Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262023973
Code sériel : 118
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

La Guerre de Trente Ans

1618-1648

Date de parution : 09/02/2006

Une guerre aux conséquences capitales dans la formation de l'Europe actuelle.

Henry Bogdan s'est attaché à donner, dans un volume relativement concis, une vision globale, aussi claire que possible, de cet immense cataclysme qui mit à feu et à sang une grande partie de l'Europe. Il s'est gardé de privilégier, comme le font généralement les historiens français, la participation de la...

Henry Bogdan s'est attaché à donner, dans un volume relativement concis, une vision globale, aussi claire que possible, de cet immense cataclysme qui mit à feu et à sang une grande partie de l'Europe. Il s'est gardé de privilégier, comme le font généralement les historiens français, la participation de la France qui n'intervint militairement que seize ans après le début du conflit dont le théâtre principal fut le Saint Empire romain et germanique. Religieuse à l'origine, la guerre de Trente Ans est partie de la Bohême où se déroulèrent les deux événements détonateurs : la défenestration de Prague par les protestants en 1618 et la célèbre défaite, à la Montagne Blanche, de ces derniers qui refusaient de reconnaître l'empereur Ferdinand II. Les affaires de Bohême dégénérèrent en un interminable affrontement entre l'empereur catholique et certains princes protestants du Saint Empire, ce qui entraîna l'intervention en Allemagne des souverains protestants du Nord (Danemark et Suède), soutenus financièrement par la France de Richelieu et de Louis XIII, ceux-ci ayant intérêt à la défaite de l'empereur. C'est en 1634-1635 que Richelieu intervint ouvertement à la fois contre les Impériaux et contre l'Espagne. Dès lors, le conflit franco-espagnol se greffant sur le premier, la guerre s'étendit en France, aux Pays-Bas, en Italie et en Catalogne. Les traités de Westphalie mirent fin en 1648 à la guerre née en Bohême trente ans auparavant (tandis que se poursuivit jusqu'en 1659 le sempiternel affrontement franco-espagnol). Dévastatrice et meurtrière (notamment pour l'Allemagne qui perdit un tiers de sa population et pour la Lorraine où la population de nombreux villages fut exterminée), la guerre de Trente Ans, aux incessants rebondissements, bouleversa l'Europe démographiquement et politiquement. Il est indispensable d'en connaître l'histoire, si l'on veut comprendre l'évolution de l'Europe jusqu'à nos jours.

Henry Bogdan est agrégé d'histoire et titulaire de plusieurs diplômes des langues O (hongrois, finnois, estonien). Il est chargé de conférences à l'EMSST et à l'Institut de l'Europe centrale et orientale de l'université d'Aix-Marseille. Spécialiste de l'Europe de l'Est et des problèmes des minorités nationales, il est l'auteur entre autres d'une Histoire de la Hongrie et, chez Perrin de : Histoire des pays de l'Est, Histoire des peuples de l'ex-URSS et des Chevaliers teutoniques.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262023973
Code sériel : 118
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Henri-l-oiseleur Posté le 26 Mars 2020
    Dans son style pâteux et répétitif, le probe historien Henry Bogdan résume les principaux événements notables de la Guerre de Trente Ans, cette catastrophe qui ravagea l'Europe Centrale entre 1618 et 1648. Si l'auteur est à son affaire pour dérouler ennuyeusement toutes les batailles, tous les mouvements de troupes, toutes les négociations et autres, il ne précise qu'à la fin le sort des populations qui eurent à souffrir trente ans de pillages, d'atrocités, de famine et de maladies. Quant aux aspects culturels et "civilisationnels" de la chose, il ne faut pas attendre de lui de grandes lumières. Sorti de son domaine stratégique et diplomatique, il fait preuve parfois d'une étonnante sottise, croyant par exemple que les Tchèques ou les Hongrois catholicisés de force, ont été persuadés de rester catholiques par les ors et l'art baroque de la Contre-Réforme. Un des avantages de l'ouvrage, cependant, est de donner à réfléchir sur la nature de l'Europe : quand les Habsbourg tentèrent de créer une Allemagne centralisée, puissante et catholique, sur le dos des minorités religieuses et nationales, les états voisins firent partiellement échouer ce projet. Quand, plus tard, la Prusse reprit cette entreprise unificatrice, aux XIX° et XX°s, l'Europe connut trois... Dans son style pâteux et répétitif, le probe historien Henry Bogdan résume les principaux événements notables de la Guerre de Trente Ans, cette catastrophe qui ravagea l'Europe Centrale entre 1618 et 1648. Si l'auteur est à son affaire pour dérouler ennuyeusement toutes les batailles, tous les mouvements de troupes, toutes les négociations et autres, il ne précise qu'à la fin le sort des populations qui eurent à souffrir trente ans de pillages, d'atrocités, de famine et de maladies. Quant aux aspects culturels et "civilisationnels" de la chose, il ne faut pas attendre de lui de grandes lumières. Sorti de son domaine stratégique et diplomatique, il fait preuve parfois d'une étonnante sottise, croyant par exemple que les Tchèques ou les Hongrois catholicisés de force, ont été persuadés de rester catholiques par les ors et l'art baroque de la Contre-Réforme. Un des avantages de l'ouvrage, cependant, est de donner à réfléchir sur la nature de l'Europe : quand les Habsbourg tentèrent de créer une Allemagne centralisée, puissante et catholique, sur le dos des minorités religieuses et nationales, les états voisins firent partiellement échouer ce projet. Quand, plus tard, la Prusse reprit cette entreprise unificatrice, aux XIX° et XX°s, l'Europe connut trois guerres atroces (1866 et 1870 / 1914-1918 / 1939-1945), un génocide, et quarante ans d'occupation communiste. Après 1950, cette même puissance allemande unifiée, puis réunifiée, a imposé son ordre européen par Bruxelles, dont on voit le résultat, économique, politique, sanitaire, aujourd'hui, où les pays vassaux du sud meurent d'impréparation libérale obligatoire pendant que la nation allemande dominante résiste bien au virus. Ce livre a donc l'avantage certain de récapituler ce qu'il faut savoir de cet important épisode européen, et de faire réfléchir aux suites, si le lecteur se résigne à supporter le style pénible de l'auteur.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…