Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262036829
Code sériel : 408
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 154 x 240 mm

La guerre du Mexique

Date de parution : 01/09/2011

L'histoire d'une guerre méconnue (1862-1867) qui a accéléré le décès du Second Empire et pèse encore dans la difficile relation franco-mexicaine.

Janvier 1862, Napoléon III décide de l’envoi d’un corps expéditionnaire au Mexique et déclenche une guerre qui durera jusqu’en 1867. L’empereur souhaite installer Maximilien de Habsbourg à la tête d’une monarchie latine et catholique afin de contrebalancer l’influence croissante des Etats-Unis. Pourtant, face aux erreurs répétées de Maximilien, au coût...

Janvier 1862, Napoléon III décide de l’envoi d’un corps expéditionnaire au Mexique et déclenche une guerre qui durera jusqu’en 1867. L’empereur souhaite installer Maximilien de Habsbourg à la tête d’une monarchie latine et catholique afin de contrebalancer l’influence croissante des Etats-Unis. Pourtant, face aux erreurs répétées de Maximilien, au coût exorbitant de cette guerre sanglante et à l’irréalisme de ses objectifs, Napoléon III, la mort dans l’âme, est finalement contraint de retirer ses troupes. Reste alors le souvenir d’un immense gâchis, ponctué par l’exécution de Maximilien et la mémoire du glorieux combat de la Légion étrangère à Camerone.
A travers une narration enlevée, Alain Gouttman expose avec clarté les enjeux politiques, diplomatiques et psychologiques de cette guerre méconnue qui a précipité la chute du Second Empire.

Spécialiste du Second Empire, Alain Gouttman est l’auteur, chez Perrin, de La Guerre de Crimée, livre couronné par le Grand Prix de la Fondation Napoléon.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262036829
Code sériel : 408
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 154 x 240 mm
Perrin

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PhilippeCastellain Posté le 28 Mars 2018
    Chaque pays a dans son histoire quelques événements qu'il préfère laisser sous le tapis parce qu'il s'en dégage un léger parfum de ridicule. L'intervention de la France au Mexique de 1862 à 1867 en fait partie. Qui a bien pu avoir l'idée fumeuse d'envoyer dans un pays en guerre civile à l'autre bout du monde quarante-mille soldats, pour mettre sur le trône un brave archiduc autrichien, devenu Maximilien Ier du Mexique ? A l'origine de ce qui fut la « grande idée » de son règne, se trouve l'étrange personnalité de Napoléon III. Visionnaire, il a compris que les Etats-Unis sont en passe de devenir la première puissance du monde. Croissant à un rythme effréné, convaincu que sa « destinée manifeste » est de dominer tout le continent américain, le chaos régnant dans les anciennes colonies espagnoles leur permettra de faire facilement main basse sur leurs ressources. Mais si on intervenait dans les affaires du Mexique pour en faire un état fort, capable de faire barrage… ... Chaque pays a dans son histoire quelques événements qu'il préfère laisser sous le tapis parce qu'il s'en dégage un léger parfum de ridicule. L'intervention de la France au Mexique de 1862 à 1867 en fait partie. Qui a bien pu avoir l'idée fumeuse d'envoyer dans un pays en guerre civile à l'autre bout du monde quarante-mille soldats, pour mettre sur le trône un brave archiduc autrichien, devenu Maximilien Ier du Mexique ? A l'origine de ce qui fut la « grande idée » de son règne, se trouve l'étrange personnalité de Napoléon III. Visionnaire, il a compris que les Etats-Unis sont en passe de devenir la première puissance du monde. Croissant à un rythme effréné, convaincu que sa « destinée manifeste » est de dominer tout le continent américain, le chaos régnant dans les anciennes colonies espagnoles leur permettra de faire facilement main basse sur leurs ressources. Mais si on intervenait dans les affaires du Mexique pour en faire un état fort, capable de faire barrage… Malheureusement, le brave homme est également… Un stratège désastreux. On y va et puis bof, on verra, on s'adaptera. du reste, c'est comme ça qu'il est arrivé sur le trône. Mais là, il s'agit de lancer une expédition dans un pays dont il ignore tout. Or le Mexique est dans un état catastrophique. En quarante ans d'indépendance, il a connu… Quarante régimes successifs, de six natures différentes, et deux-cent quarante ‘Pronunciamentos' (tentatives de putsch). Les guerres civiles s'enchainent sans répit. Dans ces conditions, la différence entre officier, gouverneur et chef de truands est devenue plus que ténue, et mêmes les principales routes ne peuvent être empruntée sans escorte solide. Surtout le pays est totalement ruiné, endetté jusqu'au cou. Un prétexte parfait. Bien écrit et plaisant à lire, ce livre a cependant le défaut de défendre sa thèse avec une certaine lourdeur : casser le mythe du « brave Maximilien » en montrant le caractère retors du personnage, et réhabiliter le maréchal Bazaine, chef des troupes française, en passant sous silence la suite désastreuse de sa carrière . Mais il n'en est pas moins intéressant et instructif, et fait bien ressortir le plus incroyable de cette affaire : au final… Ca a failli marcher.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…