Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782823874976
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
Le baron hanté
Alain Le Berre (traduit par)
Date de parution : 07/11/2019
Éditeurs :
12-21

Le baron hanté

Alain Le Berre (traduit par)
Date de parution : 07/11/2019
Découvrez un classique du roman gothique, par l’auteur qui a inspiré Bram Stocker.
« Je n'ai jamais vu site plus original et plus beau que cette ravissante petite ville de Golden Friars. Elle se dresse sur le rivage de son lac, dominée par un... « Je n'ai jamais vu site plus original et plus beau que cette ravissante petite ville de Golden Friars. Elle se dresse sur le rivage de son lac, dominée par un amphithéâtre de montagnes toutes gercées de ravines et couleur de pourpre opulente. »
Certes, tel et bien l'aspect que Golden Friars présente,...
« Je n'ai jamais vu site plus original et plus beau que cette ravissante petite ville de Golden Friars. Elle se dresse sur le rivage de son lac, dominée par un amphithéâtre de montagnes toutes gercées de ravines et couleur de pourpre opulente. »
Certes, tel et bien l'aspect que Golden Friars présente, au premier abord, au visiteur. Mais au bord du lac se dresse le sinistre château des Mardykes et le légende qui se rattache au lac n'est guère plus engageante. on raconte que la jeune et jolie, mais malheureuse, Mary Feltram y aurait été noyée, en même temps que son petit enfant et que, en certaines fins d'après-midi, des pêcheurs l'ont vue, dans le soleil couchant, élever son buste hors du lac, dressant son enfant à bout de bras au-dessus de sa tête. Aussi, lorsque le hobereau du village, sir Bale Marykes, ruiné, revient, bien à contrecœur, habiter son château, il évite soigneusement de s'aventurer sur le lac. Car il craint la vengeance du fantôme de Mary dont un Mardykes semble avoir été le bourreau. Il faudra que Philp Feltram, le dernier descendant de Mary, lui fournisse la "chance" d'un étrange pacte par lequel redevenir riche, pour qu'il ose la traversée du lac maudit... Mais l'or, lui aussi , est maudit...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823874976
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • camdtls Posté le 30 Avril 2022
    Le baron hanté est un roman gothiques écrit par Sheridan Le Fanu en 1870. On nous raconte l'histoire de Sir Bale Mardykes, un mystérieux conte, qui revient habiter dans son manoir d'enfance à Golden Friars, un petit village installé près d'un lac et qui est la cause d'une étrange légende. Sir Bale est un personnage assez mystérieux et qui n'aime pas trop la compagnie. Il vit avec Philip Feltram à qui il fait mener la vie dure. Celui-ci va lui proposer un pacte assez étrange qui pourrait bien résoudre tout ses problèmes. C'est un très beau livre, qui mêle haine, vengeance et dépendance. Il est court et ne m'a pas demandé beaucoup de temps. On est directement fixé sur l'univers de ce livre grâce à la légende que Sheridan Le Fanu nous raconte au début de l'histoire. Cela permet de ce mettre dans l'ambiance du livre dès les premières lignes. Il est vrai que l'intrigue commence assez tard dans l'histoire mais cela n'enlève aucun plaisir à la lecture. Je le recommande vivement !!!
  • CROCBOOKS Posté le 26 Février 2022
    J’ai bien progressé dans la lecture de « Millarca où la véritable histoire de Carmilla » par Orlane Escoffier éditée par Le Petit Caveau. Au préalable, j’ai délibérement lu « Le baron hanté », un autre livre de Sheridan Le Fanu, celui-là même qui a inspiré Bram Stoker et l’histoire du Comte Dracula. La plume de Joseph Sheridan Le Fanu, est plus belle encore, que dans mes souvenirs. Elle trempe en même temps, dans les encres du roman policier et de l’horreur. Cette refonte du mythe de Faust nous donne à lire un univers frémissant. Ce récit gothique est peuplé de personnages qui semblent voués au malheur par le sort d’esprits fantômes. La narration commence tout de bon, cent ans après l’apparition de Mary Feltram et de son bébé sur les eaux du lac de la propriété privée du Baron Bale Mardykes, faisant ainsi régner la terreur dans le coeur de ses descendants. Le charme suranné de ce texte court me plaît bien, même si je trouve que l’auteur irlandais fait trop de fois, l’impasse sur certains détails importants de l’intrigue.
