Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
1803, La nuit de la sage femme
Collection : Polar
Date de parution : 18/04/2024
Éditeurs :
10/18
Nouveauté

1803, La nuit de la sage femme

Collection : Polar
Date de parution : 18/04/2024
Un mort revient à la vie et réveille ainsi de vieilles craintes d’agitation politique… La nouvelle série historique d'Anne Villemin-Sicherman !
Metz, automne 1803. Un événement secoue la ville : au cimetière de la Chambière, un mort est revenu à la vie ! Mais lorsque le commissaire Montfort arrive, l’homme expire en prononçant un... Metz, automne 1803. Un événement secoue la ville : au cimetière de la Chambière, un mort est revenu à la vie ! Mais lorsque le commissaire Montfort arrive, l’homme expire en prononçant un seul mot : « assassin ». Victoire, la femme de Montfort, est appelée au chevet de Lucienne Lacour, la veuve de l’homme à... Metz, automne 1803. Un événement secoue la ville : au cimetière de la Chambière, un mort est revenu à la vie ! Mais lorsque le commissaire Montfort arrive, l’homme expire en prononçant un seul mot : « assassin ». Victoire, la femme de Montfort, est appelée au chevet de Lucienne Lacour, la veuve de l’homme à tout faire de l’hôtel Le Pont-à-Mousson, car la jeune femme est sur le point d’accoucher. Or, c’est son mari qui a été enterré. S’agit-il d’une résurrection, comme le soutient le curé de Saint-Eucaire ? Le macchabé était-il le porteur d’un message divin que personne n’a entendu ? Ou, au contraire, s’agit-il d’un malheureux enterré vif, comme cela arrive encore trop souvent ?  Les Montfort mènent l’enquête et recueillent confidences sur confidences.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264083470
Code sériel : 05952
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782264083470
Code sériel : 05952
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mimi5751 11/05/2024
    Même si je ne lis plus aussi vite je mets 5 étoiles, d'abord l'histoire se passe dans notre bonne ville de Metz ensuite certains personnages rehaussent par leur droiture et leur volonté de remettre un peu d'ordre en Moselle l'ambiance qui régnait tout de suite après la révolution. J'aime beaucoup les livres de Mme Villemin Sicherman et j'ai appr!s que elle allait nous faire une suite à notre vétérinaire détective préféré Gabriel et c'est formidable. J'ai beaucoup aimé l'histoire : c'est la femme d'un commissaire de police qui est sage femme et qui s'est faire parler les gens (hommes et femmes) et c'est grace à elle que nous saurons ce qui s'est passé.
  • sevm57 27/03/2024
    La collection 10/18 lance un nouveau duo d’enquêteurs, la sage femme Victoire Monfort et son mari Albert commissaire, sous la plume d’Anne Villemin Sichermann, une ancienne gynécologue lauréate du prix Historia, et ce premier roman de la série est plutôt prometteur. Ce polar historique se déroule sous le Consulat, période assez peu utilisée dans la littérature du genre, et surtout il présente pour moi l’incontestable atout de se dérouler à Metz. Le roman démarre fort avec un homme qui a été enterré vivant alors qu’en parallèle la ville se prépare à accueillir Madame de Stael. Ensuite l’intrigue se déroule tranquillement et sans grande surprise, mais cela donne un roman de bonne facture et agréable à lire. Victoire est une héroïne qui a un potentiel dont on espère qu’il pourra encore plus se déployer dans les prochains livres.
  • MarionBaratin 13/02/2024
    Que de beaux personnages féminins dans cette enquête sous Napoléon! Une sage femme acceptée par ses pairs comme enseignante, épouse complice avec son commissaire de mari pour résoudre ses enquêtes : professionnelle, compétente, intelligente , déterminée, elle a la classe Victoire. La propriétaire d'un hôtel qui même son affaire à bout de bras, veuve d'un guillotiné elle fait preuve d'un grand courage, une femme forte. Enfin, Mme de Staël qui ne cesse de houspiller les hommes à coup d'arguments philosophiques pour les faire réfléchir tout en les aimant. Une belle enquête, originale dans un contexte historique bousculé par les enjeux royalistes/républicains, très sympa.
  • evergreen13 12/10/2023
    Mort, ou presque. Repéré à sa sortie, ce roman policier historique n’a pas tardé à rejoindre ma pile à lire. D’emblée j’ai été attirée par le titre, évoquant une sage-femme à une période assez peu exploitée, le Consulat. Metz, hiver 1803. En faisant route vers l’Allemagne la baronne de Staël fait une halte à Metz, à l’hôtel de Pont-à-Mousson, une halte motivée essentiellement par son intérêt pour Charles de Viliers qu’elle espérait séduire. Mme de Staël, une femme à la réputation sulfureuse, a été exilée par le premier consul qui la soupçonne d’accointances royalistes… Il faut dire que le contexte politique de 1803 est assez agité : les heures sombres de la révolution ne sont pas très loin et si Bonaparte a permis le retour de certains aristocrates en France et restauré une liberté de culte (liberté surveillée tout de même), la guerre avec l’Angleterre menace… Mais à l’hôtel de Pont-à-Mousson, c’est d’une toute autre agitation qu’il s’agit : Lucienne, la fille de la patronne, va accoucher d’un jour à l’autre et avant même de devenir mère, la voici veuve… Son mari, Maximilien Lacour a été retrouvé inanimé dans la cave de l’hôtel. Inhumé le soir même, le voici qui ressuscite… très brièvement d’ailleurs, juste le temps de prononcer un mot laissant entendre que sa mort n’avait rien de naturel. Cet évènement extraordinaire va mobiliser l’Eglise et la police, notamment le commissaire Albert Montfort dont l’épouse, Victoire, est sage-femme, mais pas que car elle va activement participer à l’enquête. Je termine ce livre avec une impression mitigée. J’ai bien aimé le contexte historique dans lequel l’auteure a inscrit son intrigue (elle a d’ailleurs conservé le calendrier révolutionnaire) : la période du Consulat, la ville de Metz, le rôle du préfet, celui des prêtres… J’ai bien aimé les chapitres consacrés à Victoire (elle rédige son journal), notamment son métier de sage-femme mais il est fort dommage qu’elle soit un peu éclipsée par Mme de Staël… J’attendais plus du côté « historico-médical », je suis déçue que l’auteure (Anne Villemin-Sicherman est gynécologue) ne l’ait pas davantage exploité. Quant au volet enquête policière, je suis vraiment restée sur ma faim, et quand je lis un polar, j’attends évidemment du suspens (au minimum). Cette enquête, je l’ai trouvée extrêmement confuse et noyée dans des intrigues parallèles qui ne m’ont pas vraiment intéressée. En refermant le livre, je me suis dis « finalement, tout ça pour ça ? ». A voir peut-être avec un second tome. Mort, ou presque. Repéré à sa sortie, ce roman policier historique n’a pas tardé à rejoindre ma pile à lire. D’emblée j’ai été attirée par le titre, évoquant une sage-femme à une période assez peu exploitée, le Consulat. Metz, hiver 1803. En faisant route vers l’Allemagne la baronne de Staël fait une halte à Metz, à l’hôtel de Pont-à-Mousson, une halte motivée essentiellement par son intérêt pour Charles de Viliers qu’elle espérait séduire. Mme de Staël, une femme à la réputation sulfureuse, a été exilée par le premier consul qui la soupçonne d’accointances royalistes… Il faut dire que le contexte politique de 1803 est assez agité : les heures sombres de la révolution ne sont pas très loin et si Bonaparte a permis le retour de certains aristocrates en France et restauré une liberté de culte (liberté surveillée tout de même), la guerre avec l’Angleterre menace… Mais à l’hôtel de Pont-à-Mousson, c’est d’une toute autre agitation qu’il s’agit : Lucienne, la fille de la patronne, va accoucher d’un jour à l’autre et avant même de devenir mère, la voici veuve… Son mari, Maximilien Lacour a été retrouvé inanimé dans la cave de l’hôtel. Inhumé le soir même, le voici qui ressuscite… très...
    Lire la suite
    En lire moins
  • elisecorbani 02/09/2023
    Une nouvelle série historique prometteuse qui s'annonce chez 10 18 avec le couple Monfort présenté par Anne Villemin Sicherman, autrice déjà aguerrie et reconnue pour ses romans portant sur la période révolutionnaire. Avec ce roman, pas de doute dès le titre : 1803, nous sommes aux débuts de l'ère bonapartiste, entre reconstitution de l'état et complots monarchistes. Certains ont retourné leur veste, d'autres espèrent les lendemains qui chantent, ou encore rêvent de rétablir l'ancien ordre. Évidemment cela créé intrigues et péripéties mais le crime n'est pas toujours politique, il touche aussi à l'intime et de ce côté l'époque n'est pas tendre non plus. En ce qui concerne l'intimité l'autrice en connaît un rayon puisqu'elle a exercé le noble métier de médecin gynécologue. Et son héroïne est une sage femme, Victoire, qui permet au lecteur de découvrir obstétrique et maïeutique, en plein essor sous l'impulsion de Bonaparte. Son époux Alfred est policier et les deux forment un couple plein de ressources pris dans les remous de l'histoire qui arrivent jusqu'en leur bonne ville de Metz, où Mme de Staël vient de débarquer sur la route de l'exil... J'ai été vivement intéressée par cette lecture qui permet d'apprendre énormément de choses (l'impressionnante bibliographie, la liste des personnes et la postface permettent de se rassurer sur ce qui est réel et fictionnel). Anne Villemin Sicherman a un esprit scientifique précis mais elle ne manque pas de malice ni d'esprit romanesque. Mon seul bémol à la lecture est peut être le sentiment que les descriptions historiques prennent parfois le pas sur l'intrigue. Mais cela ne gâche pas vraiment le plaisir. J'espère que Victoire et Alfred vont nous procurer encore de nombreux épisodes à lire, vu les rebondissements historiques qui les attendent je suis impatiente de les découvrir ! Une nouvelle série historique prometteuse qui s'annonce chez 10 18 avec le couple Monfort présenté par Anne Villemin Sicherman, autrice déjà aguerrie et reconnue pour ses romans portant sur la période révolutionnaire. Avec ce roman, pas de doute dès le titre : 1803, nous sommes aux débuts de l'ère bonapartiste, entre reconstitution de l'état et complots monarchistes. Certains ont retourné leur veste, d'autres espèrent les lendemains qui chantent, ou encore rêvent de rétablir l'ancien ordre. Évidemment cela créé intrigues et péripéties mais le crime n'est pas toujours politique, il touche aussi à l'intime et de ce côté l'époque n'est pas tendre non plus. En ce qui concerne l'intimité l'autrice en connaît un rayon puisqu'elle a exercé le noble métier de médecin gynécologue. Et son héroïne est une sage femme, Victoire, qui permet au lecteur de découvrir obstétrique et maïeutique, en plein essor sous l'impulsion de Bonaparte. Son époux Alfred est policier et les deux forment un couple plein de ressources pris dans les remous de l'histoire qui arrivent jusqu'en leur bonne ville de Metz, où Mme de Staël vient de débarquer sur la route de l'exil... J'ai été vivement intéressée par cette lecture qui permet d'apprendre énormément de choses (l'impressionnante bibliographie, la...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…