Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782352878728
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 249
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

J'avais 5 ans

Date de parution : 01/03/2016
En septembre 1979, Hussein, le père de Ouarda, alors âgée de 5 ans, tue à l'arme blanche sa mère enceinte avant de brûler son corps sur le toit de la maison familiale. Pour la fillette, cinquième d'une famille marocaine de sept enfants âgés de 2 à 13 ans, les conséquences... En septembre 1979, Hussein, le père de Ouarda, alors âgée de 5 ans, tue à l'arme blanche sa mère enceinte avant de brûler son corps sur le toit de la maison familiale. Pour la fillette, cinquième d'une famille marocaine de sept enfants âgés de 2 à 13 ans, les conséquences de ce drame sont brutales : à la perte de sa mère s'ajoutent l'emprisonnement de son père et le déménagement chez sa tante et son oncle, personnages cupides et violents, eux-mêmes parents de neuf enfants. La petite fille et ses frères et soeurs, maltraités et exploités, survivent sans eau ni électricité, au bord de la famine.Mais, pour Ouarda, le cauchemar ne fait que commencer... Élevée dans une famille où on lui rappelle constamment qu'elle est une étrangère, elle apprend très jeune ce qu'est être une femme marquée du sceau de la honte.Si elle décrit les moeurs et coutumes de son pays, des Djinns aux guérisseurs, l'auteure pose surtout la question de la condition et du statut de la femme au Maroc. Elle y montre le poids de la religion dans la vie de tous les jours, et les ambiguïtés de l'interprétation du Coran.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782352878728
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 249
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SLammer Posté le 19 Avril 2020
    [masquer] Son père a tué sa mère lorsqu'elle avait 5 ans. Pour la fillette, cinquième d'une famille de sept enfants, à ce deuil qui suscite en elle un terrible sentiment de culpabilité succèdent l'emprisonnement de son père et l'obligation d'aller vivre chez son oncle et sa tante, personnages cupides et violents. La faim, la brutalité, l'humiliation d'appartenir à une famille montrée du doigt...: le tout jeune âge de Ouarda est marqué du sceau de la honte. Racontant de façon poignante son enfance et son adolescence marocaine, Ouarda s'adresse aux hommes de tous les pays. Pour que cesse la brutalité infligée aux femmes, pour qu'enfin, par-delà les questions de religions et de coutumes, elles puissent vivre libres et accomplir leur destin. Super, j'ai adoré ![/masquer]
  • anne-clairefrancois Posté le 24 Juillet 2017
    Prenant et poignant. D'une écriture facile, on a presque l'impression d'entendre la voie de la petite fille que l'auteur à été...
  • nikita2017 Posté le 5 Avril 2017
    J’avais 5 ans En septembre 1979, Hussein, le père de Ouarda, alors âgée de 5 ans, tue à l’arme blanche sa mère enceinte avant de brûler son corps sur le toit de la maison familiale. Pour la fillette, cinquième d’une famille marocaine de sept enfants âgés de 2 à 13 ans, les conséquences de ce drame sont brutales : à la perte de sa mère s’ajoutent l’emprisonnement de son père et le déménagement chez sa tante et son oncle, personnages cupides et violents, eux-mêmes parents de neuf enfants. La petite fille et ses frères et soeurs, maltraités et exploités, survivent sans eau ni électricité, au bord de la famine. Mais, pour Ouarda, le cauchemar ne fait que commencer… Élevée dans une famille où on lui rappelle constamment qu’elle est une étrangère, elle apprend très jeune ce qu’est être une femme marquée du sceau de la honte. Si elle décrit les mœurs et coutumes de son pays, des Djinns aux guérisseurs, l’auteure pose surtout la question de la condition et du statut de la femme au Maroc. Elle y montre le poids de la religion dans la vie de tous les jours, et les ambiguïtés de l’interprétation du Coran.
  • dixdoudou Posté le 17 Janvier 2016
    Ouarda Saillo n'a pas eu une vie merveilleuse contrairement à la mienne. En lisant ce livre j'ai compris que j'avais de la chance de vivre dans un monde si on peut appeler ça : occidentale. En effet, je suis née dans une famille aimante, je suis allée dans les écoles privées et maintenant je peux remercier mes parents de m'avoir aimer. Ce roman est un électro-choque, en effet, Ouarda n'a pas eu une vie facile et même avant que son père tue sa mère et pourtant, elle ne se plain pas. Nous pouvons voir la place de la femme dans la société marocaine et en tant que féministe, je ne peux pas concevoir que certaines femmes se laissent autant frapper, humilier de la sorte par un homme. Ce livre nous ouvre les yeux sur les maltraitance en vers les enfants, qu'il faudrait ouvrir les yeux et les protéger. Il nous révolte sur certain sujet et surtout il nous fait bien comprendre que nous devons nous battre quotidiennement pour notre liberté, pour notre égalité avec les hommes et aussi pour arrêter ces horribles choses qui arrivent chaque année aux enfants dans le monde entier. Je conseille ce livre à tous !... Ouarda Saillo n'a pas eu une vie merveilleuse contrairement à la mienne. En lisant ce livre j'ai compris que j'avais de la chance de vivre dans un monde si on peut appeler ça : occidentale. En effet, je suis née dans une famille aimante, je suis allée dans les écoles privées et maintenant je peux remercier mes parents de m'avoir aimer. Ce roman est un électro-choque, en effet, Ouarda n'a pas eu une vie facile et même avant que son père tue sa mère et pourtant, elle ne se plain pas. Nous pouvons voir la place de la femme dans la société marocaine et en tant que féministe, je ne peux pas concevoir que certaines femmes se laissent autant frapper, humilier de la sorte par un homme. Ce livre nous ouvre les yeux sur les maltraitance en vers les enfants, qu'il faudrait ouvrir les yeux et les protéger. Il nous révolte sur certain sujet et surtout il nous fait bien comprendre que nous devons nous battre quotidiennement pour notre liberté, pour notre égalité avec les hommes et aussi pour arrêter ces horribles choses qui arrivent chaque année aux enfants dans le monde entier. Je conseille ce livre à tous ! Que vous soyez une femme ou un homme peu importe. Par contre, je trouve que nous devions mettre un âge minimum pour le live car il comporte certaines scènes très violentes
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cececuicui Posté le 18 Avril 2014
    Ce livre est poignant, écrit d'une façon si personnelle qu'elle prend aux tripes ! L'enfance de Ouarda Saíllo n'a vraiment pas été facile et la façon avec laquelle elle écrit la fin de cette autobiographie de sa jeunesse et tout juste émouvante. Elle permet de plus, de mettre l'accent sur la vision de la femme au Maroc et des traitements parfois, souvent très horrible que les femmes subissent. Je recommande ce livre !
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.