  • DViolante Posté le 9 Octobre 2020
    Nous avons affaire ici à un récit de style gothique, l'histoire d'une malédiction familiale. Au XVIIIème siècle, en Irlande, la petite ville de Golden Friars, bâtie au bord d'un lac, vit paisiblement. Au siècle précédent, Mary Feltram, une pauvre jeune fille, a donné naissance à deux enfants, non reconnus par Sir Jasper Mardykes, son riche voisin qui l'a recueillie. Mary disparaît, mais on raconte que certains l'aurait vu au milieu du lac avec un enfant mort dans les bras. Depuis l'un de ses descendants, Philip Feltram est devenu le secrétaire de sir Bale Mardykes. Mais les relations sont mauvaises entre les deux hommes. Sir Bale accuse, à tort, Philip de vol. Ce dernier quitte le manoir et cherche à traverser le lac de nuit. Il est retrouvé noyé, mais, lors de la veillée funèbre il se réveille. Leurs rapports changent alors. Feltram prend de l'ascendance sur son employeur et lui donne le moyen de le sortir de la ruine. Lorsque Philip Feltram quitte le manoir, son frère William le remplace. Mais sir Bale n'est pas à l'aise avec lui. Il garde en tête une rumeur selon laquelle un Feltram héritera de son domaine.. Le roman est assez court et ne permet pas à l'auteur... Nous avons affaire ici à un récit de style gothique, l'histoire d'une malédiction familiale. Au XVIIIème siècle, en Irlande, la petite ville de Golden Friars, bâtie au bord d'un lac, vit paisiblement. Au siècle précédent, Mary Feltram, une pauvre jeune fille, a donné naissance à deux enfants, non reconnus par Sir Jasper Mardykes, son riche voisin qui l'a recueillie. Mary disparaît, mais on raconte que certains l'aurait vu au milieu du lac avec un enfant mort dans les bras. Depuis l'un de ses descendants, Philip Feltram est devenu le secrétaire de sir Bale Mardykes. Mais les relations sont mauvaises entre les deux hommes. Sir Bale accuse, à tort, Philip de vol. Ce dernier quitte le manoir et cherche à traverser le lac de nuit. Il est retrouvé noyé, mais, lors de la veillée funèbre il se réveille. Leurs rapports changent alors. Feltram prend de l'ascendance sur son employeur et lui donne le moyen de le sortir de la ruine. Lorsque Philip Feltram quitte le manoir, son frère William le remplace. Mais sir Bale n'est pas à l'aise avec lui. Il garde en tête une rumeur selon laquelle un Feltram héritera de son domaine.. Le roman est assez court et ne permet pas à l'auteur de développer certains éléments de l'intrigue. Le surnaturel est présent par touche : des histoires de revenants racontées lors de la veillée, un fantôme sur le lac, des chambres hantées, d'étranges personnages qui se transforment en oiseaux, un tableau oublié qui ressurgit... Mais Sheridan Le Fanu laisse planer le doute, n'explique rien et ne fait que suggérer l'effroi. Comme souvent dans ses œuvres, la chute de l'histoire est concise, rapide et peu détaillée. Le sort des différents personnages est rapidement évoqué en quelques ligne et nous laisse sur notre faim.
