RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'envahissant cadavre de la plaine Monceau

            12-21
            EAN : 9782265095175
            Code sériel : 15
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            L'envahissant cadavre de la plaine Monceau

            Date de parution : 19/07/2012

            Les Nouveaux Mystères de Paris : 17e arrondissement 

            Installée de guingois sur un canapé, une jambe repliée sous elle et l’autre pendante, la fille n’est vêtue que d’escarpins à talon aiguille et d’une paire de bas noirs tendus par un mince porte-jarretelles de nylon également noir. Au-dessus d’opulents seins arrogants, une...

            Les Nouveaux Mystères de Paris : 17e arrondissement 

            Installée de guingois sur un canapé, une jambe repliée sous elle et l’autre pendante, la fille n’est vêtue que d’escarpins à talon aiguille et d’une paire de bas noirs tendus par un mince porte-jarretelles de nylon également noir. Au-dessus d’opulents seins arrogants, une adorable petite gueule, encadrée de lumineux cheveux cascadeurs, s’agrémente d’un sourire espiègle, candido-vicelard, du plus troublant effet. Ce n’est qu’une photo. Une parmi les trente ou quarante autres, de même farine, qui illustrent Frissons Très Parisiens, magazine galant, vente interdite aux mineurs, défense d’afficher et de montrer son derrière à tous les passants.
            – Eh bien ? interroge Dany Darnys.
            – On jurerait que c’est vous, dis-je.
            – Mais ce n’est pas moi, proteste-t-elle.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782265095175
            Code sériel : 15
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • fannyvincent Posté le 13 Mai 2017
              Contacté par une certaine Mme Desiris, Nestor Burma débarque chez elle...pour y trouver la bonne évanouie, et les cadavres de M. et Mme Desiris. Il se retrouve ainsi au centre d'une drôle d'histoire, mêlant secret industriel, vedette de cinéma et gangsters. Adaptation BD d'après un roman de Leo Malet et les personnages de Tardi. Retour à Paris fin des années 50 avec des personnages pleins de gouaille. L'intrigue est toutefois un peu nébuleuse, et l'histoire un tantinet trop bavarde.
            • Didier_Tr Posté le 3 Février 2016
              Un cadavre, des cadavres. Une actrice, sa doublure, une tâche de naissance, des gangsters. L'invention serait-elle le sous-marin ? Oui, je le concède, ces quelques mots ne donnent rien de bien compréhensible, mais c'est à l'image de ce "l'envahissant cadavre de la plaine Monceau", dans lequel l'histoire s'emmêle sans jamais se démêler. Comme souvent, Nestor enquête pour des femmes, sur des femmes, avec des femmes. Quelques passage à l'horizontal, car séducteur il est, séducteur il reste. Au final, on arrive au bout, quelques surprises sur la fin, mais on reste un peu sur sa faim.
            • Fleitour Posté le 8 Décembre 2015
              Dans les « Nouveaux Mystères de Paris » Léo Malet va à la rencontre de multiples personnages pour lesquels une complicité malicieuse va s'instaurer sous sa plume canaille, où sa gouaille parisienne explose dans une féérie de mots inventés ou le plus souvent empruntés aux invectives de nos ruelles. Nestor Burma est un détective privé, habile, futé, roublard et parfois un peu fou fou, un Tintin inspiré par le parfum des femmes car elles ne sont jamais loin. L'Envahissant Cadavre de la Plaine Monceau nous mène à la recherche des FTP ces Frissons Très Parisiens, une revue qui donne toute sa place au libertinage, des photos où des cocottes posent dans des tenues succinctes et affriolantes. Deux cadavres délimitent le décors d'un premier hôtel particulier, d'autres suivront, le commissaire Faroux est à la traine de Nestor Burma, de Nes pour les intimes, les femmes défilent, souvent des courtisanes et quelques truands de la vieille école. Nous sommes pas loin des tontons flingueurs " des coups de flingues partent en rafales ,une maille à l'endroit une maille à l'envers", les échanges de tirs donnent lieus à des dialogues désopilant, les morts inspirent visiblement la verve les malfrats. Ses personnages féminins émergent du récit tant ces dames dessinent... Dans les « Nouveaux Mystères de Paris » Léo Malet va à la rencontre de multiples personnages pour lesquels une complicité malicieuse va s'instaurer sous sa plume canaille, où sa gouaille parisienne explose dans une féérie de mots inventés ou le plus souvent empruntés aux invectives de nos ruelles. Nestor Burma est un détective privé, habile, futé, roublard et parfois un peu fou fou, un Tintin inspiré par le parfum des femmes car elles ne sont jamais loin. L'Envahissant Cadavre de la Plaine Monceau nous mène à la recherche des FTP ces Frissons Très Parisiens, une revue qui donne toute sa place au libertinage, des photos où des cocottes posent dans des tenues succinctes et affriolantes. Deux cadavres délimitent le décors d'un premier hôtel particulier, d'autres suivront, le commissaire Faroux est à la traine de Nestor Burma, de Nes pour les intimes, les femmes défilent, souvent des courtisanes et quelques truands de la vieille école. Nous sommes pas loin des tontons flingueurs " des coups de flingues partent en rafales ,une maille à l'endroit une maille à l'envers", les échanges de tirs donnent lieus à des dialogues désopilant, les morts inspirent visiblement la verve les malfrats. Ses personnages féminins émergent du récit tant ces dames dessinent de vrais figures attachantes comme la Régine ou Hélène sa fidèle secrétaire. Voila un roman rafraichissant, qui nous plonge dans un Paris oublié, une intrigue certes classique mais un Polar bien huilé, où les poursuites en Tallemet à la mode 1957 peuvent être spectaculaires. Pour se détendre et réécouter ces mots un peu oubliés,la racaille a remplacé la calbombe, la Tour Pointue, le probloc, la cocotte, la comtesse, les guibolles, une biture, une gapette, un talbin, une cibiche... On retrouvera ainsi avec bonheur la cour des miracles façon Léo Malet
              Lire la suite
              En lire moins
            • GentlemanW Posté le 13 Août 2015
              Paris, ambiance noir et gris, la ville, un détective, une belle aux bas nylon, un style fifties dans les coins et recoins des quartiers avec voyous beaux gosses et méchants en cols blancs. Malet excelle pour décrire un film noir, un polar avec des mots.
            • caryatide Posté le 31 Juillet 2015
              Pas de chance pour Nestor Burma. Il a beau arriver à l'heure à son rendez vous dans l'hôtel particulier du 17 ème arrondissement, il ne rencontrera pas sa cliente. En fait, il trouve trois corps : la petite bonne, évanouie, ses patrons, les Désiris, morts dans leur chambre. Pacte de suicide, meurtre suivi d'un suicide ? Difficile de le dire."Vous l'aurez voulu" dit le message laissé par le mort. Mais à qui s'adresse-t-il ? Il était ingénieur, inventeur (on a l'impression qu'on ne faisait pas trop la différence à cette époque là) et avait son atelier à Levallois, la ville de l'automobile. N'a-t-il finalement rien inventé ? Son invention lui a-t-elle été volée ? On ne sait pas. Nestor Burma va enquêter ailleurs....une toute jeune gloire du cinéma a besoin de ses services. Et pour les besoins de cette nouvelle enquête il tombe sur le sosie de l'actrice qui n'est autre que la maitresse de Désiris. Elle paraît attirer des gens bien désagréables et se fait enlever sous le yeux de Nestor. Une petite troupe de jeunes femmes qui espèrent faire carrière (on ne sait pas trop dans quoi), une vieille cocotte début de siècle, la "comtesse", Huguette "de" Méneval, qui coache tout ce petit... Pas de chance pour Nestor Burma. Il a beau arriver à l'heure à son rendez vous dans l'hôtel particulier du 17 ème arrondissement, il ne rencontrera pas sa cliente. En fait, il trouve trois corps : la petite bonne, évanouie, ses patrons, les Désiris, morts dans leur chambre. Pacte de suicide, meurtre suivi d'un suicide ? Difficile de le dire."Vous l'aurez voulu" dit le message laissé par le mort. Mais à qui s'adresse-t-il ? Il était ingénieur, inventeur (on a l'impression qu'on ne faisait pas trop la différence à cette époque là) et avait son atelier à Levallois, la ville de l'automobile. N'a-t-il finalement rien inventé ? Son invention lui a-t-elle été volée ? On ne sait pas. Nestor Burma va enquêter ailleurs....une toute jeune gloire du cinéma a besoin de ses services. Et pour les besoins de cette nouvelle enquête il tombe sur le sosie de l'actrice qui n'est autre que la maitresse de Désiris. Elle paraît attirer des gens bien désagréables et se fait enlever sous le yeux de Nestor. Une petite troupe de jeunes femmes qui espèrent faire carrière (on ne sait pas trop dans quoi), une vieille cocotte début de siècle, la "comtesse", Huguette "de" Méneval, qui coache tout ce petit monde (elle a su se constituer une belle fortune en son temps et est indéniablement un exemple à suivre), des gros trafics, de la contrebande, du grand banditisme....le pauvre inventeur ne pouvait faire face à tout ça ! Et pour nous bien sûr, l'occasion de nous promener dans le Levallois d'il y presque 50 ans... (cette critique est celle du roman et non celle de la BD de Tardi : je n'ai pas réussi à dissocier les deux.
              Lire la suite
              En lire moins
            12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
            Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !