En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le 18 Brumaire

        Perrin
        EAN : 9782262032814
        Code sériel : 356
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 544
        Format : 108 x 177 mm
        Le 18 Brumaire

        Collection : Tempus
        Date de parution : 28/10/2010

        Les 18 et 19 brumaire an VIII, Bonaparte et Sieyès prennent le pouvoir. Six semaines plus tard, Bonaparte est le seul maître de l'exécutif et affirme avoir fini la Révolution. Comment et pourquoi pareille opération réussit-elle ? Le livre de référence sur le sujet.

        Les 18 et 19 brumaire an VIII, Bonaparte et Sieyès prennentle pouvoir. Six semaines plus tard, Bonaparte est leseul maître de l'exécutif et affirme avoir fini la Révolution.Comment pareille opération a-t-elle réussi ? Leséchecs du Directoire l'avaient-ils rendue inévitable ?Quels furent ses principaux protagonistes et de quellescomplicités purent-ils bénéficier ?...

        Les 18 et 19 brumaire an VIII, Bonaparte et Sieyès prennentle pouvoir. Six semaines plus tard, Bonaparte est leseul maître de l'exécutif et affirme avoir fini la Révolution.Comment pareille opération a-t-elle réussi ? Leséchecs du Directoire l'avaient-ils rendue inévitable ?Quels furent ses principaux protagonistes et de quellescomplicités purent-ils bénéficier ? Comment Bonaparteparvint-il à éliminer Sieyès ? Loin d'être une opérationpresque manquée, la journée de Brumaire ne fut-ellepas au contraire, comme l'a écrit Malaparte, « le premiercoup d'Etat moderne » ?
        Telles sont les principales questions auxquelles ThierryLentz, spécialiste incontesté du Premier Empire, réponddans cet ouvrage écrit avec rigueur et vivacité.

        Directeur de la Fondation Napoléon, historien, Thierry Lentza notamment publié une Nouvelle Histoire du Premier Empire en quatre volumes et La Mort de Napoléon. Il est aussi secrétairegénéral du Comité pour l'édition de la correspondancegénérale de Napoléon.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782262032814
        Code sériel : 356
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 544
        Format : 108 x 177 mm
        Perrin
        11.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Sarindar Posté le 19 Juillet 2014
          Thierry Lentz est devenu le spécialiste incontesté de l'histoire du Consulat et du Premier Empire. A l'origine de la prise de pouvoir par Napoléon Bonaparte, il y eut un coup d'Etat les 18 et 19 Brumaire (9 et 10 novembre 1799), qui, notons-le, et Thierry Lentz le souligne assez, ne fit aucun mort. Comment aboutit-on au résultat final : l'adoption d'un régime fort, celui du Consulat, qui devait profiter à Napoléon Bonaparte seul ? Il y eut un grand perdant dans l'affaire, celui qui avait tout organisé et espérait être le grand bénéficiaire de l'opération : SIEYES. Cet abbé sans la foi s'était illustré dès le début de la Révolution en publiant une brochure intitulée : Qu'est-ce que le Tiers État ? Il avait traversé toute la tourmente révolutionnaire en navigant à vue entre les écueils, gagnant au passage sous la plume de Robespierre le surnom de "Taupe de la Révolution". En juillet 1794, au lendemain de Thermidor et de la cessation du régime de la Terreur, il recommença ses manœuvres, et, profitant de ce que le nouveau régime, le Directoire, avait à s'ouvrir un chemin entre les extrêmes jacobins et royalistes, il se rendit rapidement influent, en organisant ou soutenant, chaque fois... Thierry Lentz est devenu le spécialiste incontesté de l'histoire du Consulat et du Premier Empire. A l'origine de la prise de pouvoir par Napoléon Bonaparte, il y eut un coup d'Etat les 18 et 19 Brumaire (9 et 10 novembre 1799), qui, notons-le, et Thierry Lentz le souligne assez, ne fit aucun mort. Comment aboutit-on au résultat final : l'adoption d'un régime fort, celui du Consulat, qui devait profiter à Napoléon Bonaparte seul ? Il y eut un grand perdant dans l'affaire, celui qui avait tout organisé et espérait être le grand bénéficiaire de l'opération : SIEYES. Cet abbé sans la foi s'était illustré dès le début de la Révolution en publiant une brochure intitulée : Qu'est-ce que le Tiers État ? Il avait traversé toute la tourmente révolutionnaire en navigant à vue entre les écueils, gagnant au passage sous la plume de Robespierre le surnom de "Taupe de la Révolution". En juillet 1794, au lendemain de Thermidor et de la cessation du régime de la Terreur, il recommença ses manœuvres, et, profitant de ce que le nouveau régime, le Directoire, avait à s'ouvrir un chemin entre les extrêmes jacobins et royalistes, il se rendit rapidement influent, en organisant ou soutenant, chaque fois que le régime était menacé par une assemblée où l'un de ces camps dominait, des coups d'Etat qui permettaient aux autorités très contestées du Directoire de garder la main : ce furent les journées du 18 fructidor an V (septembre 1797), du 18 floreal an VI (1798) et du 30 prairial an VII (18 juin 1799). Chaque fois SIEYES gagna en importance, se rapprochant toujours un peu plus d'un pouvoir qu'il espérait pouvoir exercer seul un jour, avec dans ses cartons un projet de nouvelle constitution qui permettrait de terminer la Révolution sur un mélange de protection des grands acquis de la Révolution (défense de la propriété privée bourgeoise camouflée sous des dehors de liberté pour tous, mais ennemie de l'égalité absolue) et l'instauration d'un pouvoir personnel autoritaire. SIEYES pensait qu'un dernier Coup d'Etat destiné à renverser le Directoire était nécessaire, et il voulait pour cela s'appuyer sur un militaire pour renverser le pouvoir devenu fragile et défaillant. Il approcha plusieurs généraux mais ils se dérobèrent ou ne firent pas l'affaire. Et, faute de mieux, il se tourna vers Bonaparte, croyant qu'il pourrait s'installer à la tête de l'Etat grâce à la courte échelle que lui ferait ce jeune général ambitieux dont il s'agirait juste de flatter la vanité. Il se trompait évidemment sur Napoléon Bonaparte. Celui-ci, aidé par son épouse, Joséphine de Beauharnais, qui sut gagner au jeune général le soutien des milieux d'affaires et d'influence du fait qu'elle les connaissait bien pour avoir été l'une des favorites de Barras, l'un des principaux membres du Directoire, tira facilement son épingle du jeu, malgré un début laborieux. SIEYES et Ducos démissionnèrent de leur poste de Directeurs et entraînèrent Barras par leur exemple. Moulin et Gohier firent quelques difficultés mais on les mit sous surveillance. Restait à agir sur les assemblées, Conseil des Anciens et Conseil des Cinq-Cents, instances déplacées pour la circonstance du palais des Tuileries au château de Saint-Cloud sous prétexte de sûreté. Bonaparte engagea mal son affaire, ne réussissant pas à convaincre les Anciens et ouvertement conspué par les Cinq-Cents qui, devinant la manœuvre, décidèrent de prêter un serment de fidélité à la Constitution menacée. Napoléon semblait quelque peu dépassé par les événements : Thierry Lentz le met bien en évidence. Il fallut l'intervention de son frère Lucien, alors président de séance, pour retourner la situation. Lucien se saisit d'une épée de militaire qu'il pointa sur la poitrine de Napoléon et devant les troupes commandées par Murat, il s'écria : "Soldats, je jure de percer le sein de mon propre frère si jamais il porte atteinte à la liberté des Français !" On résolut alors de chasser du lieu où ils débattaient les parlementaires qui voulaient maintenir en place le régime impuissant des Directeurs maintenant sous contrôle. Ils s'acquittèrent magnifiquement de cette tâche, mais furent aussi chargés de rattraper tout de suite quelques-uns des élus expulsés pour qu'ils votassent l'enrerrement du Directoire honni. C'est seulement à la suite de ce coup de force rendu légitime par un semblant de respect des procédures légales que fut institué un Consulat provisoire avec SIEYES, DUCOS et BONAPARTE. Mais ce n'était qu'une solution provisoire, et SIEYES qui espérait bien devenir le maître du jeu en se faisant désigner Grand Électeur, se retrouva bientôt le dindon de la farce. Le régime consulaire et la constitution de l'An VIII sacrèrent en réalité Napoléon BONAPARTE qui fit semblant de partager le pouvoir avec CAMBACERES et LEBRUN. Contrairement à la légende, la confiance accordée au nouveau maître de la France fut cependant limitée puisque seulement 20 % des inscrits ratifièrent par un plébiscite l'adoption de cette constitution consulaire en 1800. Thierry Lentz fait aussi litière d'une autre légende, celle d'un complot des poignards tenté par quelques membres du conseil des Cinq-Cents contre le général Bonaparte au moment où il se présenta devant eux. Nul n'en voulait à sa vie et les contestataires avaient juste décidé de le mettre hors-la-loi, projet qu'ils ne purent mettre finalement à exécution, car les Bonaparte et Murat surent alors réagir dans les temps. SIEYES n'eut plus droit après cela qu'à un os à ronger : Napoléon, devenu Empereur des Français en 1804, fit de lui le président d'un Sénat plus ou moins à la botte du nouveau souverain, qui termina la Révolution à sa manière. François Sarindar, auteur de : Lawrence d'Arabie. Thomas Edward, cet inconnu (2010).
          Lire la suite
          En lire moins
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
        Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.