Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782823823721
Code sériel : 1497
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
Jeeves, au secours !
Benoît Fonscolombe (de) (traduit par), Denyse Fonscolombe (de) (traduit par)
Date de parution : 17/01/2019
Éditeurs :
12-21

Jeeves, au secours !

Benoît Fonscolombe (de) (traduit par), Denyse Fonscolombe (de) (traduit par)
Date de parution : 17/01/2019

Steeple Bumphleigh, lieu pittoresque pour certains, lieu de toutes les embrouilles pour Bertie Wooster. Contraint d’y passer une partie de l’été, il retrouve à son grand désespoir Florence, une ancienne...

Steeple Bumphleigh, lieu pittoresque pour certains, lieu de toutes les embrouilles pour Bertie Wooster. Contraint d’y passer une partie de l’été, il retrouve à son grand désespoir Florence, une ancienne fiancée dont il peine à se débarrasser, ainsi que Boko et Nobby, un couple de jeunes promis qui ne demandent...

Steeple Bumphleigh, lieu pittoresque pour certains, lieu de toutes les embrouilles pour Bertie Wooster. Contraint d’y passer une partie de l’été, il retrouve à son grand désespoir Florence, une ancienne fiancée dont il peine à se débarrasser, ainsi que Boko et Nobby, un couple de jeunes promis qui ne demandent qu’à se marier. Seulement voilà : le parrain de Nobby s’oppose farouchement à cette union. Tout en fuyant les assiduités de Florence, Bertie est entraîné bien malgré lui au cœur d’un embrouillamini familial fait d’oncles peu commode et de fiancés désespérés… Il ne devra sa délivrance qu’au savoir-faire de son majordome de génie, l’incomparable Jeeves.

« Ce phénomène de Pelham Grenville Wodehouse tombe du ciel. […) C’est tout bonnement irrésistible. » Éric Neuhoff, Le Figaro

Traduit de l’anglais par Benoît de Fonscolombe et Denise de Fonscolombe
 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823823721
Code sériel : 1497
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lebelier Posté le 1 Octobre 2021
    Flanqué d’une tante intransigeante qui le prend constamment pour un enfant irresponsable, d’un oncle par alliance récalcitrant, qui le déteste et qui plus est, ne peut pas supporter son meilleur ami, Boko qui doit se marier avec la fille dudit oncle, avec en plus une ancienne conquête qui revient à la charge, à son grand dam ; ajoutant à cela un autre ami devenu gendarme et jaloux de lui, on peut dire que Bertie Wooster est gâté dans cet énième épisode de Jeeves où, je trouve, que le personnage de butler anglais, intelligent, fin et cultivé est relativement absent sauf au début et à la fin. Car la machine est rôdée : Bertie accumule les ennuis inextricables, s’enfonce dans les situations les plus abracadabrantesques – ici il revêt l’uniforme de son ami gendarme (qui lui en veut à mort pour lui avoir ravi sa belle) volé au bord de la rivière, pour paraître dans un bal costumé où l’oncle doit conclure une affaire et Bertie aider Boko à apprivoiser l’oncle en vue de son mariage avec la belle Nobby- et Jeeves, tout en flegme et en paroles mesurées, vient l’en sortir avec son intelligence hors du commun surtout lorsqu’il consomme... Flanqué d’une tante intransigeante qui le prend constamment pour un enfant irresponsable, d’un oncle par alliance récalcitrant, qui le déteste et qui plus est, ne peut pas supporter son meilleur ami, Boko qui doit se marier avec la fille dudit oncle, avec en plus une ancienne conquête qui revient à la charge, à son grand dam ; ajoutant à cela un autre ami devenu gendarme et jaloux de lui, on peut dire que Bertie Wooster est gâté dans cet énième épisode de Jeeves où, je trouve, que le personnage de butler anglais, intelligent, fin et cultivé est relativement absent sauf au début et à la fin. Car la machine est rôdée : Bertie accumule les ennuis inextricables, s’enfonce dans les situations les plus abracadabrantesques – ici il revêt l’uniforme de son ami gendarme (qui lui en veut à mort pour lui avoir ravi sa belle) volé au bord de la rivière, pour paraître dans un bal costumé où l’oncle doit conclure une affaire et Bertie aider Boko à apprivoiser l’oncle en vue de son mariage avec la belle Nobby- et Jeeves, tout en flegme et en paroles mesurées, vient l’en sortir avec son intelligence hors du commun surtout lorsqu’il consomme du poisson, ce qui tombe à pic puisque notre butler est pêcheur et que nous sommes à la campagne au bord d’une rivière. Point de surprise donc dans ce volume si ce n’est dans le portrait joyeusement caricatural des personnages, notamment du bas-bleu Florence qui se croit irrésistible et artiste et de son frère Edwin, petit lutin maléfique, qui voulant faire sa BA de scout accumule les catastrophes et les haines. On sent le vécu et la basse vengeance parfois ! Mais on rit volontiers. Point négatif : possédant le volume « Omnibus » des histoires de Jeeves, j’ai donc choisi la facilité et le lis en français mais la traduction n’est pas à la hauteur et sent l’anglicisme à tout va, y compris dans la syntaxe, ce qui est bien dommage ! Peut-être aurait-elle besoin d’un dépoussiérage ? Qui s’y colle ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • BVIALLET Posté le 21 Avril 2012
    Nouvelle aventure à la campagne pour Bertie et son fidèle butler Jeeves. L’oncle Percy veut réaliser une importante transaction avec un homme d’affaire américain mais dans la plus grande discrétion. Un de ses amis, écrivain de profession, tente vainement d’obtenir l’autorisation du dit oncle pour épouser sa pupille. Il fait appel à Bertie pour lui faciliter la tâche. Et en même temps, une de ses anciennes fiancées dont il a été heureux de se débarrasser, veut lui remettre le grappin dessus. Comment Bertie va-t-il résoudre tous ces problèmes ? Par l’intervention in extremis de son rusé valet de chambre, bien entendu… On retrouve dans ce livre un schéma narratif, une intrigue très ressemblante à celle de « Ca va, Jeeves ? » à croire que Wodehouse commence à avoir de la peine à se renouveler. Il essaie néanmoins de pousser le plus loin possible les situations et d’aggraver les catastrophes : incendie, (déjà utilisé), violence (mesurée) d’un boy-scout plutôt crétin, vol d’un uniforme de gendarme et même risque d’emprisonnement. Le cocasse, l’amusant et le picaresque sont toujours au-rendez-vous de même que les quiproquos amoureux à la Feydeau ou Labiche. On s’amuse... Nouvelle aventure à la campagne pour Bertie et son fidèle butler Jeeves. L’oncle Percy veut réaliser une importante transaction avec un homme d’affaire américain mais dans la plus grande discrétion. Un de ses amis, écrivain de profession, tente vainement d’obtenir l’autorisation du dit oncle pour épouser sa pupille. Il fait appel à Bertie pour lui faciliter la tâche. Et en même temps, une de ses anciennes fiancées dont il a été heureux de se débarrasser, veut lui remettre le grappin dessus. Comment Bertie va-t-il résoudre tous ces problèmes ? Par l’intervention in extremis de son rusé valet de chambre, bien entendu… On retrouve dans ce livre un schéma narratif, une intrigue très ressemblante à celle de « Ca va, Jeeves ? » à croire que Wodehouse commence à avoir de la peine à se renouveler. Il essaie néanmoins de pousser le plus loin possible les situations et d’aggraver les catastrophes : incendie, (déjà utilisé), violence (mesurée) d’un boy-scout plutôt crétin, vol d’un uniforme de gendarme et même risque d’emprisonnement. Le cocasse, l’amusant et le picaresque sont toujours au-rendez-vous de même que les quiproquos amoureux à la Feydeau ou Labiche. On s’amuse toujours beaucoup avec le grand humoriste anglais.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter des lecteurs numériques : 12-21
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !