En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Quand les femmes parlent d'amour

            Cherche midi
            EAN : 9782749152530
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Quand les femmes parlent d'amour
            Une anthologie de la poésie féminine

            Collection : Espaces
            Date de parution : 13/10/2016
            L’amour au féminin à travers neuf siècles d’expression poétique.

            Dans cette anthologie très personnelle, les textes émanant de femmes poètes francophones de tous horizons sont accompagnés de récits détaillés de leurs vies, souvent riches en péripéties. De ces regards de femmes sur l’amour émerge peu à peu, au sein d’un patrimoine poétique jusqu’ici essentiellement masculin, un chant singulier.
            De la...

            Dans cette anthologie très personnelle, les textes émanant de femmes poètes francophones de tous horizons sont accompagnés de récits détaillés de leurs vies, souvent riches en péripéties. De ces regards de femmes sur l’amour émerge peu à peu, au sein d’un patrimoine poétique jusqu’ici essentiellement masculin, un chant singulier.
            De la très sensuelle Béatriz de Die à la romantique Marceline Desbordes-Valmore, de la sulfureuse Renée Vivien à la pieuse Marie Noël, des « troubadouresses » aux « garçonnes » et des plumes québécoises aux plumes libanaises, ce choix offre au lecteur la chance de découvrir de grandes poétesses restées injustement ignorées. On constate en effet, une fois de plus, que dans ses jugements le « milieu littéraire » fut et demeure résolument misogyne…
            Un panorama incomparable de l’amour vu par les femmes poètes de langue française.
             

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782749152530
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Cherche midi
            15.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • lafilledepassage Posté le 13 Septembre 2018
              Objectif réussi pour cette anthologie de la poésie féminine au travers du thème de l’amour : on y découvre des poétesses inconnues ou méconnues, et on referme le livre avec l’envie urgente de dégoter d’autres trésors de ces poétesses que l’on entend décidément très peu. Déjà que la poésie n’est pas très « audible » (probablement parce que pas très « vendeuse »), alors quand il s’agit d’une auteure …. D’ailleurs, Françoise Chandernagor, qui ne rassemble ici que des poétesses nées avant la deuxième guerre mondiale, « les plus jeunes ne [devant] être jugées qu’une fois passé le temps nécessaire à la décantation », règle ses comptes avec les éditeurs et les érudits: dans sa préface, elle dénombre méticuleusement le nombre de pages consacrées aux poétesses dans les anthologies connues du grand public, le nombre de poétesses publiées dans les collections de poche de poésie, et démontre ainsi, simplement et rigoureusement, la sous-représentation des femmes en poésie. La poésie, chasse gardée de ces Messieurs. Peut-être un peu à l’image de la haute gastronomie, de la haute couture, de la direction d’orchestre, de la composition de musique classique, de la peinture, … La liste est longue, de ces disciplines artistiques –... Objectif réussi pour cette anthologie de la poésie féminine au travers du thème de l’amour : on y découvre des poétesses inconnues ou méconnues, et on referme le livre avec l’envie urgente de dégoter d’autres trésors de ces poétesses que l’on entend décidément très peu. Déjà que la poésie n’est pas très « audible » (probablement parce que pas très « vendeuse »), alors quand il s’agit d’une auteure …. D’ailleurs, Françoise Chandernagor, qui ne rassemble ici que des poétesses nées avant la deuxième guerre mondiale, « les plus jeunes ne [devant] être jugées qu’une fois passé le temps nécessaire à la décantation », règle ses comptes avec les éditeurs et les érudits: dans sa préface, elle dénombre méticuleusement le nombre de pages consacrées aux poétesses dans les anthologies connues du grand public, le nombre de poétesses publiées dans les collections de poche de poésie, et démontre ainsi, simplement et rigoureusement, la sous-représentation des femmes en poésie. La poésie, chasse gardée de ces Messieurs. Peut-être un peu à l’image de la haute gastronomie, de la haute couture, de la direction d’orchestre, de la composition de musique classique, de la peinture, … La liste est longue, de ces disciplines artistiques – socialement très valorisées - qui sont l’apanage quasiment exclusif des hommes. Si on ouvrait la porte aux talents féminins, nous aurions alors un point de vue plus complet sur la création humaine et l’imagination, et peut-être des œuvres d’art complétement différentes … Mais revenons à nos moutons. L’anthologie s’ouvre sur la toute grande Sapho (certes elle n’est pas francophone, mais comment parler de poésie féminine sans un mot sur cette immense poétesse ?). Ensuite on parcourt les siècles, depuis le Moyen Âge (j’y ai d’ailleurs découvert un Moyen Âge beaucoup moins obscurantiste et machiste que celui de mes cours d’histoire …) jusqu’à Vénus Khoury-Ghata… Tantôt romantiques (Marceline Desbordes-Valmore bien sûr), tantôt coquines. Tantôt sensuelles (Marie Dauguet, Renée Vivien, Marguerite Burnat-Provins), tantôt mystiques. Tantôt heureuses, mais le plus souvent malheureuses … Pour chaque poétesse, Françoise Chandernagor y va de son petit mot d’explication sur sa vie et son œuvre, souvent complété par des extraits d’autres poésies … Elle analyse les poèmes sous l’angle mélodique et rythmique, rappelant par-là que la poésie est d’abord écrite pour être lue à voix haute, déclamée … ce que trop peu savent encore aujourd’hui (en tout cas en Belgique, à Bruxelles, où les soirées « poésie » se comptent sur les doigts d’une main pour un mois entier, même en tenant compte des soirées slam). Mais je m’égare de nouveau. En conclusion, ne boudons pas notre plaisir, gardons dans nos journées connectées un petit moment pour soi, le temps du plaisir de quelques pages de cette anthologie. Et espérons très vite qu’il y aura d’autres anthologies consacrées à la poésie féminine francophone, sur des thèmes un peu moins bateau que l’amour …
              Lire la suite
              En lire moins
            • Nayac Posté le 23 Octobre 2017
              A lire! Pas d'un trait! Peu à peu, ou en alternant de longues rasades... et de petites lampées. Toutes savoureuses. Pourtant le point d'entrée parait un peu mince, ou du moins peu porteur d'une nouveau regard de la poésie; D’ ailleurs Françoise Chandernagor elle même mentionne dans son avant propos: "je ne suis pas sûre qu'il existe une poésie féminine différente de la poésie masculine". Et pourtant c'est un bon livre! Est avouable? le papier, la typographie mêlant noir et rouge contribuent à l'envie de se plonger dans sa lecture. Et l'on est récompensé de cet a priori positif. L’enchaînement rapide des styles nous fait voyager dans différentes poésies. les commentaires de Françoise Chandernagor viennent resituer la poétesse et son oeuvre, sans manquer de prendre parti: "je n'aime pas la poésie discursive, rhétorique, la poésie d'idées; elle pèse", et en appuyant de quelques coups de griffe (Margueritte Yourcenar; je vous laisse découvrir page 45!). Bref quelques belles pages dans un bel écrin.
            • sabine59 Posté le 7 Janvier 2017
              La critique de Piatka et le bel objet-livre, tout de rouge vêtu, m'ont donné fortement envie de me procurer cette anthologie, je me la suis offerte pour Noël, et c'est un cadeau qui me ravit... D'abord, quel intéressant avant-propos ! L'auteure explique que c'est son éditeur qui lui a proposé de réunir des poèmes écrits par des femmes en langue française. D'abord réticente, elle s'est prise au jeu et a fait des recherches.Constatation évidente: comme dans les autres domaines littéraires, la femme est fort peu représentée en poésie, en France,au contraire d'autres pays comme l'Angleterre ou la Russie.Combien d'entre elles sont tombées dans l'oubli...Cela l'a justement incitée à mener à bien ce projet. Et elle a eu raison! La poésie dite "féminine", comme elle le rappelle,n'est pas mièvrerie et romance, elle peut être philosophique, engagée. En amour, elles sont même moins sentimentales que les hommes. En mettant ces femmes-poètes ( je n'aime pas tellement le terme"poétesse"que je trouve assez condescendant...) en valeur, elle espère, comme Sappho qu"il y aura quelqu'un , un jour, pour se souvenir de nous"... L'anthologie , chronologique, présente bien sûr les femmes poètes reconnues et qui ont résisté au temps, comme Christine de Pisan, Anna... La critique de Piatka et le bel objet-livre, tout de rouge vêtu, m'ont donné fortement envie de me procurer cette anthologie, je me la suis offerte pour Noël, et c'est un cadeau qui me ravit... D'abord, quel intéressant avant-propos ! L'auteure explique que c'est son éditeur qui lui a proposé de réunir des poèmes écrits par des femmes en langue française. D'abord réticente, elle s'est prise au jeu et a fait des recherches.Constatation évidente: comme dans les autres domaines littéraires, la femme est fort peu représentée en poésie, en France,au contraire d'autres pays comme l'Angleterre ou la Russie.Combien d'entre elles sont tombées dans l'oubli...Cela l'a justement incitée à mener à bien ce projet. Et elle a eu raison! La poésie dite "féminine", comme elle le rappelle,n'est pas mièvrerie et romance, elle peut être philosophique, engagée. En amour, elles sont même moins sentimentales que les hommes. En mettant ces femmes-poètes ( je n'aime pas tellement le terme"poétesse"que je trouve assez condescendant...) en valeur, elle espère, comme Sappho qu"il y aura quelqu'un , un jour, pour se souvenir de nous"... L'anthologie , chronologique, présente bien sûr les femmes poètes reconnues et qui ont résisté au temps, comme Christine de Pisan, Anna de Noailles, Marceline Desbordes-Valmore, mais aussi des auteures méconnues , comme Marie Dauguet, Juliette Darle, Cécile Sauvage,et bien d'autres.J'ai beaucoup apprécié les biographies, émaillées de nombreuse anecdotes, remarques,qui accompagnent les poèmes. Certes, les hommes dominent en poésie, cependant j'adhère complètement à cette remarque de l'auteure:" Mais ce n'est pas une raison pour étouffer le chant, gracieux ou bouleversant, même s'il est parfois plus frêle, des femmes poètes de talent"...
              Lire la suite
              En lire moins
            • Piatka Posté le 14 Décembre 2016
              « L'amour au féminin à travers neuf siècles d'expression poétique » francophone : voilà ce qu'annonce la quatrième de couverture de cette anthologie toute de rouge vêtue, élaborée par Françoise Chandernagor à la demande de son éditeur - des textes de femmes poètes toutes nées avant la Seconde Guerre mondiale. Parti-pris de «  décantation » du temps voulu par l'auteur. Bien sûr, j'y ai retrouvé les classiques : Sappho, Louise Labbé, Marceline Desbordes-Valmore, Anna de Noailles, Christine de Pisan, Andrée Chedid, pour ne citer que les plus célèbres. J'ai découvert Marie Dauguet ou Marguerite Burnat-Provins. Mais ce qui fait tout l'intérêt de ce recueil, c'est le ton très personnel aussi bien de l'avant-propos que des biographies détaillées de chaque poète à la suite de leurs textes, fourmillant de détails permettant d'éclairer leur oeuvre. On y apprend, étonnamment, que « les poétesses sont plutôt moins sentimentales que les poètes » et que « dans leurs écrits, les poétesses semblent plus sensuelles que sexuelles ». Oui, les femmes ont moins écrit, moins osé que les hommes, ce qui n'est sans doute que le reflet de leur place dans la société au fil des siècles. Car, comme le fait remarquer l'auteur, « l'inspiration est capricieuse : quand elle frappe à la porte,... « L'amour au féminin à travers neuf siècles d'expression poétique » francophone : voilà ce qu'annonce la quatrième de couverture de cette anthologie toute de rouge vêtue, élaborée par Françoise Chandernagor à la demande de son éditeur - des textes de femmes poètes toutes nées avant la Seconde Guerre mondiale. Parti-pris de «  décantation » du temps voulu par l'auteur. Bien sûr, j'y ai retrouvé les classiques : Sappho, Louise Labbé, Marceline Desbordes-Valmore, Anna de Noailles, Christine de Pisan, Andrée Chedid, pour ne citer que les plus célèbres. J'ai découvert Marie Dauguet ou Marguerite Burnat-Provins. Mais ce qui fait tout l'intérêt de ce recueil, c'est le ton très personnel aussi bien de l'avant-propos que des biographies détaillées de chaque poète à la suite de leurs textes, fourmillant de détails permettant d'éclairer leur oeuvre. On y apprend, étonnamment, que « les poétesses sont plutôt moins sentimentales que les poètes » et que « dans leurs écrits, les poétesses semblent plus sensuelles que sexuelles ». Oui, les femmes ont moins écrit, moins osé que les hommes, ce qui n'est sans doute que le reflet de leur place dans la société au fil des siècles. Car, comme le fait remarquer l'auteur, « l'inspiration est capricieuse : quand elle frappe à la porte, si on ne lui ouvre pas tout de suite, elle s'en va ! ». Pour autant, certaines ont néanmoins été précurseurs : Marceline a inventé le romantisme avec ses Élégies et Romances dès 1819, et Marie Krysinksa le vers libre dès 1882. Mais qui le sait… Coup de coeur de fin d'année donc pour cette instructive et évidemment poétique anthologie.
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité du cherche midi éditeur
            Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com