    Lire la suite
    En lire moins
  • paulmaugendre Posté le 30 Juin 2020
    Supposons que nous ne sommes que tous les deux, vous le lecteur, et moi le scripteur. Fermez les yeux. Imaginez un petit village, entouré de bois et de montagnes. Dans ce village, une auberge accueillante. Dans la cheminée crépite un feu de bois guilleret. Trois ou quatre personnes devisent calmement. Il paraîtrait que Sir Bale Mardyke reviendrait au pays, après de longues années d’absence. Sur le lac plane une étrange légende : celle de la femme noyée. Mais au fait, la femme noyée, n’était-elle pas de la même famille que Philipp Feltram, secrétaire de Sir Bale ? Et ne serait-ce point un ancêtre de Sir Bale qui serait à l’origine de la noyade de la jeune femme ? Une rumeur, une légende. Et le lac, omniprésent dans toutes les conversations. Et le lac immuable, aux profondeurs insondables. Certains auraient même vu une main sortir des ondes et happer le voyageur imprudent. Racontars que tout ça. N’empêche que Philipp Feltram, ce compagnon triste et réservé de Sir Bale, s’est aventuré sur le lac et qu’il est mort noyé. Le docteur constate même la rigidité cadavérique. Un lac, ce n’est jamais qu’un miroir, un reflet. Où est l’original, où est le reflet. Shéridan Le Fanu est surtout connu... Supposons que nous ne sommes que tous les deux, vous le lecteur, et moi le scripteur. Fermez les yeux. Imaginez un petit village, entouré de bois et de montagnes. Dans ce village, une auberge accueillante. Dans la cheminée crépite un feu de bois guilleret. Trois ou quatre personnes devisent calmement. Il paraîtrait que Sir Bale Mardyke reviendrait au pays, après de longues années d’absence. Sur le lac plane une étrange légende : celle de la femme noyée. Mais au fait, la femme noyée, n’était-elle pas de la même famille que Philipp Feltram, secrétaire de Sir Bale ? Et ne serait-ce point un ancêtre de Sir Bale qui serait à l’origine de la noyade de la jeune femme ? Une rumeur, une légende. Et le lac, omniprésent dans toutes les conversations. Et le lac immuable, aux profondeurs insondables. Certains auraient même vu une main sortir des ondes et happer le voyageur imprudent. Racontars que tout ça. N’empêche que Philipp Feltram, ce compagnon triste et réservé de Sir Bale, s’est aventuré sur le lac et qu’il est mort noyé. Le docteur constate même la rigidité cadavérique. Un lac, ce n’est jamais qu’un miroir, un reflet. Où est l’original, où est le reflet. Shéridan Le Fanu est surtout connu en France grâce à Carmilla, son œuvre le plus souvent citée. D’autres livres ont pourtant traversé le Channel, comme Le fantôme de Madame Crowl, un recueil de nouvelles. Ou encore L’Oncle Silas. Des romans ou nouvelles dans lesquels l’angoisse côtoie la terreur feutrée. A conseiller à tous ceux pour qui angoisse n’exclut pas poésie, à tous ceux qui aiment frissonner, mais qui n’apprécient pas forcément l’étalage sanguinolent de mauvais goût.
    Lire la suite
    En lire moins
  • PascalMalosse Posté le 11 Juin 2020
    Première incursion chez Sheridan Le Fanu, tombé sur ce livre un peu par hasard. Je découvre ce grand auteur irlandais du courant gothique. En effet, on retrouve tous les éléments classiques de ce genre qui connut son apogée au XIXe siècle : le lac et son cirque de montagnes, l'ancien domaine poussiéreux, le maître des lieux au comportement irascible, une victime qui reviendra de la mort toute puissante. Les apparitions des spectres sont invariablement réussies et suscitent un léger frisson, plaisant. Les descriptions sont belles et ténébreuses comme il se doit, le style agréable, le savoir-faire indéniable. Certains passages elliptiques sont un peu trop résumés, mais dans l'ensemble un excellent exemple du genre qui donne envie de découvrir Carmilla... Dire que les romans gothiques engendreront plus tard Edgar Allan Poe, Stoker, Machen, Blackwood, Lovecraft., Shelley... Honneur aux pionniers.
Inscrivez-vous à la newsletter des lecteurs numériques : 12-21
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !