espace de 10 ans, ses illusions vont s'évanouir, il va voir ses enfants prendre des chemins divergents et parfois opposés, et il va retrouver sur sa route son ennemi juré : Julian, qui a de son côté de bonnes raisons également de lui en vouloir. On en vient presque à approuver son action, et à se dire que si on avait réagi à temps, on n'en serait jamais arrivé là... J'ai par contre moins apprécié la partie qui se déroule du point de vue de Julian, je l'ai trouvé brouillonne, partant dans tous les sens ; d'autant qu'à partir d'un certain moment on perd un peu les repères temporels parce que les deux périodes se rapprochent et les actions se déroulent tous azimuts. Alors il y a certes un "curseur" en tête de chaque chapitre, mais on change trop souvent de lieu, de personnage et d'événement pour suivre correctement. Peut-être aussi mon cerveau n'est-il plus assez performant ? En tout cas ce rythme frénétique m'a donné le tournis, et j'ai du à plusieurs reprises retourner en arrière pour me rafraîchir la mémoire. Et j'ai mis du temps à terminer le roman, il m'a fatiguée. A certains moments j'ai établi un parallèle avec "Congo requiem" de Jean-Christophe Grangé, pour la violence de certains passages au Congo et les multiples clans rivaux décrits dans l'un comme dans l'autre. Cependant j'ai quand même plus apprécié "Et le mal viendra", pour la psychologie de ses personnages, bien plus finement analysée et plus vraisemblable. Un autre aspect m'a également dérangée : autant j'ai trouvé crédible l'utilisation des drones, autant le rôle de l'IA (intelligence artificielle) est beaucoup trop prépondérant par rapport à celui des humains, je ne pense pas que nous en sommes déjà à ce point de soumission (enfin j'espère, du moins !). Une écriture nerveuse, mais qui colle bien à l'histoire, des personnages secondaires très nombreux, (un peu trop d'ailleurs) dont certains sont très attachants et d'autres épouvantables. des retournements de situation incessants, tout ceci m'a laissée pantoise et essoufflée, comme si je venais de gravir en courant les pentes du Virunga ! Je salue la virtuosité des deux auteurs, tout se tient, pas d'incohérences dans le récit malgré la multitude d'éléments, et je suis sûre que la plupart des lecteurs ont été à juste titre conquis. Quant à moi, il faut que je m'en remette...
    Lire la suite
    En lire moins
  • loeildeluciole Posté le 10 Juin 2020
    Et le mal viendra est le deuxième volume de la duologie débutant par Islanova. Mais, comme l’indiquent les auteurs dans leurs notes en fin du roman, les deux peuvent se lire dans n’importe quel ordre. Celui-ci se passe avant et après Islanova, un bout en République Démocratique du Congo, un bout à Oléron et d’autres bouts ailleurs dans le monde. C’est l’explication du comportement de certains personnages, animés par un besoin de sauvetage planétaire, humanitaire ou filial. Une narration qui oscille entre 2016, dix ans avant la fin d’Islanova, et 2028, trois ans après. Qui est devenu quoi, pourquoi et comment. À cause du manque d’eau salubre, chaque jour, six mille enfants meurent dans le monde. Mais ils sont noirs, pauvres, ils sont loin et tout le monde, ou presque, s’en fout. Alors le groupuscule écoterroriste 12-10, l’Armée du 12 Octobre, va tuer six mille enfants blancs pour montrer ce que cela fait. Julian Starck, Vertigo, Morgan Scali et tant d’autres, d’un côté ou de l’autre de ce combat et de cette lutte antiterroriste et humaniste reviennent avec leurs fantômes et leurs avenirs post-Islanova (le roman, pas l’État). Julian Starck va se battre pour sauver sa fille radicalisée. Morgane Scali sort la... Et le mal viendra est le deuxième volume de la duologie débutant par Islanova. Mais, comme l’indiquent les auteurs dans leurs notes en fin du roman, les deux peuvent se lire dans n’importe quel ordre. Celui-ci se passe avant et après Islanova, un bout en République Démocratique du Congo, un bout à Oléron et d’autres bouts ailleurs dans le monde. C’est l’explication du comportement de certains personnages, animés par un besoin de sauvetage planétaire, humanitaire ou filial. Une narration qui oscille entre 2016, dix ans avant la fin d’Islanova, et 2028, trois ans après. Qui est devenu quoi, pourquoi et comment. À cause du manque d’eau salubre, chaque jour, six mille enfants meurent dans le monde. Mais ils sont noirs, pauvres, ils sont loin et tout le monde, ou presque, s’en fout. Alors le groupuscule écoterroriste 12-10, l’Armée du 12 Octobre, va tuer six mille enfants blancs pour montrer ce que cela fait. Julian Starck, Vertigo, Morgan Scali et tant d’autres, d’un côté ou de l’autre de ce combat et de cette lutte antiterroriste et humaniste reviennent avec leurs fantômes et leurs avenirs post-Islanova (le roman, pas l’État). Julian Starck va se battre pour sauver sa fille radicalisée. Morgane Scali sort la carte « violence » pour ouvrir les yeux des occidentaux sur le cataclysme humanitaire. Encore un thriller écologique au message fort. Surtout en ce moment entre George Floyd et la résurgence d’utilisation de plastique à usage unique pour éviter l’infection au Covid, la planète et les Hommes sont en bien fâcheuse posture. Sauvons-nous, aimons-nous, oublions les différences et pensons à l’avenir de vos enfants (moi les chats ne seront plus là quand la planète sera asséchée et plastifiée). Bref, encore un coup au cœur d’actualité des Camhug. Une enquête et un démantèlement bien ficelé et parfaitement inséré à cette problématique terrestre. Un must read !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cerbere1975 Posté le 28 Avril 2020
    13 novembre 2015, l’horreur des attentats du Bataclan. Ce jour-là, Morgan Scali a tout perdu, en grande partie à cause de Julian Stark, le flic qui l’a empêché de retourner dans l’établissement afin d’aller sauver sa femme, Gaëlle, la mère de ses deux enfants, l’Amour de sa vie. Leurs destins ainsi que celui de leurs enfants vont désormais être liés à jamais dans une tragédie qui forcera le monde occidental à garder « les yeux grands ouverts ». Flash-back en 2016 - République Démocratique du Congo - Réserve des Virunga. Que faire quand le monde s’écoule autour de vous, entraînant dans son gouffre tous vos repères, vos espoirs et vos rêves ? Morgan Scali tente de transcender sa douleur en réalisant le rêve de sa femme. Il part pour la RDC avec ses deux enfants afin de sauver les gorilles du massacre de la population locale. Après sa rencontre avec Natassale, Morgan devient « Silverback » ou « dos argenté » comme les mâles gorilles dominants qu’il tente désespérément de sauver dans cette contrée sauvage où la pauvreté et la détresse de la population côtoient les enfants soldats dont le regard a perdu toute humanité pour laisser la place à la... 13 novembre 2015, l’horreur des attentats du Bataclan. Ce jour-là, Morgan Scali a tout perdu, en grande partie à cause de Julian Stark, le flic qui l’a empêché de retourner dans l’établissement afin d’aller sauver sa femme, Gaëlle, la mère de ses deux enfants, l’Amour de sa vie. Leurs destins ainsi que celui de leurs enfants vont désormais être liés à jamais dans une tragédie qui forcera le monde occidental à garder « les yeux grands ouverts ». Flash-back en 2016 - République Démocratique du Congo - Réserve des Virunga. Que faire quand le monde s’écoule autour de vous, entraînant dans son gouffre tous vos repères, vos espoirs et vos rêves ? Morgan Scali tente de transcender sa douleur en réalisant le rêve de sa femme. Il part pour la RDC avec ses deux enfants afin de sauver les gorilles du massacre de la population locale. Après sa rencontre avec Natassale, Morgan devient « Silverback » ou « dos argenté » comme les mâles gorilles dominants qu’il tente désespérément de sauver dans cette contrée sauvage où la pauvreté et la détresse de la population côtoient les enfants soldats dont le regard a perdu toute humanité pour laisser la place à la violence absolue. Avec l’aide de Dakota, la richissime héritière de Hughes Corpor. la fondation ALONE voit le jour et avec elle, l’espoir d’un avenir meilleur. Amener l’eau dans le désert, tel est l’exploit de la fondation qui reçoit les honneurs du Prix Nobel. Mais l’anéantissement du projet par des extrémistes fait basculer Morgan. La violence est-elle une réponse acceptable à l’iniquité qui gouverne le monde ? D’humaniste idéaliste, Morgan devient un assassin de masse, un écoterroriste dont le but est de confronter les occidentaux à leur aveuglement en les atteignant dans leur chair car « on se souviendra des 6000 car ils étaient blancs », en référence aux 6000 enfants qui meurent chaque jour en Afrique par manque d’accès à l’eau potable. 2028 – Un attentat d’une ampleur inédite vient de frapper la France et des milliers d’enfants, revendiqué par l’Armée des 12-10 avec à sa tête Ozalia, la redoutable Intelligence Artificielle qui coordonne les opérations. Aidé par sa collègue Sookie, Julian Stark se bat pour retrouver sa fille Charlie qui a rallié la cause de Morgan et des 12-10. Mais comment protéger la population de ce terroriste qui a toujours 2 à 3 coups d’avance ? J’ai découvert Jérôme Camut et Nathalie Hug avec la saga « Les voies de l’ombre » un thriller psychologique intense que j’ai adoré. Je tiens à remercier Babelio qui grâce à la MC m’a permis de découvrir ce thriller écologiste – humaniste qui ne laisse pas indifférent quant au sort de la planète et à l’utilisation équitable de ses ressources.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MagEv Posté le 12 Avril 2020
    J’ai passé un bon moment avec ce thriller sombre au rythme bien prenant. Il alterne présent et passé et j’y ai découvert surtout deux hommes : Morgan Scali, humaniste tourmenté qui va peu à peu sombrer dans le terrorisme et Julian Stark, flic prêt à tout pour stopper Scali et sauver sa fille enrôlée auprès de ce dernier. De ce duo, j’ai lu Prédation, tome 1 des voies de l’ombre pour lequel j’avais eu un coup de cœur mais ici ce n’est pas le cas. Il y a beaucoup de personnages (bien abimés par la vie pour la plupart) et de sujets abordés même si ces derniers sont très actuels : le terrorisme, les problèmes climatiques, l’extraction des richesses naturelles africaines au détriment des hommes et des animaux. Un peu trop… Peut-être… Mais il reste un livre intéressant, documenté et complexe avec en prime, pour les aficionados (que je ne suis pas…), quelques références à des livres précédents. J’avais trouvé que la partie du livre intitulée Islanova n’était pas assez approfondie puis j’ai découvert qu’il existait un 2nd opus avec les mêmes personnages intitulé Islanova. Les petits malins… je comprends mieux ! ^_^ Bref, un roman de fiction qui laisserait comme un... J’ai passé un bon moment avec ce thriller sombre au rythme bien prenant. Il alterne présent et passé et j’y ai découvert surtout deux hommes : Morgan Scali, humaniste tourmenté qui va peu à peu sombrer dans le terrorisme et Julian Stark, flic prêt à tout pour stopper Scali et sauver sa fille enrôlée auprès de ce dernier. De ce duo, j’ai lu Prédation, tome 1 des voies de l’ombre pour lequel j’avais eu un coup de cœur mais ici ce n’est pas le cas. Il y a beaucoup de personnages (bien abimés par la vie pour la plupart) et de sujets abordés même si ces derniers sont très actuels : le terrorisme, les problèmes climatiques, l’extraction des richesses naturelles africaines au détriment des hommes et des animaux. Un peu trop… Peut-être… Mais il reste un livre intéressant, documenté et complexe avec en prime, pour les aficionados (que je ne suis pas…), quelques références à des livres précédents. J’avais trouvé que la partie du livre intitulée Islanova n’était pas assez approfondie puis j’ai découvert qu’il existait un 2nd opus avec les mêmes personnages intitulé Islanova. Les petits malins… je comprends mieux ! ^_^ Bref, un roman de fiction qui laisserait comme un goût de présage. Je remercie la masse critique de Babélio et les éditions Pocket pour cette découverte livresque.
    Lire la suite
    En lire moins
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !