Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823854312
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Si vulnérable

Anne COLIN DU TERRAIL (Traducteur)
Date de parution : 08/02/2018
La violence est-elle héréditaire ?
La famille Virtanen est unie, bien sous tous rapports. Les parents ont un emploi stable, leurs deux filles mènent une scolarité brillante. Ils sont sociables, serviables, avenants. Tous leurs voisins s’accordent à le dire. Pourtant, un jour, le père tue ses enfants, puis son épouse, avant de se donner la... La famille Virtanen est unie, bien sous tous rapports. Les parents ont un emploi stable, leurs deux filles mènent une scolarité brillante. Ils sont sociables, serviables, avenants. Tous leurs voisins s’accordent à le dire. Pourtant, un jour, le père tue ses enfants, puis son épouse, avant de se donner la mort.
Pour Lauri Kivi, chroniqueur judiciaire dans l’un des plus grands quotidiens d’Helsinki, cette tragédie n’est pas sans en rappeler d’autres de même nature. Il décide d’investiguer. Il étudie les cas, traque les similitudes, interroge sans relâche et découvre enfin que sous leur aspect lisse, ces familles cachaient aux yeux de tous de terribles drames. Enfant, Lauri lui-même a été marqué par la violence de son père et cette enquête réveille ses démons intérieurs. Pire, des rapports troublants semblent le lier à l’une des victimes.
Et si ces tueries familiales n’étaient pas le résultat d’une soudaine folie meurtrière mais le fait d’un tueur en série ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823854312
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Alexmotamots Posté le 11 Juillet 2021
    J’ai rarement lu de polar finlandais, et j’ai beaucoup aimé celui-ci. Nous suivons Lauri Viki, journaliste spécialiste des affaires criminelles qui décide d’écrire un article de fond sur les familicides. Cette narration première est entrecoupée de souvenirs de l’enfance de Lauri avec son frère Tuomas, son père qui les battait comme plâtre et sa mère qui subissait. Il a été brièvement marié à Paula, ils ont eu une fille Aava, mais Lauri a choisi de quitter sa famille pour leur bien. J’ai aimé me plonger dans la vie de Lauri, constaté ses efforts pour ne plus toucher une goutte d’alcool. Mais l’enquête de Lauri l’amène à se poser des questions sur ces familicides et faire sortir le loup du bois. Un roman qui m’a plongé au coeur des familles violentes et du courage des enfants pour ne pas reproduire le même schéma. L’image que je retiendrai : Celle du loup, qui fait son apparition au fil des pages, en animal ou en l’homme.
  • Tancrede50 Posté le 28 Juin 2021
    Simo Hiltunen a décidé d'avoir un héros à priori peu sympathique, pas très présentable et au caractère difficile: Lauri Kivi journaliste aux affaires criminelles d'un journal d'Helsinki. « Kivi avait besoin de violence. C'était un exutoire du mal. Qui existait en Lauri. ». Car Lauri a été un enfant battu par son père, et non protégé par sa mère alcoolique. Aujourd'hui, il n'arrive pas à pardonner à ce père odieux, devenu un vieillard sénile, et passe sa colère sur lui! Il a aussi - il y a 17 ans - abandonné sa famille alors que sa fille n'était qu'un bébé. Il va, par un pur hasard, recroiser la vie de sa fille, s'attirant au passage les foudres de son ex femme, Paula. Plus tard, c'est elle qui lui dira: « tu n'es pas une bonne personne ». Mais une tuerie familiale survient à Helsinki: un père tue ses deux enfants et sa femme, puis se suicide. En tant que journaliste, Lauri suit l'évolution de l'enquête de police. Peut-être parce qu'il a vécu dans une famille à problème, peut-être aussi parce qu'il trouve qu'il y a bien beaucoup de drames familiaux ces derniers temps, il décide d'enquêter sur les circonstances de tous ces familicides récents,... Simo Hiltunen a décidé d'avoir un héros à priori peu sympathique, pas très présentable et au caractère difficile: Lauri Kivi journaliste aux affaires criminelles d'un journal d'Helsinki. « Kivi avait besoin de violence. C'était un exutoire du mal. Qui existait en Lauri. ». Car Lauri a été un enfant battu par son père, et non protégé par sa mère alcoolique. Aujourd'hui, il n'arrive pas à pardonner à ce père odieux, devenu un vieillard sénile, et passe sa colère sur lui! Il a aussi - il y a 17 ans - abandonné sa famille alors que sa fille n'était qu'un bébé. Il va, par un pur hasard, recroiser la vie de sa fille, s'attirant au passage les foudres de son ex femme, Paula. Plus tard, c'est elle qui lui dira: « tu n'es pas une bonne personne ». Mais une tuerie familiale survient à Helsinki: un père tue ses deux enfants et sa femme, puis se suicide. En tant que journaliste, Lauri suit l'évolution de l'enquête de police. Peut-être parce qu'il a vécu dans une famille à problème, peut-être aussi parce qu'il trouve qu'il y a bien beaucoup de drames familiaux ces derniers temps, il décide d'enquêter sur les circonstances de tous ces familicides récents, en partant interviewer les survivants proches. Et si derrière ces meurtres se trouvait un tueur en série? le coeur du roman est la mise en parallèle de cette série de meurtres violents et du passé familial violent de Lauri, avec une conclusion: chaque homme est marqué par son passé familial, et son comportement - une fois adulte - en découle, sans possibilité d'échapper à cette fatalité. Car le récit est marqué par la violence, la violence familiale, mais aussi la violence gratuite d'un tueur en série. Ce tueur en série est « un loup et un prédateur ». le chapitre V commence par un extrait de l'évangile de Matthieu « Gardez vous des faux prophètes, ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups voraces ». le titre de ce roman en finnois est ‘Lampaan vaatteissa', que l'on traduit en français par ‘Dans les habits du mouton'. Ce titre fait directement référence à ce loup en chasse - le tueur en série - qui se cache dans les habits du mouton. Ce loup représente le mal absolu: tuer pour le plaisir de tuer. La Finlande est-elle une nation particulièrement violente? Il semble que oui. France info rapportait en 2019 que: « la Finlande est le deuxième pays d'Europe le plus touché par les violences conjugales ». Comme quoi derrière l'image du pays considéré comme le plus heureux au monde (en 2021), se cache une autre vérité, plus sombre. Simo Hiltunen ne fait que la révéler. Son style est direct, sans fioritures, et la lecture est aisée. Mais j'ai eu un peu de mal à m'habituer à tous ces patronymes finlandais, qui se ressemblent et qui ne permettent pas toujours d'identifier si l'intéressé est un homme ou une femme. Dommage aussi que la fin ne soit pas très vraisemblable. Mais c'est quand même un très bon polar et qui traite d'un sujet d'actualité brûlante. .
    Lire la suite
    En lire moins
  • ROUMANOFFBE Posté le 17 Mars 2021
    Un roman policier basé sur des faits réels de familicides en Finlande. Le lecteur est entraîné dans une intrigue dont le principal enquêteur est en réalité un journaliste dont la vie n'est pas un long fleuve tranquille à la base. Cette enquête sera pour lui révélatrice de ce qu'il doit expier et encore digérer de ses propres actes et de ce que sa propre famille lui a fait subir. Cette enquête est menée sur un rythme soutenu sans être un thriller cruel et sanguinaire, les faits sont déjà assez violents à l'état brut, avec des personnages diversifiés qui rendent le lecteur accro à sa lecture. Ca faisait longtemps que j'avais repéré ce livre et je suis vraiment très contente de l'avoir lu, je vous le conseille donc vivement.
  • Elusor Posté le 9 Octobre 2020
    J'ai un avis mitigé sur ce polar finlandais de Simo Hiltunen, dont c'est le premier roman. Lauri Kivi, journaliste aux affaires criminelles, enquête sur plusieurs meurtres familiaux s'étant produits dans différentes régions de la Finlande, avec pour constante un père qui tue femme et enfants et se suicide ensuite (oui je sais, encore une lecture légère). Lauri découvre que ces drames cachent peut-être plutôt, un meurtrier en série, et se lance à ses trousses... En arrière-plan, on dévoile l'enfance de notre anti-héros dans une famille où régnait la violence, ses déboires conjugaux, et sa lutte contre ses démons... J'ai adoré ce personnage de Lauri, un homme téméraire, à la langue bien pendue, opiniâtre et intelligent et qui ne se laisse pas facilement impressionner. Il m'a rappelé Bernie Gunther, le célèbre personnage de Philip Kerr. Il y a aussi dans ce polar de nombreuses réflexions sur la criminalité, l'influence de l'environnement, etc... et c'est là que j'ai décroché un peu, ces disgressions m'ont fait penser par moments à des notes d'un cours de base en criminologie, c'est maladroitement imbriqué avec le suspense, qui en souffre. Malgré tout, pas mal pour un premier roman, et très dépaysants pour moi la Finlande et... J'ai un avis mitigé sur ce polar finlandais de Simo Hiltunen, dont c'est le premier roman. Lauri Kivi, journaliste aux affaires criminelles, enquête sur plusieurs meurtres familiaux s'étant produits dans différentes régions de la Finlande, avec pour constante un père qui tue femme et enfants et se suicide ensuite (oui je sais, encore une lecture légère). Lauri découvre que ces drames cachent peut-être plutôt, un meurtrier en série, et se lance à ses trousses... En arrière-plan, on dévoile l'enfance de notre anti-héros dans une famille où régnait la violence, ses déboires conjugaux, et sa lutte contre ses démons... J'ai adoré ce personnage de Lauri, un homme téméraire, à la langue bien pendue, opiniâtre et intelligent et qui ne se laisse pas facilement impressionner. Il m'a rappelé Bernie Gunther, le célèbre personnage de Philip Kerr. Il y a aussi dans ce polar de nombreuses réflexions sur la criminalité, l'influence de l'environnement, etc... et c'est là que j'ai décroché un peu, ces disgressions m'ont fait penser par moments à des notes d'un cours de base en criminologie, c'est maladroitement imbriqué avec le suspense, qui en souffre. Malgré tout, pas mal pour un premier roman, et très dépaysants pour moi la Finlande et les Finlandais, avec notamment des expressions inusitées fort savoureuses !
    Lire la suite
    En lire moins
  • emma_x Posté le 15 Septembre 2020
    (Chronique écrite initialement en janvier 2020) Si vulnérable – Simo Hiltunen Un polar finlandais, mon premier !, pour commencer l’année ! Mordue du genre policier, surtout américain, je n’avais encore jamais sauté le pas pour le grand nord et cette première expérience est positive. La principale différence par rapport aux américains est clairement dans le rythme : il faut laisser le temps pour que s’installent l’histoire et les protagonistes principaux. Après un mois de disette littéraire, ce ralenti a été apprécié. La seconde différence est plus anecdotique : ce fut compliqué de retenir les noms des personnages ! Nous sommes donc à Helsinki et nous suivons Lauri Kivi, journaliste criminel dans un des principaux quotidiens finlandais. Lauri est amené à écrire des papiers sur un familicide : un père de famille, policier, a brusquement tué toute sa famille puis s’est suicidé. En menant son enquête, Lauri trouve d’autres histoires de meurtres familiaux avec des similitudes et se demande si les meurtres ne seraient pas l’œuvre d’un seul et même tueur. Il se replonge aussi dans les souvenirs de son enfance baignée de violences et doit une fois de plus lutter contre son côté le plus sombre. Comme je le disais, le roman est un... (Chronique écrite initialement en janvier 2020) Si vulnérable – Simo Hiltunen Un polar finlandais, mon premier !, pour commencer l’année ! Mordue du genre policier, surtout américain, je n’avais encore jamais sauté le pas pour le grand nord et cette première expérience est positive. La principale différence par rapport aux américains est clairement dans le rythme : il faut laisser le temps pour que s’installent l’histoire et les protagonistes principaux. Après un mois de disette littéraire, ce ralenti a été apprécié. La seconde différence est plus anecdotique : ce fut compliqué de retenir les noms des personnages ! Nous sommes donc à Helsinki et nous suivons Lauri Kivi, journaliste criminel dans un des principaux quotidiens finlandais. Lauri est amené à écrire des papiers sur un familicide : un père de famille, policier, a brusquement tué toute sa famille puis s’est suicidé. En menant son enquête, Lauri trouve d’autres histoires de meurtres familiaux avec des similitudes et se demande si les meurtres ne seraient pas l’œuvre d’un seul et même tueur. Il se replonge aussi dans les souvenirs de son enfance baignée de violences et doit une fois de plus lutter contre son côté le plus sombre. Comme je le disais, le roman est un peu long à démarrer (toujours cette histoire de rythme), mais une fois lancée l’histoire est prenante et on ne peut la lâcher. On sort de ce livre avec un sentiment profond de malaise par rapport à la violence sous-jacente qui est omniprésente. Certains passages décrivant la jeunesse de Lauri par exemple sont difficilement supportables mais ce qui met mal à l’aise aussi est la peinture de la société finlandaise dans son ensemble. On se sent finalement très « vulnérable » à la lecture de ce roman. En bref, je recommande ! Et ensuite … j’enchaîne avec un bon vieux Michael Connelly (on ne se refait pas !).
    Lire la suite
    En lire moins
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !