Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377353323
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 270
Format : 112 x 180 mm

Le Mystère égyptien

Robert Saint-prix (Traducteur)
Collection : Suspense
Date de parution : 11/09/2019
La réédition d'un classique de la littérature policière, aujourd'hui introuvable, par l'un des précurseurs du roman d'énigme, récompensé en 1961 par la Mistery Writers of America pour l'ensemble de son œuvre. Agatha Christie en personne guettait avec impatience chaque nouveauté de son confrère américain.
Aussi fort qu'Agatha ChristiePréface de Roland Lacourbe« Derrière le nom d’Ellery Queen se cache l’une des plus flamboyantes figures d’enquêteur du polar américain. » Yann Plougastel, Le Monde  Un maître d’école tue en Virginie, puis un riche importateur de tapis assassiné à des centaines de kilomètres de... Aussi fort qu'Agatha ChristiePréface de Roland Lacourbe« Derrière le nom d’Ellery Queen se cache l’une des plus flamboyantes figures d’enquêteur du polar américain. » Yann Plougastel, Le Monde  Un maître d’école tue en Virginie, puis un riche importateur de tapis assassiné à des centaines de kilomètres de là , dans le parc de sa propriété de Long Island... Et la série ne fait que commencer !D’abord, une méthode criminelle inédite et particulièrement macabre qui provoque l’incrédulité des enquêteurs. Ensuite, aucun lien entre les victimes, toutes décapitées et crucifiées. Alors se pose, pour le jeune détective Ellery Queen, l’épineuse question du mobile.Publié en 1932, Le Mystère égyptien est un livre-clé dans l’évolution du romancier Ellery Queen et de la littérature criminelle dans son ensemble. Un roman à placer entre ceux de Sir Arthur Conan Doyle et de John Dickson Carr dans la bibliothèque de tout amateur de lectures policières.Ellery Queen est le pseudonyme de deux cousins – Frederic Dannay (1905-1982) et Manfred B. Lee (1905-1971) – et le nom du personnage de détective qu’ils ont créé en 1928. Élégant et raffine, intellectuel et érudit, Ellery Queen résout en compagnie de son père, l’inspecteur Richard Queen de la Brigade criminelle de New York, les enquêtes les plus ardues, celles qui défient toute logique.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377353323
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 270
Format : 112 x 180 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sami33 Posté le 2 Mai 2020
    Je reviens vers vous aujourd'hui avec le second livre paru chez Archipoche en format collector d'une nouvelle enquête des cousins Queen. Cette fois-ci, nous sommes en Virginie où un crime sanglant a été commis dans la petite ville d'Arroyo. Un corps décapité a été retrouvé, crucifié sur un poteau de panneau de signalisation. Ce macabre tableau forme la lettre "T". On pense immédiatement à une croix égyptienne... Quelques temps plus tard, un autre crime du même style est commis à New York. Est-ce la signature du tueur ? Intrigué par cette affaire, Ellery Queen décide de mener l'enquête. Le coupable n'a qu'à bien se tenir car Ellery est dans la place et il entend bien faire la lumière sur toute cette macabre histoire... Mon second suspense de ce duo d'auteurs et je ne suis toujours pas déçue ! Ce roman se laisse lire tout seul. C'est simple, c'est court, ça se dévore le temps d'une soirée. Ellery Queen a la facilité déconcertante de balader ses lecteurs c'est incroyable, le tout est de ne pas tomber dans le panneau ! Les auteurs ont la fâcheuse tendance à nous pondre quantités de personnages et rebondissements pour noyer le poisson, c'est plutôt une bonne chose... Je reviens vers vous aujourd'hui avec le second livre paru chez Archipoche en format collector d'une nouvelle enquête des cousins Queen. Cette fois-ci, nous sommes en Virginie où un crime sanglant a été commis dans la petite ville d'Arroyo. Un corps décapité a été retrouvé, crucifié sur un poteau de panneau de signalisation. Ce macabre tableau forme la lettre "T". On pense immédiatement à une croix égyptienne... Quelques temps plus tard, un autre crime du même style est commis à New York. Est-ce la signature du tueur ? Intrigué par cette affaire, Ellery Queen décide de mener l'enquête. Le coupable n'a qu'à bien se tenir car Ellery est dans la place et il entend bien faire la lumière sur toute cette macabre histoire... Mon second suspense de ce duo d'auteurs et je ne suis toujours pas déçue ! Ce roman se laisse lire tout seul. C'est simple, c'est court, ça se dévore le temps d'une soirée. Ellery Queen a la facilité déconcertante de balader ses lecteurs c'est incroyable, le tout est de ne pas tomber dans le panneau ! Les auteurs ont la fâcheuse tendance à nous pondre quantités de personnages et rebondissements pour noyer le poisson, c'est plutôt une bonne chose car cela permet de garder l'attention du lecteur jusqu'à la fin. L'intrigue est bien travaillée, les rebondissements sont nombreux, les suspects, il y en a tout plein mais il en faut plus pour faire tourner la tête de notre enquêteur de choc. Comme avec le premier livre, j'ai très vite trouvé le coupable et je suis heureuse de ne pas être tombée dans le piège des auteurs une fois encore. Tout ça pour vous dire que ce petit suspense est une petite gourmandise que je vous invite grandement à découvrir, vous ne serez pas déçu(e), surtout si vous aimez les suspenses à la sauce Agatha Christie.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sophieandtheseaofstories Posté le 17 Novembre 2019
    Grâce à un partenariat Babelio avec les éditions de l’Archipel, j’ai eu la chance faire la connaissance d’Ellery Queen. Derrière ce nom se cache un enquêteur hors pair. Fils d’inspecteur du département des affaires criminelles de New York, le jeune Ellery accompagne régulièrement son père sur les scènes de crime et prête main forte à l’enquête. C’est comme ça que le jeune écrivain se plonge dans le mystère égyptien. Nous sommes dans les années 20, en Virginie : le jour de Noël, un crime sanglant a été commis dans la petite ville d’Arroyo. Un corps décapité a été retrouvé crucifié sur un poteau de circulation. La scène macabre forme la lettre T. On pense immédiatement à une croix égyptienne, d’autant plus qu’un ancien explorateur ayant lancé un culte égyptien rode dans les parages… Alors que l’enquête se tasse, un crime au même modus operandi se produit à New York… Vous vous en doutez, s’en suivra une enquête prenante aux multiples rebondissements. Un vrai casse-tête pour notre jeune dandy détective et ses comparses enquêteurs. Une intrigue très travaillée imaginée par un duo de cousins se partageant la plume d’Ellery Queen : Frédéric Dannoy (1905-1982) et Manfred B. Lee (1905-1971). La première chose qui... Grâce à un partenariat Babelio avec les éditions de l’Archipel, j’ai eu la chance faire la connaissance d’Ellery Queen. Derrière ce nom se cache un enquêteur hors pair. Fils d’inspecteur du département des affaires criminelles de New York, le jeune Ellery accompagne régulièrement son père sur les scènes de crime et prête main forte à l’enquête. C’est comme ça que le jeune écrivain se plonge dans le mystère égyptien. Nous sommes dans les années 20, en Virginie : le jour de Noël, un crime sanglant a été commis dans la petite ville d’Arroyo. Un corps décapité a été retrouvé crucifié sur un poteau de circulation. La scène macabre forme la lettre T. On pense immédiatement à une croix égyptienne, d’autant plus qu’un ancien explorateur ayant lancé un culte égyptien rode dans les parages… Alors que l’enquête se tasse, un crime au même modus operandi se produit à New York… Vous vous en doutez, s’en suivra une enquête prenante aux multiples rebondissements. Un vrai casse-tête pour notre jeune dandy détective et ses comparses enquêteurs. Une intrigue très travaillée imaginée par un duo de cousins se partageant la plume d’Ellery Queen : Frédéric Dannoy (1905-1982) et Manfred B. Lee (1905-1971). La première chose qui m’est venue à l’esprit après cette lecture, c’est de me dire que près d’un siècle plus tard, cette intrigue n’a pas vieilli d’un poil et n’a rien à envier aux polars modernes. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et les pages ont défilé à grande vitesse. L’auteur lance même un défi au lecteur avant la révélation finale. Il nous dit que nous avons à présent tous les éléments pour pouvoir tirer des conclusions et trouver l’explication des crimes ! Bon, je dois vous avouer que je ne pourrais pas faire de l’ombre à Hercule Poirot ou Sherlock Holmes car je n’étais pas sur la bonne piste ! Quel dénouement ! Vous l’aurez compris, j’ai passé un très bon moment avec cette lecture et j’ai hâte de me plonger dans les autres aventures d’Ellery Queen ! Merci pour ce partenariat !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Domichel Posté le 15 Novembre 2019
    Virginie Occidentale, années ’20. Lorsque l’excentrique Old Pete, sorte d’ermite un peu paumé, et Mike Orkins, fermier qui l’a pris en stop, arrivent au carrefour de la route d’Arroyo, au matin de Noël, c’est un drôle de cadeau qu’ils découvrent : un homme décapité, crucifié sur un poteau en forme de T à l’intersection de routes en forme de T. Vite informé au saut du lit, l’inspecteur Luden se rend sur les lieux et commence une enquête de routine et de voisinage , avec le peu de moyens dont il dispose dans sa ville de 200 âmes… C’est l’instituteur dont on a retrouvé le corps mutilé, mais de tête, point. Attiré par un article dans la presse le jeune détective Ellery Queen, fils de l’inspecteur Richard Queen de la Brigade criminelle de New-York, appelé pour une conférence à Chicago, convainc son père, avant de rejoindre New-York, de faire un détour par Arroyo pour voir de quoi il retourne. Six mois plus tard le professeur Yardley, vieil ami de la famille, envoie un télégramme à Ellery pour l’inviter à passer quelques jours chez lui à Long Island, son riche voisin ayant été trouvé décapité et attaché en forme de T sur un totem... Virginie Occidentale, années ’20. Lorsque l’excentrique Old Pete, sorte d’ermite un peu paumé, et Mike Orkins, fermier qui l’a pris en stop, arrivent au carrefour de la route d’Arroyo, au matin de Noël, c’est un drôle de cadeau qu’ils découvrent : un homme décapité, crucifié sur un poteau en forme de T à l’intersection de routes en forme de T. Vite informé au saut du lit, l’inspecteur Luden se rend sur les lieux et commence une enquête de routine et de voisinage , avec le peu de moyens dont il dispose dans sa ville de 200 âmes… C’est l’instituteur dont on a retrouvé le corps mutilé, mais de tête, point. Attiré par un article dans la presse le jeune détective Ellery Queen, fils de l’inspecteur Richard Queen de la Brigade criminelle de New-York, appelé pour une conférence à Chicago, convainc son père, avant de rejoindre New-York, de faire un détour par Arroyo pour voir de quoi il retourne. Six mois plus tard le professeur Yardley, vieil ami de la famille, envoie un télégramme à Ellery pour l’inviter à passer quelques jours chez lui à Long Island, son riche voisin ayant été trouvé décapité et attaché en forme de T sur un totem de bois au milieu de son jardin… Je n’avais jamais entendu parler d’Ellery Queen, détective américain des années ’20/’30, ni d’Ellery Queen, pseudonyme de deux cousins à l’origine des aventures de cet enquêteur privé, érudit, élégant et fils de l’inspecteur Richard Queen dont il partage les premières enquêtes, « Le Mystère Égyptien » étant le cinquième ouvrage. Grâce à Babelio et l’opération Masse Critique et les Éditions De l’Archipel (Archipoche), que je remercie au passage, c’est chose faite. Créé à la fin des années ’20, Ellery le détective se distingue de nombreux autres de ses confrères au chapeau mou, à l’imperméable froissé, un bout de cigare mal éteint au coin des lèvres, une fiole de bourbon traînant dans un tiroir de bureau et toujours fauchés. Lui au contraire ne semble manquer de rien, toujours d’humeur égale, plutôt joyeux, curieux et cultivé qui relie certains indices grâce à ses connaissances au risque d’aller un peu trop rapidement. Il jouit même d’une certaine autorité, héritée de son père, allant même jusqu’à organiser l’enquête sous les yeux un peu surpris de la police elle-même. Nathan Lepofsky, alias Manfred Bennington et son cousin Daniel Nathan, alias Frederic Dannay, tous deux nés en 1905 à New-York ont l’idée de s’associer sous le pseudonyme d’Ellery Queen (bah, pourquoi chercher ailleurs ?), pour créer le personnage de l’enquêteur dandy et désinvolte. Publiés à l’origine aux débuts des années ’30, les enquêtes de notre héros ont fait l’objet de nombreuses rééditions et même adaptations (cinéma, télévision) et sans oublier les auteurs qui ont fait leurs premières armes sous la franchise Ellery Queen, avec l’accord des créateurs eux-mêmes. L’écriture (la traduction française, plutôt), est agréable et limpide, même si quelques coquilles, de frappe ou de traduction, et de contresens sont parfois gênants. Au-delà du style et de l’époque un peu démodée (pas de gadgets ou de portables, mais les meilleurs auteurs de l’époque s’en passaient bien), le « whodunit » employé est particulièrement efficace. L’enchaînement des meurtres multiplie les pistes alors que c’est justement l’effet inverse qui devrait guider le lecteur. Ce dernier un peu distrait se laisse porter par l’histoire quand à quelques pages de la fin, Ellery Queen s’adresse directement à lui en le sommant presque de trouver le coupable ! Mais oui, il a tous les atouts en main, tous les renseignements, mobiles et alibis, il n’y a qu’une solution possible ! En conclusion un bon moment passé en compagnie d’un fort sympathique enquêteur que je retrouverai sans doute à l’occasion, avec plaisir, et d’autres titres plus adaptés que ce mystère qui n’a rien d’égyptien !
    Lire la suite
    En lire moins
  • sandraboop Posté le 24 Septembre 2019
    Un second opus pour moi toujours une lecture distrayante pour les vacances. Cette fois, nous échappons au catalogue des rebondissements classiques policiers. Nous sommes confrontés à des meurtres apparemment sans lien selon un rituel sacrificiel "horrible" (pour l epoque ... la réalité a depuis largement dépassé dans l horreur ce récit) puisque décapités les corps sont crucifiés et la lettre T revenant sans cesse. Le détective Ellery apprenant les meurtres par la presse et intronisé auprès des instances locales par son père, inspecteur en chef de la crim de New York, s autorise à s interesser aux enquêtes. Cette fois la figure paternelle de la première enquête est remplacée par celle d un professeur. Le lien père- fils du 1er opus peut manquer d ailleurs. Car la bienveillance d un père expliquait beaucoup les largesses faites à Ellery. Dans cet opus, tout le monde prend pour acquis les facultés intellectuelles d Ellery qui mettra un temps certains à "découvrir" le coupable. Encore ce style particulier du défi au lecteur quand les auteurs estiment avoir laissé suffisamment d éléments. L idee est bonne et etait justifiée dans le 1er volet. Ici, j avoue que le criminel échappait à tout raisonnement... Un second opus pour moi toujours une lecture distrayante pour les vacances. Cette fois, nous échappons au catalogue des rebondissements classiques policiers. Nous sommes confrontés à des meurtres apparemment sans lien selon un rituel sacrificiel "horrible" (pour l epoque ... la réalité a depuis largement dépassé dans l horreur ce récit) puisque décapités les corps sont crucifiés et la lettre T revenant sans cesse. Le détective Ellery apprenant les meurtres par la presse et intronisé auprès des instances locales par son père, inspecteur en chef de la crim de New York, s autorise à s interesser aux enquêtes. Cette fois la figure paternelle de la première enquête est remplacée par celle d un professeur. Le lien père- fils du 1er opus peut manquer d ailleurs. Car la bienveillance d un père expliquait beaucoup les largesses faites à Ellery. Dans cet opus, tout le monde prend pour acquis les facultés intellectuelles d Ellery qui mettra un temps certains à "découvrir" le coupable. Encore ce style particulier du défi au lecteur quand les auteurs estiment avoir laissé suffisamment d éléments. L idee est bonne et etait justifiée dans le 1er volet. Ici, j avoue que le criminel échappait à tout raisonnement logique issu du récit mais pourquoi pas. Je rejoins un lecteur sur une traduction décevante. En tout cas, bon divertissement pour mes vacances. Alors si vous avez envie de lectures récréatives, vous pouvez vous intéresser à Ellery Queen.
    Lire la suite
    En lire moins
  • hellrick Posté le 4 Avril 2018
    Les Queen père et fils profitent de la quiétude de Noel lorsqu’Ellery est intrigué par un crime particulièrement brutal commis dans un petit village tranquille de Virginie, Arroyo. Un instituteur y a été découvert décapité et crucifié, son corps mutilé formant un « T » sanglant. D’autres « T » ont été tracés avec du sang. La victime, Andrew Van, passait pour un excentrique et son athéisme conduit Ellery a envisagé la piste d’un meurtre lié à la religion. Le détective s’oriente plus particulièrement vers un culte égyptien, le « T » symbolisant probablement, selon lui, la croix égyptienne ou ankh. Ellery s’intéresse ainsi à une secte locale qui mêle nudisme et égyptologie dirigée par le mystérieux Harakht. Cependant, l’enquête reste au point mort tandis que le serviteur simple d’esprit de l’instituteur, peut-être capable d’apporter une réponse à ce crime horrible, a disparu. L’affaire pourrait en rester là si, six mois plus tard, une nouvelle victime, n’ayant apparemment aucun lien avec la première, n’était découverte, elle aussi décapitée et crucifiée. Ellery se lance aux trousses d’un assassin insaisissable. Publié en 1932, cette cinquième enquête d’Ellery Queen poursuit la saga entamée trois ans plus tôt avec LE MYSTERE DU THEATRE ROMAIN... Les Queen père et fils profitent de la quiétude de Noel lorsqu’Ellery est intrigué par un crime particulièrement brutal commis dans un petit village tranquille de Virginie, Arroyo. Un instituteur y a été découvert décapité et crucifié, son corps mutilé formant un « T » sanglant. D’autres « T » ont été tracés avec du sang. La victime, Andrew Van, passait pour un excentrique et son athéisme conduit Ellery a envisagé la piste d’un meurtre lié à la religion. Le détective s’oriente plus particulièrement vers un culte égyptien, le « T » symbolisant probablement, selon lui, la croix égyptienne ou ankh. Ellery s’intéresse ainsi à une secte locale qui mêle nudisme et égyptologie dirigée par le mystérieux Harakht. Cependant, l’enquête reste au point mort tandis que le serviteur simple d’esprit de l’instituteur, peut-être capable d’apporter une réponse à ce crime horrible, a disparu. L’affaire pourrait en rester là si, six mois plus tard, une nouvelle victime, n’ayant apparemment aucun lien avec la première, n’était découverte, elle aussi décapitée et crucifiée. Ellery se lance aux trousses d’un assassin insaisissable. Publié en 1932, cette cinquième enquête d’Ellery Queen poursuit la saga entamée trois ans plus tôt avec LE MYSTERE DU THEATRE ROMAIN (alias LE MYSTERE DU CHAPEAU DE SOIE). Cette fois Ellery enquête seul (son paternel ne fait que de la figuration) et s’éloigne de New York mais le traditionnel « défi au lecteur » est lancé avant les explications données par le détective. Pour une fois, les familiers du roman policier trouveront probablement l’identité du coupable et pourront même deviner ses motivations, en effet la théâtralité exagérée des crimes devrait mettre la puce à l’oreille des amateurs. Ceux-ci soupçonneront qu’il y a anguille sous roche dès les premières pages mais les retournements de situations restent suffisamment nombreux pour maintenir l’intérêt. Cependant, le début du roman déstabilise car l’énigme présente un grand nombre de personnages (une vingtaine) et s’attarde sur des nudistes illuminés adeptes d’un culte égyptien. Cette partie manque de rythme et semble un brin confuse, Ellery lui-même déclarant avec raison : « j’ai travaillé sur des affaires compliquées au cours de ma carrière mais je n’en ai jamais vu d’aussi embrouillée que celle-ci ». Le lecteur se trouve ainsi noyé sous les détails et piégés par les nombreuses fausses pistes, essayant de séparer l’essentiel de l’accessoire. Ce n’est guère évident puisque, comme le remarque le détective : « Quelle abondance de faits insignifiants » ! Les cent premières pages se trainent ainsi et peinent à véritablement passionner, la chasse aux nudistes évoquant immédiatement (quoique de manière évidemment complètement anachronique) les efforts de Cruchot pour nettoyer les plages de Saint Tropez. Tout cela a donc assez mal vieilli en dépit de l’originalité frappante du crime inaugural, une mise en scène macabre et grand-guignolesque qui transforme un instituteur de province en un sanglant totem en forme de croix égyptienne. Le roman se resserre heureusement à mi-parcours, autrement dit après le second meurtre, quoique notre enquêteur paraisse toujours dans le flou. Un protagoniste de ce MYSTERE EGYPTIEN ne dit-il pas : « j’ai entendu si souvent vanté votre habileté de détective que la réalité me laisse froid. Quand commencez-vous Queen ? Quand Sherlock Holmes bondira t’il sur le lâche meurtrier pour lui passer les menottes ? ». A ce moment, l’auteur s’éloigne de son culte égyptien et ravive l’intérêt : aucun afficionado du whodunit ne peut sérieusement penser que l’un de ces nudistes illuminés sera le coupable désigné. Cette intrigue parait aussi gratuite que forcée et s’avère peu crédible, pour ne pas dire inintéressante, comme si les auteurs (on rappelle qu’Ellery Queen est le pseudonyme collectif de deux cousins) avaient voulu à toute force introduire cette sous-intrigue religieuse (peu exploitée) pour épaissir leur roman. Une fois nos cultistes retirés de l’équation qui reste-t-il ? Peu de suspects possibles, au point que le twist final, certes bien amené, semblera prévisible. Là encore, impossible de croire, dans le cadre d’un roman policier « classique » de cette époque que nous avons réellement affaire à un fou sanguinaire inconnu. L’un des principaux protagonistes doit fatalement être le tueur recherché. Or le nombre de candidats restreints oblige à recourir au vieil adage : « une fois l’impossible éliminé ne reste que la vérité, aussi invraisemblable qu’elle paraisse ». Malgré ces défauts (et ce premier tiers languissant, pour ne pas dire laborieux), LE MYSTERE EGYPTIEN s’inscrit au final dans une honnête moyenne du policier de l’Age d’Or. Pour les novices, on conseillera plus volontiers DEUX MORTS DANS UN CERCUEIL, LE MYSTERIEUX MR X, LE MYSTERE DU GRENIER, GRIFFES DE VELOUR ou le classique du « meurtre en chambre close » LE ROI EST MORT. Mais LE MYSTERE EGYPTIEN reste un plaisant « Ellery Queen » qui saura contenter les fans du dynamique duo.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.