Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092567036
Façonnage normé : RELIE-ALB.
Nombre de pages : 80
Format : 140 x 185 mm

Le buveur d'encre, deux histoires à dévorer - Roman Fantastique - De 7 à 11 ans

,

Collection : Premiers romans
Date de parution : 13/10/2016
Deux histoires du Buveur d'encre pour encore plus de frissons ! Un roman illustré pour les enfants de 7 à 11 ans, facile à lire tout seul et à comprendre. Une histoire rythmée et passionnante qui donne vraiment envie de lire.
L'histoire : Odilon, le fils du libraire déteste les livres. Son passe-temps favori consiste à guetter les pickpockets, qu'il encourage en pensée à le débarrasser de ces objets encombrants et pleins de feuilles. Un jour, il surprend un curieux voleur qui, muni d'une paille, avale les mots d'un livre entier. Il s'agit d'un vampire qui boit l'encre des livres...
Un roman fantastique pour les enfants de 7 à 11 ans.
EAN : 9782092567036
Façonnage normé : RELIE-ALB.
Nombre de pages : 80
Format : 140 x 185 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • magalette Posté le 5 Novembre 2021
    Un petit roman fantastique pour les 7-10 ans acheté pour le CDI du collège dans sa version pour jeunes lecteurs dyslexiques et qui permet aux élèves en difficulté de lecture (mais aussi les élèves nouvellement arrivés en France comme ceux intégrés en classe ULIS) d’avoir la possibilité de se lancer dans la lecture intégrale d’un roman, jolie victoire pour ces enfants souvent mis en échec malgré leur bonne volonté. Ce titre s’adapte plutôt bien même à un public de jeunes collégiens car simple dans son écriture, il n’en est pas pour autant bêtifiant pour de jeunes adolescents. Il met en scène Odilon dont le père est libraire. Le jeune garçon réfractaire à la passion dévorante de son père pour la lecture, passe son temps dans la librairie à traquer les pickpockets, tout à son plaisir de voir dérober ces objets de supplice pour lui. Or, aux détours d’un rayonnage, Odilon découvre les manigances d’un étrange personnage au teint blafard qui semble consommer les livres d’une bien étrange façon. Malin et audacieux, Odilon se décide à découvrir ce que cache ce drôle de client. Un roman qui aborde d’une jolie façon la thématique du plaisir de la lecture sans être pour... Un petit roman fantastique pour les 7-10 ans acheté pour le CDI du collège dans sa version pour jeunes lecteurs dyslexiques et qui permet aux élèves en difficulté de lecture (mais aussi les élèves nouvellement arrivés en France comme ceux intégrés en classe ULIS) d’avoir la possibilité de se lancer dans la lecture intégrale d’un roman, jolie victoire pour ces enfants souvent mis en échec malgré leur bonne volonté. Ce titre s’adapte plutôt bien même à un public de jeunes collégiens car simple dans son écriture, il n’en est pas pour autant bêtifiant pour de jeunes adolescents. Il met en scène Odilon dont le père est libraire. Le jeune garçon réfractaire à la passion dévorante de son père pour la lecture, passe son temps dans la librairie à traquer les pickpockets, tout à son plaisir de voir dérober ces objets de supplice pour lui. Or, aux détours d’un rayonnage, Odilon découvre les manigances d’un étrange personnage au teint blafard qui semble consommer les livres d’une bien étrange façon. Malin et audacieux, Odilon se décide à découvrir ce que cache ce drôle de client. Un roman qui aborde d’une jolie façon la thématique du plaisir de la lecture sans être pour un sou donneur de leçon. Le petit côté mystérieux intrigue le lecteur et donne envie de percer à jour le secret de ce vampire pour le moins original. De jolies illustrations et une mise en page parfaite pour ne pas rebuter les plus réfractaires, le grand plus : un récit chronologique et qui tient la route.
    Lire la suite
    En lire moins
  • nimp Posté le 6 Octobre 2021
    Ce livre est un classique de la littérature de jeunesse, régulièrement étudié en classe (et même deux années de suite dans deux écoles différentes pour ma cadette). Il est vrai que sa facilité de lecture ainsi que son intrigue ont tout pour plaire aux enfants. Le narrateur est un enfant dont on ne sait pas bien l'âge et dans lequel ils peuvent tous s'identifier. Quant à moi, par rapport à d'autres livres jeunesse, je déplore sa petite taille. Evidemment, il y a une suite...
  • CatF Posté le 15 Mai 2021
    J’ai trouvé cette histoire curieusement marrante sur ce vampire buveur d’encre. Je l’ai découvert avec ma fille à la médiathèque, nous l’avons lu toutes les deux un soir et nous l’avons dévoré à défaut de l’avoir bu… Un bon souvenir, à partager en famille ! Bonne lecture !
  • Takalirsa Posté le 21 Novembre 2020
    Je découvre la collection "Dyscool" de Nathan et je la trouve parfaitement adaptée aux petits dyslexiques et aux élèves de la remédiation lecture! Mise en page étudiée, syllabes des mots longs en couleur, code couleur pour chaque personnage dans les dialogues, passages réécrits par l'auteur, ce succès jeunesse des années 1990 trouve une seconde vie plus de vingt ans après sa première édition. Les illustrations ont un peu vieilli et l'intrigue se trouve simplifiée (j'aurais apprécié davantage de rebondissements et un approfondissement de la relation père-fils) mais la thématique reste pertinente, surtout pour des enfants ayant des difficultés à entrer dans la lecture. Bien que son père soit libraire, Odilon n'aime pas du tout lire, alors l'identification au héros est facile pour ceux-ci. Draculivre est un personnage vaguement inquiétant: "Il flotte à dix centimètres du sol" et habite dans le caveau d'un cimetière. Mais c'est en réalité un drôle de vampire qui est devenu allergique au sang et se nourrit... d'encre. Attention cependant: "L'encre liquide n'a pas de goût. Par contre, l'encre qui a vieilli sur le papier, c'est un vrai délice!". Ainsi, en donnant à Odilon "le goût de l'encre", c'est bel et bien le goût de lire qu'il lui transmet... Je découvre la collection "Dyscool" de Nathan et je la trouve parfaitement adaptée aux petits dyslexiques et aux élèves de la remédiation lecture! Mise en page étudiée, syllabes des mots longs en couleur, code couleur pour chaque personnage dans les dialogues, passages réécrits par l'auteur, ce succès jeunesse des années 1990 trouve une seconde vie plus de vingt ans après sa première édition. Les illustrations ont un peu vieilli et l'intrigue se trouve simplifiée (j'aurais apprécié davantage de rebondissements et un approfondissement de la relation père-fils) mais la thématique reste pertinente, surtout pour des enfants ayant des difficultés à entrer dans la lecture. Bien que son père soit libraire, Odilon n'aime pas du tout lire, alors l'identification au héros est facile pour ceux-ci. Draculivre est un personnage vaguement inquiétant: "Il flotte à dix centimètres du sol" et habite dans le caveau d'un cimetière. Mais c'est en réalité un drôle de vampire qui est devenu allergique au sang et se nourrit... d'encre. Attention cependant: "L'encre liquide n'a pas de goût. Par contre, l'encre qui a vieilli sur le papier, c'est un vrai délice!". Ainsi, en donnant à Odilon "le goût de l'encre", c'est bel et bien le goût de lire qu'il lui transmet (tout comme la collection espère réconcilier le petit dyslexique avec les livres). Et comme de fait, "c'était bien la première fois qu'un livre me faisait envie", s'étonne le garçonnet qui pénètre littéralement dans l'histoire en buvant ses phrases et ses paragraphes. Le voilà en train de dévorer sa lecture, au sens propre comme au figuré ("Je ne lisais pas ce qui arrivait, je le vivais"), à l'image, on l'espère, du petit dyslexique qui se découvre la capacité et le plaisir de venir à bout d'un roman tout seul. Un bel hommage au pouvoir de l'imaginaire!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Koneko-Chan Posté le 11 Septembre 2019
    Un roman pour les 7-10 ans vraiment sympa, j'aime bien l'idée du Vampire qui se nourrit d'encre et surtout de mots. La lecture a vraiment un bon goût :)
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés