Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262083373
Code sériel : TEMP
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 704
Format : 108 x 177 mm

Du Guesclin

Collection : Tempus
Date de parution : 06/02/2020
La biographie du héros par excellence, figure essentielle de la guerre de Cent Ans.
Petit hobereau d’origine bretonne, Bertrand Du Guesclin (1320-1380) offre un exemple édifiant de sauveur improbable. Progressivement révélé par ses coups de main en Brocéliande, ses exploits héroïcomiques sur les remparts de Melun, sa victoire de Cocherel et son aventure espagnole, il est le « bon connétable » qui bouta les Anglais hors... Petit hobereau d’origine bretonne, Bertrand Du Guesclin (1320-1380) offre un exemple édifiant de sauveur improbable. Progressivement révélé par ses coups de main en Brocéliande, ses exploits héroïcomiques sur les remparts de Melun, sa victoire de Cocherel et son aventure espagnole, il est le « bon connétable » qui bouta les Anglais hors de France. Mais au-delà des images d’Épinal maintes fois ressassées, est-on sûr de connaître cet enfant d’une période agitée, parcourue par la peste noire et la guerre, emplie de morts mais propice aux ascensions fulgurantes et qui donnera naissance à l’État moderne ? Les recherches récentes permettent de mieux saisir le personnage dans son époque, de l’observer se mouvoir au sein de puissants réseaux de fidélité et de protection, de le deviner avide de gloire et soigneux de sa renommée. Jusqu’à tordre les faits pour embellir son histoire ? D’autres s’en chargeront. Du Guesclin est en définitive un personnage multiple et façonné par les textes, dépassé dès son vivant par sa propre légende, et que certains commentateurs érigeront, dès sa mort, en concurrent du roi. Son gisant, commandé par Charles V, se trouve dans la basilique royale de Saint-Denis, aux côtés de celui de ce roi de France qui lui a remis son épée de connétable.

« Un chef-d’œuvre, érudit et fascinant. » Les Affiches de Normandie.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262083373
Code sériel : TEMP
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 704
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sarindar Posté le 4 Octobre 2016
    Du Gesclin, vie et fabrique d'un héros médiéval de Thierry Lassabatère est le livre qui reprend et prolonge en 2015 le travail de Bernard Guenée, Du Guesclin et Froissart, la fabrication de la renommée, paru en 2008. Il fait suite aussi à la biographie du héros breton écrite par Georges Minois. Tout ce courant d'analyse critique est né des réflexions livrées par Philippe Contamine dans un ancien numéro de la revue L'Histoire, article dans lequel ce membre de l'Institut remettait en question l'image surfaite du connétable. Comment ne pas finir par prendre en défaut ce Bertrand du Guesclin, né vers 1320 et mort en 1380, fidèle serviteur de la France et du prétendant poussé par les Valois vers le trône ducal de Bretagne, Charles de Blois, malheureux adversaire de Jean de Montfort, et tué lors de la bataille d'Auray ? Pour les Bretons "bretonnants", Du Guesclin est celui qui s'est placé dans le mauvais camp, et son impossibilité d'agir en 1379 face au retour triomphal des Montfort en Bretagne l'a mis en porte-à-faux aussi bien avec ces derniers qu'avec son souverain et seigneur, le roi de France, Charles V dit le Sage, qui en avait fait son connétable. Comme on le voit,... Du Gesclin, vie et fabrique d'un héros médiéval de Thierry Lassabatère est le livre qui reprend et prolonge en 2015 le travail de Bernard Guenée, Du Guesclin et Froissart, la fabrication de la renommée, paru en 2008. Il fait suite aussi à la biographie du héros breton écrite par Georges Minois. Tout ce courant d'analyse critique est né des réflexions livrées par Philippe Contamine dans un ancien numéro de la revue L'Histoire, article dans lequel ce membre de l'Institut remettait en question l'image surfaite du connétable. Comment ne pas finir par prendre en défaut ce Bertrand du Guesclin, né vers 1320 et mort en 1380, fidèle serviteur de la France et du prétendant poussé par les Valois vers le trône ducal de Bretagne, Charles de Blois, malheureux adversaire de Jean de Montfort, et tué lors de la bataille d'Auray ? Pour les Bretons "bretonnants", Du Guesclin est celui qui s'est placé dans le mauvais camp, et son impossibilité d'agir en 1379 face au retour triomphal des Montfort en Bretagne l'a mis en porte-à-faux aussi bien avec ces derniers qu'avec son souverain et seigneur, le roi de France, Charles V dit le Sage, qui en avait fait son connétable. Comme on le voit, tout dépend du point de vue où l'on se place, et l'excès de popularité dont le personnage a joui en France de son vivant et aussitôt après sa mort, où le "trouvère" Cuvelier lui a consacré, entre 1380 et 1387, une Chanson de 23000 vers, déclinée en deux versions, n'empêche pas que l'on se pose de nombreuses questions à son sujet. La première est sans doute de savoir si l'on n'a pas exagéré ses traits de bravoure (même si son courage et son audace sont prouvés) et s'il n'était pas excessif de l'ajouter au Neuf Preux qui existaient déjà dans l'imaginaire médiéval français ? Toute l'histoire de Du Guesclin est relue par Thierry Lassabatère sous l'angle de la légende et de la littérature - une littérature qui n'a cessé de lui tresser des couronnes de laurier jusque sous la Troisième République qui vantait son esprit de ruse en même temps que son tempérament chevaleresque mis au service de la reconquête du territoire français sur les Anglais en pleine guerre de Cent Ans. C'est un fait que l'on ne peut réduire le rôle de Du Guesclin à la part qu'il prit dans ce que l'on a appelé la guerre de Succession de Bretagne : celui que l'on surnomme le Dogue noir de Brocéliande est aussi l'homme qui en juin 1359 a eu l'occasion de s'illustrer devant le Dauphin, le futur Charles V, lors du siège de Melun ; il est celui qui, en avril 1364 permet, grâce à la victoire remportée sur les forces navarro-normandes conduites par le Captal de Buch, Jean de Grailly, de conforter le couronnement de Charles V à Reims ; il est celui qui grignote le territoire pris par les Anglais après la signature du désastreux traité de Brétigny et qui commande les armées françaises, peut-être à égalité avec les princes du sang et grands seigneurs du royaume ; il est celui qui conduisit, lors des trêves franco-anglaises les Grandes Compagnies, ces redoutables guerriers qui terrorisaient les campagnes et les bourgs lorsqu'ils n'étaient pas employés par l'un des deux belligérants, en terre castillane, royaume divisé entre deux prétendants, Pierre le Cruel soutenu par les Anglais et Henri de Transtamare, aidé par Charles V ; il est celui que le roi récompensa pour son action de l'épée de connétable ; il y a tant de faits où il s'est illustré et où son nom est cité que la légende et l'Histoire ne pouvaient que s'emparer de sa personne et de son nom. Thierry Lassabatère n'oublie rien de sa geste, mais il montre comment sa mémoire, entretenue par les uns, contestée par d'autres, ne laisse pas après la disparition de Du Guesclin que des admirateurs et que l'action de cet homme et le mythe qui est né de son vivant et développé après sa mort mérite d'être passé au crible de la critique historique. François Sarindar, auteur de : Jeanne d'Arc, une mission inachevée (2015)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Chasto Posté le 15 Décembre 2015
    Histoire d'un vilain petit canard, qui, par sa force de persuasion, su exister et être celui que personne n'osait croire.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…