En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Erwin Rommel

            Perrin
            EAN : 9782262035051
            Code sériel : 377
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 672
            Format : 108 x 177 mm
            Erwin Rommel

            Collection : Tempus
            Date de parution : 24/02/2011

            L'histoire méconnue d'un soldat d'exception au service d'un régime criminel.

            Erwin Rommel est sans doute le plus connu des  généraux allemands de la Seconde Guerre mondiale. Plus de soixante ans après sa mort, il personnifie souvent le soldat qui inspire le respect aussi bien pour sa maîtrise de l’art de la guerre que pour s’être montré réservé à l’égard du...

            Erwin Rommel est sans doute le plus connu des  généraux allemands de la Seconde Guerre mondiale. Plus de soixante ans après sa mort, il personnifie souvent le soldat qui inspire le respect aussi bien pour sa maîtrise de l’art de la guerre que pour s’être montré réservé à l’égard du régime hilérien.
            Or, à la lumière des archives et de récentes recherches parues pour la plupart en langue allemande, il convient de remettre en question cette image apologétique. En réalité, Rommel a été un partisan convaincu de Hitler, et sa gloire est redevable d’une part à la propagande nazie qui a fait de lui un "dieu de la guerre" issu du peuple, d’autre part à l’adversaire britannique qui lui prêta des qualités presque surnaturelles. C’est l’histoire démystifiée d’un soldat d’exception au service d’un régime criminel que raconte ce livre.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782262035051
            Code sériel : 377
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 672
            Format : 108 x 177 mm
            Perrin
            12.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • zenzibar Posté le 16 Octobre 2014
              Les dirigeants nazis furent des psychopathes sanguinaires et ne valaient pas la corde pour les pendre même si ce constat ne dédouane pas de méditations sur la banalité du mal. Deux responsables se singularisent toutefois et offrent un profil plus complexe, Albert Speer et Erwin Rommel. Au cas d’espèce il s’agit d’une biographie de Rommel Contrairement à certains raccourcis, Rommel, fut très proche de Hitler, adhérant à sa doctrine précocement. En retour il fut le général préféré du führer au point que ce dernier lui « offrit » une mort avec les honneurs, digne d’une tragédie grecque. Car Rommel aurait pu avoir un destin à la Bonaparte, à la Jules César, il n’a pas osé franchir le Rubicon. A priori Rommel a eu la chance, dans le contexte de ce conflit abominable, de pratiquer une « guerre propre » en France, et surtout dans le désert où son mythe de dieu de la guerre se forgea, non sans quelques fondements. On concédera qu’il y fit preuve d’un talent de stratège qui le place au panthéon des plus grands experts en la matière : Hannibal, Napoléon, Alexandre…Avec des moyens très inférieurs il réussit non seulement des combats victorieux, avec comme point d'orgue la prise... Les dirigeants nazis furent des psychopathes sanguinaires et ne valaient pas la corde pour les pendre même si ce constat ne dédouane pas de méditations sur la banalité du mal. Deux responsables se singularisent toutefois et offrent un profil plus complexe, Albert Speer et Erwin Rommel. Au cas d’espèce il s’agit d’une biographie de Rommel Contrairement à certains raccourcis, Rommel, fut très proche de Hitler, adhérant à sa doctrine précocement. En retour il fut le général préféré du führer au point que ce dernier lui « offrit » une mort avec les honneurs, digne d’une tragédie grecque. Car Rommel aurait pu avoir un destin à la Bonaparte, à la Jules César, il n’a pas osé franchir le Rubicon. A priori Rommel a eu la chance, dans le contexte de ce conflit abominable, de pratiquer une « guerre propre » en France, et surtout dans le désert où son mythe de dieu de la guerre se forgea, non sans quelques fondements. On concédera qu’il y fit preuve d’un talent de stratège qui le place au panthéon des plus grands experts en la matière : Hannibal, Napoléon, Alexandre…Avec des moyens très inférieurs il réussit non seulement des combats victorieux, avec comme point d'orgue la prise de Tobrouk mais aussi des retraites sur des milliers de kms dans des conditions extrêmes où il put non seulement éviter une déroute mais sauver le gros de ses forces. En revanche, Rommel échoua dans sa mission, fort heureusement, de mettre en échec le débarquement en Normandie. Certes, cette responsabilité est partagée et en toutes hypothèses la supériorité des moyens humains et matériels des Alliés rendaient sa tache quasi impossible. Il n’en demeure pas moins que son sens tactique, jusque là hors norme, fut pris en défaut. Il était persuadé que le débarquement aurait lieu dans le Nord Pas de Calais, même après le 06 juin il s’entêta à faire garder des forces importantes dans cette région dans l’attente chimérique du « vrai » débarquement. Si les hasards de la guerre lui épargnèrent de se salir les mains dans la guerre d’extermination en URSS, si au cours de la guerre du désert il n’y eu pas de massacres de masse et les prisonniers furent globalement traités correctement, si, sans doute Rommel n’avait pas la tripe sanguinaire, l’essai de Lemay rappelle que le renard du désert ne fut pas pour autant une sorte d’objecteur de conscience, loin s’en faut. Il participa à la campagne de Pologne de 1939 au cours de laquelle les premières exterminations de masse furent pratiquées, il semble avéré que Rommel ne fit pas partie de ces généraux qui protestèrent contre ces exactions qu‘il n’a pas pu ne pas voir. Carriériste, il devait ses fulgurantes promotions à la protection d‘Hitler, ce qui lui permit de compenser son non appartenance à la caste des aristocrates prussiens. Il fut aussi starisé comme aucun autre chef militaire par la propagande nazie, ce qui flattait son ego. Dans ce contexte, reconnaissant envers son führer qui le fascinait tant, il lui resta fidèle jusqu’au bout, Il refusa de participer au complot de juillet 1944 alors qu’il avait été approché à plusieurs reprises. Fort d’une popularité sans égale dans le peuple allemand et alors que dans différents milieux on n’était prêt à le désigner comme le nouveau dirigeant de l’Allemagne, Rommel aurait pu forcer le destin. Si l’assassinat de Rommel d’Hitler ne fit pas partie de ses réflexions, il semble qu’il songeait sérieusement à « ouvrir » le front à l’Ouest, laisser passer les Alliés ; cette initiative conjuguée à la réussite de l’attentat du 20 juillet auraient pu modifier le cours de l’histoire, ne serait-ce qu’en évitant des millions de morts supplémentaires. Dans cette biographie essentielle pour qui s’intéresse à cette période capitale, on relèvera néanmoins deux insuffisances dans ce livre : l’absence d’illustrations, cartes, documents qui aident à la compréhension des opérations militaires parfois difficiles à suivre avec ces flux et reflux d’opérations, et le faible développement dans le récit de l’action de Rommel pendant la campagne de Normandie
              Lire la suite
              En lire moins

            Ils en parlent

            Une biographie épatante du général allemand battant en brèche la plupart des nobles idées reçues à son sujet.
            Le Point
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com