Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262029722
Code sériel : TEMP
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Les guerres bâtardes

Comment l'Occident perd les batailles du XXIe siècle

,

Collection : Tempus
Date de parution : 15/01/2009

Comment l'Occident perd les batailles du XXIe siècle.

Force est de constater le retour des " petites guerres ". Insurgés, sous-traitants des puissances mondiales ou régionales, tous ont choisi de se battre contre l’Occident " un cran au-dessous " ou " un cran ailleurs ", là où la force et la technologie deviennent presque inopérantes.
De l’Afghanistan à l’Afrique, via le bourbier irakien...

Force est de constater le retour des " petites guerres ". Insurgés, sous-traitants des puissances mondiales ou régionales, tous ont choisi de se battre contre l’Occident " un cran au-dessous " ou " un cran ailleurs ", là où la force et la technologie deviennent presque inopérantes.
De l’Afghanistan à l’Afrique, via le bourbier irakien ou les zones grises d’Asie, Arnaud de La Grange et Jean-Marc Balencie analysent ces stratégies de contournement qui mettent l’Occident sur le reculoir, perturbent ses certitudes tactiques et morales et le conduisent à envisager un retrait qui, au lendemain du 11 septembre 2001, paraissait impensable.
Les Guerres bâtardes dévoilent les mécaniques de confrontation des décennies à venir.

Jean-Marc Balencie est docteur en sciences politiques. Analyste pendant dix ans au Secrétariat général de la défense nationale (SGDN), il travaille aujourd’hui dans un cabinet de gestion des risques internationaux.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262029722
Code sériel : TEMP
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Marc-Sefaris Posté le 3 Juillet 2008
    Les analyses proposées par Arnaud de La Grange et Jean-Marc Balencie sont intéressantes à plus d'un titre. Non pas que cet essai prétende révolutionner la stratégie contemporaine _ il s'agit au contraire de synthèses et de vulgarisation d'essais écrits par des spécialistes (essentiellement anglo-saxons) ces 10 dernières années, et qui sont analysés à la lumière des événements guerriers les plus récents (le fiasco américain en Irak, le "succès" du Hezbollah au Liban en 2006, le piétinement occidental en Afghanistan etc). Une sorte de "La stratégie pour les Nuls" donc, très claire, très pédagogique, et en même temps très précise (les conflits, évoqués même brièvement, sont toujours chiffrés et contextualisés). Les auteurs adoptent une perspective ambitieuse et stimulante _ rendre compte de la structure de tous les conflits actuels dans lesquels l'Occident est engagé et anticiper sur les décennies à venir. Mais ils savent rester prudents (la conclusion présente des pistes très ouvertes) et nuancés (par exemple dans l'analyse de l'historique et des tendances contradictoires au sein des "néoconservateurs", dont on a généralement une idée simple, pour ne pas dire simpliste). Le constat n'en est que plus accablant pour l'administration Bush, même si les auteurs cherchent à élargir la réflexion: enfermés... Les analyses proposées par Arnaud de La Grange et Jean-Marc Balencie sont intéressantes à plus d'un titre. Non pas que cet essai prétende révolutionner la stratégie contemporaine _ il s'agit au contraire de synthèses et de vulgarisation d'essais écrits par des spécialistes (essentiellement anglo-saxons) ces 10 dernières années, et qui sont analysés à la lumière des événements guerriers les plus récents (le fiasco américain en Irak, le "succès" du Hezbollah au Liban en 2006, le piétinement occidental en Afghanistan etc). Une sorte de "La stratégie pour les Nuls" donc, très claire, très pédagogique, et en même temps très précise (les conflits, évoqués même brièvement, sont toujours chiffrés et contextualisés). Les auteurs adoptent une perspective ambitieuse et stimulante _ rendre compte de la structure de tous les conflits actuels dans lesquels l'Occident est engagé et anticiper sur les décennies à venir. Mais ils savent rester prudents (la conclusion présente des pistes très ouvertes) et nuancés (par exemple dans l'analyse de l'historique et des tendances contradictoires au sein des "néoconservateurs", dont on a généralement une idée simple, pour ne pas dire simpliste). Le constat n'en est que plus accablant pour l'administration Bush, même si les auteurs cherchent à élargir la réflexion: enfermés dans de vieux schémas qui ont fait leur preuve mais désormais dépassés, les stratèges occidentaux ont "raté" les grandes mutations militaires dans le monde (guerre de "4° génération", insurgé "innovant", adaptation du Faible pour user le Fort, conflit médiatique et psychologique etc.) qui les ont conduit à "une posture presque pire que la défaite, la non-victoire". Critique présentée différemment sur le blog: marc-sefaris.sosblog.fr
    Lire la suite
    En lire moins
  • paule Posté le 30 Juin 2008
    Grand reporter et spécialiste des questions de défense Arnaud de La Grange a couvert de nombreux conflits notamment en Irak et en Afganistan, Jean-Marc Balencie est docteur en sciences politiques et analyste au Secrétariat général de la défense nationale; tous deux tentent par cet essai de dresser le constat d'un tournant stratégique majeur et inquiétant pour l'avenir des puissances occidentales. "Mille fronts font-ils une grande guerre, une "guerre de civilisation" comme certains se plaisent à définir la tragique partie qui se joue aujourd'hui de New-York à Kaboul? Peut-être. Mais encore faut-il être sur que les valeurs pour lesquels on se bat soient réeellement partagées, au sein des deux camps en conflit. Plus sûrement on peut avancer que de nos balcons plus ou moins éloignés des champs de bataille, nous assistons aujourd'hui à une incroyable contestation tant de la puissance militaire que de la légitimité morale des occidentaux. Beaucoup de questions posées dans cette analyse comme que sont les faiblesses du fort et le contournement de la puissance, les guerres de quatrième génération et le pouvoir égalisateur de la technologie, l'ivresse de la puissance et les dérives du technologisme, le culte de la victoire et les guerres totales et... Grand reporter et spécialiste des questions de défense Arnaud de La Grange a couvert de nombreux conflits notamment en Irak et en Afganistan, Jean-Marc Balencie est docteur en sciences politiques et analyste au Secrétariat général de la défense nationale; tous deux tentent par cet essai de dresser le constat d'un tournant stratégique majeur et inquiétant pour l'avenir des puissances occidentales. "Mille fronts font-ils une grande guerre, une "guerre de civilisation" comme certains se plaisent à définir la tragique partie qui se joue aujourd'hui de New-York à Kaboul? Peut-être. Mais encore faut-il être sur que les valeurs pour lesquels on se bat soient réeellement partagées, au sein des deux camps en conflit. Plus sûrement on peut avancer que de nos balcons plus ou moins éloignés des champs de bataille, nous assistons aujourd'hui à une incroyable contestation tant de la puissance militaire que de la légitimité morale des occidentaux. Beaucoup de questions posées dans cette analyse comme que sont les faiblesses du fort et le contournement de la puissance, les guerres de quatrième génération et le pouvoir égalisateur de la technologie, l'ivresse de la puissance et les dérives du technologisme, le culte de la victoire et les guerres totales et idéales? Chacun pourra se faire son opinion sur l'absurdité des guerres à travers la marche chaotique du monde et l'incompréhension de la nature humaine qui ne tire pas de leçon, ni d'expérience des guerres meurtrières du passé, répétant inlassablement les mêmes erreurs et les transmettant aux jeunes générations...
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…