Lisez! icon: Search engine
La main sur le coeur
Collection : Les Passe-murailles
Date de parution : 25/08/2022
Éditeurs :
le cherche midi

La main sur le coeur

Collection : Les Passe-murailles
Date de parution : 25/08/2022
Sur les routes de l’Espagne pour résoudre l’énigme d’un tableau et celle d’un ami disparu.
Rentrée littéraire 2022
Quand Yves Harté aperçoit le très célèbre tableau du Greco, El caballero de la mano en el pecho (Le Chevalier à la main sur la poitrine), lors d’une rétrospective à Tolède, une... Quand Yves Harté aperçoit le très célèbre tableau du Greco, El caballero de la mano en el pecho (Le Chevalier à la main sur la poitrine), lors d’une rétrospective à Tolède, une chose l’intrigue : la note qui accompagne le portrait diffère d’une autre qu’il a lue autrefois. La première assurait que le... Quand Yves Harté aperçoit le très célèbre tableau du Greco, El caballero de la mano en el pecho (Le Chevalier à la main sur la poitrine), lors d’une rétrospective à Tolède, une chose l’intrigue : la note qui accompagne le portrait diffère d’une autre qu’il a lue autrefois. La première assurait que le modèle était un notable sage et obscur, celle-ci affirme qu’il s’agit d’un aventurier du Siècle d’or, espion et courtisan de Philippe II. Laquelle est vraie ?
L’auteur décide de mener l’enquête en Espagne.

Plus il progresse au cœur du pays, plus lui revient en mémoire le souvenir d’un ami avec qui il avait déjà voyagé sur ces terres : Pierre Veilletet, écrivain et journaliste, qui l’aida à ses débuts.
Comme l’un des deux modèles évoqués pour le portrait, cet aîné extravagant, drôle et affabulateur cherchait une reconnaissance qui ne venait pas, jusqu’à ce qu’un jour il décède dans la solitude. Son absence pèse à l’auteur. Au fil des routes ensoleillées et poussiéreuses d’une Espagne qui change, la figure du caballero et de l’ami se superposent au point de se confondre.

Dans ce récit sensible à l’écriture éblouissante, Yves Harté livre une réflexion intime sur l’amitié masculine et les rêves des hommes, qui meurent parfois de ne pas les atteindre.

