Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749152806
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Zoo Station

Cindy COLIN KAPEN (Traducteur)
Collection : Thriller
Date de parution : 13/04/2017
Jusqu’où peut-on refuser de s’engager quand le pire est à venir ?
Berlin, 1939. Ancien communiste, John Russell, travaille pour la presse anglo-saxonne. Lorsqu’un agent russe lui commande une série d’articles élogieux sur l’Allemagne nazie, destinés à la Pravda, dans le but de préparer le pacte de non-agression, Russell se montre d’abord réticent, puis accepte. Ses contacts avec Moscou et Berlin attirent... Berlin, 1939. Ancien communiste, John Russell, travaille pour la presse anglo-saxonne. Lorsqu’un agent russe lui commande une série d’articles élogieux sur l’Allemagne nazie, destinés à la Pravda, dans le but de préparer le pacte de non-agression, Russell se montre d’abord réticent, puis accepte. Ses contacts avec Moscou et Berlin attirent bientôt l’attention des services secrets anglais. Après la mort mystérieuse d’un journaliste, Russell se retrouve possesseur d’un terrible secret. Pourra-t-il rester neutre face à l'horreur qui s'annonce ?

Avec un réalisme rare et un suspense soutenu, David Downing interroge l’une des plus sombres périodes de notre histoire : peut-on refuser de s’engager quand le pire est à venir ? Ce premier volume des aventures de Russell, qui ont rendu leur auteur célèbre en Angleterre et aux États-Unis, nous invite dans l’intimité d’un héros en quête d’intégrité, que l’on sera impatient de retrouver.

« L’une des œuvres les plus intelligentes et les plus convaincantes sur l’Allemagne d’avant guerre. » Wall Street Journal

« Dans l’unité d’élite des maîtres de l’espionnage, aux côtés de Philip Kerr, David Downing excelle à évoquer les moindres détails de la marche de l’Allemagne vers la guerre. » The Washington Post
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749152806
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • rilambert Posté le 9 Janvier 2021
    1939 Berlin, John Russel, ancien communiste, journaliste anglais, divorcée d'une allemande dont il a un fils, est contacté par un agent russe pour rédiger des articles sur l'Allemagne nazie. Il va se trouver mêler à diverses histoires et il aura du mal à rester neutre. Le meurtre d'un de ses collègues américain, une famille juive qui veut fuir, l'euthanasie des handicapés... Roman passionnant et qui nous plonge au cœur du nazisme et des horreurs. Le suspens est présent tout au long du récit. Très bon roman.
  • Eroblin Posté le 10 Janvier 2020
    Quels sont les points communs entre Cay Rademacher, Luke McCallin, David Downing et Philip Kerr ? Berlin, la période nazie, des hommes qui ont tous vécus la Première guerre mondiale, enquêteurs officiels ou non qui se retrouvent confrontés à des meurtres, à la violence des nazis, etc. Russell est un journaliste d’origine anglo-américaine, ancien communiste, divorcé, père d’un garçon de 12 ans amant d’une actrice de cinéma qui vit à Berlin et qui déteste les nazis mais qui reste pour son fils. Dans ce premier tome sur les 6 (dont cinq qui ne sont pas traduits hélas !), nous sommes en 1939 et Russell sait que la guerre n’est qu’une question de temps. Dans cette période trouble, il est amené à rédiger des articles élogieux sur l’Allemagne nazie, commandés par l’URSS. Bien évidemment ses articles attirent l’attention à la fois des services allemands et anglais qui cherchent tous à utiliser Russell pour leur compte. Parallèlement, il fait connaissance avec un jeune journaliste américain qui lui avoue être sur une enquête impliquant les services médicaux de l’Allemagne, avant d’être tué. Et enfin, Russell a sympathisé avec une famille juive aux abois qu’il va aider à quitter le pays. On le voit,... Quels sont les points communs entre Cay Rademacher, Luke McCallin, David Downing et Philip Kerr ? Berlin, la période nazie, des hommes qui ont tous vécus la Première guerre mondiale, enquêteurs officiels ou non qui se retrouvent confrontés à des meurtres, à la violence des nazis, etc. Russell est un journaliste d’origine anglo-américaine, ancien communiste, divorcé, père d’un garçon de 12 ans amant d’une actrice de cinéma qui vit à Berlin et qui déteste les nazis mais qui reste pour son fils. Dans ce premier tome sur les 6 (dont cinq qui ne sont pas traduits hélas !), nous sommes en 1939 et Russell sait que la guerre n’est qu’une question de temps. Dans cette période trouble, il est amené à rédiger des articles élogieux sur l’Allemagne nazie, commandés par l’URSS. Bien évidemment ses articles attirent l’attention à la fois des services allemands et anglais qui cherchent tous à utiliser Russell pour leur compte. Parallèlement, il fait connaissance avec un jeune journaliste américain qui lui avoue être sur une enquête impliquant les services médicaux de l’Allemagne, avant d’être tué. Et enfin, Russell a sympathisé avec une famille juive aux abois qu’il va aider à quitter le pays. On le voit, beaucoup d’intrigues dans cette histoire, un peu trop peut-être, certaines auraient méritées d’être mieux exploitées notamment toute l’histoire autour de McKinley, le journaliste assassiné. Ce qu’il a découvert c’est ni plus ni moins la décision des nazis d’euthanasier les handicapés. Il me semble que cette situation aurait pu être le sujet central du roman. Mais elle n’en est qu’un élément. J’ai bien aimé en tout cas le personnage de Russell et son regard sur l’Allemagne, sur les Allemands avant que tout bascule dans la guerre. J’espère que les Editions du cherche-Midi traduiront les autres tomes. Un roman policier historique bien documenté à découvrir. Challenge Multi-défis 2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • cvd64 Posté le 29 Juin 2018
    Roman historique, policier, d'espionnage, tous les ingrédients sont présents pour nous faire passer une bonne lecture à défaut d'un bon moment tant l'atmosphère est pesante comme ces années de plomb. j'avais lu dans certaines critiques une comparaison avec les romans policiers de Philip Kerr que je n'ai pas senti ni retrouvé; ce qui n'enlève rien à 'un ou l'autre auteur
  • 1001histoires Posté le 8 Décembre 2017
    Berlin fête la fin de l'année 1938 qui semble annoncer de sombres moments pour l'Europe. Durant 1938 l'Allemagne nazie a connu la Nuit de Cristal puis le début des pires persécutions contre les juifs. John Russell est journaliste depuis quatorze ans à Berlin, une ville où se côtoient non seulement la peur mais aussi la fierté et les dérives violentes des allemands ordinaires. John Russel est aussi tiraillé, il a la double nationalité anglo-américaine mais il a été marié à une allemande et son fils Paul, onze ans, est allemand par la force des choses et membre des Jeunesses hitlériennes. John a une petite amie, Effi Koenen, une modeste actrice de cinéma et de théâtre. Alors qu'il effectue un reportage à Dantzig, John est contacté par les services secrets de l'Union Soviétique. Son correspondant lui propose, moyennant un bon salaire, de rédiger des articles sur l'Allemagne et les mentalités allemandes, à Berlin mais aussi dans les villes de province que sa profession lui permet de visiter. Il accepte, un peu par nostalgie car il a été un sympathisant du Komintern, en 1924 il a séjourné en Russie. Avec lui le lecteur se rend à Leipzig, à Kiel, à Dresde, à... Berlin fête la fin de l'année 1938 qui semble annoncer de sombres moments pour l'Europe. Durant 1938 l'Allemagne nazie a connu la Nuit de Cristal puis le début des pires persécutions contre les juifs. John Russell est journaliste depuis quatorze ans à Berlin, une ville où se côtoient non seulement la peur mais aussi la fierté et les dérives violentes des allemands ordinaires. John Russel est aussi tiraillé, il a la double nationalité anglo-américaine mais il a été marié à une allemande et son fils Paul, onze ans, est allemand par la force des choses et membre des Jeunesses hitlériennes. John a une petite amie, Effi Koenen, une modeste actrice de cinéma et de théâtre. Alors qu'il effectue un reportage à Dantzig, John est contacté par les services secrets de l'Union Soviétique. Son correspondant lui propose, moyennant un bon salaire, de rédiger des articles sur l'Allemagne et les mentalités allemandes, à Berlin mais aussi dans les villes de province que sa profession lui permet de visiter. Il accepte, un peu par nostalgie car il a été un sympathisant du Komintern, en 1924 il a séjourné en Russie. Avec lui le lecteur se rend à Leipzig, à Kiel, à Dresde, à Hambourg pour le lancement du cuirassé Bismark, dans le sud de l'Allemagne près de la frontière avec la Tchécoslovaquie et jusqu'à Cracovie en Pologne, autant de voyages instructifs effectués en train où au volant d'une Hanomag, la voiture qu'il a pu se payer, un privilège. David Downing réussit avec brio le portrait de l'Allemagne avec ce roman construit comme un reportage. Mais les activités de de John Russell attirent sur lui l'intérêt des services secrets non seulement allemands mais aussi britanniques qui le contactent. De quoi augmenter la pression qui pèse sur lui à cause d'une guerre que tout le monde sait inévitable. David Downing réussit avec brio le portrait de cette époque avec ce roman construit comme un récit d'espionnage. Un confrère journaliste américain dont John Russell était proche, meurt de manière suspecte à la gare du Zoo de Berlin, Zoo Station. Il enquêtait sur la purification de la race aryenne, sur l'euthanasie de malades incurables qui coûtent de l'argent au régime nazi. David Downing réussit avec brio à dénoncer ces horreurs avec ce récit construit comme une enquête policière. John Russell donne des leçons d'anglais à deux adolescentes juives en prévision de leur fuite inéluctable, leur père est interné au camp de concentration et centre de rééducation de Sachshausen. Avant que les déplacements des juifs ne soient interdits, John Russell va tout faire pour que la mère et ses deux filles puissent gagner l'Angleterre, il a compris qu'il faut résister et David Downing réussit avec brio à mettre en avant ces actes de résistance. Le lecteur sent que John Russell a peur, parce que ses missions sont dangereuses mais aussi parce que son fils devra rester en Allemagne lorsque le moment sera venu pour lui de rentrer en Angleterre. Il a voulu l'emmener une fois à Londres, pour que l'enfant connaisse autre chose que la propagande nazie. Ils assistent à d'autres matchs de foot que ceux du Hertha BSC Berlin, comme par exemple une confrontation entre Arsenal et Chelsea. John Russell a peur, dans le Reich à cette époque, tout le monde à peur. David Downing réussit à transformer cette peur en suspense et réussit à captiver le lecteur de bout-en-bout avec un récit foisonnant. J'attends la suite avec impatience, il reste des aventures de John Russell à traduire. Bravo et encouragements aux éditions du Cherche Midi pour cette belle découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ConfidencesLitteraires Posté le 29 Novembre 2017
    Tout d’abord, je tiens à m’excuser auprès de ce roman que j'ai fait traîner beaucoup plus longtemps qu’il ne le méritait : quand j’étale la lecture d’un livre sur plus de dix jours, j’ai du mal à l’apprécier à sa juste valeur… Il débute le 1er janvier 1939. John Russell est un journaliste anglais vivant en Allemagne, qui assiste bien malgré lui à l'antisémitisme ambiant... et se retrouve mêlé à des affaires auxquelles il ne peut rester insensible, que ce soit par éthique professionnelle ou par humanité. Si l'aspect polar-espionnage ne m'a pas du tout dérangée, au contraire, c'est parce qu’il est bien amené. Le contexte est super bien rendu, dans ses moindres détails : le U-Bahn à attendre, les matchs de foot avec son fils, le téléphone dans le hall de l'immeuble... Moi qui aime beaucoup les romans historiques, j'ai été très sensible au soin de l’auteur à aporter des éléments pittoresques à son récit ! L'action monte crescendo, jusqu'à la dernière page où l’on a des sueurs froides pour notre héros au grand cœur. Un des principaux défauts de ce roman, c’est que ses chapitres sont trop longs ! J’avais peu de temps pour lire et lire moins d’un chapitre par... Tout d’abord, je tiens à m’excuser auprès de ce roman que j'ai fait traîner beaucoup plus longtemps qu’il ne le méritait : quand j’étale la lecture d’un livre sur plus de dix jours, j’ai du mal à l’apprécier à sa juste valeur… Il débute le 1er janvier 1939. John Russell est un journaliste anglais vivant en Allemagne, qui assiste bien malgré lui à l'antisémitisme ambiant... et se retrouve mêlé à des affaires auxquelles il ne peut rester insensible, que ce soit par éthique professionnelle ou par humanité. Si l'aspect polar-espionnage ne m'a pas du tout dérangée, au contraire, c'est parce qu’il est bien amené. Le contexte est super bien rendu, dans ses moindres détails : le U-Bahn à attendre, les matchs de foot avec son fils, le téléphone dans le hall de l'immeuble... Moi qui aime beaucoup les romans historiques, j'ai été très sensible au soin de l’auteur à aporter des éléments pittoresques à son récit ! L'action monte crescendo, jusqu'à la dernière page où l’on a des sueurs froides pour notre héros au grand cœur. Un des principaux défauts de ce roman, c’est que ses chapitres sont trop longs ! J’avais peu de temps pour lire et lire moins d’un chapitre par séance de lecture, c’est difficile à vivre… #problèmedelecteur Apparemment, c'est le premier tome d'une série que Le Cherche-midi continuera d'éditer. Je suis très curieuse de découvrir la suite : comment Russel va se dépatouiller des différents services secrets qui cherchent à l'employer, est-ce que son fils va réussir à ne pas se faire trop laver le cerveau par la propagande nazie... Si vous aimez ce style de lecture ou souhaitez lire un roman se déroulant à l'époque du nazisme, je vous le conseille !
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !