Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782823881837
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
N'oublie pas les fleurs
Diane Durocher (traduit par)
Date de parution : 23/09/2021
Éditeurs :
12-21
En savoir plus

N'oublie pas les fleurs

Diane Durocher (traduit par)
Date de parution : 23/09/2021
Se souvenir des belles choses...
Le soir du 31 décembre, Izumi rend visite à sa mère Yuriko pour les fêtes de fin d’année, mais cette dernière est absente. Il la retrouve finalement perchée sur la... Le soir du 31 décembre, Izumi rend visite à sa mère Yuriko pour les fêtes de fin d’année, mais cette dernière est absente. Il la retrouve finalement perchée sur la balançoire d’un parc voisin, où elle semble perdue. Cet événement n’est que le premier signe de la maladie qui la... Le soir du 31 décembre, Izumi rend visite à sa mère Yuriko pour les fêtes de fin d’année, mais cette dernière est absente. Il la retrouve finalement perchée sur la balançoire d’un parc voisin, où elle semble perdue. Cet événement n’est que le premier signe de la maladie qui la ronge : quelques mois plus tard, il apprend qu’elle est atteinte d’Alzheimer.
À mesure que les souvenirs de Yuriko s’estompent, ceux de l’enfance d’Izumi ressurgissent. En prenant soin de sa mère – au moment où lui-même s’apprête à devenir père – Izumi tente de comprendre ce qui l’a éloigné d’elle au fil du temps, s’interroge sur le sens de leur relation. Pour retrouver l’essentiel de ce qui leur reste à présent.

Traduit du japonais par Diane Durocher
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823881837
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
12-21
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • luocine Posté le 7 Mars 2022
    Toujours dans le thème » du Japon » du club de lecture, ce roman décrit un homme en proie à la souffrance de voir sa mère s’en aller dans le pays si étrange de la maladie d’Alzheimer. J’écris cet article alors que la France est secouée par un livre reportage sur les EHPAD. À La fin de ce roman, Izumi laissera sa mère Yuriko dans une maison où nous aimerions tous finir nos jours ou y laisser ceux que l’on a tant aimés. Ce n’est pas le sujet du roman mais cette dernière demeure donne une idée de ce que peut être un lieu d’accueil réussi pour ceux qui n’ont plus leurs facultés cognitives. Cela ressemble à des endroits où au lieu de séparer les gens âgés, ou handicapés on les fait vivre au milieu des enfants ou de gens bien portants. Mais partons dans la vie d’Izumi qui marié à Kaori, va bientôt être père. Il doit l’annoncer à sa mère qui l’a élevé seule sans jamais lui dire qui a été son père. Cet adulte s’est donc construit sans image paternelle et il est très angoissé à l’idée d’être père. Kaori et lui travaillent dans le monde de l’image et... Toujours dans le thème » du Japon » du club de lecture, ce roman décrit un homme en proie à la souffrance de voir sa mère s’en aller dans le pays si étrange de la maladie d’Alzheimer. J’écris cet article alors que la France est secouée par un livre reportage sur les EHPAD. À La fin de ce roman, Izumi laissera sa mère Yuriko dans une maison où nous aimerions tous finir nos jours ou y laisser ceux que l’on a tant aimés. Ce n’est pas le sujet du roman mais cette dernière demeure donne une idée de ce que peut être un lieu d’accueil réussi pour ceux qui n’ont plus leurs facultés cognitives. Cela ressemble à des endroits où au lieu de séparer les gens âgés, ou handicapés on les fait vivre au milieu des enfants ou de gens bien portants. Mais partons dans la vie d’Izumi qui marié à Kaori, va bientôt être père. Il doit l’annoncer à sa mère qui l’a élevé seule sans jamais lui dire qui a été son père. Cet adulte s’est donc construit sans image paternelle et il est très angoissé à l’idée d’être père. Kaori et lui travaillent dans le monde de l’image et de la musique. Ils ne sont pas eux-mêmes musiciens mais il sont dans une grande agence qui « fabrique » les carrières des artistes. Cela nous vaut une plongée assez intéressante dans ce monde artificiel des « communicants » de ce monde du spectacle, les rivalités, l’argent, le pouvoir, mais à la mode japonaise, où tout l’art est de garder pour soi ses réactions et ne jamais rien laisser paraître de ses propres sentiments. Izumi est très absorbé par son travail et, s’il n’a pas abandonné sa mère, il va de moins en moins souvent la voir, et surtout refuse de se rendre compte que celle-ci a des problèmes de mémoires. L’originalité de ce texte et qui l’a rendu très touchant à mes yeux, c’est le renversement de ce à quoi on s’attend. C’est sa mère qui est farouchement attachée à des souvenirs que lui a oubliés. Et en remontant dans les souvenirs de la vieille dame Izumi se rend compte combien il a été aimé et quelle force il a fallu à sa mère pour lui donner l’éducation dont il profite aujourd’hui. Pourtant, il y a une année où il a vécu seul vaguement surveillé par sa grand-mère. Pour découvrir cette année, l’auteur aura recours au cahier intime de sa mère. Il découvre une femme passionnément amoureuse d’un homme marié à une autre. Cette parenthèse amoureuse se terminera par le séisme de 1995 Kobé (le décompte officiel des conséquences de ce séisme se chiffre à plus de 6 437 morts, 43 792 blessés et des dégâts matériels se chiffrant à plus de dix-mille milliards de yens, soit 101 milliards d’euros. On dénombre 120 000 bâtiments détruits ou endommagés et 7 000 brûlés, la destruction des polders du port de Kobé et plus de 250 000 déplacés pendant plusieurs mois. extrait de l’article de Wikipédia ) Cette plongée dans le Japon a toujours, pour moi, un exotisme qui m’empêche d’être totalement enthousiaste #8209;c’est pourquoi je ne lui attribue pas cinq coquillages. Par exemple je n’arrive pas à comprendre comment cette mère si attentive peut laisser son fils collégien (12 ou 13 ans) vivre seul pendant un an sans même prévenir sa propre mère, c’est Izumi qui doit le faire. On ne saura jamais qui est le père d’Izumi cela perd de son importance dans le roman sans que je comprenne pourquoi. Pas plus qu’on ne saura c’est qu’est devenu l’homme qu’elle a suivi à Kobé fait-il partie des 6437 morts ? Elle ne cherche pas à le savoir, son histoire avec lui s’arrête là et elle revient vers son fils qui visiblement fait comme elle : tous les deux mettent cette année entre parenthèses. Comme souvent dans les romans japonais la cuisine est très importante et chaque souvenir est parfumé par l’odeur d’un plat particulier : la soupe miso, le boeuf au nouilles sautées, du shiruko .… J’ai passé un bon moment avec ce roman, malgré mes quelques réserves.
    Lire la suite
    En lire moins
  • asphenixcie Posté le 21 Février 2022
    « Autrefois, notre espèce ne pouvait espérer atteindre les cinquante ans. Cette limite dépassée, nous avons commencé à voir apparaître les cancers. Maintenant que nous réussissons à les combattre et à rallonger d’autant notre espérance de vie, c’est Alzheimer qui nous rattrape… À chaque victoire, l’humanité doit se mesurer à une nouvelle menace. » On découvre Izumi à un moment particulier sa vie où il apprend la maladie d’Alzheimer de sa maman, Yuriko. Il apprend quasiment en même temps la naissance prochaine de son premier enfant. Les souvenirs de Yuriko commencent à s’effacer, elle commence à se perdre et oublier son quotidien. Ceux sont les souvenirs d’enfance de Izumi qui font surfaces. Par ses souvenirs, on tente de connaître Yuriko et d’appréhender la relation mère-fils. Comme souvent avec la littérature japonaise, ce livre est d’une douceur permettant d’appréhender chaque sentiment sous un fond de poésie. Ce livre est doux et touchant #x1f90d; Je vous le conseille #x1f90d;
  • PAULINFA Posté le 22 Janvier 2022
    Izumi, fils unique de Yuriko fête comme tous les ans le début de l'année avec celle-ci... Bizarrement, elle n'est pas là pour l’accueillir et sa maison si propre est sens dessus dessous ... Il la retrouve sous la pluie sur une balançoire, le regard dans le vide ... Bien que tout cela lui semble étrange, Izumi passe vite à autre chose et rejoint vite sa vie... Il travaille avec sa femme Kaomi dans une maison de disque, sont surchargés de travail et bientôt ils apprennent que Kaomi est enceinte. Izumi annonce tardivement cette grossesse à sa mère mais quelques jours plus tard quand il la recontacte, elle ne se souvient plus de cette nouvelle... Avec son accord, Izumi emmène sa mère à l'hopital et là le verdict tombe : alzheimer. Tout va alors se bousculer... comment gérer sa mère qui l'a élevé seule et l'arrivée d'un enfant, comment réagir face à cette maladie qui va à une vitesse folle.... Alors qu'izumi venait une fois l'an retrouvé sa mère il passe maintenant chaque semaine et tente de retrouver les souvenirs de cette femme qui s'est battue pour lui, mais aussi pour comprendre son absence d'une année quand il avait 13 ans... Il... Izumi, fils unique de Yuriko fête comme tous les ans le début de l'année avec celle-ci... Bizarrement, elle n'est pas là pour l’accueillir et sa maison si propre est sens dessus dessous ... Il la retrouve sous la pluie sur une balançoire, le regard dans le vide ... Bien que tout cela lui semble étrange, Izumi passe vite à autre chose et rejoint vite sa vie... Il travaille avec sa femme Kaomi dans une maison de disque, sont surchargés de travail et bientôt ils apprennent que Kaomi est enceinte. Izumi annonce tardivement cette grossesse à sa mère mais quelques jours plus tard quand il la recontacte, elle ne se souvient plus de cette nouvelle... Avec son accord, Izumi emmène sa mère à l'hopital et là le verdict tombe : alzheimer. Tout va alors se bousculer... comment gérer sa mère qui l'a élevé seule et l'arrivée d'un enfant, comment réagir face à cette maladie qui va à une vitesse folle.... Alors qu'izumi venait une fois l'an retrouvé sa mère il passe maintenant chaque semaine et tente de retrouver les souvenirs de cette femme qui s'est battue pour lui, mais aussi pour comprendre son absence d'une année quand il avait 13 ans... Il découvre une femme sous sa mère... Le sujet est traité avec douceur, sensibilité et poésie ... On ne tombe pas dans le glauque ... Cet homme renoue avec sa mère qu'il a longtemps délaissé, les rôles s'inversent et les souvenirs refont surface ... C'est très touchant
    Lire la suite
    En lire moins
  • CocciClelia Posté le 27 Décembre 2021
    Avant tout merci à NetGalley France et aux Editions Fleuve de m'avoir permis de lire ce livre magnifique. Il faut certainement aussi remercier la traduction, ce texte est empreint de tant de poésie, de petits détails, de tous ces petits riens qu'on oublie. Comment parler mieux de cette terrible maladie d'Alzheimer que de ce rendre compte que chaque jour nous oublions des petits fragments de notre vie, mais ce qui choque dans la maladie c'est qu'il ne s'agit plus de fragments, mais de noms, de personnes. Lorsque Izumi se rend compte que Yuriko sa mère a des pertes de mémoire il tente dans un premier temps de se rassurer, puis prend vraiment conscience du problème. Un livre magnifique tout en douceur, en poésie, en notes de musique, en couleurs différentes de fleurs. Ce livre est bouleversant, je suis heureuse de finir l'année sur une pépite.
  • mathildewm Posté le 14 Décembre 2021
    Le soir du 31 décembre, alors qu'Izumi arrive chez sa mère, la maison est vide. Il retrouve sa mère, le regard vide, sur une balançoire d'un parc voisin. Elle était partie faire les courses. En chemin, elle a oublié. Izumi se dit que c'est normal : la vieillesse, la fatigue... Quelques absences, quelques incidents plus tard, le couperet tombe : Yuriko est atteinte d'Alzheimer. Yuriko confond sa bru avec la petite voisine à qui elle donne des cours de piano, et pense que son fils va bientôt rentrer du collège... Alors qu'elle s'enfonce peu à peu dans des souvenirs auxquels elle s'accroche, lui se remémore ceux qu'il avait oublié, trop occupé à monter les échelles de sa maison de disques, à construire sa vie, à de marier... Ce sont ces deux vies qui se croisent et s'entremêlent à l'infini que l'on observe, avec pudeur et délicatesse. Enfin, un peu plus que deux... Izumi va bientôt devenir Papa. Lui qui n'a jamais connu le sien... Comment devenir parent lorsqu'on ne connait pas son histoire ? Connaissons nous jamais nos parents ? Quel lien entretenir lorsque les souvenirs s'effacent ? Un roman tout en délicatesse sur la force des liens familiaux, au-delà de... Le soir du 31 décembre, alors qu'Izumi arrive chez sa mère, la maison est vide. Il retrouve sa mère, le regard vide, sur une balançoire d'un parc voisin. Elle était partie faire les courses. En chemin, elle a oublié. Izumi se dit que c'est normal : la vieillesse, la fatigue... Quelques absences, quelques incidents plus tard, le couperet tombe : Yuriko est atteinte d'Alzheimer. Yuriko confond sa bru avec la petite voisine à qui elle donne des cours de piano, et pense que son fils va bientôt rentrer du collège... Alors qu'elle s'enfonce peu à peu dans des souvenirs auxquels elle s'accroche, lui se remémore ceux qu'il avait oublié, trop occupé à monter les échelles de sa maison de disques, à construire sa vie, à de marier... Ce sont ces deux vies qui se croisent et s'entremêlent à l'infini que l'on observe, avec pudeur et délicatesse. Enfin, un peu plus que deux... Izumi va bientôt devenir Papa. Lui qui n'a jamais connu le sien... Comment devenir parent lorsqu'on ne connait pas son histoire ? Connaissons nous jamais nos parents ? Quel lien entretenir lorsque les souvenirs s'effacent ? Un roman tout en délicatesse sur la force des liens familiaux, au-delà de la maladie et des non dits. Sur l'amour maternel aussi.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter des lecteurs numériques : 12-21
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !