Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264074829
Code sériel : 5452
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Dernière saison dans les Rocheuses

Anne-Marie Carrière (traduit par)
Date de parution : 06/06/2019
Retour aux sources pour cette expédition de trappeurs, dans la tradition des grands romans d’aventure à l’américaine.
En 1820, aux Amériques, le commerce des fourrures est un moyen périlleux de faire fortune. À peine le jeune William Wyeth s’est-il engagé auprès de la compagnie de trappeurs la plus téméraire de l’État qu’il manque de se faire tuer. Il découvre alors la force des liens entre les hommes,... En 1820, aux Amériques, le commerce des fourrures est un moyen périlleux de faire fortune. À peine le jeune William Wyeth s’est-il engagé auprès de la compagnie de trappeurs la plus téméraire de l’État qu’il manque de se faire tuer. Il découvre alors la force des liens entre les hommes, dont la survie ne dépend que de leur solidarité. Chasse au bison, nuits passées à dormir sur des peaux de bête, confrontations aux forces de la nature ou aux tribus indiennes, la vie de trappeur est rude, mais William a soif d’aventures. Il a quitté sa famille pour le grand Ouest, sauvage et indompté. Il devra réunir plus de courage et d’habileté qu’il ait jamais cru avoir pour en sortir vivant.

« Un chef-d’oeuvre de justesse historique et de fougue romanesque. L’histoire dure et âpre d’un jeune homme qui voit ses rêves se mesurer à la réalité. »
Publishers Weekly

« Enraciné au coeur de l’Amérique, le récit intrépide de la destinée d’un homme nous révèle la force de l’essentiel… magnifiquement conçu. »
Booklist

Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Anne-Marie Carrière
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264074829
Code sériel : 5452
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un chef-d’œuvre de précision historique et une histoire passionnante… Une fable mouvementée sur la confrontation entre les rêves d’un jeune homme et la réalité, doublée d’une intrigue divertissante sur l’univers des trappeurs. »
 
Publishers Weekly
« Un superbe roman américain sur la ruée vers l’Ouest… Une immersion géniale dans le passé.» 
Kirkus Review
Une nature hostile, des tribus d'Indiens, des paysages à couper le souffle...plongez dans l'Ouest sauvage aux côtés de William, jeune trappeur. Au delà d'être un excellent roman d'aventure, cette histoire dépayse, et offre une belle leçon de vie.
Sarah B. / Libraire @ttitude

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SabrinaTrublet Posté le 28 Août 2021
    Dernière saison dans les Rocheuses. Shannon BURKE Dans les années 1820 en Amérique le meilleur moyen de se faire de l’argent c’est d’être trappeur pour revendre de belles fourrures de castors ou de bisons. Bon c’est aussi le meilleur moyen de se faire tuer… Mais William Wyeth est un jeune homme qui décide de tenter sa chance et rejoint l’équipe d’Henry Layton à la réputation sulfureuse. Blessé dès le début de cette périlleuse entreprise Wyeth va découvrir ce qui fait le sel d’une telle aventure : la camaraderie, la solidarité mais aussi la trahison et la manipulation. Le froid et la faim à certains moments. Le courage face à un ours menaçant. La stratégie et la cohésion de groupe lorsque les indiens attaquent. Et la peur aussi. D’autant plus qu’il a promis à sa belle d’être revenu au printemps suivant sans quoi elle considérera leurs fiançailles rompues. C’est un pari qu’il décide de tenir car son envie d’aventure surpasse tout le reste. Un incroyable roman de nature writing avec des hommes courageux mais aussi barbares à leurs heures. J’ai beaucoup beaucoup aimé ce roman sous forme des mémoires de William. Le fait que ce soit un journal nous inclut vraiment dans la vie de ce jeune homme, on vit cette incroyable aventure par... Dernière saison dans les Rocheuses. Shannon BURKE Dans les années 1820 en Amérique le meilleur moyen de se faire de l’argent c’est d’être trappeur pour revendre de belles fourrures de castors ou de bisons. Bon c’est aussi le meilleur moyen de se faire tuer… Mais William Wyeth est un jeune homme qui décide de tenter sa chance et rejoint l’équipe d’Henry Layton à la réputation sulfureuse. Blessé dès le début de cette périlleuse entreprise Wyeth va découvrir ce qui fait le sel d’une telle aventure : la camaraderie, la solidarité mais aussi la trahison et la manipulation. Le froid et la faim à certains moments. Le courage face à un ours menaçant. La stratégie et la cohésion de groupe lorsque les indiens attaquent. Et la peur aussi. D’autant plus qu’il a promis à sa belle d’être revenu au printemps suivant sans quoi elle considérera leurs fiançailles rompues. C’est un pari qu’il décide de tenir car son envie d’aventure surpasse tout le reste. Un incroyable roman de nature writing avec des hommes courageux mais aussi barbares à leurs heures. J’ai beaucoup beaucoup aimé ce roman sous forme des mémoires de William. Le fait que ce soit un journal nous inclut vraiment dans la vie de ce jeune homme, on vit cette incroyable aventure par procuration… Et je trouve la couverture magnifique !
    Lire la suite
    En lire moins
  • ramettes Posté le 31 Mai 2021
    On entre immédiatement au cœur de l’histoire. Les protagonistes principaux sont vite en place et même s’il va y avoir des périodes de séparation on va les retrouver à différentes étapes de leur vie. Certains vivront plus longtemps que d’autres. Le narrateur est William Wyeth, c’est donc à travers ses yeux que l’on va découvrir les différents modes de vie et les paysages très variés. On pourrait classer ce roman dans les romans d’aventure, voir de la nature writting mais dans tous les cas c’est un roman de formation. La couverture nous renvoi à des paysages clames et isolés. Pour ce qui est isolé ça l’est mais calme non. Trop d’enjeux différents et de brassage de populations aux besoins et aux mœurs différentes. On est dans une période de violence et de prise de pouvoir entre anglais, américains et indiens. Forces inégales. La violence c’est aussi ce qui régit le monde des trappeurs. Pourtant ils forment une force lorsqu’il faut s’entraider. On le voit notamment lorsque William est gravement blessé. Il va être soigné et porté vers un lieu ou on peut s’occuper de lui. On découvre le fameux rêve américain, celui de tous les possibles. Où les hommes sont capables du meilleur... On entre immédiatement au cœur de l’histoire. Les protagonistes principaux sont vite en place et même s’il va y avoir des périodes de séparation on va les retrouver à différentes étapes de leur vie. Certains vivront plus longtemps que d’autres. Le narrateur est William Wyeth, c’est donc à travers ses yeux que l’on va découvrir les différents modes de vie et les paysages très variés. On pourrait classer ce roman dans les romans d’aventure, voir de la nature writting mais dans tous les cas c’est un roman de formation. La couverture nous renvoi à des paysages clames et isolés. Pour ce qui est isolé ça l’est mais calme non. Trop d’enjeux différents et de brassage de populations aux besoins et aux mœurs différentes. On est dans une période de violence et de prise de pouvoir entre anglais, américains et indiens. Forces inégales. La violence c’est aussi ce qui régit le monde des trappeurs. Pourtant ils forment une force lorsqu’il faut s’entraider. On le voit notamment lorsque William est gravement blessé. Il va être soigné et porté vers un lieu ou on peut s’occuper de lui. On découvre le fameux rêve américain, celui de tous les possibles. Où les hommes sont capables du meilleur ou du pire. Nouvelles opportunités pour essayer de faire fortune à la seule force de son courage. Et quand est-il de l’amour ? là aussi tout est possible. Je ne vais pas vous en dire plus. J’ai été transporté dans une autre époque et un autre monde deux cent ans en arrière. Une bonne lecture pour voyageur immobile.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SilverSurfer0137 Posté le 27 Juillet 2020
    Retour aux sources des romans d'aventure. Ici dans l'ouest américain avec trappeurs, indiens, chevaux.... A lire d'urgence
  • wooter Posté le 9 Juillet 2020
    Attiré par un titre évocateur assorti à une couverture soignée, il ne me manquait plus que la toque de castor pour lire avec alacrité les aventures de chasseurs de fourrure. Evidemment, j'ai beaucoup trop d'affection pour nos copains les animaux pour oser porter la fourrure d'un rongeur, c'est donc avec une calvitie naissante que j'ai attaqué ce roman. C'est donc sur une bagarre sur les quais qui sert d'introduction plutôt croustillante que s'ouvre ce roman, j'aurais bien mis un ticket de 20 balles sur un des deux types mais la flicaille arrive avant la fin du combat et c'est donc dépité que je reprends la lecture, n'ayant pu rembourser l'achat de ce joli bouquin. On fait la connaissance du héros jeune, assoiffé d'aventures et motivé à accumuler des peaux d'animaux morts pour assurer ses vieux jours, et on découvre aussi d'autres gonzes aux caractères bien trempés qui repointeront le bout de leur toque plus tard dans l'histoire. L’écriture est précise et pragmatique, et maintient un rythme soutenu dans le déroulement des nombreuses péripéties et actions dont regorge l'histoire. Peut être est-elle un poil -de fourrure- trop polie et concise certaines fois mais j'ai certainement pris des goûts de luxe avec Larry... Attiré par un titre évocateur assorti à une couverture soignée, il ne me manquait plus que la toque de castor pour lire avec alacrité les aventures de chasseurs de fourrure. Evidemment, j'ai beaucoup trop d'affection pour nos copains les animaux pour oser porter la fourrure d'un rongeur, c'est donc avec une calvitie naissante que j'ai attaqué ce roman. C'est donc sur une bagarre sur les quais qui sert d'introduction plutôt croustillante que s'ouvre ce roman, j'aurais bien mis un ticket de 20 balles sur un des deux types mais la flicaille arrive avant la fin du combat et c'est donc dépité que je reprends la lecture, n'ayant pu rembourser l'achat de ce joli bouquin. On fait la connaissance du héros jeune, assoiffé d'aventures et motivé à accumuler des peaux d'animaux morts pour assurer ses vieux jours, et on découvre aussi d'autres gonzes aux caractères bien trempés qui repointeront le bout de leur toque plus tard dans l'histoire. L’écriture est précise et pragmatique, et maintient un rythme soutenu dans le déroulement des nombreuses péripéties et actions dont regorge l'histoire. Peut être est-elle un poil -de fourrure- trop polie et concise certaines fois mais j'ai certainement pris des goûts de luxe avec Larry MacMurtry et l'incomparable Lonesome Dove ou le temps est pris de décrire l'action de manière soignée et croustillante. Ayant récemment joué à Red Dead Redemption 2 qui se situe dans la même époque de conquête de ces grands espaces vierges gorgés de ressources par des cow-boys un peu crassous et archi demerdars , je n'ai eu aucun mal à m'imaginer les paysages et personnages dépeints. Mis à part le défilement rapide des nombreuses actions qui ne laisse pas assez de temps pour la digestion de celles-ci, ou alors c'est le pigeon unijambiste parisien qui ne passe pas ?! J'ai beaucoup savouré les dialogues et adoré la fin particulièrement bien sentie et émouvante . Les personnages sont également bien travaillés il faut le souligner. La plupart sont très attachants et l'esprit de camaraderie indispensables dans ces contrées reculées ne peut que nous inviter à les apprécier. L'aspect historique y est aussi abordé par de subtiles petites touches qui m'ont fait surmonter ma flemme de trappeur de centre commercial, afin de me documenter sur quelques éléments. Rassurez vous les flemmards, on vit aussi très bien le bouquin en esquivant les recherches :) Bon je vous laisse mes marshmallows sont entrain de cramer sur mon briqu- mon feu de camp et je retourne m'allonger sur mon plaid en synthétique.. ma peau d'ours pardon.
    Lire la suite
    En lire moins
  • eemmaabooks Posté le 6 Juin 2020
    Une plongée dans les vastes plaines enneigées de l’Ouest américain. Dans une brigade de trappeurs, William Wyeth a dû quitter sa bien-aimée pour chevaucher l’Ouest sauvage et partir à la conquête de son rêve d’aventure. Une plongée romanesque à la recherche des fourrures de castors qui se vendront à bon prix sur la marché de Saint-Louis. Si vous êtes en quête de gloire et de richesses, si vous arrivez à sauver votre scalp, à survivre aux embuscades des Indiens, à montrer votre bravoure pendant la chasse au bison, et à revenir sain et sauf des rudes campagnes de chasses hivernales vous pourrez faire fortune et votre nom sera loué. Une formidable épopée dans l’ouest sauvage, un dépaysement total, un grand roman d’aventure qui se dévore et qui m’a emmené loin. Un peu au style du film « the revenant » de Inarritu. Certains disent qu’il leur rappelle une pâle version de « Lonesome Dove » (nouveau roman à découvrir donc). Je vous le conseille!
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !