Lisez! icon: Search engine

La Grande Guerre

Perrin
EAN : 9782262074432
Code sériel : 709
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm
La Grande Guerre
Fin de monde, début d'un siècle

Collection : Tempus
Date de parution : 04/01/2018
« Menée selon une démarche d'historien cette synthèse remarquable permet de comprendre cette période charnière sans privilégier une seule approche et sans se cantonner au territoire européen. » Le Figaro Histoire
Le conflit mondial de 1914-1918 ouvre tragiquement le xxe siècle. Sondant les mentalités, l’action des chefs comme des humbles, des civils comme des militaires, interrogeant les attitudes de ceux qui décident, autant que de ceux qui vivent la guerre dans le froid des usines ou dans la boue des tranchées, François... Le conflit mondial de 1914-1918 ouvre tragiquement le xxe siècle. Sondant les mentalités, l’action des chefs comme des humbles, des civils comme des militaires, interrogeant les attitudes de ceux qui décident, autant que de ceux qui vivent la guerre dans le froid des usines ou dans la boue des tranchées, François Cochet englobe toutes les dimensions de ce conflit total. Synthèse d’ampleur refusant de céder à une lecture partisane et exclusivement hexagonale, l’ouvrage répond ainsi à toutes les questions sur cet affrontement dantesque.

« Ce livre demeure la meilleure synthèse disponible en français sur ce qui fut la première hyperguerre. »
XXe Siècle
 
« Menée selon une démarche d’historien, cette synthèse remarquable permet de comprendre cette période charnière. »
Le Figaro Histoire
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262074432
Code sériel : 709
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Un récit subtil et passionnant.
Le Figaro Histoire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bougnadour Posté le 13 Septembre 2018
    Pour qui veut s'intéresser à la Grande Guerre en cette année de centenaire, voilà un ouvrage complet, clair et assez pédagogique. Bien sûr l'évènement étant mondial et avec de nombreuses dimensions il est frustrant que des questions passionnantes ne soient qu'effleurées. De même la compréhension historique évolue et des controverses existent mais l'auteur ne les développe pas. A l'inverse l'ouvrage n'est jamais ennuyeux et donne une bonne vision d'ensemble, très factuelle, dans un style agréable.
  • Davalian Posté le 13 Février 2014
    Malgré une bibliographie bien fournie, François Cochet est un historien méconnu, ou du moins qui ne partage pas, et de loin, la tête d'affiche. Cela est bien est dommage car il propose une approche de la Grande Guerre qui se différencie de celle posée par les historiens de Péronne. Bien qu'elles soient plus tendres avec Jean-Jacques Becker, ses critiques à l'égard de Stéphane Audoin-Rouzeau (le frère de Fred Vargas) sont bien senties. Le choix est ici fait de prendre ses distances avec le concept de guerre totale (et la vision de George Mosse). Un paradigme osé et qui se tient. Les arguments proposés sont pertinents mais ils ont bien du mal à égratigner une conception pourtant acceptée par tous. Du thème sur l'acceptation ou de la résignation, il n'est que peu question ici. Comme le laisse entendre le sous-titre, ce livre englobe toute la guerre. Il faut donc bien faire quelques choix. L'approche culturelle emprunte plus à Maurice Vaïsse qu'au grand pape Jean-François Sirinelli. Assurément ces passages-là sont les meilleurs. D'autres sont tout aussi bons : l'on sent la plume de l'historien militaire qui maitrise son sujet et parvient à se contenir pour ne pas en dire trop. D'ailleurs le... Malgré une bibliographie bien fournie, François Cochet est un historien méconnu, ou du moins qui ne partage pas, et de loin, la tête d'affiche. Cela est bien est dommage car il propose une approche de la Grande Guerre qui se différencie de celle posée par les historiens de Péronne. Bien qu'elles soient plus tendres avec Jean-Jacques Becker, ses critiques à l'égard de Stéphane Audoin-Rouzeau (le frère de Fred Vargas) sont bien senties. Le choix est ici fait de prendre ses distances avec le concept de guerre totale (et la vision de George Mosse). Un paradigme osé et qui se tient. Les arguments proposés sont pertinents mais ils ont bien du mal à égratigner une conception pourtant acceptée par tous. Du thème sur l'acceptation ou de la résignation, il n'est que peu question ici. Comme le laisse entendre le sous-titre, ce livre englobe toute la guerre. Il faut donc bien faire quelques choix. L'approche culturelle emprunte plus à Maurice Vaïsse qu'au grand pape Jean-François Sirinelli. Assurément ces passages-là sont les meilleurs. D'autres sont tout aussi bons : l'on sent la plume de l'historien militaire qui maitrise son sujet et parvient à se contenir pour ne pas en dire trop. D'ailleurs le style en lui-même se laisse agréablement lire. Comme un roman ? N'exagérons pas pour autant... Le système de notes est en revanche pour le moins perfectible. De même, quelques illustrations (autres que des cartes) auraient été les bienvenues. L'ensemble constitue un bon ouvrage qui peut assez facilement séduire un large public. Avec l'ouverture de la période du centenaire, de nombreux ouvrages viennent occuper les étals des librairies. Ce livre est un très bon choix : agréable, scientifique, engagé et accessible au plus grand nombre (il est nécessaire de disposer d'un minimum de connaissances historiques pour l'apprécier à sa juste valeur toutefois). Il s'agit également d'un bon choix pour démarrer une approche historiographique, car les débats sont menés ici avec grand train !
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…