Rentrée littéraire 2022

Sélection Prix Littéraire Le Monde

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749174440
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
EAN : 9782749174440
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MAPATOU 08/03/2023
    Ce livre de 150 pages n’est pas un roman mais plutôt un récit de voyage que l’auteur a fait en Espagne. Parti sur les traces du tableau du Greco « Le Chevalier à la main sur la poitrine », il espère découvrir qui est réellement représenté sur ce tableau. S’agit-il « d’un notable sage et obscur » ou » d’un aventurier su Siècle d’or, espion et courtisan de Philippe II ? Les étapes de son périple lui rappelleront un précédent voyage en compagnie d’un ami décédé depuis. Sans être un véritable coup de coeur, j’ai apprécié ce livre pour le style de l’auteur, ce qu’il m’a permis de découvrir sur ce célèbre peintre ainsi que sur l’histoire de l’Espagne. Je remercie Cultura et les Editions du Cherche Midi pour cette découverte.
  • Calliope2017 18/01/2023
    Etant passionnée par l’histoire de l’art, j’ai tout de suite eu envie de découvrir ce livre quand j’ai vu que son intrigue était construite autour d’un tableau du peintre espagnol Le Greco, « Le Chevalier à la main sur la poitrine ». Malgré son sujet, cet ouvrage n’a rien à voir avec ce que j’ai l’habitude de lire, que ce soit par son format (assez court) et sa construction (un récit entremêlant des informations historiques, la manière dont l’auteur a mené son enquête et écrit son livre, et un hommage à un ami défunt). Et pourtant, il m’a beaucoup plu, et je l’ai dévoré en quelques heures ! J’ai été entraînée par la fluidité du récit et les émotions qu’il véhicule, que ce soient celles suscitées par une œuvre d’art, par l’amitié et la fascination de l’auteur pour le journaliste et écrivain Pierre Veilletet, et bien sûr par sa tristesse suite à son décès. Bien qu’un peu déstabilisée lorsque j’ai eu compris que l’entièreté du récit était réel (j’avoue m’être demandé si des personnes comme la conservatrice du musée du Prado étaient au courant qu’ils « finiraient » en personnages de roman !), j’ai été très intéressée et touchée par cette histoire. Une... Etant passionnée par l’histoire de l’art, j’ai tout de suite eu envie de découvrir ce livre quand j’ai vu que son intrigue était construite autour d’un tableau du peintre espagnol Le Greco, « Le Chevalier à la main sur la poitrine ». Malgré son sujet, cet ouvrage n’a rien à voir avec ce que j’ai l’habitude de lire, que ce soit par son format (assez court) et sa construction (un récit entremêlant des informations historiques, la manière dont l’auteur a mené son enquête et écrit son livre, et un hommage à un ami défunt). Et pourtant, il m’a beaucoup plu, et je l’ai dévoré en quelques heures ! J’ai été entraînée par la fluidité du récit et les émotions qu’il véhicule, que ce soient celles suscitées par une œuvre d’art, par l’amitié et la fascination de l’auteur pour le journaliste et écrivain Pierre Veilletet, et bien sûr par sa tristesse suite à son décès. Bien qu’un peu déstabilisée lorsque j’ai eu compris que l’entièreté du récit était réel (j’avoue m’être demandé si des personnes comme la conservatrice du musée du Prado étaient au courant qu’ils « finiraient » en personnages de roman !), j’ai été très intéressée et touchée par cette histoire. Une belle découverte, et encore un très bel "objet livre" de la collection « Le Passe-Murailles » des éditions du Cherche-Midi !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Catherinedenanc 04/01/2023
    Enquête de l’auteur à propos d’un portrait exécuté par Le Greco vers 1580 « El caballero de la mano en el pecho » dont les historiens de l’art hésitent sur l’identité et donc le parcours de vie. L’auteur revient sur les pas de voyages à travers l’Espagne vécus avec un ami dans sa jeunesse qui ont marqué sa vie de jeune homme. Veilletet, comme il le nomme tout au long du roman, journaliste et écrivain Bordelais, affabulateur généreux d’anecdotes passant comme chat sur braises sur les éléments factuels et familiaux qui l’ont constitué, offrit son amitié à ce garçon ébloui par son humour et sa faconde. Yves Harté dans ce récit fait une sorte de parallèle entre Le Greco, retiré à Tolède car son talent était peu apprécié par Philippe II, Le Caballero dont l’auteur choisit de reconnaître le portrait de Juan de Sylva, un chevalier au regard altier, qui malgré son courage et les épreuves et blessures récoltées au service du souverain, resta un noble serviteur de seconde zone. Et son ami Pierre Veilletet, qui le temps passant, aigrit par une reconnaissance qui ne fût pas à la hauteur de ses attentes, se renferma sur lui-même et mourut solitaire.... Enquête de l’auteur à propos d’un portrait exécuté par Le Greco vers 1580 « El caballero de la mano en el pecho » dont les historiens de l’art hésitent sur l’identité et donc le parcours de vie. L’auteur revient sur les pas de voyages à travers l’Espagne vécus avec un ami dans sa jeunesse qui ont marqué sa vie de jeune homme. Veilletet, comme il le nomme tout au long du roman, journaliste et écrivain Bordelais, affabulateur généreux d’anecdotes passant comme chat sur braises sur les éléments factuels et familiaux qui l’ont constitué, offrit son amitié à ce garçon ébloui par son humour et sa faconde. Yves Harté dans ce récit fait une sorte de parallèle entre Le Greco, retiré à Tolède car son talent était peu apprécié par Philippe II, Le Caballero dont l’auteur choisit de reconnaître le portrait de Juan de Sylva, un chevalier au regard altier, qui malgré son courage et les épreuves et blessures récoltées au service du souverain, resta un noble serviteur de seconde zone. Et son ami Pierre Veilletet, qui le temps passant, aigrit par une reconnaissance qui ne fût pas à la hauteur de ses attentes, se renferma sur lui-même et mourut solitaire. Très beau roman qui m’a ramené à l’Espagne des années 70, la luminosité et la beauté particulière de l’Estrémadure.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ma_vie_en_livres 25/12/2022
    Merci à Babelio grâce à qui j'ai découvert ce livre que j'ai eu à l'occasion du vide-bibliothèque de Noël. J'aime beaucoup la narration autobiographique d'Yves Harté, sa quête historique, et le périple à travers l'Espagne dans des régions et des villes que j'affectionne particulièrement. Le hasard de la lecture, mais le bonheur de le suivre sur les routes aussi tortueuses que l'histoire de ce tableau du Greco ! Le partie historique, très documentée, m'a passionnée. J'ai aimé lire le détail des entretiens d'Yves Harté dans les musées, de ses rencontres avec les personnes qui pouvaient lui donner des informations sur la toile du Greco. J'ai moins accroché avec tout ce qui touche à Pierre Veilletet. Il m'a semblé plus lointain, comme si Yves Harté essayait à tout prix, mais sans trop de succès, de nous présenter à un ami "fuyant". Ce livre pourrait aller encore plus loin en ce qui concerne le personnage du tableau, je suis restée un peu sur ma faim, car captivée par la quête d'Yves Harté.
  • Litteraflure 18/11/2022
    Quelle est donc l’histoire du gentilhomme qui figure sur l’un de plus célèbres tableaux du Greco : « El caballero de la mano en el pecho » (1580) ? Cette question obsède Yves Harté et son ami disparu, Charles Veilletet. Raconter leur quête éperdue lui permet de raviver leurs souvenirs et leur passion commune pour le peintre espagnol. Les plus grands spécialistes se sont écharpés au sujet de l’identité du chevalier. Est-ce un triste notable auquel le tableau donnera une gloire imméritée ? S’agit-il de Juan de Silva, le comte de Portalegre, un ambassadeur du Portugal qu’une arquebusade a rendu manchot à la bataille d’Alcazarquivir ? Faut-il plutôt voir dans cet « hidalgo désarticulé, rossé, moqué » un double de Cervantès que le peintre aurait croisé à Tolède ? Ou même un portrait détourné du Greco qui se reconnaissait dans les déconvenues et les humiliations de son modèle ? Aucune hypothèse n’est écartée. Et cette main posée sur le cœur ? Est-ce une demande pardon, une offrande, un geste de dépit ? On se prend au jeu. On suit les traces des deux limiers dévoués à leur juste cause. Le livre m’a fait penser aux controverses dont « le Pied-bot » de José... Quelle est donc l’histoire du gentilhomme qui figure sur l’un de plus célèbres tableaux du Greco : « El caballero de la mano en el pecho » (1580) ? Cette question obsède Yves Harté et son ami disparu, Charles Veilletet. Raconter leur quête éperdue lui permet de raviver leurs souvenirs et leur passion commune pour le peintre espagnol. Les plus grands spécialistes se sont écharpés au sujet de l’identité du chevalier. Est-ce un triste notable auquel le tableau donnera une gloire imméritée ? S’agit-il de Juan de Silva, le comte de Portalegre, un ambassadeur du Portugal qu’une arquebusade a rendu manchot à la bataille d’Alcazarquivir ? Faut-il plutôt voir dans cet « hidalgo désarticulé, rossé, moqué » un double de Cervantès que le peintre aurait croisé à Tolède ? Ou même un portrait détourné du Greco qui se reconnaissait dans les déconvenues et les humiliations de son modèle ? Aucune hypothèse n’est écartée. Et cette main posée sur le cœur ? Est-ce une demande pardon, une offrande, un geste de dépit ? On se prend au jeu. On suit les traces des deux limiers dévoués à leur juste cause. Le livre m’a fait penser aux controverses dont « le Pied-bot » de José de Ribera a fait l’objet pendant des siècles jusqu’à ce qu’un chirurgien orthopédiste de l’hôpital Robert Debré conclue que l’enfant était en fait hémiplégique. « La main sur le cœur » est une ode à l’Espagne et à ses paysages (« La poussière qui s’élevait au moindre coup de vent rappelait le sablier du temps »), une célébration du peintre (« Le Greco oblige à changer de point de vue, donc de vision, ce qui en fait une des artistes les plus inconfortables de l’histoire ») et surtout, un hommage émouvant à cet ami avec lequel il redécouvrit le monde. Bilan : 🌹🌹
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rater aucune actualité du Cherche Midi
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !